Aidez nous à mettre notre expérience photographique au service de la Conservation et d'une cohabitation intelligente entre Homme et Nature

Large_visuel-1

Présentation détaillée du projet

Le Karoo Predator Project , un espoir pour la cohabitation entre les hommes et les prédateurs !

 

 

 Pose_d_un_collier_gps___un_caracal_et_soins

 

Les grandes lignes de notre projet :

 

- Trois acteurs : Une jeune scientifique française passionnée, Marine Drouilly

Deux photographes de Nature tout autant passionnés, Nathalie Houdin et Denis Palanque

 

- Un pays envoutant : L'Afrique du Sud et plus particulièrement la région semi-désertique du Karoo

 

- Une problématique et trois acteurs locaux : les deux prédateursLe Chacal à Chabraque et le Caracal, l'un est un canidé et l'autre un félin. Et les éleveurs de moutons du Karoo.

 

La problématique sur laquelle travaille notre scientifique est malheureusement aussi simple que ses implications sont graves. Marine Drouilly travaille à décrypter une relation de conflit Homme/Prédateurs vieille de plus de 400 ans. Pour cela elle a créé le Karoo Predator Project. Une coopération entre le monde des sciences naturelles, des sciences sociales et l'indispensable participation de ceux qui vivent cette situation au quotidien, les éleveurs, les chasseurs professionnels et les associations de protection de la nature.

 

L'interdisciplinarité est essentielle à la juste compréhension de l'ensemble de la problématique.

 

Nombres de fermiers voient en cette occasion une manière d'aller plus loin et de pouvoir enfin vivre de leurs élevages tout en préservant cette biodiversité qui leur est chère malgré la rudesse de la cohabitation.

 

Composite-5

 

Notre rôle et notre but : L'idée de ce projet ambitieux est de se donner les moyens de s'immerger en profondeur au sein du travail de Marine et d'aller au delà du statut de simple témoin.

 

Son travail remarquable et exécuté à une échelle inédite jusqu'alors (que ce soit en Afrique ou au niveau mondial), pourrait tout à fait être considéré comme référence en ce domaine et ainsi trouver un large écho en Europe et aux Etats-Unis où les conflits Homme/Prédateurs sont encore bien présents.

 

C'est pourquoi en tant que photographes engagés nous sommes particulièrement sensible à sa démarche. Et par notre travail nous souhaitons apporter notre contribution et soutien à ces recherches, grâce notamment à la plus large diffusion possible de cette formidable histoire qui démontre qu'à force de volonté les relations de l'homme à la nature peuvent encore évoluer vers la cohabitation intelligente.

 

Mais à n'en pas douter, ce reportage aux allures d'expédition sera également riche en rencontres locales et pleines de partages et de surprises : de la tonte des moutons aux mises bas des brebis, en passant par la curiosité soutenue des Babouins, porc-épics et autres grands amateurs et collectionneurs de matériel numérique...nous ne seront pas à court d'histoires et d'aventures à vous faire partager!

 

Des bivouacs au coeur du territoire des Léopards, aux pistes chaotiques de ce désert dévoilant des rencontres inattendues avec zèbres et antilopes, ... tout sera réunit pour rendre cette expérience inoubliable.

 

Au travers de ce reportage, le travail de Marine sera valorisé par des expositions et des conférences en France et en Afrique du Sud.

Dates à suivre ....!!!!

 

Mais bien avant les expositions et conférences, la page facebook du projet ne manquera pas de vous les faire partager en images et en vidéos.

Page Facebook "Au Coeur du Karoo Predator Project"

 

 

Si maintenant vous voulez en savoir plus...

 

Pour la plupart d'entre nous l'Afrique du Sud évoque les safaris au cœur des vastes parcs naturels dont certains sont extrêmement célèbres tel le Parc Kruger.

Pourtant en dehors des espaces contrôlés des parcs et réserves, au-delà des clôtures sécurisantes, le territoire sud-africain reste encore très vaste, sauvage et peuplé de bien d'autres prédateurs.

Certes moins charismatiques que lions et léopards, ces prédateurs de taille plus modeste que sont le Chacal à chabraque (Canis mesomelas) et le Caracal (Caracal caracal) ne se cantonnent pas aux aires protégées du pays.

