Le documentaire Antiracket vous propose de participer au combat mené par les associations de lutte contre le racket organisé en Italie.

Large_racket-kiss-kiss-good

Présentation détaillée du projet

 

 

Magazin_antiracket_02

 

Véritable institution dans le sud de l'Italie, le pizzo est le montant que la Mafia impose aux entrepreneurs ou commerçants dont les activités se situent sur les territoires contrôlés par les clans mafieux.

 

Activité traditionnelle et première de la Mafia, le pizzo lui assure de l’argent comptant, mais lui permet surtout de soumettre l’ensemble des entrepreneurs et des commerçants à sa volonté.

 

Pratique ancestrale aussi vieille que la Mafia, la culture du pizzo apparaît souvent comme un phénomène immuable de la société italienne, une fatalité contre laquelle rien ni personne ne peut lutter.

 

Pourtant, au début des années 90, un petit groupe de commerçants issus d'un village du nord de la Sicile, s'était constitué en association afin de porter plainte contre ce racket organisé, de le faire publiquement, et surtout de le faire ensemble.

 

Cette initiative citoyenne inédite jusqu'àlors en Italie avait abouti au retentissant procès de la ville de Patti en Sicile. C'était la première fois que de simples citoyens victimes du pizzo, indiquaient publiquement l'identité de leurs racketteurs, présents dans la salle, devant un tribunal Italien.

 

Une révolte contre la culture du pizzo venait de commencer.

 

Aujourd'hui, plus de 70 associations Antiracket sont actives actuellement en Italie.

 

Le système de plainte collective fonctionne et les condamnations augmentent d'années en années, comme en témoigne le très récent procès de la ville d'Ercolano. Ville dite : "dérackétisée" par les associations de commerçants dont les plaintes collectives ont permis les condamnations de plus de 20 membres de la Camora.

 

Bandeau-kiss-kiss  

 

Est-on en train d'assister à une révolution culturelle en Italie ?

 

C'est ce que ce projet de documentaire vous propose de découvrir à travers une enquète au coeur de la lutte Antiracket dans Italie d'aujourd'hui, et de ses principaux acteurs.

 

Tout d'abord, nous rencontrerons Tano Grasso, un des plus importants protagonistes de cette lutte. C'est lui qui le premier a eu l'idée de créer une association pour porter plainte à plusieurs, afin que les commeçants de son village ne sentent pas isolés face à leurs racketeurs.

                                                          Tano_basta_racket

                                                                       Tano Grasso

 

Fil conducteur de notre histoire, Tano grasso nous emmenera en voyage. Un voyage qui nous fera parcourir le Sud de l'Italie, à la rencontre des pionniers de la lutte contre le pizzo et aussi et surtout des acteurs qui luttent aujourd'hui contre ce phénomène de racket organisé...

 

Participer avec nous à ce voyage documentaire, c'est faire connaître le courageux combat de ce mouvement citoyen inédit jusqu'àlors en Italie.

 

Pt_roses

 

A propos du film.

 

Jusqu'à aujourd'hui, beaucoup de films et de documentaires nous ont raconté la mafia italienne avec ses figures dramaturgiques, ses drames et ses héros de cinéma.

 

Le but de ce film n’est en aucun cas de raconter l'histoire de vaillants héros en lutte contre le mal. Cette notion de héros a trop souvent servi d'alibi à la société civile pour fermer les yeux sur les causes qui conduisent à de telles dérives.

 

Bien au contraire, je veux raconter ici l’histoire d’un petit commerçant de chaussures, d’une vendeuse de peintures industrielles, d’un pêcheur d’un petit village sicilien qui, livrés à eux-mêmes, trouvent les moyens de lutter contre un mal réputé incurable.

 

Beaucoup d'articles ont été écrits dans les journaux, de nombreuses news ont envahi les informations télévisées, mais aucun documentaire n'a pas pu approcher de près et surtout dans la durée les acteurs majeurs de la lutte Antiracket que sont Tano Grasso, Rosa Stanisci, Sarino Damiano, Silvana Fucito et bien d'autres...

 

Bandeau_commerc_ants

 

Au cours de mon enquête et des tournages préliminaires que j'ai déjà effectués durant plus de deux années, la construction du film s'est peu à peu dessinée dans un espace géographique lié au développement progressif de l’activité Antiracket à partir de la Sicile puis des régions des Pouilles, de la Calabre et de la Campanie.

 

De la naissance de la première association en Sicile à celles qui ont suivit dans les autres régions d'Italie, se dessine une carte géographique du progrès de la lutte antimafia qui s'étend de plus en plus dans le territoire avec aujourd'hui plus de soixante dix associations Antiracket couvrant tout le sud de l'Italie.

