Création d'une sculpture et le souhait d’informer et de prouver que l’on peut créer en indépendant, en préservant sa liberté.

Large_page-garde_ok-1408355046

Présentation détaillée du projet

 

Le projet

 

A la proposition d’une association avignonnaise de présenter une œuvre dans un lieu historique de la ville - bien que ne recevant aucune subvention -  je veux répondre par la réalisation d’une sculpture créée spécialement pour un lieu précis : la cour des archives municipales d’Avignon avec l’assentiment de son directeur.

Une exposition organisée par « Parcours de l’art » pour son vingtième anniversaire. Elle aura lieu du 4 au 25 octobre 2014.

 

                                     Cour_montage_470_x350-1408353982

 

 

 

Démarche

 

 

Je sculpte le fer depuis 1993, j’avais 21 ans.

L’exposition d’un colosse de Botero pendant le Festival d’Avignon de 1993 fut pour moi une provocation salutaire. Je répliquai par une sculpture de fer découpé de trois mètres de hauteur que j’installai à coté, sans autorisation.

 

                    Botero_recadrer_450_x_376_copie-1408362246

 

 

Mon geste ne passa pas inaperçu. Je pris conscience de l’importance de créer pour un lieu, pour un fait, pour un personnage précis, pour garder la mémoire là où elle s’oublie. Des voyages, des rencontres, des expositions et des résidences en Lituanie, en Croatie, en Allemagne m’ont conforté dans ma démarche de prendre le temps de rencontrer des personnes, des histoires, de créer avec  l’inconnu.

Cette attitude exige d’être indépendant du réseau des galeries et des structures institutionnelles d’exposition qui déterminent l’existence officielle et la valeur d’un artiste, dit-on, et en arrivent à conditionner les œuvres.

 

La liberté de création d’une œuvre nécessite pour moi l’indépendance la plus grande.

 

Un atelier.

Le matériel et le matériau.

La maîtrise du travail du fer m’impose l’achat d’outils afin de créer, de sa conception à sa réalisation, une œuvre.

Des tôles fines découpées et mises en forme pour des œuvres allègres ou d’autres sculptées dans la masse du fer. Elles peuvent être de petite dimension ou monumentales, de plusieurs mètres et centaines de kilos. 

 

 

 

http://www.raphaelmognetti.com

 

 

La sculpture en son lieu

 

 

La sculpture sera de facture massive, dans l’esprit de l’étude ci-dessous. Son poids avoisinera les 400 kg et sera d’une dimension permettant un rapport physique avec elle. Elle sera installée sur le chariot de la cour des archives municipales.

 

 

     Etude_sculpture_620_x_620_copie-1408360802

 

 

Cette œuvre exige un travail du fer minutieux, centimètre par centimètre, qui allie la soudure, le meulage, le polissage, la morsure à l’acide afin de lui donner  une vie, un rythme, et que le fer soit un transmetteur de traces.

 

                           

                                 Detail_morsure_acide_376_x_620_titre-1408359036

 

 

Recréer des traces pour attirer l’attention sur les traces.

Sculpter pour éveiller la conscience que là, dans ce lieu précis, se dit quelque chose de la vie des gens d’hier à aujourd’hui.

 

 

Les archives, un minerai pour les historiens et les curieux.

Une sculpture pour un nucleus d’archives pétrifiées.

Entreprendre le décryptage.

 

 

                             Montage-mine-b400_x_400_copie-1408366706

 

                               

 

 

                                  Muybridge_athletesposturing___grand-1408657718

 

                               

http://www.raphaelmognetti.com

 

 

Pourquoi recourir à cette collecte ?

 

Ni par plaisir ni par facilité.

J'ai été retenu pour participer à l'exposition  de groupe organisée par l’association Parcours de l'Art à Avignon qui fête son 20 e anniversaire. J’ai donné mon accord.

Bien !

En revanche, ce qui ne l'est pas, c'est l'absence d'aide financière ou / et de rémunération.

Raison qui me pousse à ouvrir cette collecte via le site de crowdfunding Kiss kiss bank bank si je veux réaliser une sculpture spécialement pour cet évènement, pour le lieu où elle sera exposée et non pas présenter une énième fois une ou des sculptures antérieures, donc sans rapport à ce site chargé d'histoire. Ce serait pour moi de la décoration et non pas une création spécifique.

 

Cette situation est un épiphénomène révélateur du monde de l’art et de son fonctionnement.

Les artistes pour être considérés, exister en tant que tels et que leurs oeuvres soient exposées, doivent être assujettis aux galeries. Il est rare que les frais de production soient payés ou avancés. Quant au temps passé à la conception et à la réalisation, il n’est pas pris en compte.

En cas de vente, la galerie prélève 50 % du prix affiché. De plus, il est devenu normal qu’un rabais soit octroyé à l’acheteur sans que l’artiste ait mot au chapitre.

Le rapport entre l’artiste et la galerie est régi par des règles plus tacites que contractuelles.

 

Dans les institutions publiques et autres lieux d’exposition ce n’est guère mieux. Aucune rémunération, ou une infime, au prétexte qu’une vitrine est offerte.

 

Que deviendrait le monde des galeries, musées, centres d’art et les emplois qui en dépendent sans les artistes ? 

Nous constituons la matière première de ce monde de l’art et de son économie!

Aujourd’hui, comme jamais, le système n’aide ni ne protège, en revanche il freine la création. Un artiste qui n’y entre pas est ignoré.

C’est problématique et difficilement acceptable.

 

 Cette collecte est également le souhait d’informer et de prouver que l’on peut créer en étant indépendant, en préservant sa liberté.

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

 

 

 L’usage de la participation sollicitée permettra l’achat :

- de matière première (plaques de fer de 10 mm d’épaisseur, environ 480 kg)

- de matériel fongible (gaz de soudage et de découpage, disques à ébarber, fraises tungstène, limes…)

- Frais de fonctionnement de l’atelier

- Achat d’une cagoule de soudage équipée d’un système de ventilation et de filtres anti-particules (fumées de soudures et particules toxiques dues au meulage). Cette cagoule de soudage est nécessaire pour cette technique de travail dans la masse qui expose de matière intense et longue aux fumées et particules toxiques.

 

Ainsi que les frais liés :

- à la création d'un site internet www.raphaelmognetti.com

- à la commission de Kiss Kiss Bank Bank (8% de la somme)

 

En cas de dépassement des objectifs de collecte, l’excédent permettra la poursuite de mes recherches.

 

            Suite_recherches-1408363287

 

 

 

Thumb_avatar_bio_200x200-1408650003
Raphaël Mognetti

Né en 1972 à Avignon, Raphaël Mognetti est artiste-sculpteur. Il entretient une relation intime avec le matériau sculpté, en premier le fer, et sa maîtrise du travail confère à ses œuvres une vie animée et charnelle, aérienne ou dense. En 1990, il installe son premier atelier dans l’ancienne imprimerie Aubanel. L’exposition d’un colosse de Botero... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
(-: clap clap clap :-)
Thumb_default
aller grosse taups au boulot
Thumb_default
La biz à Nour et Caca !