Aidez à la finition de ce documentaire sur une grande chanteuse africaine !

Large_aziz_image_3-1454505045-1454505069-1454505083

Présentation détaillée du projet

AZIZ’INANGA. Au bout de la voix   

 

Pourquoi Aziz'Inanga a-t-elle soudainement arrêté de chanter ? Comment cette icône de la chanson gabonaise des années 1980, qui se distinguait par son indépendance politique et sa voix électrique, en est-elle venue à renoncer à sa vocation, alors qu'elle était au sommet de sa carrière ?

 

Habitée par ces questionnements, j'ai cherché les traces d'Aziz'Inanga pendant plusieurs années, avant de parvenir enfin à rencontrer cette femme dont la carrière, la voix et la personnalité m'ont bouleversée.  Pour connaître son histoire, comprendre les motifs de son renoncement à la chanson, et la réconcilier avec son passé, nous avons entrepris ensemble un voyage dans les souvenirs de sa vie d'autrefois. Lorsqu'elle a perdu une partie de l'usage de ses talents vocaux, nous sommes parties à la recherche de cette carrière brisée, sur les chemins de sa guérison.

 

Ce film retrace l'histoire de ses combats passés et de ses luttes présentes. 

 

 

 

Visionner des images du film :   

 

 

 

 

L'équipe du film 

 

 

 

Img_8669-1455097654

 

 

La réalisatrice :   Alice Aterianus-Owanga  

 

Alice Aterianus-Owanga est anthropologue. Elle a commencé à réaliser des films documentaires dans le cadre de ses recherches sur les cultures et les musiques urbaines au Gabon, où elle a vécu durant 8 ans. Elle y a filmé les acteurs des danses urbaines, les créations en oeuvre autour du slam, avant de s'intéresser à certains musiciens et artistes oubliés des scènes culturelles passées. Ses précédents films ont été diffusés dans des festivals et des chaines internationales.

Ce nouveau projet est conçu dans une perspective plus intimiste et plus engagée, pour raconter le parcours de cette femme dont l'histoire l'a touchée, et qu'elle a suivie durant plusieurs années. 

 

 

Img_8372-1455098559

 

 

 

Le cadreur : Sédrygue Soungani

 

Sédrygue Soungani est chef-opérateur, actif dans le monde du cinéma gabonais depuis 18 ans. Il a participé à la réalisation de nombreux films documentaires et de fictions de renom au Gabon et en Afrique. Après cinq ans d'expérience à la télévision, il a participé à plusieurs projets cinématographiques, séries tv, documentaires, et quelques stages au Centre National du Cinéma. Il a poursuivi sa formation d'opérateur chez les Loueurs, puis aux Gobelins a Paris. Passionné depuis toujours par les arts visuels, Sedrygue Soungani a créé OPV-STYLE en 2012. 

 

 

602096_4247002187362_1384748455_n-1455098575

 

 

 

 

Prise de son : Donatien Ngassi

Formé au Burkina-Faso, Donatien travaille sur de nombreux projets de fiction, documentaire et séries au Gabon. 

 

Img_8610_-_copie-1455098899

 

 

 

Montage : Maxime Huygue  

 

Aujourd’hui formateur et réalisateur de films documentaires, il a commencé en 1999 comme technicien vidéo, puis chef opérateur. Il a réalisé ou co-réalisé plusieurs films documentaires, en France et à l'étranger.  Après s'être formé à l’écriture documentaire en suivant des stages à Pictanovo à Tourcoing ainsi qu’au montage documentaire à l’INA, il est aujourd'hui lui-même formateur en montage et en réalisation pour différentes structures.  

 

Maxime-1455097456

 

 

Production : OPV style et IGIS Gabon

 

Ce film a été produit grâce au soutien d'une jeune société de production gabonaise nommée OPV Style, dirigée par Sédrygue Soungani. Il a été par la suite co-produit grâce au soutien de l'IGIS, l'Institut gabonais de l'Image et du son, dépendant du ministère de la communication du Gabon. 

 

     

Aziz'Inanga 

 

Née en 1951 dans un village de la région des lacs du Gabon, Aziz’Inanga a été très tôt bercée par la musique. Dès son enfance, elle anime les baptêmes, les messes et les cérémonies des écoles catholiques où elle fait son parcours scolaire.

