Abraham présente

Adam

Aidez nous à réaliser ADAM, court métrage sélectionné par le Jury des courts métrages de l'ESRA PARIS!

Large_visuel_kk-1426357426

Présentation détaillée du projet

 

 

Le_projet-1426352033

 

 

Adam, Camille, Marc et Julien sont quatre adolescents partis ensembles en weekend pour camper en forêt. Le jeune Adam, plutôt marginal, s’éprend rapidement de Camille et se laisse entraîner dans le jeu de séduction que cette dernière instille entre eux deux. Mais non loin, dans la forêt, une présence menaçante rôde et observe le groupe qui se déchire suite à un jeu qui tourne mal.

C’est à ce moment qu’elle choisit d’attaquer et de précipiter ces quatre jeunes vers une tragédie.

 

 

Sources d'inspiration et visuels:  

Adamlefilm-1426360410

adamlefilm.tumblr.com

 

 

 

 

Note_intention-1426352079

 

Le film raconte le weekend de quatre adolescents partis camper en forêt et d’une humiliation, conséquence d’un jeu qui tourne mal, et qui mène le récit à une conclusion tragique. C’est l’histoire d’un drame qui survient à cause de petits jeux adolescents que l’on croit sans conséquence, un drame qui n’aurait peut-être jamais eu lieu avec une once de considération pour l’autre.

Le film a une structure binaire. Comme dans tous les drames quotidiens, il y a un avant et un après. Il s’ouvre sur un univers adolescent avec ses jeux, son insouciance et ses passions amoureuses puis, très vite, tout bascule et conduit le groupe vers des problématiques plus adultes et vers l’irrémédiable. C’est un film qui aborde le thème du passage : celui de l’adolescence à l’âge adulte. Dans cette forêt isolée loin de notre société, les adolescents sont les seuls maîtres et personne n’est là pour leur dicter leur comportement. Par conséquent ils ne savent plus trop où sont les limites du jeu et où commence l’humiliation. L’adolescence, c’est l’endroit du trop, de l’espoir et/ou du désespoir, et elle est ici confrontée à la réalité, à l’âge adulte, où chaque acte a une conséquence. La réalité est matérialisée dans le film comme une présence, menaçante, qui observe dans l’ombre et frappe au moment propice, précipitant les adolescents vers la tragédie. C’est elle qui fait office de juge ici et c’est ce qui m’intéresse également dans cette histoire : tous les ados sont à la fois les victimes et les bourreaux. Il n’y a pas de réel coupable et même s’il y a une certaine ironie dans les évènements qui précipitent la mort d’un des ados, ce drame ne mène en rien à une diatribe moralisatrice sur l’adolescence. Le cinéma, c’est l’art de montrer mais aussi de voir, c’est sur cela que j’aimerais travailler en ce qui concerne l'esthétique du film. J’aimerais m’attarder sur les jeux de regards, de point de vue, de subjectivité. J’aimerais replonger dans l’adolescence et voir (ou revoir) le monde de la façon la plus extrême, dans la joie comme dans la haine, à travers les yeux d’Adam. J’aimerais retrouver cet état de grâce qui nous emplissait lors de nos premiers émois amoureux et cette déferlante de haine qui pouvait nous habiter lorsque nos sentiments étaient les seuls maîtres à bord. J’aimerais travailler sur l’ambivalence des sentiments et sur les extrémités auxquelles ils peuvent nous amener en éludant tout manichéisme. Enfin, la forêt est, pour moi, le lieu de prédilection pour aborder cette thématique du passage. Elle s’étend sur des kilomètres, est visible par tous et pourtant renferme tant de choses invisibles, insoupçonnées. Tantôt menaçant, tantôt accueillant, cet environnement matérialise à lui seul l’esprit du film et celui d’Adam, son personnage principal ; et c’est ce personnage dans cet environnement que j’aimerais mettre en scène.

