Soutenez la revue des critiques des cinémas d'Afrique bilingue en ligne !

Large_6b47c90730e6fed0225a13904d485d9a__3_-1462299991-1462300023

Présentation détaillée du projet

Ça y est nous y sommes, nous préparons le 4ème numéro du magazine Awotele ! 

 

Alors que les familiers d’entre vous s’impatientent déjà, ceux qui ne connaissent pas encore la revue de critique des cinémas d’Afrique peuvent se rattraper ici en consultant les précédents numéros.  

 

 

AWOTELE est une revue panafricaine de cinéma confrontant les points de vue critiques et valorisant les cinémas d'Afrique.

 

 

 

Créée en février 2015, AWOTELE est coordonnée par des critiques de cinéma exerçant dans des quotidiens divers et pour la plupart membres de la Fédération Africaine des Critiques de cinéma (FACC).

 

 

Chaque numéro est publié digitalement durant les trois rendez-vous cinématographiques majeurs du continent : Festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Burkina Faso), Durban International Film Festival (Afrique du Sud), Journées Cinématographiques de Carthage (Tunisie).

À quoi servira la collecte ?

A l'occasion du Durban Intrenational Film Festival (du 16 au 26 juin 2016 en Afrique du Sud), nous sollicitons votre aide pour concocter ce prochain numéro bilingue.

 

En soit, il s’agit des frais liés : au graphisme (700€), à la traduction (700€ les articles seront en français et en anglais), le montage vidéo (100€), les frais de voyage et de séjour à Durban (1200€), les frais d’édition de cartes postales (100€). 

 

À cela, ajoutons, 8% du montant total pour les frais d’inscriptions à la plateforme de participation Kiss Kiss Bank Bank et les éventuels frais bancaires.

 

Ce qui nous fait un total de 3000€. Si nous dépassons, nous créerons un site Internet où tous les numéros Awotele seraient disponibles (Yeey!) :) 

 

Pour les plus intéressés, voici notre agenda jusqu'en juin 2016:

Mars : Appel aux plumes critiques sur choix de deux thématiques autour des cinémas d'Afrique

Avril : Récupération des textes venus des quatre coins du continent par le comité de rédaction  

Mai : Lancement de la campagne de financement participatif (c'est ici que vous intervenez !)

Juin : Awotele en route vers le festival international du Film de Durban

 

 

Voilà :) Vous l’avez compris, nous avons besoins de vous : amis, famille, cinéphiles, collègues, professionnels, philanthropes, amoureux, militants, curieux, etc. Parce qu’ensemble, nous pouvons être plus visibles, défendre nos œuvres, prendre notre place, honorer nos ambassadeurs culturels que sont nos cinéastes, éduquer et informer nos lecteurs. C’est à nous et à vous de jouer. Cette solidarité est possible.    

 

Le grand MERCI commence ici avec votre attention,  

 

Avec toute notre sincérité, notre respect, notre espoir, merci.  

 

L’équipe d’Awotele,     

 

Comité de rédaction    

 

 

Photoclairediao-1462460351

 

Claire Diao,   

 

M.aa-1462313018

 

 

Michel Amarger,      

 

Cissokho-1462460877

 

Aboubakar Demba Cissokho  

 

 

Coordinatrice de la revue

Djia Mambu      

 

 

#KissKissAwotele 

#RevueDesCritiques 

#CinésdAfrique

#CritiqueAiséeArtDifficileSolidaritéPossible !

Thumb_photos_3_issues-1461714517
Awotele Magazine

Amis, famille, cinéphiles, collègues, professionnels, philanthropes, amoureux, militants et curieux. Parce qu’ensemble, nous pouvons être plus visibles, défendre nos œuvres, prendre notre place, honorer nos ambassadeurs culturels que sont nos cinéastes, éduquer et informer nos lecteurs. C’est à nous et à vous de jouer. Cette solidarité est possible. Le... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne chance!
Thumb_default
Fière de contribuer à un tel projet d'envergure, déjà initié et porté par une équipe motivée, passionnée et inspirante! Le cinéma de l'Afrique est en pleine forme, foisonnante et inventive: à nous de faire en sorte qu'il rayonne davantage et au-delà des frontières auxquels certains voudraient le voir se cantonner...courage et belle édition à vous tous!
Thumb_default
Bonne chance à Awotele ! Franck.