Après le baccalauréat et des études universitaires, elle intègre une troupe de théâtre national, "Théâtre du silence", qui l’amène à enchaîner les tournées et les scènes internationales. En 1972, elle remporte un concours de chanson organisé par la 1ère chaine de télévision gabonaise, la RTG.

 

Image__7_-1454685395

 

 

Dès lors, sa carrière connaît au niveau du Gabon un essor fulgurant. En 1977, elle est sélectionnée pour représenter le Gabon lors du 2ième Festival Mondial des Arts Nègres, à Lagos ; sa prestation y sera fort appréciée, pour le style original qu’elle a élaboré autour de symboles des traditions gabonaises. Elle deviendra la figure incontournable de la musique gabonaise, et ce jusqu’au milieu des années 1990.

Alors que la grande partie des femmes qui s’essaient à cette époque à la musique sont enrôlées dans les groupes d’animation à la solde du Parti Unique, elle représente alors la première femme chanteuse à rencontrer une telle notoriété internationale en solo et en dehors de tout embrigadement politique. Elle est aussi l’une des rares à puiser dans des répertoires traditionnels pour élaborer son style musical.

 

Dsc_0912-1454685521

 

En 1988, Aziz’Inanga part en France pour tenter d’y poursuivre sa carrière. Cependant, faisant face à des difficultés de différentes natures, elle décide de mettre fin à sa carrière en 1995. 

 

Depuis cette date, Aziz'Inanga vit retirée de la scène. Pourtant, ses albums et ses performances restent des références pour énormément de Gabonais, et ses passages ont laissé des traces dans les festivals internationaux où elle a participé, et auprès desquels j'ai effectué des recherches. Son combat en tant que femme chanteuse et en tant qu'africaine se connecte à des luttes se déclinant bien au delà des frontières du Gabon.

L'oubli dont elle fait l'objet au niveau des institutions de mémoire et de culture témoigne de la politique d'abandon et d'effacement d'oeuvres du passé au Gabon, conduisant à l'oubli de toute une génération d'artisans de la culture. 

 

Img_8813-1455098179

 

 

 

Img_8752-1455097981

 

À quoi servira la collecte ?

Le tournage du film et les frais occasionnés pour la première partie de la production du film ont été financés grâce à deux producteurs gabonais : OPV Style et l'IGIS. 

 

La somme collectée grâce au Kisskissbankank servira essentiellement à apporter les moyens manquants pour la postproduction et le montage du film. Merci de nous aider à y arriver !

 

Les fonds réunis seront répartis ainsi : 

- 2000 euros : finalisation du montage.

- 500 euros : mixage, étalonnage. 

- 500 : impression des DVDs.

 

En cas de dépassement des sommes perçues :

C'est fantastique ! Nous serons alors en mesure d'aller plus loin dans notre projet et nous pourrons mener le film vers de nouveaux horizons !

- Si nous obtenons 1000 euros supplémentaires, nous serons en mesure de faire sortir un CD de bande-originale du film, avec des titres inédits. 

- Si nous obtenons 2000 euros supplémentaires, nous pourrons soutenir la diffusion du film, sa présentation dans différentes villes de France et d'Europe, la confection de supports promotionnels et la communication autour du film. 

- Enfin, si nous allons au delà de 6000 euros, alors nous pourrons faire venir Aziz'Inanga en France et/ou au Canada, à la fois pour présenter le film dans des festivals de cinéma et pour retourner dans des festivals de musique où elle a effectué certains de ses grands concerts autrefois !

Thumb_alice_2-1454681114
alice aterianus

Je suis anthropologue et réalisatrice de films documentaires sur les cultures du Gabon. Après avoir été lauréate du concours « Escales Documentaires de Libreville » de 2009, mon premier film, « Les nouvelles écritures de soi », portait sur le mouvement slam au Gabon. Il a été produit en 2010 par l’IGIS, diffusé en compétition de nombreux festivals... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Alice Aterianus merci par votre talent de faire briller à nouveau cette ÉTOILE GABONAISE qu'est AZIZ'INANGA !!! Je n'ai pas hésité une seconde à contribuer à ce projet car impatiente de voir ce beau documentaire!!! C'est une bénédiction pour vous de consacrer votre énergie et votre compétence à décrire haut et fort ce que valent les artistes gabonais (pour avoir vu le reportage sur Michael Anicet!)
Thumb_default
Merci et franc succès pour ce beau projet fort noble.
Thumb_default
noble projet auquel je suis fière de contribuer! Félicitation