En Inde, une zone sismique en bord de mer. Areva prévoit d’y construire une centrale nucléaire géante dès 2012. La population est très hostile à ce projet qu'elle estime imprudent et irrationnel. Are Vah ! est un documentaire multimédia (vidéo, photo, radio) qui enquêtera sur les enjeux et les méthodes d'une soi-disant "renaissance nucléaire".

Large_affiche01

Présentation détaillée du projet

 

image01.jpg

 

Un dossier complet du projet est disponible sur demande : michapatault@gmail.com

 



"Are vah !" est une des expressions orales les plus usitées en Inde. Elle exprime l'étonnement, la stupéfaction, la surprise comme la stupeur. Elle peut être négative comme positive.

"Are vah !" est une interjection qui exprime une émotion spontanée. Elle peut être traduite en français par "Ça alors !", "Oh putain !", "Holala !", "Ah merde !", "Bravo !"…

C'est de cette interjection que le documentaire suivra sa tonalité générale.
Plus qu'un titre, "ARE VAH !" traduit une impression dégagée.
La narration du documentaire tentera de suivre une impression de surprise graduée.

Le projet d'Areva (la compagnie) de construire ce complexe nucléaire est en beaucoup de points surprenant :
- parier sur une renaissance nucléaire alors que la filière toute entière est en crise.
- construire sur une zone sismique et en bordure de mer malgré le spectre japonais.
- parier sur la technologie EPR à grande échelle alors qu'elle n'a toujours pas fait ses preuves.

Parallèlement, le projet du gouvernement indien de construire ce complexe est tout aussi surprenant :
- choisir un site pour le moins inapproprié.
- utiliser la répression et emprunter des manières anti-démocratiques pour s'approprier les terres.
- parier sur le nucléaire alors que les ressources naturelles du pays sont idéales pour le développement des énergies renouvelables.
- troquer l'indépendance énergétique du pays contre une dépendance en apports fissiles et en technologies étrangères.
- protéger les intérêts économiques de multinationales étrangères au détriment des intérêts de son peuple.

Ces multiples points sont autant d'interrogations qui suscitent la curiosité, et sont autant de questions à résoudre.

 

image02.jpg


SYNOPSIS
Que dire d'un projet de construction d'une centrale nucléaire dans l'aire post-Fukushima ?
Que dire si cette centrale sera construite sur une zone hautement sismique et en bordure de mer ?
Que dire si cette centrale s'enorgueillit d'être la plus grande centrale nucléaire au monde ?
Que dire de ce projet s'il menace l'économie de 10 000 personnes ?
Un indien vous dira de manière impulsive : "Are Vah !", pour marquer son étonnement ou sa stupéfaction.

La France est l'heureux promoteur de cet étonnement : le géant nucléaire français Areva s'apprête en 2012 à construire cette centrale sans commune mesure dans une région de l'Inde propice aux tremblements de terres. (Jaitapur, État du Maharashtra). Il s'agirait de doter l'Inde de 6 réacteurs de technologie EPR pour subvenir aux besoins croissants en électricité du pays.

Après un gel des nouveaux projets nucléaires dans le monde dû à la crise nipponne, la France est à la recherche de son modèle d'exportation et confirme son obsession nucléaire. De son côté, l'Inde rassure les entreprises étrangères en minimisant leurs responsabilités en cas d'incident majeur.
L'Inde a pourtant vécu la pire des catastrophes chimiques à Bhopal, et les victimes se battent toujours pour faire reconnaître l'entreprise américaine responsable.

C'est à partir de ce constat que Sanjay Verma, survivant de Bhopal, décide de mener l'enquête sur l'affaire du projet nucléaire de Jaitapur. Il tentera de comprendre les causes de cette imprudence industrielle et les risques de cette technologie. Il pénétrera dans le futur site convoité où les populations résistent à léguer leurs terres malgré une répression policière de plus en plus sévère.

 

image06.jpg


L'aire post-Fukushima engage un tournant décisif où la tendance générale est à l'abandon du nucléaire.
De manière acharnée, la France parie sur une renaissance nucléaire, et l'Inde parie sur le nucléaire pour son développement énergétique.

 

Demandons-nous à quel prix ces grands paris seront pris !!

 

Lancez-vous dans cette enquête avec nous !

 

Et n'hésitez pas à participer à cette collecte pour que ce projet voit le jour !

 

Lettre à Nicolas Sarkozy sur Jaitapur et ses 118 organisations signataires

 

image04.jpg

 

image03.jpg

Qui suis-je ?

imagebio01.jpg 

Micha Patault
-> Photojournaliste, réalisateur
Membre de la coopérative Picturetank.
Je m'intéresse à la relation entre les grandes industries et les sociétés démocratiques. Je suis parti en Inde une dizaine de fois, à l'époque pour documenter la lutte pour la justice à Bhopal. En concevant le documentaire photo "No More Bhopals", je me suis penché sur la question de la responsabilité des entreprises en cas d'incident majeur.
Puis j'ai appris que mon père était victime des essais atomiques de Fangatofa, tandis que ma mère subissait les retombées de Tchernobyl. Je me suis alors passionné pour le dossier nucléaire. Je suis allé au berceau de cette industrie militaire, aux USA, pour mener une enquête "Atomic City" sur les meurs insolites d'une communauté vivant au dépend du nucléaire.
Je suis revenu en France pour documenter l'iconographie nucléaire à travers "La Transition Énergétique" pour Greenpeace France. Et je repars aujourd'hui en Inde pour comprendre les enjeux et les méthodes d'une soi-disant "renaissance nucléaire" prédite par Areva.

