Nous faisons appel à vous afin de pouvoir monter LA BORNE, dans le but de la jouer à Paris. La pièce met en scène 4 SDF qui virevoltent autour de l’engin en rêvant à des jours meilleurs. Ils vont nous faire découvrir un monde des exclus aux antipodes des larmoiements reçus. On rit, on se prend à rêver pour eux. Vont ils trouver un monde meilleur ?

Large_laborne

The project

RÉSUMÉ 


Pas de logement, pas de travail ! Pas de travail, pas de logement !

 

Dans un futur proche, le ministère des exclus dédié à la «Grande Cause Nationale » a équipé la ville entière de «bornes de survie ».

 

Elles ont pour fonction  principale de fournir une adresse de domicile fixe aux laissés pour compte de la société afin qu’ils décrochent un emploi et réciproquement qu’ils obtiennent  un domicile grâce aux revenus que donne l’emploi.

 

Il s’agit en fait d’endormir la mauvaise conscience des citoyens biens pensants en cachant la misère sociale dans des sanisettes améliorées, réglementées, contrôlées et gérées par les exclus eux-mêmes !

 

Un cercle infernal où chaque exclu sera comptabilisé et pris en charge comme dans un refuge pour animaux abandonnés.

 

Quatre exclus de longue date : Dédé, concepteur au chômage de la borne ; Josette, dame pipi, en charge de l’entretien de la borne ; Jacquot, fonctionnaire, contrôleur de son état et enfin Josiane, petite amie de Dédé, ancienne maîtresse du ministre corrompu… virevoltent autour de l’engin en rêvant à des jours meilleurs.

 

Au terme de leurs pérégrinations, leur rêve deviendra réalité. Ils retrouveront leur dignité, se libéreront de leur nouvelle prison en faisant un «bras d’honneur » à cette société aseptisée.

 

INTENTION DE RÉALISATION :

 

"La Borne" est une comédie de moeurs qui pétille comme un cocktail concocté à partir de situations loufoques et de personnages englués dans leurs conditions de SDF. On y ajoute un zeste de fête, une pointe de poésie et une pincée d’optimisme. L’humour et la dérision permettent ainsi d’aborder des sujets aussi grave que celui-là. 

 

Une pièce qui tente de faire rire le public avec la misère du monde s’engage dans une voie périlleuse, pour ne pas dire dangereuse !

 

Ma contribution, à moi, raconteur d’histoire, est de faire un spectacle où l’on parlera de « ça » autrement que par les voies traditionnelles, cérémonieuses, racoleuses ou culpabilisantes. J’ai pris le parti de faire rire et d’amuser en écrivant une comédie de mœurs mettant en scène le « Syndrome De la France ».
« La Borne" n’est pas un pamphlet, ni une leçon de morale ou même un message politique. C’est simplement un constat, un cri du cœur. Un regard sur la société où l’on vit et qui nous jette à la figure ses dérives, ses bassesses et son impuissance à permettre à tous d’accéder à des conditions de vie décentes.
 

Gilbert

Qui suis-je ?

LA BORNE (Liberté, égalité... Précarité !)



LA METTEUR EN SCENE : SOPHIE GOURDIN

(Ancienne élève du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris) Comédienne et metteur en scène du spectacle :
Ma rencontre avec Gilbert Libé, l’auteur de la pièce fût surprenante.
Tout comme «La Borne» le texte qu’il m’a envoyé deux jours à peine après que je l’ai rencontré ! J’ai lu la pièce et immédiatement j’ai ressentie l’envie très claire de la monter. Pour la première fois mon deuxième moi - qui généralement s’efface pour laisser la place au premier - me disait clairement, «vas y, tu dois le faire» !
Pleine de poésie, avec quatre personnages de chair. Puis, un personnage, le cinquième, moderne, multi-fonction, qui se module, véritable mystère qui anime les quatre autres : «La Borne», qui va réagir, dominer, trôner au milieu du décor et faire s’interroger sur le monde dans lequel sont projetés nos quatre protagonistes, obligés de
survivre aux tâches pénibles et impitoyables auxquelles ils sont soumis. Deux femmes et deux hommes qui auraient pu être n’importe qui mais dotés d’une grâce particulière et de réflexes de survie. Une histoire simple, actuelle hélas, mais qui transporte, qui jamais ne place le spectateur dans le malaise du monde d’aujourd’hui mais plutôt dans une sorte de voyage auquel il s’adonne avec plaisir, au cours duquel il va prendre conscience....Une véritable découverte...!

