Entre Ombres et lumières, c'est les Bains Dunkerquois comme vous ne les avez jamais vus.

Large_visuel_620x376-1432541921-1432541926

Présentation détaillée du projet

"Entre Ombres et Lumières" est un film documentaire qui fait appel à la mémoire de celles et de ceux qui ont un attachement affectif particulier avec les Bains Dunkerquois. Certains reviennent dans ce lieu mythique presque cinquante ans après. Ils se souviennent, ils racontent et réécrivent l'histoire de cet endroit pour ne plus l'oublier. 

 

 

Fullsizerender-1433773748

 

Pourquoi un film dont le sujet central est les Bains Dunkerquois ?

 

Parce que c’est un peu l’histoire de la belle au bois dormant. Plongé dans un profond sommeil, le bâtiment Bains Dunkerquois attend son réveil, son retour à la vie. 

 

Parce que c’est un château de souvenirs ensevelis sous les ronces de l’oubli. Parce que les murs, qui ont entendu tant de cris et de rires, ne s’en font plus l’écho, rendus au mutisme que chacun endure par dépit.

 

Parce que dernièrement, le lustre d’antan a rallumé la façade coquillage aux lions ocre rouge, ravivé la pierre et la brique comme jamais aucun de nous vivants avions pu le voir. 

 

Parce que ce regain d’intérêt semble aiguiser les convoitises, attiser la curiosité, ranimer les passions, raviver l’émoi, rallumer l’espoir d’une nouvelle vie, d’un nouvel éclat.

 

Parce que c’est le moment avant qu’il soit trop tard, avant une éventuelle refonte, une transformation de la géographie intérieure, évanouissant à tout jamais les repères d’un temps que certains peuvent encore redessiner dans les méandres de leur mémoire.

 

Parce que ce retour à la lumière pourrait signifier aussi confiscation de l’endroit qui serait devenu très privé, trop privé. Il faut un dernier regard, enregistrer un dernier témoignage de ceux qui y ont une histoire, un lien fort avec l’endroit.

 

Parce qu’il n’est pas trop tard encore pour recueillir ce suc, ce nectar de vies de dunkerquois qui replongeront dans les Bains pour une dernière traversée en immersion.

 

Parce qu’il est important de figer à un moment cette mémoire pour ne pas oublier.

 

Dsc08922-1433600057

 

Ombres et lumières

 

Les Bains Dunkerquois : une vie d’ombres et de lumières. Du reflet de la lumière céleste dans ses eaux, à la grisaille d’un bassin asséché se couvrant de la cape du temps qui passe, le bâtiment Bains Dunkerquois suit un long chemin où alternent tel un jeu de lumières et d’ombres les périodes de sa vie. Il est aussi un haut lieu de mémoire, l’un des tout derniers de la ville de Dunkerque qui s’est elle-même écrite entre ombres et lumières.

 

Lumières d’une vie, d’une existence aux reflets du soleil dans les eaux du bassin. Lumières de la joie des enfants et des adultes qui découvraient en ce temps là les bienfaits du bain et de l’activité physique de la nage. Lumières encore de la blancheur du linge lavé là, parce que la machine à laver le linge n’avait pas encore pris sa place dans les maisons. 

Ombres des guerres qui l’ont meurtri, blessé, mais pas détruit. L’ombre du progrès qui l’a engourdi dans l’oubli pour devenir une sentinelle grise des nostalgies refoulées.

 

 

Photo_du_bassin_en_eau_ann_es_70-1433600098

 

 

Pour qui ?

 

Ce film s’adresse aux curieux, aux amateurs d’histoires locales, à tous ceux qui s’intéressent au lieu. Les Bains Dunkerquois résonne dans le cœur des dunkerquois comme un trésor, et chacun veut voir, visiter, connaître, se souvenir… 

Il est fédérateur comme l’est le sport, comme peut l’être la natation et ses champions d’alors. 

 

Escalier_bains_dunk-1433774146

 

Le parti pris :

 

Du présent faire témoigner le passé, voilà mon intention. Une promenade découverte accompagnée de personnages qui, in situ, se rappellent, évoquent, replongent eux-mêmes dans leur mémoire et nous baignent de leurs souvenirs.

 

La caméra en témoin observe, questionne. Elle suit la pérégrination des personnages, capte leurs émotions, elle écoute le bâtiment chuchoter entre ombres et lumières…        

 

Marc et René-Jean Leferme, champions et fils du grand René Leferme entraineur poloïste, sont nos guides dans cette promenade aux souvenirs. 

