Large_image-projet-01-1436011995-1436012011

Présentation détaillée du projet

 

 

Logo-projet-01-1436011204

 

Le défi et Challenge Un défi

 

Je souhaite participer à la sauvegarde de l’abeille noire pour de multiples raisons.

 

Bien entendu, seul, je ne peux pas grand-chose pour sauver cet hyménoptère de son extinction, mais une prise de conscience à l’échelle individuelle permet quelque fois de réaliser l’impensable.

 

En effet, je voudrais développer un rucher qui me permettra d’ici 5 ans de pouvoir faire de ma passion une activité pérenne.

 

Je ne vois pas en l’abeille noire qu’un moyen de vivre de ma passion, mais plutôt un être vivant qui, comme tout être vivant travaille à sa survie.

 

Ci dessous mon premier rucher en Ardèche :

 

Install-primaire-1436277046

 

La création de la future ligne qui recevra mes dix premières ruches.

 

Enfin mes dix premiers essaims sont arrivés et l'enruchage de ceux ci est en cours :

 

Rucher-primaire-1436277131

 

Les trois dernières ruches posées à Paris sur le toit de la CNAV dans le 19ème.

 

Ruches-paris-1436277197

 

 

 

Je souhaite également pouvoir contribuer à laisser un héritage aux futures générations, un héritage vivant. Je souhaite qu’elles puissent admirer ces abeilles et leur formidable organisation et ne pas se contenter  de contempler des images d’un monde où la flore serait en voie de disparition et où la faune ne se résumerait qu’à des exemplaires uniques dans les zoos ou en sous verre sur de belles planchettes en bois avec les inscriptions suivantes : « Apis Mélifèra Mélifèra, abeille ayant vécu au 21ème siècle et disparue depuis quelques années »

 

Pourtant, il est tout à fait possible de préserver cette abeille endémique !

 

Comment faire pour réaliser ce projet ?

 

Voici les quelques ingrédients nécessaires pour porter un projet de cette envergure

 

Une bonne dose d’optimisme

de  la passion Du travail et encore du travail Un apprentissage jamais achevé De l’argent

Emplacement pour réaliser ce projet :

 

            L’Ardèche méridionale, située dans le sud est de la France, est par la douceur (excepté fin 2014) de son climat un endroit qui me semble propice pour lancer ce rucher d’élevage. Cette région revêt de nombreux avantages :  

 

Flore méridionale importante Zone de culture encore un peu épargnée par les pesticides Nombreuses forêts avec de multiples essences d’arbres Hiver moins rigoureux qu’en montagne ou en région centre ou nord

 

Explications de ma passion.

 

Les 30, 31 mai, 1er juin 2014, j’ai eu l’occasion de participer à un stage d’apiculture aux cergnes, dans le département 42 près de Saint-Etienne ou il m’a été donné de rencontrer Bernard Nicollet, apiculteur depuis de nombreuses années.

 

La curiosité initiale qui m’avait poussé à suivre ce stage, est devenue passion au fil des jours, par la pratique et la découverte de ce monde qui m’était alors inconnu mais qui m’intéressait malgré tout depuis quelques temps déjà.

 

La théorie, alliée à la pratique et à l’apprentissage de la manipulation des abeilles noires, m’ont ouvert alors la porte d’un monde fascinant, le monde des abeilles, et particulièrement celui de l’abeille noire.

 

Les apiculteurs amateurs sont trop souvent orientés et priés de débuter leur activité avec des abeilles dites "faciles" mais non adaptées à leur milieu d'origine.  C’est aussi pour cette raison que j’ai décidé de me spécialiser dans ce type d’abeille endémique.

 

Mais voilà, à notre époque où tout va très vite, quels seront les bons arguments et les bonnes questions à se poser ?

 

L'élevage d'abeilles noires

 

Afin de concourir à la perpétuation de l’espèce, j’ai adhéré au CANIF et à l’association d’Ouessant pour bénéficier de leurs conseils éclairés. Ces derniers me permettront de ne pas commettre d’erreur en matière de fécondation des abeilles pour éviter les hybridations non souhaitées.

 

L'Apiculture Naturelle doit être et sera l’avenir, sans les abeilles, l’espérance de vie sur notre bonne vieille planète ne sera plus que de 4 ans .

 

Pour ma part, je souhaite élever mes abeilles de la façon la plus naturelle possible, afin de ne pas remplacer la nature, mais seulement donner un coup de pouce à une espèce endémique en difficulté actuellement.

 

Si l'apiculture est ouverte à tous, toutes les pratiques ne sont pas foncièrement bonnes pour autant, c'est pour cette raison essentielle que j’ai besoin de votre soutien. Après avoir acquis 13 ruches et 13 essaims, ma passion  a pris encore un peu plus de force.

 

Avec votre aide, je pourrais vous faire vivre ma passion au travers de mes vidéos postées sur le site Internet. Ceux qui m’auront permis de réaliser ce projet pourront visiter mon rucher aux dates qui seront indiquées sur le site.

 

Si la passion est le principal moteur, rien ne peut se faire sans moyens. 

 

Je mettrai à  dispositions des essaims à vendre.

 

Si l'apiculture de loisirs est relativement simple et peu coûteuse à mettre en œuvre, pratiquer une apiculture naturelle tout en même temps rémunératrice, est quant à elle, plus onéreuse.