 

La structure du film s'inscrit aussi dans le temps, un temps marqué tout d'abord par le premier procès qui a eut lieu à Patti en 1991, point de départ du film, et qui se conclut aujourd'hui avec le procès en cours de membres de la Camorra à Naples.

 

Nous allons donc faire un voyage à rebours avec Tano Grasso à travers les lieux et les témoignages de tous les protagonistes qui l’ont suivi dans cette lutte.

 

Tano sera le fil rouge de cette histoire, il jouera aussi le rôle d'éclaireur en nous donnant les interprétations qu’il donne aux événements et aux mécanismes mafieux pendant nos conversations. Les rencontres avec les commerçants victimes du racket, leurs témoignages émouvants, nous permettront de vivre leur expérience au plus près de ce qu'ils ont vécu.

 

Depuis vingt ans, des bouleversements majeurs ont eu lieu dans la culture italienne, notamment dans ses relations avec le phénomène de la mafia. Il est aujourd'hui possible de parler et de s'opposer au chantage mafieux et c'est quelque chose de très important, voire d'historique.

 

Ce film a pour ambition d'être le témoignage de cette révolution culturelle

qui se produit actuellement aujourd'hui en Italie.

 

Ludovica Tortora de Falco

Réalisatrice - productrice (Italie)


 


BIOGRAPHIE Gérante  de  la  société  de  production  Arapan Cinema Documentario,  crée  en  2007  et  basée  à  Rome,  Ludovica  Tortora  de   Falco  promotionne,  produit  et  distribue  des  documentaires réalisés principalement dans le sud de l'Italie, en particulier en Sicile,  Campanie, Calabre et dans les Pouilles.

 

Elle  a  ainsi  participé  à  la  production  et  à  la  distribution  des  documentaires : "A  noi  ci  dicono",  "Palermo, itinerari di mare", et  "Sonetàula ", sélectionné au  "festival du  "film de  Berlin en 2008. 


 

En  2008,  après  un  séjour  à  Paris  au  cours  duquel  elle  suit  la   formation  des  ateliers  Varan, elle  réalise  son  premier  documentaire : "L'esquisse ",  puis  elle  réalise pour le cinéma le documentaire : "Isola  in  me,  en  viaggio  con  Consolo  Vincenzo ",  soutenu par la Commission du  film de Sicile.

 

En  2010,  elle  entame  les  premiers  repérages  pour  son projet  de documentaire : "Antiracket", qui retrace l'histoire des associations Antiracket en Italie, dont la première est née dans un village  de Sicile en 1990.

 

Le projet a été développé au sein de la  "Summer School Film Academy de IDFA en Hollande, il a  participé aux journées européennes du cinéma de Turin en Italie, et a été sélectionné au FIGRA en  France.

 

Parallèlement à sa société de production, elle a fondé en 2012 l'association  : Doc Sud,  dans  le  but

d 'organiser  des   formations  pour  les  documentaristes  issus  du  Sud  de  l 'Italie,  basée  à  Palerme. 

 

Elle  a  ainsi  été  consultante  pour  des  cours  de  formation  au  Centro  Sperimentale  di  Cinematografia  à  Rome,  sous  la  supervision  du  directeur  de  la Scuola Nazionale di Cinema.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Antiracket à été développé à l'IDFA Summer School Academy d'Amsterdam et à été sélectionné aux European Days de Turin et au FIGRA en France.

 

Notre projet fait partie de l'opération Première Caméra lancée par 3 chaînes de télévision française du groupe AB Production et l'agence Capa.

 

Si nous arrivons à atteindre 50% de l'objectif de notre collecte, l'autre moitié sera financée par les trois chaînes du groupe AB qui assureront aussi un préchat de diffusion.

 

Le montant collecté servira à l'achat des archives des procès intentés par les associations contre les clans mafieux.

 

Indispensables au film puisque nos protagonistes y apparaissent !

2000 €

Il nous reste aussi à boucler les frais de déplacement pour le tournage du film qui est prévu en juin.

3000 €

Bien entendu, plus nous récolterons de moyens, plus nous aurons de chances de faire connaître le courageux combat des associations Antiracket contre la mafia.

 

Maintenant c'est à vous de jouer !

 

 

 

 

 

Thumb_nomafia-aceb9
Arapan & Imagine

Eric Prunier Producteur Après avoir poursuivi des études cinématographiques et audiovisuelles à l'Université de Vincennes, (PARIS VIII) j'ai débuté mon parcours professionnel dans le cinéma comme stagiaire à la réalisation sur "Les Amants du Pont Neuf", de Leos Carax. Puis je me suis orienté vers l'assistanat et la régie sur des longs-métrages et des... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
avanti cosi'!
Thumb_default
good luck!
Thumb_default
sans aucune exagération, votre courage me semble surnaturel. Comment ne pas être derrière vous ?