Francis Luyce, qui y a fait toute sa carrière de sportif, s’est joint à eux qui ont constellé de leur nom le ciel des champions de France de natation des années 60. D’autres, plus anonymes mais tout aussi intéressants ; l’un racontant une anecdote, l’autre se souvenant de l’aménagement d’un endroit aux contours que le temps a transformés. 

Deux maires, l’ancien, Claude Prouvoyeur, l’actuel, Patrice Vergriete sont des grands témoins qui ont répondu présent. 

 

C’est un documentaire de proximité qui prend et fixe dans le temps d’aujourd’hui des instants, des moments, des temps d’hier. Le film met en relation un sujet réel avec la vie des spectateurs. Cette promenade est une façon particulière de conter une histoire, celle des Bains Dunkerquois entre ombres et lumières jusqu’à nos jours et peut-être demain…

 

Img_0376-1433600283

 

Traitement :

 

Il s’agit d’une balade à travers le bâtiment. Une promenade curieuse qui découvre, révèle et raconte la vie dans cet endroit unique. Les témoins sont filmés par deux ou trois caméras à des endroits évocateurs pour eux. Un plan situe régulièrement où se trouve le témoin. Les images révèlent l’endroit entre ombre et lumière. L’ombre que le temps qui passe a dessiné sur les murs, à travers les toits ; la lumière filtrée par les restes du bâtiment. Ombre encore de ces années d’oubli, lumière de ces souvenirs livrés une ultime fois.

 

 

Photo_jp_delaporte_02_copie-1433600325

 

Qui sommes nous? 

 

Denis Vergriete (Instigateur) :

 

Même si le monde des paillettes prises dans les faisceaux des lumières de la scène l'intéressent, ce n'est pas la voie qu'il compte prendre. Il veut être pompier d'abord ! Seulement voilà, lorsqu'il perçoit son premier salaire, il court acheter un caméscope et un ordinateur. Il est passionné de vidéo. Il réalise alors des petits clips dans le cercle familial puis pour le centre aéré qui l'emploie. Il se forme sans se l'avouer, voilà tout. Puis un jour il décide que les petits projets c'est terminé. Ce projet sur les bains Dunkerquois c'est son ascenseur. Il joue la carte pro d'emblée. C'est un gros projet dans lequel il croit dur comme fer. C'est un projet auquel tient et pour cause, petit il rêvait d'y entrer, d'habiter là. En quelque sorte les bains Dunkerquois c'est le château de son enfance. Une citadelle dans laquelle il a pris position et qu'il veut défendre en échangeant émotions, souvenirs et amitié pour un film qui fera date.  

 

Clément Vergriete (Instigateur) :  

 

Tout n'est peut-être pas que hasard... Deux frères jumeaux comme les  deux lions qui gardent l'entrée des bains dunkerquois.  Clément comme Denis est passionné de vidéo, il a bien entendu touché à la vidéo, fait ses propres images, ses propres montages, mis la musique. Tiens oui la musique, quand on est jumeaux, sans le vouloir on crée l'événement, alors tant qu'à créer l'événement autant participer à une comédie musicale, puis une autre et encore une autre.  La proximité avec des créateurs, des rêveurs, développe alors son imagination. Clément, les pieds sur terre la tête dans les boules à facettes de ses idées. Dans ce projet, il y met beaucoup de réflexion et propose des idées, avance des solutions. C'est un technique qui ne se laisse pas démonter. Pour lui, ce projet sur les bains dunkerquois c'est comme une machine qu'il faut inventer, régler et surveiller pour qu'elle donne le meilleur, qu'elle aille jusqu'au bout du processus de fabrication.  

 

Les_freres_vergriete-1433752901

 

Thierry Fatou (Réalisateur) :  

 

