Mêlant vidéo, photo, son, écrit et bande dessinée, A life like mine est un récit d’aventure sur les chercheurs d’or. Fruit de quatre ans de reportage de terrain, ce webdocumentaire rend hommage à ceux que Blaise Cendrars appelait des « perdants magnifiques » ; héros qui cherchent au milieu de montagnes infranchissables, les ressources pour échapper à leur condition. Ce projet vous intéresse ? Vous voulez nous aider ? Ça se passe ici et maintenant !

Large_arg004_couv620x376_03_1_

Présentation détaillée du projet

« A LIFE LIKE MINE » est une plongée multimédia au cœur d'une activité ancestrale, révélatrice du développement de nos sociétés : la quête de l'or".

 

Relique barbare pour les uns, source de développement pour les autres, l’or fascine. Mais cette coqueluche des marchés engendre aussi des ruées qui nous questionnent sur l'avenir de notre planète, alors que d’autres métaux empruntent aujourd’hui le même chemin.

 

100 millions de personnes et 90% des mineurs de ce monde s’échinent pour survivre dans ce que les officiels appellent pudiquement les « mines artisanales et à petite échelle ». (source : CASM, World Bank).

 

015_fac0282565

 

Il ne s’agit plus de chercheurs d’Eldorado, mais de tous ceux que différentes crises ont laissé de côté. Des paysans, que la terre ne suffit plus à nourrir. Des citadins, fuyant les bidonvilles des grandes capitales. Des réfugiés, pour qui l’exil est de plus en plus compliqué.

 

Notre webdocumentaire s'attachera donc à raconter la condition de ces hommes, femmes et enfants qui souvent se retrouvent entre les mains de mafias, guérillas ou négociants peu scrupuleux.

 

Accidents, émeutes, contamination au mercure et actes de piraterie prolifèrent, comme autant de répliques de ces crises. Et le nombre sans cesse croissant de ces mineurs annonce de nouveaux combats humanitaires dans les 50 pays où ils sont présents, alors que de plus en plus de terres sont préemptées pour l'extraction minière.

 

Finalement, que l’on s’intéresse à la littérature, au journalisme ou à la photographie, à Zola, London ou Salgado, la découverte de ces mines de sueur et de sang reste une expérience marquante pour ceux qui en rendent compte, comme pour ceux qui vont y travailler.

 

Nos reportages dans les villes minières marquées par la violence, la promiscuité et la clandestinité nous l’ont malheureusement prouvé. Notre webdocumentaire le relatera aussi.

 

009_fac0279680

 

 

CONCEPT DU PROJET

 

Destinée à attirer l’attention du public sur la répartition des ressources tirées de l’exploitation minière, cette websérie commencée il y a quatre ans est conçue pour être diffusée en presse (par sujet ou en feuilleton), TV (documentaire), exposition et livre.

 

Comment ? En donnant à voir - et à comprendre -  cette activité à des moments-clés de son évolution, à travers plusieurs lieux et plusieurs histoires.

 

Plutôt que de s’inscrire dans le temps présent en suivant une ruée ou une filière, nous voulons ainsi retracer la vie d’un gisement de sa genèse jusqu’à sa déliquescence, pour finalement aboutir à une prise de conscience.

 

022_cog0256534

 

Librement inspirée de l’oeuvre « naturaliste » de Zola, cette approche est destinée à faire de chaque sujet une strate de LA mine, telle que nous l’envisageons.

 

Elle comprend cinq chapitres :

 

I/La subsistance à travers l’activité ancestrale des « cueilleurs d’or », en Colombie. Liée à l’esclavage et à l'arrivée des conquistadors, leur culture nous éclaire sur le lien que l’homme entretient avec cette ressource.

 

II/La fortune qui revisite le mythe du Klondike et le destin de ceux qui s’en remettent à la chance pour échapper à la pauvreté, à travers la ruée vers la Rinconada (Pérou).

 

III/Les conflits, enquête qui porte sur les rapports de force existant autour de cette activité, entre Etat, compagnies minières et creuseurs.

 

IV/La convoitise à travers un reportage sur la piraterie minière, issue de la décomposition d’une ville, d’une société et d’un pays, l’Afrique du Sud, après un siècle d’exploitation minière.

 

V/La conscience à travers la quête de mineurs péruviens qui, après des siècles d’exploitation et de souffrances inutiles, ont décidé de travailler en mode coopératif.

 

 

Llm_01colombie_003igualrvb2_bdf

038_cog0234072

 

LA FORME

 

Construit comme un récit, notre webdocumentaire aura la forme d’une BD multimédia, assemblant les différents contenus que sont le dessin, la photo, la vidéo, le son.

 

Notre aventure fera le lien entre tous les sujets, comme dans l’univers du roman.

 

Le dessin mettra en perspective tout ce que nous avons perçu, situations, anecdotes, portraits, gravés dans notre mémoire. Il sera notre média principal, afin de raconter avec une subjectivité assumée tout ce qu’il n’est pas possible de capter en image.

 

Sur le web, l’interactivité sera présente à l’intérieur de chaque chapitre dans le choix qui sera laissé à l’internaute d’aller voir tel personne, de découvrir tel lieu ou tel document utile à sa propre quête.

 

Storyboard_se_quence

Llm_01colombie_002igualrvb2_bdf

 

À quoi servira la collecte ?

Parce que rendre compte d’un sujet dans sa complexité demande du temps et que produire des séries documentaires coûte cher, nous désirons faire appel à vous pour financer ce projet.

