Aidez nous a gravir quelques mètres de la face Nord du Mont Hunter, en Alaska. Considéré comme le sommet de 4000m le plus difficile au monde

Large_alaska_mont.hunter18-1427323312

Présentation détaillée du projet

  

 

 

Pour voir la vidéo en bonne qualité (HD) : https://vimeo.com/123250461

 

N'oublies pas de revenir ;-) lire notre projet!

 

 

 

 

 

 

  L’Alaska, 49ème Etat des Etats-Unis, surnommé la Terre du Soleil de Minuit, se situe au nord-ouest du Canada. Au centre du pays, à 200km d’Anchorage, dans le massif et parc national du Denali se trouve le plus haut sommet d’Amérique du nord : le Mont McKinley, trônant à 6194m.  Le climat de la région est de type polaire, les températures peuvent ainsi, au cours du mois de mai atteindre les -40°, bien que le soleil ne se couche pas durant cette période. De plus, l’océan Pacifique apporte un air chaud et humide qui déverse régulièrement d’abondantes chutes de neige sur le massif. Ces températures glaciales, ces fortes précipitations ainsi que cet ensoleillement confèrent à l’Alaska un statut particulier du point de vue de l’alpinisme. L'objectif « One of the Big Three in the Alaska Range, Mont Hunter (14,570’) is considered the most difficult fourteener in North America and prehaps the world. » Joseph Puryear Supertop Alaska Climbing 2006  Le Mont Hunter (4’442m), notre objectif, est situé à quelques kilomètre du Denali. Si nous avons choisi cette montagne, ce n’est pas pour son altitude, mais pour son incroyable difficulté ! Le sommet du Mont Hunter est protégé par de grandes faces raides et des arêtes effilées et cornichées, aucune voie n’y est facile. Sa première ascension a été réalisée seulement en 1954, soit 40 ans après la première ascension de son voisin, le Mont McKinley.  Le versant nord du Mont Hunter est constitué d’une impressionnante muraille de roc et de glace, haute de 1300 m, appelée le Nose de l’Alaska (par analogie au Nose du Yosemite), au-dessus de laquelle se trouve une arête vertigineuse de 700m qui permet de rejoindre le sommet. En 1980, après une quinzaine de tentatives, une cordée américaine réussit à gravir une voie dans ce mur, mais sans pour autant parvenir à gagner le sommet. Il fallut attendre encore trois ans pour que Tobb Biebler et Doug Klewin réussissent la première ascension de « The Moonflower Butress » jusqu’au sommet. A ce jour, moins de quinze cordées ont atteint le sommet par cet itinéraire. 

 

 

 

 

 

Les nombreuses tentatives avortées, les sérieuses difficultés de cette paroi ainsi que le profil général de la montagne confèrent à cette voie une solide réputation et un rang d’ascension de classe mondiale ! Elle est d’ailleurs cotée 6 sur 6 en cotation Alaska et les difficultés techniques y sont extrêmes: 6 en glace, M5 en mixte et A2 en escalade artificielle.  C’est à cet itinéraire mythique, chargé d’histoire dont l’ascension fait partie des classiques les plus réputés et engagés d’Alaska que nous avons choisi de nous frotter.  Déposés par un petit avion, nous passerons un mois en autonomie sur le glacier Kahiltna. Nous nous acclimaterons tout d’abord sur des sommets voisins, puis devrons composer avec la météo capricieuse de de la région afin de trouver un créneau favorable pour tenter l’ascension de « Moonflower Butress », notre objectif. 

Nous avons choisi le mois de mai car c’est durant cette période que les conditions sont généralement favorables à ce type d’ascension. De plus, comme mentionné précédemment, il n’y a presque pas de nuit durant le mois de mai en Alaska, ce qui nous laissera de longues journées nous permettant de grimper notre objectif en deux ou trois jours optimisant ainsi au mieux notre créneau météo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'équipe    

 

 

 

 

 

