Près d'un million de personnes en France souffrent d'une maladie que l'on connait finalement mal. Ce projet de film court (7/8 mn) permettra de sensibiliser le public sur la réalité de cette pathologie. Aborder Alzeimer d'une manière sensible afin d'informer afin de récolter des fonds pour la recherche.

Large_kissbank

The project

La base visuelle sur laquelle j'ai commencé est... mon propre père.

 

Agé de 75 ans, il vit encore chez lui grâce à l'aide de sa femme et d'une logistique mise en place par différents services de santé.

 

Moi qui ai pourtant couvert un certain nombre de conflits, problèmes sociaux et psychiatriques, je n'étais absolument pas préparé à cette situation... Ma première "vraie" découverte de cette maladie, c'est lui! Et j'ai tout de suite terriblement souffert de ne pas avoir eu sous la main un document précis me permettant d'aborder cette "rencontre". Je sais que pour beaucoup d'autres maladies, la méconnaissance mène malheureusement au silence et à l'oubli. Les patients et surtout leurs familles se retrouvent dans une grande solitude, leur entourage ne souhaitant poser trop de questions, souvent par pudeur ou par timidité.

 

Ce travail pourra donc être aussi un outil supplémentaire pour les praticiens ayant à informer les familles sur l'évolution de la maladie. Bien qu'il existe déjà quelques rares et long documentaires sur le sujet, cela permettra un premier regard nécessaire, porte ouverte sur ce qui sera un parcours salutaire.

 

Les personnes apparaissant à l'écran sont (par ordre d'apparition) sa soeur, son beau-frère, sa femme et son fils ainé. Tout comme le patient lui-même, les accompagnants ont leur place dans ce projet, ainsi que les soignants.

 

Je ne tiens pas à en faire le "héros" involontaire symbolisant le combat des familles et des soignants, cette première ébauche du projet sert principalement à montrer la tonalité du projet final. Manquent encore un certain nombre d'éléments importants: les sourires, la complicité, le partage, et bien sur la nécessité de traiter ce travail en profondeur. il sera important de travailler sur d'autres cas et particulièrement sur cette nécessité d'accompagner humainement les patients. La parité sera de même un aspect qu'il faudra intégrer dans ce sujet.

 

Comme pour beaucoup de pathologies, la communication "classique" et institutionnelle fait souvent l'impasse sur le côté affectif. Le but de ce travail sera donc de présenter un portrait honnête, sincère et sentimental de cette maladie afin que tous soient capables de l'aborder objectivement en posant les bonnes questions, sans être totalement dans l'ignorance de sa difficile réalité.

 

Le film sera de format court (environ 6/8 mn) afin de correspondre aux nouvelles habitudes d'utilisation des supports web. Sous la forme de POM (Petite Oeuvre Multimédia), il intégrera des séquences vidéo, des images fixes, voix directes ou "off", musique et sons naturels. L'on peut bien sur lui imaginer une suite, dans le cadre d'établissements spécialisés, ce qui correspondrait à "l'autre" alternative en matière se soin.

 

Certaines des images présentes (photos anciennes) ont toute leur place dans le sens où il est important de montrer clairement que les malades d'Alzheimer ne doivent pas être réduit à leur maladie. Ils ont une vie passée, riche de lien professionnels et personnels. Il est essentiel de mettre l'accent sur cette partie de leur existence.


 

Qui suis-je ?

J'ai toujours été photographe indépendant et suis heureux de ce choix. Essayer de travailler sans tenir compte de l'audimat, être au plus proche des autres, partager leurs émotions afin de pouvoir les restituer.

 

Vingt années de pratique professionnelle de la photographie (et aujourd'hui de la vidéo) m'on appris que si l'on veut recevoir, il faut savoir donner.

 

Je me suis toujours investi personnellement dans mes sujets. Plus qu'un travail me permettant de gagner ma vie, c'est un engagement qui date... Vous pourrez en avoir une idée en visitant mon site web.

 

Cela dit, il faut savoir que la grande majorité des "auteurs" en France gagnent à peine le SMIC. Tout en cotisant auprès d'organismes agrées, nous n'avons quasiement aucun droit à l'assurance chômage, à la formation continue etc.

 

Je tiens à le dire une nouvelle fois, travailler aujourd'hui sur des sujets commerciaux se fait malheureusement au détriment de travaux d'intérêt général.

 

C'est aussi pour cette raison que je retrrouve pleinement mes engagements personnels dans l'aspect participatif de  Kisskissbank... J'ose imaginer que c'est pour les mêmes raisons que vous visitez cette plateforme dans le but d'aider des créateurs à aborder des sujets d'intérêt général et sociétal.


 

jb avril

 

 

 

Why fund it?

Comme tout autre artiste, j'ai besoin de partager mon temps entre travaux commerciaux et travaux personnels.

 

L'un se fait généralement au détriment de l'autre.

Afin de pouvoir travailler à ce projet, j'ai donc besoin d'une aide financière me permettant de ne pas passer tout mon temps à rechercher puis finaliser des sujets "commerciaux" (telle la communication d'entreprise). Ces fonds serviront aussi à investir dans du complément de matériel, notamment en prise de son/éclairage. Les illustrations musicales doivent aussi être payées. Plusieurs voyages (transport/logement) seront nécessaires entre Paris et la province pour rencontrer des patients ainsi que leurs familles. D'autres seront organisés en vue de convaincre les organismes officiels de l'intérêt de cette démarche. Si vous êtes vous-même déjà convaincu de la nécessité d'informer de cette manière, ce n'est pas forcemment leur cas...

 

La réalisation devrait prendre environ trois mois en recherche de patients, prise de vue, montage, rdv avec des médecins et des structures de soin à domicile. Deux autres mois seront nécessaires afin d'établir des contacts sérieux avec les différentes structures liées à cette maladie en vue de leur offrir les moyens de communiquer grâce à ce film.

 

Ce travail leur sera gracieusement cédé dans le but d'informer les familles sur la maladie d'Alzeimer sans en traverstir la réalité.

 

Budget:Moyens techniques 4000 € - Logistique 3000 € - défraiements 2000 €.

 

Il est nécessaire de garder à l'esprit qu'un travail sérieux et professionnel ne peut se faire en dilettante.


Les droits éventuels (télévision, festivals et autres) seront intégralement reversés aux différents organismes chargés des recherches sur cette maladie.







Thumb_birgit
jb avril

Photographe professionnel depuis près de vingt ans. Free-lance. Conflits - humanitaires - ONG - Nations Unies - Communication corportate, et tout autre sujet digne de ce nom... (Photographie, en Grec: écrire avec la lumière) Si l'on n'a rien à dire, pas la peine d'utiliser la lumière:)