Leur vaste répartition sur le territoire conduit inéluctablement à des conflits de cohabitation face aux activités pastorales humaines tel que l’élevage des moutons. Au cœur de cette Afrique du sud, le Karoo, zone désertique et pauvre en ressources, abrite pourtant la majeure partie des élevages ovins et pour les éleveurs et fermiers de ce pays qui vivent au quotidien avec ces prédateurs, la vie n’est pas aussi idyllique qu'il n'y parait.

 

Gdnroute_karoo

 

et comme pour peser encore plus sur cette situation tendue, la conjoncture économique de cette dernière décennie et le déclin des aides gouvernementales ont contribué à rendre la vie des fermiers encore plus dure.

 

La seule province du Western Cape, dont une fraction du Karoo fait partie, s'est exposée à des pertes de l'ordre de plus d'un million de dollars US en 2010 dues à la prédation. Parallèlement, La National Woolgrowers Organisation a quant à elle estimé une perte de 8% sur les troupeaux, par an et au niveau national à cause des prédateurs (soit 2,8 millions de têtes). Nous sommes donc au cœur d'un problème qui ne touche pas seulement la biodiversité mais également l'économie de subsistance de nombreuses familles dans une région déjà fragile.

 

Processing-the-cat               

 

Mais finalement qui sommes nous ?

 

Au centre de cette folle histoire vous trouverez bien évidement Marine Drouilly, la scientifique dont le travail nous semble si important et que nous souhaitons mettre en images. Et puis il y a nous...nous ce sont deux photographes de Nature engagés dans la Conservation, Nathalie Houdin et Denis Palanque. Quelques détails ? Alors suivez le fil.

 

Marine Drouilly:

Mais avant de tout savoir sur sa vie, il nous a paru indispensable de vous décrire la façon dont nous percevons Marine.

 

Une tignasse blonde et bouclée, un grand sourire et un coeur gros comme ça...c'est avant tout une passionnée, débordant d'énergie, et dont la folle passion pour les grands espaces n'est supplantée que par un immense amour et un grand respect de la vie sauvage. 

 

Marine-with-the-youngster02

 

Marine Drouilly est écologiste de formation. Sa thèse de Master (Zimbabwe) s’est intéressée aux facteurs de stress chez les équidés sauvages comme le zèbre de plaine, et aux implications pour la conservation d’espèces en danger comme le cheval de Przewalski.

 

Ses expériences l’ont entraînée de l'Alaska au Pérou et jusqu’en Afrique australe, loin de sa Champagne natale.

 

Les espèces sur lesquelles Marine a travaillé sont diverses et vont de l'ours de Kodiak au mouflon méditerranéen, du léopard africain à l'ours polaire, du pika aux petits oiseaux républicains sociaux .

 

Mais la scientifique de 27 ans avoue avoir une fascination et un intérêt particulier pour les prédateurs dont les conflits avec les populations humaines croissantes augmentent partout dans le monde. Les conflits homme-faune sont un sujet qui lui tient particulièrement à cœur puisqu'ils sont omniprésents sur la planète et constituent un des plus gros défis auquel les biologistes de la conservation devront faire face au XXIème siècle.

 

Passionnée par la vie sauvage, les montagnes, la photographie de Nature et de nombreux sports outdoors, c'est en Afrique du Sud que Marine a posé ses valises actuellement où elle s’intéresse aux mécanismes écologiques sous-jacents, aux conflits entre prédateurs et fermiers dans la région semi-désertique du Karoo.

 

 

Nathalie Houdin :

Photographe professionnelle spécialisée en photographie de conservation et de nature.

 

Consciente de l'éphémère beauté de ce monde, je souhaite par mes photographies capturer l'instant fragile et le redonner au regard afin qu'il ne s'y perde pas. J'essaie d'exprimer ce que je ressens, ce qui me touche.

Mon désir est de partager, c'est pourquoi j'interviens auprès d'enfants pour leur apprendre à connaitre et respecter leur environnement et à regarder le monde qui les entoure différemment.

 

Dpalanque_4613

 

Je collabore avec plusieurs magazines comme Terre Sauvage, Alpes Magazine, Nat' Images, Image et Nature ...  Mes photographies sont distribuées par l'agence Biosphoto.