 

Pour pérenniser vos dons je mets en place à partir de mars 2016 un stage mensuel, pour faire partager, comprendre et aimer ces petits insectes si précieux à la vie que sont les abeilles.

 

À quoi servira la collecte ?

 

 

L'impatience et l’ignorance peuvent coûter cher !

Mes essaims d'Abeilles seront issus d’élevage sélectionné de la sous espèce: "Apis Mellifera Mellifera ".

 

Ainsi les essaims d’abeilles noires acquis avec vos dons seront commandés auprès d’un apiculteur de renommée, puisqu’il s’agit de M. Nicolas Geant (ruches sur les toits de l’opéra de paris) mais aussi vendeur de matériels et pourvoyeur de bons conseils

 

Je tenais aussi à remercier M. Denis Chabin, qui m’a d’ailleurs aidé à rédiger ce document pour une meilleure présentation car il ne suffit pas d’avoir l’idée, il faut aussi la formaliser.

 

En résumé, je sollicite votre aide pour l’acquisition de :

 

-          30 essaims sélectionnés, d'abeilles noires de souches : 175 euros par essaims

-          30 Ruches 10 cadres bois ou plastiques : 120 euros la ruche plastique complète

-          30 ruchettes complètes avec nourrisseurs et portes : 60 euros la ruchette complète

-          cadres et hausses de cadres de rechange. 300 cadres de corps + 300 cadres de hausses, 800 euros

-          produits sanitaires (traitement contre le varroa)

-          Produits de nourrissement (sirop et Candi)

-          Plantes et arrangements méliffères.

 

Vipérine des canaries (plantes très mellifère)

 

Viperine-01-1436277775

 

Phacélie

 

Phacelie-1436277803

 

Nigelles de Damas

 

Nigelle-de-damas-20111029-1436277829

 

Le chiffrage de mon projet est de 10260 euros (8% de commissions de kisskissbankbank comprise)

 

Avec votre aide et du travail, je pourrai doubler mon cheptel tous les ans et ainsi devenir à mon tour « Berger des abeilles » dans environ 5 ans.

 

La méthode et les moyens employés

 

            Afin de pouvoir faire évoluer le cheptel ainsi crée, je vous livre ici ma méthode de développement.

 

-          Sur la méthode

 

L’achat d’essaims de souches pures sera réalisé auprès d’apiculteurs pouvant me délivrer un certificat précisant la qualité des abeilles.

 

Les ruches seront de types 10 cadres afin de pouvoir créer des colonies assez fortes. Cela permettra de diviser ou ponctionner des cadres de couvain tous les ans ou tous les deux ans selon les besoins et la capacité de la colonie.

 

Les essaims seront créés artificiellement et sélectionnés à partir des meilleures souches de douceur (travail au rucher) mais aussi de résistance aux maladies et de production de miel.

 

-          Sur les moyens

 

Les colonies créées, seront développées de la manière suivante :

 

-          Mise en place de cadres à jambage ou de cadres BeeOsense (pour la rapidité de construction par les abeilles, 6 jours pour un cadre au lieu de 11 pour un cadre normal ciré)

 

-          Mise en place par ruche, d’un cadre à mâle, afin que l’endroit soit saturé au bon moment de mâles noirs, permettant ainsi de limiter l’hybridation des abeilles de souches.

 

Ceci permettant de disposer d’environ 3000 mâles par ruches, soit 45000 mâles permettant ainsi une fécondation de 100 a 200 reines vierges de façon presque certaine, puisque le risque d’hybridation existe toujours.

 

-        Contrôle par biométrie et par M. Garnery (chercheur au CNRS) pour la certification de souches pures, étant adhérant au CANIF (Conservatoire de l’Abeille Noire en Ile de France) pour les essaims parisiens en place, qui viendront rejoindre leurs copines ardèchoise dès que les reines seront fécondées.

 

La proximité du conservatoire de la Drôme me permettra également de disposer d’un endroit spécifique. Pour les Ardéchoises déjà en place.

 

Le chiffrage du projet à été réalisé avec deux devis, le premier par BeeOpic en région Parisienne et le second par Naturapi dans le sud de la France.

 

            Les fonds récoltés seront utilisés et je ferais parvenir par mail la copie des factures d’achat de matériel au fur et a mesure. Si cette collecte de fonds venait à dépasser ce sera autant de plus pour d'autres ruches et d'autres essaims.

Thumb_logo_projet-1436012358
patrick abeilles

Apiculteur de 54 ans souhaitant faire de ma passion mon nouveau métier, car vivre de sa passion me semble être un accomplissement total . Actuellement cadre Manager à la CNAV, j'ai rencontré des gens formidables et d'autres moins, mais tous sont fans et curieux de ma page facebook et de la vie si inconnue des abeilles noires. Je réside actuellement... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Pourquoi en Ardèche ?

L'Ardèche méridionale est encore préserver pour la plus grande partie des pesticides et OGM meurtriers pour l'abeille. Le climat est doux et les arbres mellifères sont nombreux, ainsi que les plantes.

Derniers commentaires

Thumb_default
ALLEZ COURAGE
Thumb_10176189_651725548214295_203177140070278955_n-1436343685
C'est un beau projet. Tous mes voeux de réussite !
Thumb_default
Quelle belle initiative bravo ! ce projet ne peut qu'aboutir . J'encourage les internautes a faire comme moi.