LA SECURITE pour tous avec le fixe parasol très haute sécurité ANTIVOLE !

Large_antivole__2_-1491912896-1491912911

Présentation détaillée du projet

Bonjour

 

Antivole-1491309746

At_kis-1493799810

En 2015, énervé d'avoir à  surveiller, et parfois à tenir, mon parasol de jardin en raison du vent qui soufflait, voyant, planté en face de moi, le système utilisé par notre fils pour attacher son chien, I have a dream : inventer un fixe parasol très sécurisé pour lutter contre les envols de parasols qui énervent dans le jardin mais qui, sur la plage, sont DANGEREUX !

 

Comme le relate la presse ci-dessous.

 

"Vendredi en début d’après-midi, peu après 13 heures, quelques rafales de vent ont soufflé sur le bord de mer. Un parasol a été emporté par une bourrasque et s’est malheureusement transformé en javelot, se fichant dans la cuisse d’un estivant irlandais âgé de 50 ans, qui profitait de la mer à Opéra Plage. Par chance, la pointe du parasol n’a pas provoqué d’hémorragie. Le blessé a été pris en charge par le Samu et dirigé vers l’hôpital Saint-Roch. Depuis plusieurs jours, les rafales de vent ont provoqué sur la Promenade des Anglais des projections intempestives et dangereuses de parasols".

 

"Nous avons été surpris par une violente rafale qui a fait valser les parasols", a expliqué au quotidien le gérant de la plage où s'est  produit l'accident. "Malheureusement, l'un de nos parasols est venu percuter un baigneur. Nous n'avons même pas eu le temps de fermer nos parasols, ce que nous faisons habituellement en cas de vent", a-t-il poursuivi. L'homme est décédé des suites de ses blessures dans un hôpital de Cannes, selon Nice-Matin.

 

Comme le condamne la Cour d'Appel de Bastia

 

Et, un parasol qui s’envole à cause de vents violents n’est pas un événement imprévisible. S’il blesse une personne, le propriétaire du parasol ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité.

Cour d’appel de Bastia, du 18 novembre 2015, n° 14/00702

Un homme qui marchait sur une plage par vent fort (jusqu’à 88 km/h) a été grièvement blessé par un parasol qui s’était envolé d’un restaurant voisin. Ayant assigné le propriétaire du restaurant et son assureur en réparation de ses préjudices, il a d’abord été débouté par le tribunal de grande instance. Mais, en appel, les juges ont rappelé que, selon l’article 1384 alinéa 1er du code civil, chacun est responsable « non seulement du dommage qu’il cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait [...] des choses qu’il a sous sa garde ». La seule possibilité de s’exonérer de sa responsabilité, dans le second cas, est de démontrer que l’accident a été causé par une faute de la victime ou d’invoquer la force majeure, c’est-à-dire un événement à la fois imprévisible, insurmontable et extérieur. En l’occurrence, la victime n’avait commis aucune faute, et ni les vents violents, fréquents sur cette côte, ni l’envol du parasol ­– que le restaurateur aurait dû enlever de sa terrasse – ne constituaient des événements imprévisibles. Le restaurateur a donc été déclaré responsable de l’accident, et a été condamné, avec son assureur, à verser 10 000 € d’indemnités provisionnelles (dans l’attente d’expertises plus poussées).

3._presse_tournesol-1493114248

                                                                  4._presse_fixe_mat-1493114471

 

 

4._av_av_avec_proto-1491220700

 

6._presse_photos-1493114638

 

À quoi servira la collecte ?

 

       7._presse_objet-1493800656

Paci13_bis-1492152168

En vous priant de bien vouloir excuser la qualité de certains supports "faits Tournesol" avec ses petits moyens. 

                                                                                                                                                                     Merci

Thumb_tournesol_avatar_kis-1490947769
PROFESSEUR TOURNESOL

Diplôme d’Études Sociales de l’Université de Nancy II (Bac + 2). Service militaire en 1961 - Officier Honoraire du Génie. Gérant (en couple) de magasin de chaussures - 13 ans. Cadre d’un hypermarché de 500 personnes - 13 ans, dont 7 ans Directeur adjoint. Concepteur de « Resto’In » en 1986 : « Les restaurants à domicile : par minitel 3615... Voir la suite