"1/3 de l’humanité a fait un bon en avant, famine et pauvreté règnent sur les 2/3 restants". Le modèle de sobriété heureuse est-il viable ?

Large_ainsi_va_la_vie

Présentation détaillée du projet

"Un hectare, une famille, un habitat". Ce modèle, imaginé par Pierre Rahbi, le désormais célèbre inventeur du concept de « sobriété heureuse » et pionnier de l’agriculture biologique, est-il viable ? C’est ce que ce web-documentaire cherche à démontrer, au travers du quotidien d’un couple et leur fille sur les hauts de St-Joseph à l’île de la Réunion…

 

SYNOPSYS :

 

On les surnomme les « voileux de la terre ». Eux, ce sont Karine, Paulo et leur fille âgée de 7 ans, qui ont décidé un jour de 2006 d’abandonner leur voilier et de jeter l’ancre dans le sud de l’Ile de la Réunion au cœur de l’Océan Indien. Rien ne prédestinait pourtant cette technicienne de laboratoire en milieu médical et cet ouvrier du bâtiment, à racheter cette parcelle de 2,5 hectares à 700m d’altitude, de surcroit en friche pendant plus d’une vingtaine d’années. Ou si : la volonté commune d’adopter un mode de vie qui ne se fonderait pas sur une croissance illusoire mais sur la capacité à satisfaire ses besoins avec les moyens les plus simples. Autrement dit, revenir à un quotidien sobre et heureux, en réapprenant à vivre des produits de ses cultures, de ses vergers, de son clapier, de son poulailler et de ses ruches. Sans eau courante, ni même reliés au réseau électrique, le couple et leur petite fille ont ainsi su réinventer une nouvelle manière de consommer et de produire, « 100% naturelle ».

 

P1020143

 

Et si la consommation et ses impacts, tant économiques, écologiques et sociétaux, devenaient finalement le nerf de la guerre ? C’est ce que pense cette famille, qui tente de prouver par son agriculture mais aussi par ses manières de faire et de penser, que des alternatives aux méthodes utilisées par l’agriculture conventionnelle sont possibles. Aussi, sur les marchés forains au contact direct des consommateurs, ou sur leur terrain expérimentant une nouvelle méthode naturelle dans la culture d’ananas, ils n’ont de cesse d’imaginer une agriculture où le végétal reprend sa place et dans laquelle les techniques de culture sont réinventées : « sans intrants, engrais chimiques, pesticides ou et autres insecticides ». Eolienne, panneaux photovoltaïques, bassins de récupération d’eau de pluie, bélier hydraulique… viennent évidemment compléter les techniques alternatives utilisées par le couple pour faire vivre leur plantation mais aussi répondre à leurs besoins personnels. Ne refusant en aucun cas la notion de progrès et pleinement conscients de ses bienfaits éventuels, Karine et Paulo ont simplement décidé de vivre autrement, de manière « sobre et heureuse ».

 

POURQUOI CE WEBDOCUMENTAIRE ?

 

Avant même de se demander si le « bio » peut nourrir l’ensemble de la planète, il me semblait intéressant de se poser la question à une échelle locale, celle d’une famille.  Le modèle de Pierre Rabhi "Un hectare, une famille, un habitat" est-il viable, et surtout, chacun d’entre nous, agriculteur ou non, peut-il imaginer un jour vivre du travail de sa terre ? A quel prix ? Quelles en seraient les contraintes ? Est-ce accepter un retour en arrière ?... Autant de questions auxquelles des réponses théoriques ont été apportées ces dernières années, mais auxquelles ce webdocumentaire répondra de manière pragmatique au travers du quotidien d’une famille qui a opté, malgré les difficultés que cela peut engendrer, pour ce « choix de vie ».

 

P1020157

 

Dans un deuxième temps, ce webdocumentaire pourrait également pallier à une « littérature de référence en bio » qui à l’heure actuelle fait défaut sur l’île de la Réunion. Contrairement à la métropole, les agriculteurs souhaitant se tourner vers le bio ne disposent pas à la Réunion ne serait-ce que d'un calendrier des plantations pour le bio, alors obligés de se référer à la littérature, conseils, fiches techniques et bulletins mensuels de Madagascar et de l’île Maurice.

 

Composé d’articles, de reportages vidéos et photographiques, de fiches techniques, ce webdocumentaire exposera ainsi sur une durée de 1 an (4 saisons) les enjeux à la fois scientifiques et sociétaux du concept de sobriété heureuse.

 

P1020224

 

Thématiques :

 

- « Au rythme de la nature » : jachère, légumes & fruits de saisons, rotations des cultures sont au cœur d’une agriculture 100% naturelle

- « Sur le marché forain » : rencontre avec des consommateurs « bio »

- « La règle des 75% » : une aide publique de l’Europe offrant une réduction de 75 % du montant total des dépenses d’investissements de son exploitation agricole entraine une flambée des prix des équipements et infrastructures agricoles

- « Le saltimbanque » : l’éolienne présente sur le toit du local technique du couple provient de leur bateau : le « Saltimbanque »

- « Le bélier hydraulique » : vieille de plus de 200 ans, la pompe « bélier hydraulique » inventée par Mongolfier est utilisée sur le terrain pour puiser l’eau

- « La saison des pluies » : comment récupérer et filtrer efficacement et de manière naturelle l’eau de pluie ?  

- « L’énergie solaire » : des panneaux photovoltaïques sur le toit du local technique alimentent l’ensemble de l’exploitation

- « La balance est louée 2 euros/kg » : marge des grandes surfaces sur les produits bio / comparaison vis-à-vis de la vente directe aux consommateurs

- ...

 

POURQUOI CE TITRE : « AINSI VA LA VIE... » ?

 

A ses heures perdues, Paulo est également musicien amateur (guitariste) et auteur-compositeur…  Extrait d’« Ainsi va la vie… », qui a inspiré le titre de ce web-documentaire :

 

« 1/3 de l’humanité a fait un bon en avant

Famine et pauvreté règnent sur les 2/3 restants

Réunions au sommet pour tous nos présidents

Qu’est-ce qu’il nous reste au final, des notes de restaurants

Des millions engloutis par des élus arrogants

Que l'on voit somnoler aux séances du parlement

Qui vous parlent de la crise et du surendettement

Mais qui vivent comme des princes grâce à notre argent

Ainsi va la vie… »

 

- Ainsi va la vie – [Extrait] 

À quoi servira la collecte ?

- Création du site web / hébergement : 800 €

- Appareil photo / micros / carte : 1900 €

- Montage : 1000 €

- Frais Kiss Kiss Bank Bank : 300 €

Thumb_photo_identitie_
Becks

Journaliste scientifique, je m'intéresse depuis toujours aux questions liées à la protection de l'environnement, la conservation de la biodiversité et plus largement au développement durable. http://www.linkedin.com/pub/david-josserond/13/879/b1a