CREATION DE "BALAKAT", de Delphine Hecquet, au festival IMPATIENCE - Le 104 - 6 et 7 juin 2015 - Paris.

Large_image-0001__3_-1429624680-1429624700

Présentation détaillée du projet

Je suis allée dans la cuisine, j’ai pris un couteau.

Je suis allée dans le salon et dans son dos, j’ai planté le couteau.

Ca n’a pas duré longtemps, juste le temps de dire adieu.

Il ne m’a pas répondu.

Il est tombé.

J’ai appelé la police.

J’ai mis une robe.

Et on m’a emmenée ici.

 

Le 27 mars dernier, BALAKAT a été sélectionné avec 9 autres projets pour le festival IMPATIENCE, festival du théâtre émergent à Paris. A la clé, pour la compagnie qui remportera le prix IMPATIENCE, il y a une tournée importante. Surtout, c'est un moment essentiel pour montrer le travail de notre équipe dans de bonnes conditions, tant au public qu'aux professionnels. BALAKAT se jouera au 104 à Paris les 6 et 7 juin prochain. 

 

Balakat4__-1429716035

Balakat en répétition avril 2014. JTN.

 

Pour ceux qui n'ont pas suivi le cheminement de BALAKAT, quelques petits rappels. Il y a un an quasiment jour pour jour, en avril 2014, Delphine Hecquet présentait la 1re maquette de BALAKAT -qui veut dire bavardage en russe- avec le soutien du Jeune Théâtre National. Ce texte, qu'elle a écrit lors d'un exil amoureux de plusieurs mois à Moscou en 2012, s'incarnait pour la 1re fois sur scène. En septembre, BALAKAT était créé à la Loge, à Paris, pour 4 représentations. Et en janvier, la candidature de  la Cie Magique-Circonstancielle pour ce 1er spectacle était déposée au festival Impatience. C'est à ce moment là que les fées se sont penchées d'un peu plus près sur le berceau de BALAKAT.

 

BALAKAT est l'histoire d'une naissance, celle de l'écriture. Delphine cherchait un lieu où la question de l’oralité avait un sens très fort. Le parloir, ou littéralement l’endroit où l’on parle fait tout à fait écho au dispositif théâtral. Dans un espace et un temps donnés, des personnes ont rendez-vous pour se parler. Des contraintes sans lesquelles la parole, l’échange, la rencontre, ne pourraient advenir. Ceci est un prétexte pour évoquer le travail de l’écriture: la solitude et l’enfermement, la précision des idées grâce à la parole, la construction en direct du discours par le dialogue.

 

Alors une détenue et une jeune écrivain se rencontrent au parloir, une fois par semaine, pendant une année. La criminelle souhaite écrire un livre et demande conseil à la jeune écrivain. Elles n’ont apparemment rien d’autre en commun que leur désir d’écriture, ne connaissant rien l’une de l’autre, cherchant dans l’échange à trouver leur histoire. De cet échange ne naîtra pas le livre que la détenue attendait, mais adviendra la parole, et par la parole s’ouvriront d'autres mystères.

 

Balakat3-1429716014

Présentation maquette au JTN - avril 2014

 

Le passage à l’acte meurtrier fascine même si l’on fuit toute passion pour le fait divers. On a pourtant envie de connaître le visage de celle qui tue. Mais derrière ce visage-robot, il y a le portrait de la femme qu’elle est, un être comme tout le monde, dans le monde réel. Au risque de décevoir le sensationnel.

 

A travers l’écrivain, on approche la femme derrière la criminelle. On ose, -entre crochets, à voix basse, ou avec une voix comme désincarnée dont on ne sait plus si elle appartient à la pensée, à l’écriture, au sous-texte- (se) poser des questions indiscrètes. Dire tout bas la honte que l’on a de vouloir savoir pourquoi, comment, cette femme se retrouve ici, dans ce lieu, et ce qui la rend criminelle. Et finalement, imaginer la banalité des réponses possibles. Et laisser surgir d’autres questions, plus dérangeantes, revenir à soi... Et s'interroger : serait-il possible que je passe à l’acte, moi aussi?

