Le changement s'engage peut-être là où on ne l’attend pas…

Large_vignette2-01

Présentation détaillée du projet

Premier défi relevé grâce à vous ! Merci !

Si vous voulez encore nous aider, c'est possible sur www.athanor-production.be

 

Au départ de mon quartier bruxellois jusqu'aux campagnes européennes, je vous invite à la rencontre d'un mouvement citoyen en pleine effervescence : les CSA ou Community Supported Agriculture.

 

Face à l'urgence de réinvestir et de réorienter l'agriculture vers des modes de production et de distribution plus respectueux, les CSA défendent le circuit court dans un lien direct avec le producteur. Les GASAP en Belgique, les AMAP en France, le ZMAG en Croatie, l'AIAB en Italie, URGENCI le réseau international de tous les réseaux... ou une somme d'individus comme moi mobilisés par la force de changement qu'ils représentent. 

 

Mon documentaire nous conduira dans les coulisses d'un réseau de mangeurs éclairés et cultivateurs de bon sens. Nous découvrirons ensemble que chacun d’entre nous peut faire des choix qui permettent aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail et aux gourmands que nous sommes de sourire tous les jours face à notre assiette.

                 Photo1

Pourquoi ?

 

Il y a un énorme fossé qui s'est creusé ces dernières décennies entre le consommateur et le monde agricole. Parallèlement à cela, la qualité de notre alimentation s'est fortement dégradée, ce qui a des conséquences sur notre santé et celle de notre planète. D'un côté le mangeur moderne est face à l’obsédante question du « Que choisir ? ». De l'autre l'agriculteur est confronté à des difficultés qui le démotivent et mettent en danger sa propre subsistance : « Vers quelles solutions aller ? »  

 

Partant de cela, les idées défendues par les CSA ouvrent d'autres questions que je trouve pertinent de relever dans un documentaire : Pourquoi le circuit court ? Pourquoi créer des réseaux ? Qu'est-ce que le prix juste ? Quel type de bio défend-t-on aujourd'hui ? 

 

Et provoquent chez moi d'autres interrogations : Quelle nouvelle forme de solidarité ou de co-responsabilité est en train de se mettre en place ? Ces initiatives sont-elles des réponses temporaires à la crise ? S'agit-il d'un phénomène de mode porté par un public averti ? Vont-elles se dissoudre dans la grande machine néo-libérale comme leurs aînés (les mouvements contestataires issus de mai 68) ? Ou participons-nous à une transformation des rapports sociaux plus douce mais en profondeur ?

 

Le consommateur a aussi un rôle à jouer dans ce système. 

Nous sommes peut-être ici en train de jeter de nouvelles bases pour cette Europe, qui s'est elle-même construite sur ces questions agricoles.

Notre monde ne s'organise-t-il pas autour de nos assiettes ? 

                              2_copie

Comment ?

 

Depuis 2 ans, avec ma caméra, je suis à la fois témoin et partie prenante de ces rencontres qui s'organisent un peu partout. Au départ de mon groupe d'achat de quartier et de sa relation avec son maraîcher, j'irai avec vous à la rencontre du réseau des GASAP dans son lien avec ses producteurs, pour l'ouvrir ensuite à d'autres réseaux européens.

 

Dans mon carnet de voyage, un monde paysan qui s’enrichit d’une vision commune et affiche une prodigieuse diversité de savoir-faire, à mille lieues de l’uniformisation des produits que l’on tend à nous faire avaler.                                     17_copie

24_copie

 

Avec mes compagnons de route, en quête d’une façon de consommer et d’agir autrement, nous partirons à la rencontre de consommateurs et de producteurs de différentes régions d’Europe. A travers les réseaux des CSA, nous partagerons nos réflexions pour imaginer ensemble d’autres modèles que celui dans lequel nous vivons.                                                Photo2

                        30_copie

 

La toile de fond de ces paroles intimes et collectives sera animée par un meeting passionné de la plateforme internationale URGENCI, la manifestation très arrosée des producteurs de lait à Bruxelles ou encore la Good Food March 2013 et son joyeux cortège de mangeurs militants...