Olivier Messerli, 24 ans   Je découvre la montagne autour de mes dix ans, par le ski de randonnée en famille.  Mais c'est seulement une dizaine d'années plus tard, en 2010, que je commence à pratiquer l'escalade et l'alpinisme. Dès lors je suis "pris par le virus" et c'est le début d'une grande passion! Je passe alors tout mon temps libre en montagne. Je retrouve la plaine quelques jours par semaine pour travailler dans un magasin de montagne. Je découvre ainsi de nombreuses faces, arêtes et sommets des Alpes.  En été 2011, je pars dans la chaine himalayenne au Ladakh avec une petite équipe de Genève pour y faire les premières ascensions de deux sommets encore vierges de plus de 6000 m.  Quelques temps après, je suis sélectionné dans le Groupe Espoir alpinisme Haute Savoie, ce qui me permet, coaché par Philippe Batoux, guide et alpiniste de haut niveau, d’approfondir ma technique et d’affiner des stratégies lors d’ascensions difficiles sur des parois de différentes nature.  En janvier 2014, je commence une formation de Guide de haute montagne en Suisse, dont je termine avec succès la première année  Actuellement, je travaille comme Aspirant Guide. Ce projet en Alaska me tient tout particulièrement à coeur, car j’ai toujours été très attiré par les faces mixtes et techniques. Il me semble réalisable au vu du bagage acquis ces dernières années.     

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yann Bonnet, 19 ans   La flamme s’est allumée pour moi il y a 7 ans, lors de mon premier contact avec l’escalade et la montagne durant un camp. Depuis, je n’ai cessé de consacrer mon temps à toutes les pratiques de la montagne, en passant même par la compétition en escalade pendant quatre ans, puis me consacrant majoritairement à l’alpinisme. A force de pratiquer, j’ai acquis un solide niveau technique dans toutes les disciplines nécessaire à un bon alpiniste, grimpant ainsi des voies d’escalade de 8ème degré, des cascades de glace de cotation 6+ et escaladant également de grandes faces alpines.  J’ai fait également parti durant deux ans du groupe Espoir alpinisme Haute-Savoie sous la houlette de Philippe Batoux, ce qui m’a permis, tout comme Olivier, d’approfondir ma technique et d’affiner des stratégies lors d’ascensions difficiles sur des parois de différentes natures. Mes domaines de prédilection actuels ou du moins les pratiques m’attirant le plus sont les grandes faces mixtes ainsi que la cascade de glace, raison pour laquelle la voie de The Moonflower Buttress m’attire tout particulièrement.    Je suis actuellement en année sabbatique et et travail comme coursier à vélo. 

 

 

 

 

 

 

     

À quoi servira la collecte ?

 

 

 

 

Un projet comme celui-ci a un coût. Bien qu’il soit moins onéreux qu’une expédition en Himalaya (pas de permis d’ascension, pas de porteurs, pas d’officiers de liaison…), nous avons évalué le montant total de cette expédition à environ 30’000.- CHF.  Ce montant est malheureusement trop élevé pour nous, qui sommes l’un, étudiant, et l’autre, aspirant guide, voilà pourquoi nous vous sollicitons.  La paroi que nous comptons escalader mesure 2’100 m., ce qui représente selon notre budget un coût de 15.- CHF le mètre. En finançant une tranche de notre montée, tronçons par tronçons, vous nous donnerez les moyens d’atteindre le sommet.

 

 

 

 

 

           

Budget expédition: —2 visas                                                                                                       300.-

—2 billets d’avion Genève-Anchorage (aller-retour)                                     4000.-

—2 excédents 20 kg par personne Genève-Anchorage                               400.-

—2 billets de train Anchorage -Talkeetna                                                     150.-

— Avion Talkeetna - Camp de base (aller-retour)                                        1000.-

—Stockage matériel à Talkeetna                                                                  200.-

— Location radios et téléphone satellite                                                       250.-

— Location Pulka                                                                                          200.-

— Location skis d’approche                                                                          200.-

— Vivres pour un mois en autonomie (gaz, réchauds etc.)                          1500.-

—1 tente d’ascension (mono-parois)                                                            1000.-

—1 tente camp de base                                                                                1500.-

—2 Matelas                                                                                                   1000.-

— Chaussures d’altitude (type 6000)                                                            2000.-

—Vêtements d’altitude (vestes et pantalons duvets, moufles)                     3500.-

—Sac de couchage (haute altitude)                                                              2500.-

— Matériel technique (coinceurs, vis à glaces etc.)                                      3000.-

— Cordes d’ascensions                                                                                 600.-

— Matériel électronique (panneau solaire, batteries etc.)                             1000.-

Total :                                                                                                             24'300.-  

Thumb_capture_d_e_cran_2015-03-14_a__16.02.17-1426625424
Olivier4000

Toute la biographie est dans la description de projet.... merci pour ton intérêt!

Derniers commentaires

Thumb_default
Les Ailes du Léman vous souhaite une belle ascension, pour vous pas d'aile mais des mollets de fer...
Thumb_default
2en2 et Espeletia Adventures soutiennent à fond ce projet.
Thumb_default
N'oubliez pas le caquelon à fondue !