 

Il y a ce qui échappe et ce qui appartient au ressassement, ce qui est raconté de la même manière depuis des années, et le hasard. Finalement, on n’arrive pas pour rien quelque part, on écrit le sens des choses. La détenue et l'écrivain écrivent ensemble cette histoire qui s’appelle BALAKAT.

 

L'EQUIPE DU SPECTACLE

 

création et mise en scène Delphine Hecquet

avec Hélène Alexandridis, Julie Duclos, Vladimir Kudryavtsev

assistante mise en scène Pauline Huruguen

scénographie Victor Melchy

création lumière Catherine Verheyde

création sonore Malo Thouément

création vidéo Fabrice Chapot

costumes Hélène Kritikos

photographie © Laure Chichmanov

administration et communication Dantès Pigeard

À quoi servira la collecte ?

Pour les deux premières étapes de présentation de Balakat, en avril et en septembre 2014, nous avions esquissé, avec quelques bouts de ficelle, ce qui était notre envie, le chemin sur lequel nous inscrivions cette mise en scène. Avec la frustration que cela peut représenter de ne pas pouvoir donner à voir le spectacle tel que nous le rêvons, tel que nous souhaitons que vous le voyez tous, vous, nos soutiens de la première heure et aussi les professionnels qui deviendront aussi à leur tour des soutiens de notre travail. 

 

Parce que le FESTIVAL IMPATIENCE est une très belle opportunité de présenter notre travail à tous ces gens que nous espérons convaincre pour programmer "Balakat" et pour co-produire notre prochain projet, nous voulons nous rapprocher un peu plus de ce que nous avons rêvé pour ce spectacle. Et vous verrez que nos rêves sont somme toute modestes : ils imaginent des chaises, des tables, des revêtements, des lumières et du son pour que nos trois interprètes vous emmènent au-delà de que vous pouvez attendre.

 

Ce parloir, installé au CentQuatre, aura  besoin :

 

• D'un revêtement de sol …………………………800,00 euros

• D'une table à double fond……………………… 700,00 euros   

• De bordures pour les praticables……………… 150,00 euros

• De consommables.………………………………150,00 euros

• De 4 chaises………………………………………120,00 euros

 

Nous souhaitons faire un effort particulier sur les costumes : 

 

• Forfait habillement la détenue,

l'écrivain, le gardien de prison……………………600,00 euros

 

La compagnie prend à sa charge toutes les dépenses liées trois aux périodes de répétition (du 20 au 26 avril, du 4 au 10 mai et du 25 au 31 mai).

 

Nous souhaitons remercier ici le théâtre des Amandiers à Nanterre, le théâtre de la Colline à Paris ainsi que le 104 qui nous apportent leur soutien en mettant à notre disposition des salles de répétitions sur ces 3 périodes.

 

Thumb_image-0001__3_-1429715729
Cie Magique-Circonstancielle

La Compagnie Magique-Circonstancielle a été créée dans la région bordelaise dont Delphine Hecquet est originaire. La Magique-Circonstancielle est l’autre nom du hasard pour les surréalistes, ou comment des éléments indépendants se retrouvent au même endroit par un étonnant concours de circonstances. C’est souvent par ce qui nous échappe que l’on se... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_image-0001__3_-1429715729
Merci François! Si Julie a du coca light, tout va! Merci de nous soutenir! Merci à tous, on avance. Réservez surtout si vous ne voulez pas rater cette troisième étape!
Thumb_default
Bon travail, mesdemoiselles! Delphine, courage, il est beau ton projet! Julie, j'ai laissé de quoi subvenir à un mois de ta consommation en coca light. N'en abuse pas non plus! Bon, je serai là le 6 pour cette 3eme étape Balakat!! Je vous adore. François.
Thumb_bois-parement-peint-abime-1500-300-museumtextures.com-1311131825-1432628177
Bon courage les filles ! des bises.