NOUVEL OBJECTIF 150% -> 7500 € Soutenez le premier film de Christine Aubry, drame familial sensible et déchirant.

Large_index-1448038089-1448038104

Présentation détaillée du projet

Résumé

 

Un homme, une femme.

Paul, Anna.

Entre eux, la vie d’un enfant au bord du néant, un souffle de vie en train de s’éteindre, une âme qu’il faut laisser s’envoler, qui creuse un espace temps de douleurs, que seule la violence comble, violence des mots, violence des regards, violence des corps. Une violence faite à eux–même et aux autres, qui se fraie un chemin entre l’amour et la haine de soi, de l’autre.

 

 

À l’origine de l’écriture de ce projet

 

Il y a quelques années, j’ai rédigé des textes et réalisé plusieurs films pour une association d’enfants atteints de déficit immunitaire, une maladie génétique que la médecine échoue à guérir dans les cas les plus graves.

Il n’existe pas de mot pour nommer un père ou une mère qui  perd son enfant. La mort d’un enfant laisse son père, sa mère, sans identité, et l’interroge plus que tout autre événement sur le sens de la vie.

Vivre est-il encore possible ? Comment ? Pourquoi ? En ai-je encore le droit ?

A ces questions fondamentales, le père et la mère répondent différemment, toujours. Et trop souvent, la différence dans ce qu’ils ressentent, la souffrance intrinsèque qu’ils n’arrivent pas à dire, à partager, à faire comprendre à l’autre, les empêchent de traverser le présent et d’appréhender le futur, ensemble. 

Peu de couples survivent à la mort d’un enfant.

 

Avec ce film, je veux rendre hommage aux pères et aux mères que j’ai croisés, que la souffrance indicible a déchirés.

 

 

 

 

Le désir de passer à la réalisation.

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.06.18-1445087197

 

Le désir de faire un film mature en moi depuis longtemps.

Après avoir œuvré sur les plateaux de cinéma comme assistante caméra, assistante réalisation, directrice de production sur les films des autres…, après des heures passées devant mon ordinateur à écrire, réécrire et réécrire encore…, au moment où mes enfants prennent leur envol…,  Il est devenu important pour moi de partager mon univers en le portant à l’écran.

 

Ce court métrage de quinze minutes est un projet qui s’inscrit dans un processus à long terme.  Il doit me mener à la réalisation de mon premier long métrage « Qu’importe le bleu », et des suivants…

Le scénario de « Qu’importe le bleu » est écrit. 90 pages reliées, prêtes à se faire leur place dans le paysage cinématographique !

 

 

 

Ceux qui m’accompagnent dans cette aventure

 

Un casting au delà de mes espérances

Ils ont lu le scénario et ils ont dit oui ! Ils sont tous des comédiens de renommée et de talent et ils ont accepté d’incarner mes personnages, même les plus petits rôles, avec beaucoup d’enthousiasme.

 

 

Erika Sainte dans le rôle d’Anna

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.09.10-1445087364

 

Magritte du meilleur espoir féminin en 2012 pour son rôle dans Elle ne pleure pas, elle chante de Philippe De Pierpont, Erika Sainte s'est révélée dans des rôles féminins intenses et fragiles. Elle s'est imposée comme une évidence dans le rôle d'Anna, mère impuissante, déchirée entre sa douleur et sa colère. 

 

Vous avez pu la voir au cinéma dans Arrêtez-moi là  de G. Bannier, Moonwalkers de A. Bardou-Jacquet, You’re ugly too de M. Noonan ou plus récemment dans La French de C. Jimenez, mais également à la télévision (La guerre de Marie de A. Brunard...) et au théâtre (Qui a peur de Virginia Woolf de E. Albee, m. en sc. M. Kacenelenbogen , Skylight de D. Hare, m. en sc. M. Marchese…).

