Depuis 20 ans, je prends mon vélo chaque matin. Depuis un an, j'essaye de réaliser un film sur ce geste quotidien et commun à tant de Français. Et aujourd'hui, j'ai besoin de votre soutien. Depuis sa naissance à Paris, le vélo a parcouru toutes les évolutions de notre pays, jusqu’à devenir aujourd'hui le porte-drapeau de l’écologie. Le vélo, la bicyclette, le biclou, c'est l'histoire d'un mythe populaire, nourri par nos souvenirs personnels et par des luttes politiques et sociales. Ce film documentaire raconte notre passion et nos désamours pour « la petite reine ».

Large_lancement_teaser_final

The project

Nous avons tous un souvenir avec le vélo : cycliste chevronné, vélocipédiste du dimanche, enfant ou adolescent ivre de liberté, couple d’amoureux en tandem, facteur, paysan ou « bobo » parisien.

 

Moi, j’ai dompté ma première bicyclette dix ans avant de toucher à une caméra. Ce jour-là, j’avais cinq ans, j’ai découvert l’équilibre, la liberté et le travelling et c’est une de mes plus belles histoires.

 

J’ai appris à vélo, j’ai travaillé à vélo, j’ai aimé à vélo, j’ai eu mal à vélo, j’ai manifesté à vélo, j’ai voyagé à vélo, j’ai filmé à vélo. Et parfois même, on m’a volé mon vélo. Des archives intimes, qui me guident et m’inspirent parce qu’elles sont partagées par tous ceux qui sont montés en selle.

 

 

Un-velo-pour-amoureux

 

Il y a 200 ans, quand il est né, le vélo s’arborait comme un luxe ostentatoire. Il a ensuite libéré des millions de ruraux et d’ouvriers. Depuis vingt ans, il désengorge peu à peu les villes. Aujourd’hui, il appartient en égalité à toutes les classes sociales. Il nous fait citoyens.

 

Voici une bande-annonce qui montre la richesse des images et des archives qui rendent compte de notre histoire.

 

 

 

Mais c’est aussi un objet qui a opposé et qui est encore au centre de nombreux antagonismes.

Raconter une histoire du vélo, c’est interroger l’autonomie et la liberté individuelle, les choix énergétiques, l’espace public urbain, la croissance et la décroissance, l’aménagement du territoire, l’évolution des mœurs, etc.

 

 

Ste-cath_univ_dunns

 

 

Réaliser ce film, c’est rappeler que le vélo est un symbole qui incarne des évolutions économiques, environnementales et politiques, pour nos arrières grands-parents comme pour nos enfants. Le vélo n’est pas un véhicule comme les autres : véritable prolongement de notre corps, il nous rend sensibles aux autres et à l’environnement.

 

Pour raconter un siècle de Français à bicyclette, je veux faire appel à un héritage spectaculaire d’archives et d’évènements historiques qui font encore sens dans notre vie quotidienne. Je veux décrire des modes de pensée, des espoirs et des déconvenues.

 

Mais enfourcher ce récit, c’est surtout permettre au spectateur de monter en selle lui aussi, puisque c’est aussi son histoire contemporaine, votre histoire, que nous allons raconter.

 

 

200355503_8bdd17d260

 

 

 

Le Vélo, entre hier et aujourd’hui

 

La vitesse populaire

 

Breveté en février 1818 à Paris, le vélocipède apparaît quelques années à peine après la mise au point de la photographie. Entre l’image et la roue, ces quelques années d’effervescence et de créativité vont propulser les Français dans la modernité.

 

Le vélo moderne est dévoilé au grand public français en 1889, à l’occasion de l’exposition universelle de Paris. Le succès est fulgurant ! Malgré son prix encore élevé, il est immédiatement plébiscité par l’armée, la poste, les entreprises et … les militantes féministes, qui y voient une excellente occasion de s’affranchir des mœurs corsetées de l’époque.

 

 

Peugeot-velorution

 

 

En 1890, près de 100 000 vélos roulent dans le pays ! L’engin devient « bicyclette » et surtout « petite reine » sur les routes du bois de Boulogne ou de la Vallée de Chevreuse. Les Frères Lumières immortalisent ce succès à la sortie des usines Peugeot.

 

A partir de là, le vélo accompagne les grands moments de l’histoire du siècle : Tour de France (1903), les poilus de la Première Guerre mondiale, les excursions en tandem pour les congés payés de 1936, le vélo de la résistance pendant la Seconde Guerre, les bicyclettes sur les Champs-Elysées à la Libération.

 

Et-le-velo-devint-populaire_article_popin

(Eté 1936. Le Front Populaire invente les congés payés. De cette époque troublée, nous retenons surtout les images de ces jeunes couples, qui partent en excursion sur leur tandem, parfois avec le petit dernier et le chien sanglés dans la charrette.)

 

 

Né aristocratique, le vélo se démocratise peu à peu jusqu’à devenir un moyen de transport et un outil de travail quotidien pour des millions de Français.

 

 

La vitesse écologique

 

Après avoir été détrôné par l’automobile pendant presque 30 ans, le vélo fait son grand retour ces dernières années. Ce résultat est le fruit de décennies de « luttes ». En effet, à la faveur de l’essor d’une prise de conscience écologique et d’un ras le bol du diktat de l’automobile, le vélo devient pour toute une communauté un objet de revendication citoyenne.