 

 

Acteurs-1426352255

 

Sylvain_debry_copy-1426354222

 

Juliette_lamet_copy-1426354238

 

Adrien_schmu_ck_copy-1426354254

 

Davorcosic_copy-1426354278

 

 

Max_martin-1426355925

 

 "Ma passion pour le cinéma m’est venue sur le tard. Bien que cloîtré des journées entières à regarder des films sur mon petit écran depuis mon plus jeune âge, c’est d’abord vers le théâtre que je me suis tourné. Au lycée, j’exerçais mon goût pour le jeu et la mise en scène théâtrale jusqu’à ce que je me rende compte que ce medium n’était pas le meilleur pour exprimer mes idées et mes affects. Je cherchais un moyen de basculer dans l’intime et me rapprochais donc de mon premier amour : le cinéma.

Après une année d’hypokhâgne j’ai donc intégré l’université pour me familiariser avec l’histoire et les grandes théories du 7eme Art. J’y ai également fait mes premières armes avec des projets aussi divers que des web-séries, des clips ou des films institutionnels. Puis, ma licence en poche, j’ai choisi d’intégrer l’École Supérieure de Réalisation Audiovisuelle (ESRA) en 2012 pour y suivre une formation de qualité aussi bien technique que théorique. Actuellement en fin de troisième année, les enseignements que j’ai pu recevoir me permettent aujourd’hui d’aborder sereinement ce court-métrage qui sera, pour mon équipe et moi, une vitrine de nos compétences. Ainsi, c’est un projet ambitieux à plus d’un titre. Ce n’est pas un film « à scénario » dont il est question ici. Son intérêt ne réside pas non plus dans son originalité. Non, son intérêt est plus fondamental que cela, et il réside dans l’essence même du cinéma, son origine : l’attraction. Ce film n’a pas la prétention d’être une « métaphore de la vie » ou je ne sais quoi. Non, il a simplement l’ambition d’être un réel divertissement ; de plonger le spectateur que vous êtes dans un univers autre et que pendant les 15 minutes que vous passerez avec lui, vous ne vous ennuyez pas. Ce qui m’importe le plus, c’est qu’après la projection, vous n’ayez pas le sentiment d’avoir perdu 15 minutes de votre vie. En revanche soyons honnêtes, si vous avez une aversion pour le cinéma américain et que votre cœur bat à la chamade pour les films à très petit budget d’auteurs polonais ou le cinéma vérité de Vertov, mieux vaut passer votre chemin. En revanche si vos goûts vous amènent à regarder avec autant de plaisir un bon film de David Fincher ou de Gus van Sant, là, ce projet risque de vous intéresser. J’admire beaucoup la terrible efficacité des plans de David Fincher et m’émerveille autant de l’incroyable puissance émotionnelle des films de Gus van Sant. C’est par cette hybridation que ce projet tient sa singularité."

 

 

Ass_rea_-1426355943

 

"Mon bac littéraire en poche, il était évident pour moi de me diriger vers le milieu de l’audiovisuel. Depuis l’enfance, les films ont été pour moi une source d’émerveillement, de plaisir et sans aucun doute d’inspiration. Le cinéma est, selon moi, l’art le plus complet de par sa capacité à inclure tous les arts en son sein. Miroir de notre société, il désincarne pourtant la réalité en la sublimant.

J'ai choisi alors d'intégrer l'ESRA pour comprendre les subtilités de cet art et devenir à mon tour un rouage de la machine. Etant actuellement en troisième année, je pense avoir acquit, par le biais des cours dispensés et par les nombreuses expériences professionnelles éprouvées, une connaissance assez large pour me sentir apte à me lancer en tant que première assistante réalisatrice dans un projet aussi ambitieux que celui-ci. En effet, avec un budget restreint et des journées de travail limitées, nous voulons lancer un projet qui promet de grands défis techniques révélant une grande ambition esthétique."

 

 

 

Flo_sol-1426355958

 

"Originaire du Luxembourg, je me suis intéressé à la photographie au cours de mon adolescence. Après quelques années de pratique, je me suis tourné vers le film et très vite, mon intérêt pour l'image en mouvement et l'audiovisuel ont pris le dessus, à tel point que j'ai décidé d'orienter mes études post-bac vers le cinéma et que j'ai intégré l'ESRA Paris en 2012. Au cours de mes premières années passées à l'ESRA j'ai pu découvrir et m'intéresser non seulement au cinéma, mais aussi à la publicité, à la vidéo musicale, à la peinture, au graphisme, à l'art numérique, plus généralement à toute discipline qui se rapporte à l'image.