Petit, il rêvait avec un copain d’aller filmer un jour les éléphants au Kenya. Depuis, les années ont passé, le copain est parti sur l’autre rive et les éléphants ont été filmés des milliers de fois, mais Thierry Fatou n’a pas perdu l’idée de tenir un jour une caméra. Issu d’une formation à la communication, Bac+3 et sans plan de carrière, il commence par exercer ses talents de graphiste en agence de pub à Lille. Un peu plus tard, il écrit pour des magazines nationaux «Moniteur des bâtiments et travaux publics», «L’Usine nouvelle», «Stratégies», «La vie agricole» avant de devenir réalisateur vidéo pour une agence lilloise. 18 films plus tard et quelques concepts d’émissions qu’il ne pourra pas développer, il fonde à Dunkerque une association de jeunes dessinateurs de BD. Aujourd’hui, certains vivent de leur art. Il n’a pas lâché les caméras pour autant. Homme d’idées et de projets, il évolue au sein d’une société qui lui laisse carte banche et il filme Carthage, Sidi Bou Saïd, la médina de Tunis. Une réalisation diffusée dans toutes les langues européennes. Il met en boîte le métro lillois pour la société italienne Breda qui fabrique les rames du métro. Bien des années plus tard, Il écrit dans la Voix du Nord de façon presque quotidienne, mais les caméras l’appellent à nouveau, il intègre l’ASTV, chaîne de télévision locale où en plus de faire des reportages pour le journal, il crée des émissions très appréciées par le public.  

 

«Ecrire est mon métier, la caméra est mon deuxième crayon» Témoin de son temps, il accompagne avec ses mots les images qu’il signe et inversement.  

 

Le projet documentaire sur les Bains Dunkerquois rassemble l’ensemble de tout ce qui fait le personnage : rencontrer une histoire, raconter des personnages…

 

     Photo_prezenta_tf-1433752988

 

Laura Lefebvre (Monteuse) :  

 

Après avoir découvert la pratique du cinéma au lycée, elle décide de continuer dans le domaine de l’image en s’inscrivant en BTS au Lycée Jean Rostand de Roubaix, en montage. C’est l’occasion de s’exercer et d’approfondir ses connaissances dans ce domaine passionnant, mais aussi de découvrir de nouvelles pratiques, et toute la complexité du travail de montage. C’est aussi l’occasion de faire des stages qui seront axés sur le documentaire, qui deviendra un centre d’intérêt important pour elle. Un stage d’observation à France 3 en montage documentaire, une première expérience de monteuse sur un 52’ avec une réalisatrice franco-uruguayenne sur un portrait du président de l’Uruguay, un stage en post-production au Fresnoy, la participation au montage d’un trailer de série documentaire « The Seeds Blowers » : les 2 années de BTS lui auront permises de se spécialiser dans la pratique du montage, et l’approche documentaire. Travailler sur des projets engagés et raconter l’histoire de vraies personnes, tels seraient ses désirs. La suite de son apprentissage se passe en troisième année à Lille 3 en Cinéma. Elle fait aussi un stage à La Femis avec les « Ateliers Égalité des Chances », et travaille sur le montage d’une web-série documentaire au sujet écolo avec la boîte Comunidée. Aujourd’hui, elle cherche à travailler sur de nouveaux projets riches de par leur sujet et par le travail de collaboration.

 

Photo_4-1433753017

 

 

 

 

 

Facebook

 

Kiss_kiss_bdf-1433772673

 

https://www.facebook.com/BainsDunkerquois

 

 

Presse locale Dunkerque :

 

La voix du nord 

 

Le Phare Dunkerquois 

 

Delta FM

 

XY ET Z

 

ASTV

 

 

Etude_logo_1bis_copie-1433773574

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte, nous aidera grandement dans la création du film documentaire sur la piscine emblématique de Dunkerque. Nous sommes bénévoles pour réaliser ce film, les techniciens absolument nécessaires à sa réalisation ne sont pas bénévoles. La monteuse qui va passer beaucoup de temps sur ses écrans ne peut pas travailler gratuitement. Cette collecte va nous servir à payer les techniciens qui agissent dans l'ombre de ce projet, mais sans lesquels le film ne peut pas exister.

 

Image_bains_dunk_-1433753239

 

Si il y a plus d''argent que prévu, ça nous aidera à sortir le DVD qui n'est pas complètement financé pour le moment.

 

Boitier_dvd_film_bains_dunk-1433755021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thumb_1525115_10205223260930021_5024044026483982379_n-1433600966
denisvergriete

Denis Vergriete (Instigateur) : Même si le monde des paillettes prises dans les faisceaux des lumières de la scène l'intéressent, ce n'est pas la voie qu'il compte prendre. Il veut être pompier d'abord ! Seulement voilà, lorsqu'il perçoit son premier salaire, il court acheter un caméscope et un ordinateur. Il est passionné de vidéo. Il réalise alors... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Je vous félicite pour ce très beau projet. Nous avons un si beau patrimoine riche d'histoire sans oublier tous ses hommes et femmes qui l'on batit avec un savoir faire perdu hélas . C'est d'ailleurs pour cela que ces batiments traversent les siècles.