 

Dès les années 1970, le vélo entre en politique. René Dumont, premier candidat écologiste, harangue les foules d’électeurs, juché sur sa bicyclette verte. Le Mouvement de Défense de la Bicyclette, les associations, les clubs fleurissent et s’organisent contre la dictature de l’auto et le danger qu’elle représente souvent pour les vélocipédistes en ville.

 

 

 

En 1995, Alain Juppé veut reformer la France et la France n'est pas d'accord. Résultat des courses : Plus d’autobus, fini métro, boulot, dodo. Je suis sûr que certains d'entre vous, comme moi, ont dû faire preuve d'imagination dans les grandes grèves de l’hiver, obligés de ressortir leur vieux biclou pour échapper aux embouteillages. Cette période est d’ailleurs l’acte de renaissance du vélo en milieu urbain : En dix jours, les magasins de cycles vendent autant de vélos que pendant toute une année !

 

Aujourd’hui, la ville s’ouvre à nouveau au vélo : augmentation du prix du carburant, stress, prise de conscience écologique, tous les moyens sont bons pour enfourcher à nouveau notre cycle. Et surtout, depuis quelques années, même les pouvoirs publics suivent : des vélos jaunes de La Rochelle aux vélos partagés des grandes agglomérations, plus rien ne semble pouvoir l’arrêter. La Vélorution est en marche, alors TOUS EN SELLE !

 

 

Cette page a été réalisée à titre exclusivement promotionnel. Elle contient des archives, des photos, des extraits de longs-métrages et des chansons qui sont tous protégés par le droit d'auteur. Merci de ne pas reproduire. Tous droits réservés.

 

Nous espérons pouvoir utiliser ces images ou ces sons dans notre film.

 

 

Pour en savoir plus sur l' Anjou Vélo Vintage

 

 

 

 

 Talweg production

 

Pour ce projet, je suis aidé par une jeune boîte de production : Talweg.

 

Ils se présentent:

 

Passionnés d’histoire, Michaël Prazan (ancien professeur de lettres et réalisateur de plusieurs documentaires historiques : Histoire du Terrorisme, L’assassinat de Pierre Goldman, Einsatzgruppen, les commandos de la mort…) et Vincent Gazaigne (producteur de La revanche des geeks, Jolokia l’odyssée des bras cassés, La légende d’Alain Mimoun, etc..) créaient Talweg Production en avril 2012.

 

La lutte des cycles ! Histoire des Français à vélo est l’un des premiers films que nous souhaitons produire au sein de cette toute jeune société.

 

Ce lien particulier noué entre les Français et le vélo, Vincent Gazaigne en a lui-même fait l’expérience, quand randonneur sur de longues distances, il a toujours été surpris de l’accueil exceptionnel réservé aux cyclistes, en toutes circonstances, et par tous les temps. A bien y réfléchir, c’est à son vélo qu’on réservait cet accueil…

 

Ce que nous aimons dans notre métier ? : faire des films citoyens, raconter des histoires inédites, faire émerger de l’humain là où on l’attend le moins, faire découvrir de belles archives, avoir le souci de la vérité historique et de la qualité des documentaires. Et enfin garder coûte que coûte comme ligne directrice une vision artisanale de notre métier : privilégier les rencontres et le temps de la réflexion à une cadence industrielle de production.

 

 

 

Why fund it?

Aujourd’hui, le film est soutenu par la chaîne Planète et nous sommes dans l’attente d’une réponse du Centre National du Cinéma. Ce film a vocation à être diffusé également en festivals, dans et par des associations, dans l’Education Nationale. Nous souhaitons qu’il circule beaucoup et suscite des moments de débats, de rencontres.

 

Nous manquons encore de soutiens financiers pour nous permettre de nourrir notre ambition sur la dimension patrimoniale et populaire de notre projet. Ce film doit refléter l’exceptionnel héritage d’archives et de chansons autour du vélo en France. Il doit également faire la part belle aux photos, aux affiches. Or, le tarif des archives est souvent très élevé.

 

Et puis, à côté des archives classiques, nous travaillons aussi beaucoup sur la dimension affective et amateur des documents, ce qui demande un long temps de recherche et donc l’emploi d’une documentaliste. En effet, nous souhaitons faire un film proche des gens, populaire, et qui s’inscrive dans toutes les régions de France.

Pour cette raison aussi, nous souhaiterions avoir plus de moyens pour tourner en région, et dans des villes qui ont été des pionnières sur la pratique du vélo en France.  

 

 

Financement de 3 jours de tournage (opérateur vidéo, ingénieur de son, matériel et défraiement) : 3 400 €

Salaire d’une documentaliste : 1560 €

Droits de reproduction de 4 minutes d’archives : 2400 €

Commission et frais KissKissBankBank : 640 €

Thumb_portrait_lv_kiss_kiss_2
Laurent Védrine

Je collabore régulièrement avec la presse nationale et spécialisée, des festivals de cinéma, de photojournalisme et des institutions culturelles. Pour la télévision, j’ai écrit des magazines et des documentaires pour les unités de programme d’Arte, France Télévision, Canal + ou Planète, avec toujours cette même volonté de décloisonner les récits...

Last comments

Thumb_default
over 1 year
Excellente initiative!
Thumb_default
over 1 year
Bonjour, même si ici on agit en tant qu'individu je tiens à rappeler que la contribution dont je suis le moyen est le fait de l'association CYCLOPOLIS sis à Montreuil (93) et qui aimerait être la personne morale remerciée pour ce soutien.
Thumb_default
over 1 year
Et hop! Last but not least? Plein de merdes et vive la vélorution!!