Impression offset d'un livre de 80 pages500 exemplaires en A4 paysage en quadrichromie réalisé en 2012 lors d'un voyage sur le fleuve Sénég

Large_1_canvas_page__couverture_81_01_

Présentation détaillée du projet

02122011-img_7841

 

Autour du fleuve est la suite logique à un voyage sur le fleuve Sénégal   entre St Louis et Podor en décembre 2012.Lors de ce périple ,j'ai été profondément ému par la rencontre des jeunes.J'en suis revenu la tête pleine d'images marquées par le regard et le sourire des enfants,la lumière et la couleur de la terre si caractéristique de l'Afrique. Au travers de mes photos vous percevrez une jeunesse toujours prête à découvrir et curieuse d'apprendre.

Bref,...de ces villages lointains, nous parviennent ces regards riches en émotions.

Couverture

 

Ce livre sera compléter par des poèmes réalisés par des poètes Sénégalais qui ont participé à la croisière artistique sur ce fleuve.

 

7_canvas_page_11_12_42_canvas_page_79_80_

Pour un travail photographique il est nécessaire de réaliser l'impression chez un imprimeur qui prendra en compte le rendu qualitatif des images.

 

 

33_canvas_page_61_62_

 

 

 

 

 

9_canvas_page_15_16

À quoi servira la collecte ?

Autour du fleuve par Jean-Louis Massart

 

Img_8605

 

Le fleuve Sénégal

 

42_canvas_page_79_80_

 

La  collecte servira au financement de l'impression du livre réalisé en offset ainsi que la réalisation des affiches et des invitations. des expositions i

 

 

 

Img_8221

L'exposition est prise en charge par moi même. L'exposition sera présentée au Sénégal  lors de la biennale de Dakar en mai 2014 mais aussi  en Belgique en 2014 et 2015 ensuite elle ira (je l'espère en France et ...). 

Les tirages présentés à l'exposition sont réalisés sur plexi de 60X80cm ou en 100X100cm. IL y 30 tirages réalisés.

 

 

 Mon premier contact fut un reportage au Bénin pour un client en industrie .   Les portes de l'Afrique s’ouvraient enfin à moi… Img_9479   En 1998 et 2000, l'artiste Jean-Marie Lheureux me guide à la découverte du Mali, de ses habitants et de leurs modes de vie, dans une région chargée d'histoire et de culture. Dès notre arrivée à Bamako jusqu'au Pays Dogon, nous étions en proximité permanente avec la population. J'ai adoré! Isee00038    Donc, l'Afrique? Je la quitte à peine et avec peine,  et déjà...j'ai une impétueuse envie d'y revenir!     Le Sénégal m'a permis d'y exposer différents travaux photographiques. J'y ai surtout reçu un accueil extraordinaire de la part des artistes du Village des Arts avec ses peintres, poètes, photographes ou sculpteurs.         Img_8070Img_8096   De tout cela est né une amitié profonde et cette autre dimension que j'appellerais....un vrai bonheur!   Img_9358   EN 1967 1ère exposition à Namur Photographe de presse pendant 10 ans. Photographe généraliste et ensuite en industrie En 1990 découverte de l'Afrique ,au Benin ,pour un reportage industriel En 1998 et 2000 le Mali Pays Dogon En suite découverte du Sénégal et de ces Artistes plasticiens avec 3 participations à la Biennale d'arts contemporains tout au long de ces années de nombreuses expositions photographiques en Belgique et à l'étranger   Jean-Louis Massart et la Biennale de Dakar.   C’est  une longue histoire entre Jean-Louis Massart et la Biennale, manifestation où se côtoient des photographes  et d’autres artistes de toutes disciplines et de tous pays. Jean-Louis Massart y a déjà exposé en 2004 avec Ousmanne Dago, photographe sénégalais. Ils eurent la surprise de constater  que, sans se connaître, ils avaient les mêmes approches photographiques.  Leurs parcours se sont  révélés très similaires : mêmes thèmes, mêmes techniques, même âge et d’autres points en commun…En 2006, exposition avec Kemboury Bessane, artiste plasticienne sénégalaise. 01d Lors du Libr’Arts 2011, salon artistique de Libramont, Jean-Louis découvre avec étonnement que leurs derniers travaux artistiques respectifs avaient  une inspiration commune.  En 2012, les deux artistes exposèrent, à nouveau, ensemble dans une même galerie au Dak’Arts.      Les Rencontres sur le Fleuve » Un voyage qui fera ressortir la réalité quotidienne de la zone nord au loin de beaucoup de commodités.  Une situation qui a poussé les initiateurs locaux des « Rencontres sur le Fleuve » à procéder à des remises de dons de matériel didactique, mais aussi, de bourses d’études  à des élèves méritants. « Ce qui me motive, c’est le sourire de ces enfants . Cela n'a pas de prix »  a encore déclaré Mme Sokhna Benga, non sans insister sur le volet humanitaire de cette initiative accompagnée d’actes de bienfaisance comme le don d’un scanner à l’unité de radiologie de l’hôpital de Ndioum.  Fête de l’esprit et de solida-rité entre artistes,   Img_9473  « les Rencontres sur le Fleuve » furent un instant de partage entre les artistes de bonne volonté et la population du nord. Durant deux semaines, les étapistes (artistes locaux) et les croisiéristes (touristes), en collaboration avec la co-initiatrice du festival, ont offert des dons. Plus de 2000 livres ont été répartis entre 8 écoles de Saint-Louis à Podor (Richard-Toll, Dagana, Ndioum et Podor),      dont le prytanée militaire, Amadou Bass Sall….    Cette année, une soixantaine d’artistes étaient au rendez-vous : c’est le signe du succès de  cette initiative auprès de ces femmes et hommes de culture.         Nous avons apporté des livres pour dynamiser l’attrait des bibliothèques et l’intérêt de la lecture au sein des écoles. « Tous les enfants, où qu’ils soient, ont le droit à une bonne éducation. Les élèves du nord obtiennent de bons résultats, il suffit de peu pour les aider », confia la co-initiatrice des « Rencontres ». Remerciant l’action de Sokhna et de Jean-Jacques Bancal, M. Mbodj, directeur de l’école Amadou Basse Sall, dira que ces dons viennent en aide aux élèves dont les parents vivent dans la précarité, avant d’ajouter que, c’est grâce à ces ouvrages que le taux de réussite en cfee et en sixième année a augmenté dans son établissement. Au-delà de ces dons de livres, « les Rencontres sur le Fleuve » ont permis à 8 élèves méritants de la région du nord de bénéficier d’une bourse annuelle de 25.000 CFA.  