La pièce a une trame de tragi-comédie, on rit, on se questionne, on se prend aussi à rêver pour ces quatre personnages. Vont ils trouver un « monde meilleur» ? Pour que toute cette histoire se termine bien... Mais finira-t-elle bien ?


j'ai réuni trois camarades de plateau surprenants et dont j’aime le travail et la personnalité ! Le reste de l’équipe est issu de la même veine. S’entourer de courage, de
force et de poésie, tel est mon objectif…



L'AUTEUR : Gilbert LIBÉ

En savoir plus ... http://gilbertlibe.over-blog.com/

Auteur, comédien, réalisateur, Gilbert Libé a sillonné les scènes parisiennes et provinciales pendant plus de quinze ans tout en réalisant des courts métrages de fiction au sein d’une entreprise publique où il occupait un poste de communiquant.

Il collabore depuis 2005 à la Compagnie LIBERO, dont il assure la direction administrative avec Amar Mostefaoui co-fondateur, comédien et metteur en scène de la Compagnie.

Membre de la SACD, certaines de ses pièces sont parues chez Edilvre.com. Les sujets développés dans ses textes sont essentiellement inspirés de faits divers à caractère social : le sort des sans domicile et des exclus de notre société, le réchauffement de la planète et les débordements des « écolomaniaques », le vieillissement de la population et son problème des retraites, l’envahissement des médias dans nos vies. Raconter une histoire dramatique ou à caractère social en tentant de faire rire, tel est le but qu’il s’est assigné.

Ne nous trompons pas, comme disait Arthur Miller : "Ce n'est pas parce qu'il utilise des mots, un rythme verbal et des images poétiques qu'il faut considérer l'art dramatique dans une perspective littéraire."

 

NOTES DE L’AUTEUR

La devise de la République française repose sur les trois mots magiques gravés aux frontons de nos monuments publics : Liberté, Égalité, Fraternité…

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 définit ainsi la Liberté : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » ; Elle déclare que Égalité signifie que «Tous les hommes sont égaux par nature et devant la loi » ; Et enfin Fraternité est ainsi définie, dans la Déclaration des droits et devoirs du citoyen : « Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fît ; faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir ».

Dans une société individualiste qui rejette cinq millions d’individus, la devise est mise à mal avec les principes mêmes de la République !

Il est inconcevable qu’au 21ème siècle des gens soient rejettes ainsi d’une société dite civilisée et basée sur ces principes.Autant la liberté et l'égalité peuvent être perçues comme des droits, autant la fraternité est une obligation de chacun vis-à-vis d'autrui.

On ne peut pas vivre à notre époque « formidable » sans être interpellé dans la vie courante, par la misère qui vous saute aux yeux à chaque coin de rue, sur les quais de métro, aux portes des magasins ou à chaque feu rouge.

Il faut faire quelque chose ! Il faut réagir, il faut donner aux grandes quêtes nationales, il faut acheter « Faim de siècle, Macadam, le Lampadaire, le Réverbère… » Il faut s’engager dans les mouvements associatifs, les Restos du Cœur, le Secours Populaire, l’Armée du Salut, le DAL, Emmaüs, le Secours Catholique, l’Entraide Protestante, le Fond Social Juif Unifié, le Croissant Rouge, l’ATD Quart Monde, les Petits Frères des Pauvres et j’en passe…

Bien entendu, IL FAUT, et beaucoup de gens sont touchés, et FONT.

Mon modeste engagement à moi, raconteur d'histoire, est de FAIRE témoignage au travers d'une comédie, du cancer de notre société moderne : l'exclusion. 


L'ÉQUIPE :

Marina MONCADE

Marina a travaillé avec les plus grands au théâtre comme au cinéma depuis le Cours SIMON où elle a débuté jusqu'aux scènes de théâtre de Jean-Paul ROUSILLON, Gildas BOURDET, Stuart SEIDE ou Jean-Luc MOREAU entre autres ou aux plateaux de cinéma et de télévision avec Didier BOURDON, Frédéric SCHOENDOERFFER, Robin RENUCCI, Patrick DEWOLF ou Gérard VERGEZ...

Marina est "Josiane"



Jean-Paul DUBOIS

 

Né sans son frère jumeau, Jean-Paul Dubois trouve, dans le métier d’acteur, l’opportunité de combler cette absence insupportable de l’autre. De 1984 à 1999, il joue pour des compagnies du grand Ouest et du Nord de la France, Molière, Ibsen, Tcheckov, Marivaux, Racine, Sartre, Sophocle. On a pu le voir aussi dans plusieurs séries télévisées (Avocats associés, R.I.S, Boulevard du Palais, Central Nuit, Les Bleus …), puis dans les téléfilms : Marie Besnard de Christian Faure. A la télévision, il travaille également avec Olivier Marchal et Alain Berliner et au cinéma avec Hervé Renoh et Michaël Cohen.