http://www.michapatault.com

 

imagebio04.jpg

Sanjay Verma

-> Protagoniste 
Sanjay Verma est un survivant de la catastrophe de Bhopal survenue en 1984 en Inde. Toute sa famille a disparu lors de la tragédie à l'exception de son grand frère Sunil et sa petite soeur Mamta. Plus tard, son grand frère s'est donné la mort des suites d'une schizophrénie causée par les effets secondaires du gaz.
Sanjay mène une vie engagée dans la cause pour la justice à Bhopal. Il se bat pour faire reconnaître la responsabilité de l'entreprise chimique Dow Chemical dans les conséquences du drame indien.
La question de la responsabilité des multinationales étrangères est un sujet sensible en Inde, elle prend racine dans l'affaire Bhopal toujours d'actualité 27 ans après.

Il s'engage aujourd'hui à mener l'enquête à nos côtés pour comprendre les origines de l'imprudence industrielle nucléaire. "Pour ne plus voir d'autres Bhopals". http://www.studentsforbhopal.org/

imagebio02.jpg

Sarah Irion
-> Preneuse de son, journaliste radio
Diplômée du CUEJ d’un master professionnel de journalisme (spécialité radio), je me lance dans le documentaire radiophonique parallèlement à l’aventure du webdocumentaire. Les sujets de société m’intéressent, des marins d’eau douce aux communautés gauchistes, en passant par les prostituées africaines de Paris. Je suis co-auteur du webdocumentaire Yunnan Export, et j’ai travaillé en tant que journaliste radio pour France Bleu, France Culture. http://www.doyoubuzz.com/sarah-irion

imagebio03.jpg

Antoine Prevost
-> Chef-monteur
Je suis monteur pour le documentaire et les nouveaux médias. Diplômé en histoire de l’art (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et monteur pour le cinéma et la télévision (3IS). J'ai participé à la série documentaire multimédia Portraits d’un Nouveau Monde produit par narrative pour France 5. Je travaille actuellement sur différents projets documentaires et webdocumentaires en tant que chef-monteur et réalisateur. http://vimeo.com/aprevost

À quoi servira la collecte ?

Les fonds récoltés serviront à payer les frais primordiaux nécessaires à la réalisation de ce documentaire multimédia. Cela nous permettrait, mon équipe et moi, d'en assurer le tournage et le montage.

Je lance cette collecte en un temps restreint (35 jours) car je souhaiterais partir au plus vite, et engager dans la foulée la post-production et la diffusion de cette enquête avant l'élection présidentielle de 2012 ! 

Le nucléaire sera l'un des thèmes de la campagne présidentielle. Le projet de Jaitapur est avant tout français. Ne laissons pas ce projet se négocier dans l'ombre et dans la désinformation. Aidez-nous à faire évoluer la question nucléaire ! Merci d'avance !

 

Les dépenses (pour 28 jours) :

- Transport sur place : 600 €
- Hébergement + Repas : 1000 €
(600 € pour 2 pers sur 28j) + (400 € pour 1 pers sur 18j)
- Traducteur + fixeur : 1000 €

- Ingénieur du son (prise+mixage) : 1400 €

- Montage + Étallonnage : 1400 €
- Equipement (H4N, DD, GoPro) : 600 €
- Frais divers (visas+cellulaires+assur+antipalu+pourboires…) : 600 €
TOTAL : 6600 €

Ce budget ne comprend pas :

- les billets d'avion auto-financés pour 2 personnes (1000€)

- les frais auto-financés de la 1ère phase de réalisation de 2011 (1200€)

- la rémunération de l’auteur, les droits d’auteur.

- la création musicale, l'encodage, la post-production, la création graphique.

- les frais des contreparties.

 

- - Je suis à la recherche d'une boîte de production et d'un diffuseur - -

Derniers commentaires

Thumb_imagebio01
Je tiens à remercier les nouveaux arrivants qui ont été très généreux ! Vous êtes maintenant 79 Kissbankers du projet "Are Vah !" Grâce à vous, nous continuons à y croire et à nous battre pour que ce projet voit le jour. L'engouement pour la collecte rassure les différentes boites de production avec qui nous sommes en train de traiter. Vous en saurez plus dans quelques jours. Mais il est clair que sans cette collecte, l'enquête que je vous propose ne verra pas de suite. Donc nous devons garder la barre sur notre objectif d'atteindre la totalité de la collecte. À savoir 6600€. Nous frôlons aujourd'hui les 40% de l'objectif. A ce rythme là, il nous faudrait encore environ 130 nouveaux Kissbankers. Nous continuons donc activement à sensibiliser notre entourage sur cette investigation qui sera bénéfique pour l'opinion publique. N'hésitez pas à inviter vos proches à suivre votre exemple ! Encore MERCI pour votre confiance ! Micha