Je pense que ce qui me passionne le plus dans l'image, c'est le travail sur les atmosphères. Je suis fasciné par ces images qui, dès la première vue, provoquent une émotion très précise auprès du spectateur, qui nous plongent dans un univers, nous rappellent un souvenir, un moment vécu ou un état d'âme, et c'est ce que j'aimerais également transmettre dans mon travail. C'est d'ailleurs ce qui me plaît tant dans ce projet-ci. Outre le scénario, auquel j'ai accroché dès la première lecture, je pense que Maxime, le réalisateur, nous plonge dans un univers singulier et que j'aime beaucoup. D'une part les décors, la forêt, un terrain de jeu extraordinaire, car imprévisible, fascinante et mystérieuse, d'autre part les états d'âme de ce groupe de jeunes, en particulier la détresse d'Adam, qu'il s'agira de comprendre et de mettre en images. Je trouve ce tournage en forêt excitant, car il sera à la fois un défi physique et émotionnel. Physique pour les conditions climatiques auxquelles nous serons exposées, mais qui, j'en suis convaincu, nous réserveront de belles surprises, émotionnel pour ces personnages du film et leurs états d'esprit, qu'il s'agira de comprendre et de faire vivre dans ce décor."

 

Photos: Ma page sur Behance.net

 

Vidéos : La Société

 

 

Equipe_tech-1426355154

 

 

Réalisateur: Maxime Martin

 

1er assistant réalisateur: Célia Pyanootoo

 

2nd assistant réalisateur: Anja Hansen-Løve

 

Décorateur 1: Quentin Sarta

 

Décorateur 2: Alexandre Colbert

 

Chef opérateur: Florian Solin

 

Cadreur: Hugo Delaigue

 

1er assistant opérateur: William Sorribes

 

2eme assistant opérateur: Marion Raymond Seraillle

 

Chef électricien: Mathilde Lejeune

 

Électricien: Tristan Bourquin

 

Électricien: Marion Gouttefarde

 

Chef machiniste: Frédéric Moreira

 

Machiniste: Athur Criton

 

Machiniste: Thomas Rospabe

 

Scripte: Morgane Françon

 

Directeur de production: Hugo Abraham

 

1ere assistante de production: Lucie Llopis

 

Régisseur général : Jordan Borg

 

Régisseuse adjointe: Surya Daniel Durand

 

Régisseur adjoint: Marcos Hernandez Diaz

 

Directrice de Post Production: Romain Renaud

 

Monteur: Paola Termine

 

Monteur: Romain Renaud

 

Chef Opérateur son:  Philippe Belloteau

               

Assistant opérateur son: Corentin Mainix

 

Musique Originale: Théo Josephovitch

 

Sound Designer:  Arnaud Laimay 

 

Mixeurs: Philippe Belloteau

               

               Corentin Mainix

 

Monteurs: Vladimir Leser

 

                 Arnaud Laimay    

 

 

                

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte va nous servir à couvrir nos divers postes de dépenses:

 

-La régie, c'est à dire ce qui concerne le transport de l'équipe, son hébergement sur le lieu de tournage, la cantine du tournage et toute l'économie des consommables inhérent à un tournage de cinéma.

 

-Les décors et accessoires

 

-Le défraiement du personnel hors école, nous faisons appel à certain corps de métier tel qu'une Maquilleuse Cinéma ou encore, un costumier. Il est normal de proposer un forfait, ne serait ce que minime, à ces intervenants extérieur pour leur collaboration.

 

En échange de votre précieuse participation, nous vous proposons diverses contre-parties qui cherchent à vous faire suivre le parcours du projet. Ainsi, vous serez ceux qui ont rendu cette belle aventure possible et nous ne vous en remercierons jamais assez!

Thumb_486257_10151388535213714_1573547010_n-1423685385
Abraham

Etudiant en 3ème année ESRA Paris production. Suite à l'obtention d'un BAC littéraire en 2009, j'ai débuté mes études par trois années de droit à l'Université de Nantes. Forcément passionné par le cinéma, c'est tout naturellement que je me suis ensuite dirigé vers l'Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle de Paris dans le but de me spécialiser... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne chance à toute l'équipe et des baisers à Paola John et Anaïs
Thumb_default
bon courage à tous;)!!!!!
Thumb_default
Courage pour le projet ;)