Les Indes, de belles rencontres, de belles cultures, de belles personnes. Je retourne dans cette région du globe pour y effectuer trois reportages photographiques bien particulier. Gypsy Origins, rencontre d'un peuple nomade. Fish Tank, découverte d'une culture en exil. Track 1, quelles alternatives pour les enfants de rue.

Large_chloe

The project

 


Gypsy Origins

Mon premier projet me dirige au Rajasthan et plus particulièrement dans le désert du Thar. Un voyage aux sources de la culture rom. C'est en effet ici, il y a de nombreux siècles, que les premiers Gypsy ont pris la route pour l'Occident. Appelés aujourd'hui, en autres, Tziganes, Roms, Gitans, Manouches, Bohémiens, Sintis, c'est par la photographie que je souhaite découvrir ce peuple nomade gorgé, encore à l'heure actuelle, de liberté.



 



Fish Tank

Pour la suite, direction de l'Himachal Pradesh plus précisément à Dharamsala.

Dharamsala est une ville du nord de l'Inde située au pied de l'Himalaya. C'est ici qu'ont trouvé refuge plusieurs milliers de Tibétains. On y trouve la résidence du Dalaï-lama, le gouvernement tibétain en exil, ainsi que des écoles, des instituts et des monastères tibétains. Cette population thibétaine se retrouve contrainte de stagner dans l"aquarium" urbain pour pouvoir conserver dignité, culture et liberté.

Je souhaite ici mettre en avant la beauté d'une culture en voie d'extinction suite aux politiques chinoises instaurées sur le territoire thibetain.








Track 1

"Selon les estimations, entre 70 et 80 millions d'enfants en âge d'être scolarisés ne vont pas à l'école.

Comment sont les enfants ? Pourquoi sont-ils dans la rue ? Quels risques courent-ils ? Ils vivent dans des squats, des cabanes, sur les trottoirs… Ils sont pour la plupart émigrés et très pauvres. Ils sont soit avec un seul parent soit orphelins, et doivent se débrouiller pour survivre. Les adultes n’ont pas le temps de les surveiller, ou sont eux-mêmes exploités, alors ils sont vite pris dans les trafics, dans la drogue, et dans les abus sexuels.

Dans ce contexte, les enfants n’ont ni le temps ni la stabilité matérielle et affective pour aller à l’école, acquérir la formation de base et apprendre un métier.

Ils sont condamnés à vivre comme des "sous-hommes", à moins qu’ils ne soient pris en charge par des associations qui aient pour mission de sortir ces enfants du monde de la rue".

Je souhaite ici suivre durant quelques jours des bénévoles chargés d'accompagner des enfants des rues vers la voie de l'école. Les sortir de ce contexte de rue "sans issue".



 




Savoir se faire accepter, tenter de disparaître même, se faire oublier pour entrer au coeur d'une situation pour faire comprendre ce qui est en train de se passer, être dans le vif ! Tout cela résume mes objectifs de travail une fois sur place.

 

 

 

Qui suis-je ?


 

Yohann Labaye, 26 ans.


Travailleur social et photographe auteur, en vue d'un parcours dans l'art thérapie, je travaille depuis quelques temps avec un public sans domicile fixe. Dans ce contexte, j'utilise la photographie pour aborder le thème de l'estime de soi.

Les conditions climatiques hivernales ralentissent considérablement mon travail et en attendant les beaux jours je souhaite traiter via l'image différentes problématiques que rencontrent un pays qui m'est cher, l'Inde.

Suite à un parcours hétérogène de plusieurs années dans la photographie, je me concentre aujourd'hui vers une approche sociale de cet art. Je souhaite en effet utiliser la photo comme outil thérapeutique pour certains ou comme support pour parler des Humains aux Humains.

Après plusieurs expositions sur différentes thématiques c'est aujourd'hui l'Inde qui sera la trame de ces trois nouveaux travaux.

 

 

 

Why fund it?

Les fonds collectés servirons à :
- 800€ : somme dont je vais avoir besoin pour effectuer une partie des impressions pour exposer mon travail lors de mon retour.

- 300€ : cette somme me servira à l'impression d'albums photo distribués aux personnes sur place ayant participées aux projets.

Autofinancements :

- Billets d'avion : 500€.   - Hebergement et nourriture sur place : 500€

- Transports sur place : 200€.

- Visa : 60€.

- Équipements divers : 200€. 

Newest comments

Thumb_fb
Pour ma part ce sera NIRMA de la série Gypsy Caravan ! Bravo pour ton projet
Thumb_default
Et voila, l'aventure se termine. À Bruxelles depuis un peu moins de 24h je me laisse quelques jours de récupérations avant de m'occuper de la suite...
Thumb_default
"Le don est échange de vie ; et la vie, échange de don" (Paul Zumthor) Merci à vous pour l'avancée des choses.