 

Quatre chapitres ont déjà été réalisés, grâce à des commandes passées par la presse et la télévision : le Monde Magazine, ARTE, VSD, Géo, etc. Mais un dernier chapitre, celui portant sur les conflits, reste à produire.

 

022_cog0234057

 

Les 10 000 euros de notre collecte - minimum nécessaire pour tourner le dernier épisode de notre série - serviront à payer les 4000 euros de billets d’avion pour l’équipe (3 personnes), plus les déplacements sur place, la traduction, l’hébergement, la nourriture (3500 euros), plus la post-production (2500 euros)…

 

A ce stade, nous avons noué des contacts privilégiés et précieux. Le sujet est difficile, obtenir les autorisations requiert du tact et ce travail de préparation nécessite donc de la discrétion et l’anonymat des personnes qui nous aident. Raison pour laquelle nous explorons trois pistes différentes.

 

Afin de ne pas mettre en péril cette phase de préparation, nous ne pouvons malhreusement pas en dire davantage. Mais nous le ferons à posteriori et vous tiendrons régulièrement informés de la bonne marche du projet, notamment lors de sa présentation au Festival international du grand reportage d’actualité qui aura lieu le 23 et 24 mars au Touquet.

 

Avec votre aide, nous espérons ainsi convaincre des producteurs et des diffuseurs. Pour en savoir plus, rejoignez nous sur facebook. D'ici là, on croise les doigts !

 

(Un teaser sera bientôt en ligne)

 

 

Llm_01colombie_009_pelleteuservb_bdf

QUI SOMMES-NOUS ?

 

Argos_guillaume2Membre fondateur du collectif Argos, mes travaux (fermeture des houillères de Lorraine, hôtels meublés) mettent l'accent sur la vie quotidienne des gens simples et des déshérités. J’ai collaboré avec Géo, Le Pèlerin, L'Humanité, VSD, le Figaro magazine pour des reportages sur le monde industriel et les réfugiés climatiques.

 

Récompensé par le prix du documentaire pour mon reportage "Les Maldives à fleur d'eau" au Festival International du Scoop d’Angers (2007), projeté également au festival VISA pour l'Image en 2005.Guillaume Collanges est lauréat de la Bourse du Talent (2001).

 

Argos_id_seb_rvb_bd2Rédacteur/reporter, c’est par le prisme des mines que j'arpente le monde. Mes reportages réalisés en free-lance sur l’exploration du diamant, les chercheurs d’or, les mineurs de charbon m’ont amené à collaborer avec Le Monde, Challenges, Le Soir, Sciences et Avenir, Géo, le Figaro magazine entre autres.

 

Finaliste du prix RFI-France 24 au festival Visa pour l’image pour le webreportage Cuatro Horas (2011), Sébastien Daycard-Heid est lauréat du prix Crédit coopératif du meilleur reportage en économie sociale et solidaire.

 

Argos_cedric2Membre fondateur du Collectif Argos, photojournaliste et ancien JRI, je m’intéresse de près à l’exil sous toutes ses formes. Pendant six ans, j’ai enquêté sur le sort des réfugiés climatiques. Ce travail collectif a fait l’objet d’une diffusion presse, expo, livre et multimedia, visible sur http://www.refugiesclimatiques.com/

 

Cédric Faimali collabore régulièrement avec la presse française et internationale. Son webreportage, Cuatro Horas, a été nommé parmi les finalistes du prix RFI-France 24 au festival Visa pour l’image (2011).

 

Argos_damien2Illustrateur, mes reportages graphiques portent sur des groupes de sans logis, familles Rroms, squatters... Depuis 2007, j'explore aussi les possibilités du documentaire multimédia, que j'ai découvert en réalisant notamment, avec Gédéon films, un épisode en Ecosse de la série "Carnets de voyage" diffusé sur Arte, Voyage, TV5 Monde...

 

Prix du jury Grands Reportages pour "Portraits cachés" (2001), Damien Roudeau a reçu le grand Prix et le Prix de l’écriture de la Biennale du Carnet de Voyage pour De Bric et de broc (2006), ainsi que le Grand Prix des écrivains voyageurs (2008).

 

PUBLICATIONS DU PROJET :

 

MARIE CLAIRE

Oro_verde_marie_claire_france-1

 

Oro_verde_marie_claire_france-2

 

Oro_verde_marie_claire_france-3

 

FRANCE 5

Cuatro_3

Voir le web doc Cuatro horas

 

TERRA ECO

Terra-portfolio17_3-1

 

Terra-portfolio17_3-2

 

Terra-portfolio17_3-3

 

LE MONDE MAGAZINE

Publi_monde_mag_colombie_double_1

 

Publi_monde_mag_colombie_double_2

 

GEO

Afriq_du_sud1

 

Afriq_du_sud2

 

Afriq_du_sud3

 

Afriq_du_sud4

Thumb_logo_argos_kkbb
Collectif Argos

Fondé en 2001, le collectif Argos regroupe onze documentaristes. Dans cette association chacun poursuit, selon ses affinités, des projets personnels et collectifs au long cours. L’humain est toujours au cœur du récit, comme en témoignent les livres « Gueule d’Hexagone » et « Réfugiés climatiques », édité avec le soutien de l’ADEME et du MIT.... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Done! Vous y êtes presque, tous mes voeux de réussite pour ce projet passionnant!
Thumb_ljdfb
Dernière ligne droite, je croise les doigts.. à bientôt Ljubisa
Thumb_kkbb
Une pépite, assurément ;)