                                            32_copie                                                                                           1_copie

Mais aussi, à travers des paysages verdoyant de beauté, des rencontres humaines touchantes et pleine d'espoir et des réalités qui en disent bien plus long que tous les discours.

 

Nous avons besoin d'autres coups de pouce citoyens pour que ces images prennent enfin forme et que ce cercle vertueux se nourrisse d'une vision optimiste de notre monde de consommateurs.

              Photo12

À quoi servira la collecte ?

Construit sur un processus de 2 ans, le tournage a déjà été réalisé aux deux tiers et uniquement sur fonds propres, mu par l'énergie bénévole d'artistes professionnels et d'individus acquis à la cause. La conjoncture dans laquelle il se trouve en dit beaucoup sur notre propos.

 

Je pourrais continuer de réaliser ce projet de manière individuelle et artisanale mais... Comme mes précédents films, j'aimerais qu'il puisse aussi vivre en salle de cinéma et passer en télévision. C'est un projet grand public qui doit vivre au-delà des réseaux déjà sensibilisés ou des festivals dédiés au cinéma d'auteur.

 

Gardons espoir, je cherche donc encore des co-producteurs institutionnels pour ce projet.

                                       14_copie                              

Le premier objectif de 9.000 euros de cette collecte me permettra de travailler les 3 premiers mois à l'écriture de la narration (3.000 euros) et à un premier montage des images récoltées (6.000 euros). J'ai déjà 48h de rushs !

 

Suite à cela, je pourrais clôturer le tournage, finaliser l'écriture et réaliser une première maquette du film pour convaincre les futurs partenaires de m'octroyer une aide à la finition.

 

Le deuxième objectif est de dépasser les 100% pour récolter 12.000 euros.

Si grâce à vous la récolte est vraiment bonne pour cette saison et que le premier objectif est dépassé, nous pourrons également avancer sur la traduction des rushs (néerlandais, anglais, allemand, croate, italien) mais aussi sur la création musicale ! Notre compositeur est le luthier sauvage Max Vandervorst, grand pataphoniste de son état et très enclin à dialoguer avec les éléments de la nature comme avec les vestiges de notre consommation débridée. (photo Mélisa Stein)

                                                  

                   37

 

 

J'espère finaliser le film pour le mois de décembre 2014  !

Faire les choses ensemble, ici aussi, ça fait sens plus que jamais, non ?

 

Merci à vous !

 

Anne

et Carine pour Athanor asbl

 

 

Info pratique : Comment participer à la collecte ?

La collecte sur kisskissbankbank s'est terminée avec succès et va nous permettre de réaliser une étape du projet.

 

Nous poursuivons d'autres recherches de financement pour le film.

Si vous avez envie d'y contribuer, vous pouvez encore le faire en faisant un virement à notre association Athanor et/ou en nous envoyant vos encouragements à contact@athanor-production.be.

Voici notre N° de compte : Athanor asbl IBAN : BE97 0682 1151 0749  / BIC : GKCCBEBB.

Merci de nous envoyer votre adresse mail  pour qu'on puisse vous tenir au courant de la suite du projet.

 

 

    34_copie

Thumb_375088_381366745306421_1969285347_n
Anne Closset

Anne Closset est à la fois camérawomen, scénariste, réalisatrice et productrice. Elle a l'art de s'engager sur des projets de films qui questionnent nos identités et nos utopies. Avec sa caméra, elle aime témoigner d'expériences exceptionnelles, dans une approche très sensible qui donne à ses films une palette de couleurs toutes en nuances. Lors... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_finger_enfant
Un petit coup de pouce "vert"… Bravo :-)) Bizzzz. Brigitte
Thumb_default
Je vous souhaite de réussir pleinement dans votre entreprise, et que celle-ci touche un maximum de personnes, tant il est évident que ce que vous soutenez est une excellente solution pour la planète, notre santé, le bien-être général. Courage et persévérez. Philippe Bouvry
Thumb_default
Félicitations, excellente idée. En plus, je suis porte parole d'une association de type GASAP sur la région parisienne qui fonctionne depuis début 2009. J'aimerais prendre contact avec vous pour échanger sur le fonctionnement, nos objectifs,... Nous faisons partie du réseau des AMAP en France mais nous désirerions faire un réseau de GASAP.