Jun presents

5 par jour

C'est un court-métrage militant de moins de 5 min qui a l'intention de marquer les esprits et de susciter les débats. Ce film appréhende l'adoption internationale en Corée d'une manière critique de mon point de vue d'adopté concerné.

Large_avatar_5_par_jour

The project

 

L'élément déclencheur

Lors de mon dernier voyage en Corée en novembre dernier dans le cadre du 1er Festival des Arts et du Film des Adoptés coréens, j'ai pu échanger avec mes homologues adoptés aux USA, en France, en Suède... puis à mon retour en France, voici l'article qui a été l'élément déclencheur pour moi. C'est cet article qui m'a permis de me lancer dans ce court métrage : 



La question des quotas est donc de retour... ce qui motive la Corée pour limiter les adoptions internationales est comme le souligne l'article pour "cesser d'avoir l'image de pays exportateur de bébés". Quel est le fond du problème ? En 1960, l'argument était la pauvreté du pays... et aujourd'hui, la Corée est très riche, alors ?... 

 

Le Tournage

Ce film sera tourné à Nantes pendant une journée dans un petit supermarché du centre ville, en heures d'ouvertures, avec peu d'espaces, nous allons devoir bien organiser le tournage des séquences.

 

Synopsis

Un bébé coréen, une main qui le prend, une femme coréenne en hôtesse de l'air, elle cherche quelques chose mais quoi ? Un bip retentit, l'affichage électronique s'anime. Nous sommes dans un supermarché où la mécanique de la vente internationale occupe l'espace-temps. Des couples défilent, les enfants attendent leur tour. Un couple coréen est là, impassible jusqu'au moment où le regard de ce Monsieur Korea va croiser celui de Jean-Pierre, venu adopter un bébé.

 

Note d'intention

Ce film appréhende l'adoption internationale en Corée d'une manière critique de mon point de vue d'adopté concerné. La Corée du sud a exporté plus de 220 000 enfants dans le monde depuis les années 60, prenant une part significative du PIB. C'est ce que je souhaite dire symboliquement dans mon film à travers la mise en scène de ces "ventes" au sein d'un supermarché. Je souhaite également mettre à réflexion le sens de cette nouvelle Loi sur les quotas.

 

Qui suis-je ?

Jun Cordon

La question récurrente posée aux réalisateurs est : pourquoi devenir réalisateur ? Je suis né le 29 novembre 1973 et j'ai été adopté en octobre 1975. La question ne se posait donc pas. Elle était plutôt
ineffable, latente, comme une évidence née. Le tout était désormais de la révéler...


Opérant un détour par la microtechnique et la productique puis par le métier d'éducateur, j'ouvris les portes de deux regards, complémentaires à la conception de toute entreprise cinématographique : l'oeil technique et l'oeil sensible. Ne dévalorisant ni l'un ni l'autre.

J'ai débuté la réalisation de mes courts métrages dès 2005 dans lesquels transpirent la révolte face à l'injustice, le questionnement des racines et la finitude de l'homme. Oscuridad, fiction de 3 minutes 47 lanca ma carrière de jeune réalisateur.

Fort de persévérance et de curiosité, j'ai également réalisé Béchamelle et Corps à Corps, deux courts métrages sélectionnés à la Semaine de La Francophonie à Séoul en 2006. Premier retour à mes racines et déclenchement de cette quête de compréhension, via la regard cinétique, de mon identité. Le documentaire Retour en Corée, 30 ans après... est lancé en 2006.

Grâce à ce documentaire, conçu par ma seule détermination, j'applique l'intrinsèque du cinéma : la dualité, le double regard parsemé à travers tous les éléments de la conception : les cadres, les mots et le montage.

Choix d'une place, Parole d'un individu et Dynamique de l'homme, trois facteurs déterminants qui ouvrent une nouvelle perspective, le cinéma ne faisant qu'un avec moi-même.

Ce film de 52 minutes me conduisit à travers des festivals, des débats et une rencontre décisive : IM Sangsoo. Cet émérite réalisateur cooréen m'encouragea à écrire et réaliser des films.

Recherchant toujours le contact humain, ma société individuelle 29.11 Productions inaugura un nouveau travail, celui d'un réalisateur documentaire et institutionnel. Parmi ces realisations, D'un Monde à
L'Autre
, Itinérances Pays du Matin Calme et De nouveaux goûts pour l'insertion, on peut définir mon univers. 


Au-delà de mon parcours singulier et de ma racine sensible tournée vers la compréhension des
mystères du genre humain je connais la persévérance et la ténacité qui sont primordiales à tout
métier de passion notamment celui de cinéaste. 



 

Why fund it?

Le financement des courts métrages en France étant très restreint, il est difficile d'obtenir des soutiens institutionnels pour leur réalisation. C'est pour cela que nous sollicitons votre aide afin de complèter le budget de ce film auto-produit.

L'équipe technique et artistique est déjà au complet, au total ce seront 47 personnes qui y participeront de la manière suivante :

Équipe technique : 15 personnes dont deux stagiaires

Équipe artistique (comédiens et figurants) : 6 enfants et 14 adultes ainsi que 12 parents

 

Les fonds collectés serviront :

- à défrayer les personnes à hauteur de 300 €
- au catering (confection de 2 repas) : 5 €/personne soit 235 €
- location de petits matériels (accessoires et autres) : 65 €

 

Jun

Newest comments

Thumb_default
UN GRAND MERCI À TOUTES LES PERSONNES QUI ME SOUTIENNENT DEPUIS LE DÉBUT, GRACE À VOUS, L'OBJECTIF EST ATTEINT, JE SUIS TRÈS CONTENT.
Thumb_default
Chère Coricocoke, merci, bises, Jun
Thumb_default
Merci Kristine ! La collecte avance, la préparation aussi.