Jean-Paul est "Jacquot"



Serge NOËL

 

Au théâtre, il a été mis en scène par : Tsilla Chelton, Pierre Santini, DanieL Mesguich, Etienne Bierry ou Gildas Bourdet. Il fait partie de l'équipe du Th. de la Huchette, pour "La Cantatrice Chauve" d'E.Ionesco. Au cinéma, il a tourné sous La direction de A. Cavalier et de Fr. CaiLLat et Jean-Marc Vervoort. A La télévision, il a été dirigé par J. Kerchbron, P. CavassiLas, Ch. Spiero, D. Albert, L. Dussaux, J.-M. Vervoort, Stéphane Barrault, Jean-Pierre Sinapy et Christian Faure.

Serge est "Dédé"



Sophie GOURDIN

 

Issue du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de 1984 à 1987 avec les Professeurs Vivianne THEOPHILIDES , Michel BOUQUET, Jean-Pierre VINCENT et Mario GONZALES, Sophie n’a pas cessé depuis d’occuper les scènes de théâtre dirigée par Jean-Pierre VINCENT, Jacques DACQMINE ou Françoise SEIGNER ainsi que Olivier Barma, Didier Le Pécheur ou encore Elisabeth Rappeneau sur les plateaux de cinéma ou de télévison. Elle accompagne également, à l’harmonica, François Stall dans ses concerts et à surtout à l’Olympia le 11/11/11 prochain !...

Sophie est "Josette"



Jack PERCHER

 

Après des études d’architecture et des expériences professionnelles dans ce domaine, en 1981, suite à une proposition du Théâtre du Radeau au Mans, il commence son parcours théâtral. Il travaille notamment avec M.Dubois (C.D.N. Normandie), C.Yersin (C.D.N. d’Angers), G.Gelas (Théâtre du Chêne Noir), D.Lastère et
J.L.Raynaud (Théâtre de l’Ephémère), D.Peron, C.Stavisky... En 1991, il réalise sa première mise en scène, et depuis cette date il mène de front son travail scénographique et la mise en scène (Aristophane, W.Shakespeare, A.Tchékhov, B.Brecht, E.Ionesco, Y.Ritsos, S.Mrozek, H.Pinter, L.Gaudé…) A ce jour, ce sont plus de 95 créations qui jalonnent son parcours.

Jack est le "scènographe" de la pièce

 


 

Why fund it?

Mon but est de voir enfin sur une scène les personnages que j'ai imaginé.

 

Des comédiens d'expérience et de talent ont adhéré au projet après la lecture initiée par Sophie Gourdin. Ils sont prêts à s'investir dans cette aventure qui consiste à monter une pièce d'un auteur inconnu... Si nous collectons les fonds nécessaires, cela nous permettra de construire la borne, cinquième  personnage de la pièce, d'organiser des répétitions et faire des auditions où seront invités, producteurs et directeurs de théâtres. 

 

Mais pour cela il faut d'abord monter le spectacle.

 

Les fonds collectés vont servir à cette première étape . 

 

Il ne s'agit pas de "faire de l'argent" mais surtout de pouvoir payer l'équipe du spectacle (comédiens, techniciens) qui vont s'engager et s'investir dans cette aventure le temps du montage de la pièce... Cela n'inclut pas les dépenses telles, attaché de presse, droits d'auteur et de mise en scène.


1. Décor, costumes, accessoires :   1000

2. Construction de la borne : 2000

3. Salaires des Comédiens, techniciens (5) : 

Répétitions 4000

 Charges sociales : 2000

4. Affiches, flyers, dossiers presse : 1000

 

 

On compte sur vous, votre solidarité, votre amour du théâtre et votre enthousiasme à mener à bien ce projet...

Thumb_gilbert_lib_
gilbertlibe

Auteur, comédien, réalisateur, Gilbert Libé a sillonné les scènes parisiennes et provinciales pendant plus de quinze ans tout en réalisant des courts métrages de fiction au sein d’une entreprise publique où il occupait un poste de communiquant. Il collabore depuis 2005 à la Compagnie LIBERO, dont il assure la direction administrative avec Amar... See more

Newest comments

Thumb_gilbert_lib_
Nous arrivons au terme de ce challenge... Nous sommes beaucoup à être convaincus du bien fondé du montage de la Borne, mais malheureusement, l'objectif est trop loin devant nous. Je voudrais néanmoins remercier chaleureusement les "Kissbankers" qui ont participé. J'aimerais aussi qu'ils se fassent connaître auprès de moi (pour ceux dont le nom n'apparaît pas !) afin que je puisse les remercier individuellement et les tenir au courant de la suite des événements. A bientôt pour la suite de l'aventure. Encore merci de tout coeur à tous (tes). Gilbert
Thumb_gilbert_lib_
Merci Jaynesis, même si à première vue je ne te connais pas ! Mais je ne demande qu'à te connaître... Encore merci et fais suivre le message dans tes réseaux proches !
Thumb_gilbert_lib_
Un gros remerciement à Mighelina Santonastaso qui se tient à sa parole donnée.... Elle y crois et ne veut rien lâcher... Comme moi !