 

J'ai publié plusieurs livres, "Maroc Sauvage" aux éditions Naef, ainsi que "le bouquetin au fil des saisons" et "peinture d'eau" publiés en auto-édition et imprimés chez Escourbiac.

 

Aujourd'hui la photographie doit plus que jamais servir à la conservation et à la protection de la faune et de la flore. C'est en tout les cas mon engagement et mon axe de travail.

 

 

Denis Palanque :

Photographe professionnel spécialisé en photographie de conservation et de nature et de sciences.

 

La photographie a toujours accompagnée mon besoin de découverte et de compréhension de la nature. Mais rapidement, ce qui était au départ un outil d'exploration s'est révélé un étonnant moyen d'expression et surtout un formidable instrument de sensibilisation. Ma double formation de Biologiste et de photographie m'a permis d'appréhender mes sujets avec à la fois les connaissances naturalistes et scientifiques nécessaires à la compréhension et au respect de mon environnement, mais également avec la sensibilité essentielle et indispensable à la réalisation de toute photographie. 

 

 Pour moi, explorer le lien qu'il y a entre l'Homme et la Nature est essentiel et m'a conduit à réaliser des photographies dont l'objectif véritable est d'être des instruments de changement plutôt que de simples  d'information et de constat. Chaque jour dans mon travail, j'essaie d'aller en ce sens et cherche à faire une différence autant que possible. 

 

Pour moi la photographie de nature se veut plus que jamais engagée dans une démarche de conservation.

 

Small_mg_7835

 

Je collabore avec des magazines tels que National Geographic France, Terre Sauvage, Alpes Loisir, Alpes Magazine, Pyrénées Magazine... Mon travail est distribué par plusieurs banques d’images en France et de par le monde (Biosphoto, Sipa, Visuals Unlimited, et Nature Picture Library).

 

 

Dans les coulisses du reportage...

 

Reportage prévu sur 2014 - 2015

 

Sur ce travail, notre approche photographique se veut innovante et nous permettra de mêler un style propre à la photographie de reportage mais également des prises de vues sur le terrain où interviendront des techniques de portraits studio.

 

Enfin, la nature même de nos sujets, à savoir des prédateurs crépusculaires, nous permettra également de mettre à contribution des techniques de piégeages photographiques et d'obtenir des images inédites. Ici encore notre volonté est de mettre en œuvre tout notre savoir et notre imagination afin de sortir des lignes classiques du reportage et provoquer ainsi un véritable impact visuel auprès du plus large public possible. Pour être efficace notre message doit marquer les esprits et pour cela l'outil visuel exceptionnel qu'est la photographie reste inégalé.

 

Nous avons choisi de réaliser ce reportage au cours de deux voyages.

 

Le premier est basé sur une période de 3 semaines en fin d'année 2014 afin de pouvoir suivre Marine dans ses recherches quotidiennes et réaliser le plus gros des images et séquences vidéo.

 

Au cours de ce voyage nous allons également recueillir les premiers témoignages des éleveurs, les suivre dans l'intimité de leur vie et ainsi rendre compte des difficultés rencontrées au quotidien par ces familles. Ce volet humain et sociologique de notre projet est tout particulièrement important pour nous. Sans cette liaison indispensable entre l'Homme et l'animal le problème ne pourra trouver de solutions acceptables et durables.

 

Le second voyage nous permettra de revenir sur les lieux en 2015, en fin d'étude scientifique. Chacun de ces voyages, nous permettront d'optimiser au mieux les prises de vues en maximisant nos chances de photographier in-situ Chacal et Caracal.

 

Ces deux voyages ont également été calés en fonction des périodes de mises bas des prédateurs autant que celles des brebis. Ce sont des périodes sensibles où les animaux sont les plus actifs et les troupeaux les plus vulnérables mais où les opportunités de photographies seront les plus nombreuses.

 

 

Et en attendant les chaleurs du continent africain nous vous invitons à découvrir avec nous la magie de l'hiver islandais à travers l'oeil expert du Canon EOS 6D...Un échantillon rafraichissant de 3 min 23s pour réver et vous donner une idée des vidéos que nous allons vous rapporter !

 

 

 

Les partenaires qui nous ont déjà accordé leur confiance et leur soutien

 

Avant toute chose nous souhaitons remercier nos partenaires et sponsors sans qui le projet n'aurait pu voir le jour.

