Une exposition de photographie et vidéo sur le thème de “l'amazonisme”. Nous avons besoin de votre aide. Participez à notre projet!

Large_visuel_kiss_kiss

The project

 L’exposition Amazone sous les voiles questionne, l’identité de la femme victime du cancer de sein, et la réappropriation de son corps suite à une mastectomie.

 

Renaissance

 

 

001-img_0977_-_cp_copie

 

MOTIVATIONS

Le regard que portent les autres sur un corps mutilé reste souvent sévère et blessant, certainement dû à l’ignorance. L'exposition “Amazone sous les voiles” interroge la vision de la femme et de la beauté féminine soumise aux normes esthétiques de la société. Le projet confronte un tant soit peu le regard consensuel à travers l'image de ce qui pourrait apparaître pour certains comme irrecevable: l'ablation d’un sein (ou des seins).

 

002-_img_0892_-_cp_copie

 

Regarder autrement, n’est-ce pas aussi comprendre autrement ? Notre but est de sensibiliser le public aux problèmes liés au cancer du sein et contribuer à la réconciliation de la femme avec elle-même et son corps après une mastectomie. Si notre contribution peut participer à lever le tabou sur la représentation que la société a de la réalité asymétrique, notre pari est gagné. Chaque femme, même malade, a le droit de choisir son devenir physique : rester asymétrique ou se faire reconstruire, peu importe. L'essentiel est d'être acceptée quel que soit le choix.

 

L’exposition est composée de photographies et de vidéos réalisés par Laszlho.

 

- 30 photographies 50 x 70 cm et 50 x 50 cm

- Chrysalide Amazon, vidéo poème de 2' 55“

- Amazone, vidéo de 1' 29 “

- Danse sous les voiles, vidéo 2' 30 “

 

012-img_0932_-_cp_copie

 

 

Diffusion

Il s'agit d'une exposition itinérante et nous voulons qu'elle puisse être visible par un large public. Nous faisons les démarches pour montrer les photos dans des salles d'exposition,  des centres culturels et eds établissements de santé dans la métropole Lilloise et la région Nord/Pas-de-Calais. Nous voudrions élargir le champ de diffusion de cette exposition ailleurs.

Une première exposition est prévue à l'Hôpital Privé de Villeneuve d'Ascq dans le cadre du Octobre Rose 2013 (Evénement national pour la lutte contre le cancer du sein).

Notre action est soutenue par l'association Emeraude qui a comme but l'accompagnement des femmes atteintes d'un cancer.

 

 

Quelques données à propos du cancer du sein selon l'Institut Curie en 2011

 

-       Le cancer du sein touche une femme sur huit, tout spécialement à partir de 50 ans.

-       Il s’agit du cancer le plus fréquent chez la femme.

-       53.000 : nombre de nouveaux cas de cancer du sein.

-       11.500 : nombre de décès annuels à cause de cette maladie.

-       60 ans : âge moyen du diagnostique de la maladie.

 

 

020-img_0897_-_cp_copie

 

 

NOTE DE L'ARTISTE

Laszlho

 

Je ne connaissais rien à propos du cancer du sein avant de rencontrer Sylvie, en 2012, hormis ce que j'entendais, sommairement, lorsque les médias en parlaient. En tant qu'homme, je ne m'étais jamais posé de questions sur le sujet et il me semblait très loin de moi. Discutant avec Sylvie sur le sujet, j'ai pu comprendre la gravité d'un problème à la fois d'ordre physique et psychologique qui est lié à cette terrible maladie qu'est le cancer du sein. En effet, la mastectomie est vécue pour les femmes victimes du cancer du sein comme un passage complexe et difficile. Sylvie a du s'approprier à nouveau son image de femme et c'est, en quelque sorte, comme un ré-apprentissage d'être à nouveau soi-même. Pour certaines femmes ceci peut être un vrai drame. L'ablation du sein suppose une perte d'une partie de soi, laquelle est étroitement liée à l'image de la féminité. Toute leur identité féminine est alors mise en question et avec ça, toute leur image de soi et leur assurance en tant que femme. La plupart d'entre elles préfèrent se faire reconstruire le sein (ou les seins) manquant en faisant appel à la chirurgie ou en portant des prothèses. Elles craignent les répercussions dans la sphère familiale et du couple, mais aussi au niveau social, qui sont bien réelles. Bien souvent le conjoint se montre hostile à ce changement car il a du mal à l'accepter se disant: « Ma femme n'est plus une femme », « ma femme n'est pas normale » ou bien « ma femme n'est plus belle »; ou bien des personnes extérieures disant « vous n'allez pas rester handicapée comme ça ». De leur côté, beaucoup de femmes sont elles-mêmes sensibles au “qu'en dira-t-on” et craignent les regards méprisants et les jugements.

Mais cette reconstruction mammaire n’est pas toujours exempte de conséquences et les problèmes liés au rejet de prothèses ou à la cicatrisation suite à l’intervention sont monnaie courante.

Quant à elle, Sylvie, avait fait le choix de rester “amazone”, et elle m'en parlait avec fierté et bonne humeur en s'acceptant pleinement. Bien que l'idée d'une femme à qui il manque un sein me semblait étrange, j'ai été séduit par cette énergie positive qu'elle dégageait et que je considère très louable. Par ma condition d'homme et par ma sensibilité artistique, je me suis dit que c'est un beau sujet à la fois de réflexion et de création artistique. Elle m'inspirait. Sachant que Sylvie était habituée à poser comme modèle pour des artistes, je lui ai demandé de poser pour moi pour une série de photos.

 

Avec le travail que je présente ici, je veux révéler la beauté de Sylvie dans sa féminité, et au travers elle et son “amazonisme”, interpeller toutes les femmes sur leur propre féminité :

 

Qu'est-ce qu'être femme? En quoi repose la féminité?

 

022-img_0915_-_cp_copie

 

 

 

Why fund it?

La collecte servira à  payer les tirages des photographies et leur encadrement ainsi qu'a éditer les catalogues, les DVD et les différents supports de communication (cartes postales, flyers et posters).

Thumb_laszlho
LASZLHO

Au début, c’était le plaisir d’avoir un crayon à la main et de griffonner des lignes et des couleurs sur une surface blanche. Peu à peu, ma vocation du travail autour de l'image m’a conduit sur les sentiers de l'image me permettant d'aller toujours plus loin pour découvrir et expérimenter d'autres techniques. Cinq ans d’études à l’Ecole d’Arts... See more