 

Img_9499« Nous n’avons pas le droit de tourner le dos à ces innocents, qui auront le destin de notre pays entre leurs mains».    Plus sociales que festives, « les Rencontres sur le Fleuve » sont considérées comme un moyen d’enrichissement culturel, par la plupart les artistes.« Les Rencontres sur le Fleuve » ont été pour moi, Jean-Louis, l’occasion de visiter les rives du Sénégal, tout au long des 250 km entre St-Louis et Podor avec, comme seul bagage, mon appareil photographiqueCette région est protégée naturellement de la plupart des dérives de notre société actuelle. J'ai été profondément ému par la rencontre des jeunes. Et, je reviens la tête pleine d'images marquées par le regard et le sourire des enfants, la lumière et la couleur de la terre si caractéristiques de l'Afrique. Au travers de mes photos, vous percevrez une jeunesse toujours prête à découvrir et curieuse d'apprendre. Bref, ...de ces villages lointains, nous parviennent ces regards riches en émotions pour se transformer en petites œuvres d’art. Cette exposition vous invite à un retour aux sources. Sur le  légendaire « Bou-el- Mogdad »  

 

Quoi de mieux, pour favoriser les échanges entre artistes, que d’être réunis de manière délibérée et informelle sur un bateau, à la fois île au milieu du fleuve et pont mobile reliant les rives et leurs habitants.

 

 

 

Je n'oublierai jamais la rencontre d’un « fou » nommé el Hadji Babacar Diallo qui, sous forme de dérision, traite tous les sujets du quotidien avec beaucoup d’humour. De plus, c’est un artiste multidisciplinaire comme nous en rencontrons très rarement.  

Img_9549

 

Ces 2 semaines de reportage intensif m’ont offert une multitude de photographies et une forte envie de les partager avec un maximum de personnes.   Le projet :      « Regards autour du Fleuve »De ce reportage, j’ai sélectionné une septantaine de clichés, traités de différentes manières :   - Sous forme graphique, en noir et blanc avec, parfois l’une ou l’autre touche de couleur. Vous découvrirez également, par le jeu du regard, l’évocation d’un masque!    - Toutes ces teintes bigarrées, si particulières à l’Afrique, et baignées par la lumière subtropicale imposaient, à l’évidence, à certaines photographies d’être en couleurs.- Les gommes bichromatées : technique ancienne qui permet de reproduire  sur un support (au choix papier, bois, verre,…) une image  en utilisant très peu de produits chimiques et développée à l’eau.Ce recueil de photographies sera agrémenté par des textes écrits par les poètes présents sur le bateau « Bou-el-Mogdad» accentuant la dimension poétique de cette réalisation.    Img_9359 L’ouvrage sera mis en prévente au profit du village de Saldé .

 

 

  Je suis en recherche de lieux d’exposition : en Belgique et à l’étranger.   Dans un premier temps, je présenterai ce travail 3 ou 4 fois en Belgique (Liège, Bruxelles, Charleroi, Flandres, … ) et ensuite à l’étranger, par exemple en France (Arles, Nancy, Paris,…).

 

07122012-img_0270

 

Rendez-vous est déjà pris, nous exposerons au « Dak’art 2014 » au Sénégal. Des contacts sont établis avec Dakar et St-Louis.            Il vous est loisible de louer cette exposition, pour créer ou compléter, à votre initiative, un événement culturel, promotionnel ou autre. Je suis à votre entière disposition pour qu’il soit le plus attractif possible.

 

37_canvas_page_69_70_

Thumb_jlmassart.com-9431
Photo'graphe

Jean Louis Massart photographe. Dès l'âge de 8ans ,je découvre la magie de la photographie en développant avec mon père. Etude réalisée à Liège à l'institut des Arts décoratifs et industriels de la ville de liège.Depuis tout jeune, l'Afrique me fascine. Mon premier contact fut un reportage au Bénin pour un client en industrie . Les portes de... Voir la suite