aimélefilm présente

AIMÉ

Les réalisateurs suivent Aimé, un immigré congolais qui s'est fait une place à Paris grâce à son resto et "sa bonne étoile"...

Large_affiche_cuisine_v9quat

Présentation détaillée du projet

AVANT PREMIÈRE À PARIS AU COMPTOIR GÉNÉRAL, LE 19 NOVEMBRE À 20H00!!!!!!

VOUS SAVEZ COMMENT PARTICIPER.

 

 

Mis en ligne le 05/10/2013.

 

Mis en ligne le 09/10/2013

 

 

Mis en ligne le 18/10/2013 ...

 

Genèse:

 

L’origine de ce film remonte à l’origine de notre rencontre.

En 2008, Mickaël revient de sa « première fois » au Congo et moi d’une année de voyage en Amérique Centrale.

Nous nous rencontrons à l’AFPA d’Issoudun, dans le centre de la France. Il commence une formation de monteur et moi de cadreur. 

 

Mickaël me parle d’Aimé, un ami de sa mère et de son restaurant congolais, le Tropic’Pigalle à Paris, Pigalle. Un ancien bar à hôtesses qu'il a transformé en restaurant dans lequel la communauté congolaise parisienne se rencontre. Un lieu atypique tenu par Aimé qu’il me décrit de manière chaleureuse comme étant un véritable dandy africain.

 

Très vite, nous nous retrouvons dans son restaurant caméra au poing, le jour de son anniversaire. 

Nous voilà lancés dans la réalisation de notre premier documentaire.

 

Le film.

 

Aimé est un self made man qui, avec son restaurant, s’est construit une place centrale dans la communauté congolaise parisienne. Il est travailleur, ambitieux et légèrement mégalomane. Ce cocktail fait de lui un personnage attachant et charismatique.

 

A l’occasion de la fête de ses 40 ans et des 10 ans de son restaurant, entouré par ses amis, célébré et reconnu par tous les siens, nous commençons à le filmer dans son restaurant.

 

Tout au long du film, nous le retrouverons avec différentes casquettes : commerçant, cuisinier, patron, père de famille, ami … 

 

Aimé aurait fait sa place partout. Il en a besoin pour exister. 

Face à notre caméra - qu'il utilise comme un témoin - il met en scène sa réussite. Toute réussite a un prix ... nous voulions en savoir plus!

 

A travers Aimé, ce film est aussi une lorgnette sur un monde qui a peu de visibilité : celui de la communauté congolaise en France et plus particulièrement à Paris. Un monde dans le monde, un réseau, où les notions de réussite, de travail, de débrouillardise mais aussi de dignité et de reconnaissance sociale ont une place centrale.  

 

La réalisation.

 

Visuel_r_alisation

Session de montage à Lorient.

 

A la fin de notre formation nous avons chacun repris le cours de nos vies.

Mickaël est allé travailler à Paris. Je suis retourné en Amérique Centrale.

Nous nous rencontrions quand nous le pouvions pour fabriquer ce film, via internet dans un premier temps, puis à Paris et en Bretagne.

Inlassablement nous avons fait, défait et refait ce film.

 

Un « premier film » à l’édifice.

 

Depuis le début nous considérons Aimé, son restaurant et ce film, comme un fil sur lequel tirer pour initier un travail plus large sur la communauté congolaise en France, et plus particulièrement à Paris.

Un premier volet, une première facette d’un travail plus global sur des thèmes qui nous sont chers (immigration, réussite, réseau, débrouillardise, solidarité, moeurs et coutumes (anniversaire, mariage, enterrement), attitudes et représentation de soi...).

À quoi servira la collecte ?

Pourquoi avons nous besoin de vous?

 

Ce film est un film fait maison et nous sommes arrivés au terme de ce que nous pouvions faire nous même.  

 

Nous avons pris en charge nos continuels voyages entre Paris et la Bretagne, la location de cameras pour tourner de nouveaux plans et compléter notre film. Nous avons louer des gîtes, nous nous sommes fait prêter des maisons, nous avons envahi les nôtres pour monter incessamment ce film, le détruire et le recommencer.

 

Nous avons eu la chance de bénéficier de la générosité de Lokua Kanza qui apparait dans le film en tant que client du restaurant et qui nous a amicalement autorisé à utiliser l'un de ses morceaux de musique : N'kolo

 

Mais pour finaliser la postproduction, le film devra passer entre les mains d’un graphiste, d’un étalonneur et d’un ingénieur du son pour le mixage. Tous free lance ... mais malheureusement pas free!

 

Nous devons aussi payer à L'INA, les droits d'exploitation d'une archive sonore utilisée au début du film, "le discours de Brazzaville" du Général De Gaulle. 

 

Un film est fait pour être vu! A cet effet nous souhaitons organiser une projection à Paris à laquelle nous inviterons producteurs et professionnels du cinéma et de l’audiovisuelle, ainsi qu'une autre projection (qui se fera grâce au soutien de Comptoir Général à Paris) pour remercier tous ceux qui nous aurons soutenus et aidés dans ce projet ... peut être vous?

 

Enfin, nous souhaitons envoyer notre film dans le plus grand nombre de festivals possibles, en France et à l’étranger de manière à pérenniser notre travail, ce qui engage un autre coût important en supports de diffusion, frais postaux, frais de traduction et sous titrage.

 

Amis, amis d'amis, parents, amis de parents, voisins et autres collègues, sultans ... nous comptons sur vous pour finaliser la postproduction du film « Aimé » et initier sa présentation et sa diffusion de manière à ce qu’il soit vu par le plus grand nombre ... et vous les premiers!

 

Si jamais nous dépassions la somme espérée, ce serait génial! Les personnes qui ont donné de leur temps gracieusement comme le compositeur de la bande originale et l'un des graphistes pourront être dédommagées grâce à vous. 

Par ailleurs, nous pourrons nous attacher les services de LA personne qui saura mettre en oeuvre une stratégie pour une diffusion optimale du film. 

 

Quoiqu'il en soit, d'avance, nous vous remercions!

 

Décomposition des futurs frais, pour lesquels nous sollicitons votre aide.

 

- Frais de postproduction (Graphisme/ Etalonnage/ Mixage son) : 1800€

- Droit d'exploitation archive INA "Discours de Brazzaville": 450€

- Traduction anglais, espagnol: 500€

- Location de la salle de projection Charles Brabant pour une projection professionnelle à la SCAM +     assurance : 200€

- Frais promotion (DVD/jaquette/frais d’envois/frais de communication) : 1330€

- 3 A/R en train Bretagne – Paris, pour mixage et étalonnage du film : 400€

 

- Total : 4680€

 

- Comission KissKissBankBank 8% : 375€

 

Total : 5055€

 

 

Thumb_img_6694
aimélefilm

Mickael Bandela est réalisateur et travaille comme chef monteur pour la publicité et la télévision. Parallèlement, il fonde la société ‘Ruska Films’ avec laquelle il produit et co-réalise « Aimé » (2013), son premier documentaire de création. Il est actuellement en phase d’écriture du long métrage « Les visages d’une mère » avec l’atelier... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
t la chui la;-) bon courage et au 19!!!
Thumb_default
ON y croit!!! Bravo pour ce beau projet...
Thumb_default
Bravo!!!!