un court-métrage de fiction produit par la société de production SHELLAC. Vanessa Santullo, photographe et vidéaste, suit le parcours d’un

Large_partie-de-campagne6

Présentation détaillée du projet

A PAS DE LOUP

un film produit par Shellac Sud

 

C'est un projet que développe Vanessa Santullo depuis plus d'un an. Pour arriver à la version finale, le scénario a été continuellement retravaillé par les co-auteurs Vanessa Santullo et Colas Rifkiss.

 

Vanessa Santullo est actuellement en train de constituer son équipe ainsi que son casting. La musique sera composée par Sophie Gonthier alias Anything Maria (à découvrir sur facebook).

 

Le tournage est prévu pour février 2012, tout devient donc de plus en plus concret... (et les derniers financements, de plus en plus urgents !)

ou bien en devenant un de nos KissBankers, qui seront naturellement tenus régulièrement informés du projet...!

Sachez enfin qu'en rejoignant l'équipe des DEUX TABLEAUX, vous participez à un projet éco-responsable ! Soutenue par l'aide Agir +, l'aventure est menée dans un respect permanent de l'environnement. Vanessa Santullo à propos de son film : "LES DEUX TABLEAUX raconte l’histoire d’une rupture amoureuse violente et pose implicitement la question de l’évolution de la relation à l’autre, dans une société où la figure de l’archétype masculin tend à s’effacer. Ce qui m'anime dans cette réalisation, c'est la façon dont les individus doivent réinventer un mode de vivre ensemble. Emilie se rend chez sa grand-mère, telle une variation contemporaine sur le thème du petit chaperon rouge. Elle nous apparaît d’abord clairement et anormalement fragilisée. On suit ensuite son parcours vers la maturité : il s’agit pour elle de retrouver sa force, d’accepter et de comprendre la réalité de ce qui lui est arrivé, de se dévoiler, puis d’agir, d’aller de l’avant. Sur le plan visuel, ce passage à la maturité sera souligné par un motif récurrent : celui du passage à la lumière. La séquence finale reprend d’ailleurs ce motif pour en faire la conclusion du film, en parallèle avec le récit d’Emilie en voix-off. Car à la fin du film, la parole se libère : Emilie parle enfin et c’est alors la rigueur du langage – commun à tous – qui s’efforce de retranscrire une histoire humaine physique et singulière, qui n’est jamais la même.

 

© Vanessa Santullo

 

Cette photo est une des contreparties offertes en échange de vos contributions.

 

Le Casting 

 

 

Mathieu - Laurent Papot

Laurent Papot crée en 2003  la compagnie de "La Sérénade Interrompue" avec la metteur en scène Séverine Chavrier (« Avec Mozart le mal de gorge était moins grave », « Epousailles et Représailles ») actuellement artiste associée au 104 (Série B) et qui présentera sa prochaine création au festival d'Avignon 2012. Il travaille surtout avec des metteurs en scène de sa génération : Philippe Ulysse, Vincent Macaigne. Il sera en janvier 2012 sur la scène du théâtre de la colline dans une création : "Déjà là" d'Arnaud Michniak, mise en scène par Aurélia Guillet. Au cinéma, il collabore à l'écriture et joue sous la direction de Jules Zingg (« Kudho », « Les Voisins » : festival de Rotherdam, Lisbonne, Milan...) le prochain film (« Nos retrouvailles ») étant en montage actuellement. Il travaille avec Thomas Grenier (« Château de carte », « Le cri du coq »), Guillaume Brac (« Un monde sans femme ») et en février dans le prochain film de Vanessa Santullo (« Les deux tableaux »).

 

La grand-mère - Claudine Baschet

 

"Ce qui m'a motivée au point de traverser la France pour le casting alors que je n'avais aucune garantie d'être prise : une histoire de femme, l'énergie d'une équipe avec laquelle j'ai eu envie de partager cette aventure." 

 

 

Depuis 1991, on a vu Claudine Baschet au cinéma dans les longs-métrages "Le bâtard de Dieu" de Christian Fechner, "Pulmann Paradis" de Michèle Rosier, "Le soleil au-dessus des nuages" de Eric Le Roch, "Quand les anges s'en mêlent" de Crystel Amsalem, ou encore "Hors de prix" de Pierre Salvadori (entre autres). À la télévision, elle joue notamment dans "L'imposteur" de Gérard Louvin, "Maximum Vital" de François Rossini, "Mortelle Cavale" (Une femme d’honneur) de Michaël Perrotta, "L'assassinat d'Henri IV" de Jacques Malaterre, "Carmen" de Jacques Malaterre. Au théâtre, on l’a vue dans "Les démons (Les Possédés)" de Dostoïevski, mise en scène de Jean Gillibert – Paris et Bourges, "Crépuscule du théâtre" de M.R. Lenormand, mise en scène de Marie-Noëlle Peters – Le Campagnol, "Les bonnes ménagères" de Carlo Goldoni, mise en scène de Claude YERSIN – Nouveau Théâtre d’Angers – Les Gémeaux – Tournée, "Le Dibbouk" d’après AN-SKI, mise en scène Daniel Mesguich – Espace Rachi Paris, "Les larmes amères de Petra von Kant" (R.W. Fassbinder) – mise en scène Alexis Moati & Strastis Vouyoucas – Théâtre Gyptis – Marseille.  