 

 

Nicolas Herman dans le rôle de Paul

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.10.17-1445087433

 

 

« Je suis heureux d'avoir été choisi par Christine pour incarner Paul. C'est un rôle frappant de vérité et qui m'a bouleversé dès la lecture du scénario... J'avais aussi très envie de travailler avec Erika et l'histoire de ce couple déchiré nous a immédiatement émus tous les deux. »

 

 

Nicolas Herman a longtemps campé le personnage du lieutenant de police Nicolas Barrel dans la série Plus belle la vie.  Depuis qu’il a quitté la série qui l’a rendu célèbre, vous l’avez vu au cinéma dans les lettres portugaises de B.F. Boucher, Amitiés sincères de S.Archinard et F. Prevot Leygonie, le coach d’O. Doran …; à la télévision dans Clem de J. Bunuel, Les intouchables de P. Dewolf, La prophétie d’Avignon de D. Delrieux, Tropiques amers de J.C. Barny… ; au théâtre dans les femmes n’existent pas de N.Ohlund, le délai de F.Massoni…

 

 

Et aussi :

 

Stéphanie van Vyve (Laure)

 

 

 

unnamed.png

 

Christelle Delbrouck (Valérie)

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.13.15-1445087622

 

 

Serge Hologne (Vincent)

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.15.21-1445087737

 

 

Romain Mathelart (Maxime)

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.18.53-1445087952

 

 

Jacqueline Ghaye (Hélène)

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.21.18-1445088094

 

 

Une équipe technique de professionnels expérimentés qui ont répondu présent sans hésiter:

 

- Louis Philippe Capelle, directeur de la photographie;

- Alain Sironval, ingénieur du son

- Billy Miquel, perchman;

- Carlota Gonzales-Hontario Lefevre, première assistante réalisatrice;

- Camille Arpajou, scripte;

- Louis Privat, storyboarder;

- Marc-Olivier Dupin, musique originale;

- Sophie Rouffio, chef monteuse image;

- Laure Montagnol, chef monteuse son;

- Nono van Meerbeeck, chef costumière;

- et tous ceux qui doivent encore nous rejoindre: régisseur, assistants réalisation, assistants caméra, perchman, électros, machinos, maquilleuse...

 

Et vous, les Kissbankers !

À quoi servira la collecte ?

 

Un film, même court, est une véritable entreprise : Trois semaines de préparation, six jours de tournage, un mois de postproduction (montage, musique, mixage, étalonnage…).

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.28.32-1445088541

 

Faire quinze minutes de Cinéma dans des conditions professionnelles coûtent cher: matériel caméra et son, machinerie, matériel électrique, matériel régie, location de camion, location des lieux, effet spéciaux, décor, costumes, maquillage, frais de transport et de repas des vingt personnes qui constituent l'équipe, enregistrement de la musique, frais de postproduction (montage, mixage, édition...).

 

Les comédiens et les techniciens de ce projet sont tous bénévoles.

Des amis m'ont ouvert leur maison pour les décors du film.

 

Des prestataires de service m’offrent des conditions très favorables de prêts de matériel.

 

 

Le film a néanmoins un côut minimal, incompréssible de 5000 euros.

 

Capture_d__cran_2015-10-17___15.31.18-1445088693

 

Ces 5000 euros sont espérés du financement participatif, donc de vous ! Et selon la formule consacrée, chaque euro compte, et je compte sur vous !

 

Ce qui serait formidable, serait de doubler la mise, et même de la tripler, pour que tout ceux qui vont partager cette aventure, donner leur temps, leur énergie et leur bonne humeur à la réussite du film, puissent être en partie rémunérés.

 

 

 

 

5 000 € = objectif atteint, le film se tourne.

7 500 € = les conditions de tournage sont améliorées

10 000 € = Les comédiens et les techniciens, aujourd’hui tous bénévoles, sont partiellement défrayés.

15 000 € = Les comédiens et les techniciens, aujourd’hui tous bénévoles, sont défrayés et les fournisseurs dédommagés.

 

 

 

 

D’avance MERCI !

 

Thumb_belle-papillon-1445465409
Christine_A

Diplomée de l'Ecole Nationale Supérieure Louis lumière, j'ai débuté ma carrière comme assistante opérateur sur des longs métrages Cinéma (Gérard Oury, Louis Malle, Patrice Chéreau, Amos Gitai...). J'ai également travaillé comme assistante réalisation, directrice de production, et réalisatrice de petits documentaires pour des associations d'enfants... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Courage! Un beau projet! Nous soutenons la Belgique et ses artistes! Ophélie Taïder
Thumb_default
Un beau projet qui se concrétise. Bravo, avec tous nos encouragements. Joana et Henri
Thumb_default
Christine, On te souhaite un beau succès pour ton film.... et de nombreux autres projets! Nous avons hâte de le voir ! A très vite Corinne et Guy