 

 

 

Canon France

 

Canon-France (avec le soutien de Canon-Europe) est l'un de nos partenaires privilégiés. L'entreprise nous apporte l'ensemble du support technique et logistique pour la prise de vue.

A suivre sur notre page facebook....

http://www.canon.fr/

http://cpn.canon-europe.com

 

National Geographic France

Pour ce reportage le magazine National Geographic-France nous a déjà renouvelé sa confiance et son soutien.

http://www.nationalgeographic.fr/

https://www.facebook.com/pages/NATIONAL-GEOGRAPHIC-I-France/233900689960789?sk=timeline

 

PNY

PNY, fabricant et distributeur réputé de matériel informatique et de mobilité, nous a apporté son soutien en nous fournissant disques durs SSD, cartes mémoires, batteries...

A suivre sur notre page facebook....

http://www.pny.eu/

 

Pelicase

Par sa participation Pelicase nous a fourni les caisses étanches et anti-chocs indispensables au transport de notre matériel et pour la réalisation des caissons des pièges photos.

A suivre sur notre page facebook....

http://www.peli.com/fr

 

Et Aguila-Voyages-Photo qui vient de nous rejoindre tout récemment! Merci à eux!

http://www.aguila-voyages.com/

 

Le projet est sur pied reste à le finaliser! Et pour aller jusqu'au bout nous avons besoin de votre aide!!

 

Vous souhaitez rejoindre les partenaires de ce projet ?

N'hésitez pas à nous contacter, nous restons à votre entière disposition et nous nous proposons de vous rencontrer afin de vous présenter plus en détail cet ambitieux projet et d'élaborer ensemble les modalités d'une collaboration.

En contrepartie de votre implication dans notre projet, nous nous engageons à vous procurer des photographies et séquences vidéos du matériel et de votre marque en situation sur le terrain.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Un tel projet requière un budget forcement important.

Plutôt que de vous assommer avec des lignes budgétaires (disponible si besoin!) nous allons vous résumer ça en quelques paragraphes.

 

Grâce à nos partenaires la partie technique de notre reportage est quasiment bouclée et financée (Matériels de prises de vues, informatiques).

 

Reste maintenant à trouver les budgets manquants, notamment pour la logistique transport dont le coût total s'élève à 4 900 €.

 

Si nous collectons 4000 € :

Tout d'abord un grand merci à vous pour votre aide qui nous permettra d'assurer le voyage et la production du reportage!!

Cette somme sera utilisée pour la plus grosse partie de ce budget à savoir

- 1- Le trajet du premier voyage Train + avion : 2 100 €

- 2- Location du véhicule pour  trois semaines : 2 800 €

 

Bien sûr, si grâce à vous nous dépassons cette somme, vous contribuerez alors à financer les autres coûts logistiques:

 - L'essence soit plus de 1 500 €. La région sur laquelle nous allons travailler est vaste et les fermes tout comme les zones naturelles sont assez éloignées les unes des autres.

 - La nourriture 350 €.

 - Le transport en avions de notre matériel environ 1 000 €

Et autant que possible nous dormirons en bivouac.

 

A cela il est nécessaire d'ajouter la commission du site KissKissBankBank de 8% de la somme demandée.

 

Et si dans la folie collective vous nous offrez encore plus (soyons fous !), vous participerez alors à financer quelques pièges photographiques supplémentaires pour maximiser nos chances de ramener encore plus d'images exceptionnelles ou rares.

 

Le coût d'un piège comprend le système de détection "TrailMaster" 580 €, le caisson de protection du boitier 100 € et la connectique diverse près de 80 € (hors appareil photographique)

 

Et au delà de 10 000 € nous utiliserons l'argent supplémentaire pour concevoir et mettre en place nos différentes expositions en France et en Afrique du Sud.

 

Un grand merci pour vos soutiens et n'hésitez pas à partager !

Thumb_avatar
Nathalie Houdin & Denis Palanque

Photographes de Conservation et de Nature I www.nathalie-houdin.com I www.denispalanque.com

Derniers commentaires

Thumb_avatar
Merci Val! On croise les doigts très fort!!
Thumb_default
Beau projet, en espérant que la collecte soit une réussite :-)