La singularité des « deux tableaux »  La singularité du point de vue que je souhaite porter sur ce sujet réside dans l’imbrication de deux tendances – d’où le titre LES DEUX TABLEAUX. Le film évolue en effet entre deux pôles : d’une part le récit, sa structure et son rythme narratif propre ; d’autre part, des moments évanescents où Emilie s’échappe de la réalité, et où les spectateurs se retrouvent « hors du temps », dans une réalité brièvement transcendée.

 

 

© Vanessa Santullo

 

Dans ce même esprit d’entre-deux, j’accorde une importance fondamentale au son : il mélangera des sons au plus proche de la réalité, et de l’autre côté, les glissements vers le fantastique et l’onirique seront fréquents. Au jeu des faux semblants, le corps est éloquent Dans ce film, c’est le corps qui est mis en jeu : c’est lui qui porte les traces de ce qui s’est passé, qui révèle ce qu’Emilie se refuse d’abord à verbaliser. L’importance capitale que j’accorde à la gestuelle a bien sûr une influence sur le style visuel du film.

 

 

L’expérience de la violence

 

© Vanessa Santullo

 

J’ai envie de traiter ce sujet car la violence dans la relation à l’autre est à mon sens trop banalisé, et c’est mon questionnement par rapport à ça qui a donné naissance au personnage d’Emilie. En montrant les effets de l’atteinte à l’intégrité de l’autre, et en donnant à cette situation une force plastique et émotionnelle dans la dernière séquence, j’espère dénoncer cette banalisation et provoquer une prise de conscience." 

 

Toutes les photos sont de Vanessa Santullo, sauf son portrait (©Geoffroy Mathieu).

Qui suis-je ?

VANESSA SANTULLO

© Vanessa Santullo

 

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, avec les félicitations du jury en 2000, Vanessa travaille essentiellement en vidéo et photographie. Comme une entomologiste, elle observe le ballet quotidien des femmes, des hommes, des enfants. Sous une apparente désinvolture, elle pose son regard sur les gens, la foule.

 

 

Vanessa Santullo

En dressant l’inventaire de ces petits riens qui nous animent et forment la majeure partie de la vie, l’artiste crée un univers émotionnel ; étude de l’animal humain dans son milieu naturel, sa caméra invisible mais indiscrète capte des échantillons d’humanité. Cette multitude filmée par l’artiste vibre au diapason des saisons et des rythmes sociaux qui la traversent et pose la question du «comment être ensemble ».

 

Vanessa Santullo a exposé à la galerie Agnès b. à Marseille, elle été nominée pour le prix photo HSBC en 2011. Plus récemment, elle a réalisé un film vidéo pour LE BAL à Paris. Un bal à trois temps, est une chronique sur la mise en place du BAL entre 2008 et 2010. Son travail vidéo a été diffusé dans la cadre d’Arte vidéo Night sur Arte en octobre 2011 pendant la FIAC.

 

LES DEUX TABLEAUX est son premier court-métrage de fiction, ce projet est lauréat Mécènes du Sud et bénéficie du soutien de la Région PACA.

 

 

Envie d'en savoir plus sur le travail de Vanessa Santullo ?

>> Site de Vanessa Santullo

>> Les Films de Vanessa S. sur FaceBook

 

 

Deux vidéos de Vanessa Santullo : "L'Instant et l'éternité" (extrait) et "Le Rêve de Vanessa S."

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

© Vanessa Santullo

Cette photo est une des contreparties offertes en échange de vos contributions. Pour concrétiser le projet et lui offrir l'ampleur qu'il mérite, il nous manque encore 7.000 €. Ainsi, si près du but, nous faisons appel à vous pour nous aider à réaliser ce rêve ! Grâce à votre soutien Vanessa Santullo pourra réaliser son film dans de bonnes conditions artistiques et techniques, et ainsi délivrer un message aussi subtil qu'essentiel. En effet, le rendu visuel et sonore escompté par Vanessa, et idéal pour servir son propos, nécessite la location d’un matériel bien précis. Votre participation permettra :   > La location d'une caméra HD Digital Cinema (capteur 3,5K)   > La location du matériel d’éclairage et de machinerie   > L'achat des costumes   > La prise en charge des frais de déplacement des artistes et de l’équipe technique Si le montant de la collecte dépasse les 7.000€, il sera alors possible d’améliorer la variété des éléments de décoration et des accessoires, pour l’instant réduite au strict minimum… La qualité de la finition visuelle du film dépend de vous !

Thumb_01a-7008
Vanessa Santullo

Après un diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, avec les félicitations du jury en 2000, Vanessa Santullo se forme à la réalisation de cinéma documentaire aux Ateliers Varan en 2004. Photographe et vidéaste l’artiste dresse l’inventaire de ces petits riens qui nous animent et forment la majeure partie de la vie, elle crée... Voir la suite