Aidez à financer un livre de marches urbaines qui questionne la place du corps dans des contextes urbains complexes. Prochainement: Kinshasa

Large_titre

Présentation détaillée du projet

« Alice Walks » a été initié lors d’une résidence de 2 mois à Johannesburg en 2014 et se poursuivra d’août à octobre à Kinshasa en République Démocratique du Congo. Cela devrait, si tout se passe bien, continuer à Rio de Janeiro en 2015, ce n’est qu’un début!!!

 

Ce projet questionne la place du corps dans des contextes complexes : principalement post-coloniaux, particulièrement ceux où des phénomènes de ségrégation, de gentrification et d’inégalités sociales sont notables mais aussi où l’immigration et la cohabitation multi-culturelle est importante. Des contextes où le corps devient le messager d’identité(s), individuelle et urbaine.

 

 

11a

 

Le corps est ce relais entre notre intériorité et le monde extérieur, exprimant ainsi notre culture, nos désirs, nos peurs, notre histoire, notre rapport à l’autre. Il est intéressant pour moi de rattacher la marche urbaine à des questions de théâtralité et de performance : Quelle image de soi notre corps doit-il communiquer? Comment la communiquer, quelle stratégie? Comment et par qui sommes-nous vu ? Quelle est ma conscience de l’espace et de ceux qui y performent?…

 

Tout comme des acteurs participent à structurer leur espace scénique, le corps structure la ville et réciproquement. Les deux dialoguent, se confrontent et négocient leur territoire, vacillant entre contraintes et liberté.

 

Pas à pas, marcher, déplacer son corps et sa pensée. Ce projet d’ « Alice Walks » tends à construire un trilogue entre mon identité, l’identité d’un autre et celle de la ville, à questionner l’équilibre d’une telle construction et à la communiquer.

 

Ce projet consiste donc à marcher avec des personnes rencontrées dans la ville, à suivre ces autres marcheurs et à échanger avec eux. S’en suit un travail de mémoire et de restitution de ces expériences vécues, par la cartographie, les mots, le collage et la photographie quand la situation le permet… Le but étant de communiquer ces parcours et les questionnements qu’ils suscitent par un livre.

 

18b

 

Suite à ma première résidence à Johannesburg, j’ai réalisé que le livre avait une grande importance dans le projet et que je ne l’avais pas assez pris en considération. Pour cette prochaine résidence à kinshasa, je souhaite développer cet objet, en relation directe avec les marches et dépendamment des moyens techniques que j’aurai sur place.

 

Le livre passe de main en main, se prête, s’ouvre à n’importe quelle page, se ferme pour être reparcouru plus tard. « Parcourir un livre ». Le processus des marches sera mis en rapport avec le processus de conception du livre.

Ce dernier est aussi cet objet relai entre une expérience passée, celle de la marche, et celle présente de la lecture. Un rapport intime et intérieur s’installe alors avec le lecteur, une temporalité spécifique aussi, que je relis à celle de la marche.

 

19a

 

19b

À quoi servira la collecte ?

Il s’agit ici de financer uniquement les dépenses liées directement au projet, c’est-à-dire :

 

Budget prévisionnel : 1000 euros

 

- Achat matériel de dessin et de reliure : 120 euros

- Achat d’un scanner: 80 euros

- Frais d’impression : 350 euros

- Frais d’expédition : 150 euros                

- Rémunération d’un assistant pour la reliure + rémunération des marcheurs: 300 euros

Thumb_blakejjmesipkiss-1458285998
Alice Walks

Alice Neveu (née en 1988) est une artiste et scénographe française. En 2013, elle est diplômée en scénographie à l'Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg. Lors de sa formation, elle voit son intérêt pour les espaces scéniques se préciser et évoluer vers un intérêt pour des espaces scéniques «urbains». Son travail insiste sur la notion de... Voir la suite