Maxq présente

Ballet Gala

Première édition du Ballet Gala 1er juillet 2017

Large_visuela4-web1-1493820736-1493820764

Présentation détaillée du projet

A3-web-1493819646

 

 

Présentation

 

Pour la première fois depuis plus de dix ans le théâtre antique d'Arles présente une soirée exceptionnelle de ballets.

Au programme, un spectacle de danse inoubliable qui mêle grâce et originalité, créations contemporaines et extraits de grands ballets du répertoire de la danse classique, avec la participation d'artistes internationaux remarquables issus des plus grandes écoles de dans (Opéra de Paris, Scala de Milan, Béjart Ballet, Opéra de Bordeaux...).

Mis en scène par le chorégraphe François Mauduit, ex danseur de Maurice Béjart, l'événement accueille 32 danseurs de talents. Ils interprètent avec brio quelques-uns des meilleurs extraits du répertoire de la compagnie (Le Lac des Cygnes, Concerto de Tchaïkovsky, Luminescence...) dans un style passionné qui s'inscrit dans la continuité du maître Béjart. Egalement la pas de deux de l'Arlésienne de Roland Petit pour rendre hommage à la ville d'Arles, son royaume, et au célèbre chorégraphe Français.

Cette soirée, placée sous le signe de la virtuosité, vous invite à partager un moment riche en créativité et en émotions. Un spectacle de qualité où se mêleront tutus, pointes et virtuosité dans un univers magique...

Voici l'occasion unique de venir célébrer la pluralité de la danse tout en profitant du cadre magique et prestigieux qu'est le théâtre antique d'Arles en cette saison estivale.

 

 

 

 

Fb_img_1484780959277-1493581382

 

 

 

Le Spectacle

 

Le spectacle Ballet Gala est une soirée regroupant les danseurs professionnels de la Compagnie Chorégraphique François Mauduit et des jeunes artistes de talent en formation professionnelle. 1h30 de grâce et d'originalité mêlant les meilleurs moments des plus grands ballets classiques avec des créations chorégraphiques contemporaines.

La soirée se présente comme un voyage à travers les plus beaux extraits du répertoire de la compagnie réunis dans une envolée musicale chorégraphiée par François Mauduit disciple de Maurice Béjart, ainsi qu'un extrait exceptionnel de l'Arlésienne de Roland Petit, et des créations chorégraphique contemporaines.

 

 

 

2016-07-28-lorenzo-1493581492

 

2016-07-28-gelsomina-1493581861

 

 

 

Le Théâtre

 

 

Arles-theatre0027b-1493559205

 

Sous l'empire romain, le théâtre antique d'Arles était le lieu privilégié de rencontres et de communication entre le pouvoir, les classes dirigeantes et le peule. Le théâtre est également un espace sacré où l'ensemble de la société, répartie suivant une stricte hiérarchie, se rassemble pour célébrer l'unité du "peuple romain" lors de spectacles somptueux ou cérémonies de théâtre et de célèbres tragédies. L'architecture de forme semi circulaire se caractérise par une cavea d'un diamètre de 102 mètre qui comprend l'ensemble des 33 rangées de gradins ainsi que les trois étages d'arcades en plein cintre de style dorique. Les premières découvertes archéologiques datent du XVIIe siècle (la statue de la Vénus d'Arles) et c'est seulement en 1833 que commence le dégagement réel du monument jusqu'en 1903.

Aujourd'hui sont toujours visibles les deux colonnes surmontées d'un fragment d'entablement, l'emplacement du mécanisme du rideau, l'orchestre et don pavement de marbre. Le théâtre accueille encore aujourd'hui plus de 2000 personnes.

 

 

Quelques artistes

 

 

217365_10201103282682196_838243917_n-1493580490

 

Laurenzo Bernardi: formé à l'école de danse de La Scala de Milan, Lorenzo est engagé au ballet de l'Opéra de Rome, au Balletto del Sud, au New English Ballet Theater et au Ballet du Palais d'hiver de Saint Petersbourg. Il intègre la Compagnie Chorégraphique François Mauduit en 2015.

 

 

14570265_10209017517269536_751070228354472005_n-1493580516

 

Franceso Cafforio: il suit sa formation à l'école de danse de la Scala de Milan, il est engagé à la Scala de Milan, au Balletto del Sud, puis au Ballet d'hiver de Saint Petersbourg. Francesco danse avec la Compagnie Chorégraphique François Mauduit depuis 2015.

 

 

Louise_djabri-1493580548

 

Louise Djarbi: Louise entre à l'école de danse de l'Opéra de Paris, puis entre au Ballet de l'Opéra de Paris. Elle se produit par la suite au Ballet de Bordeaux sous la direction alors de Charles Jude, puis est invitée en tant que soliste au Palais d'hiver de Saint Petersbourg.

 

 

3-photo-portrait.1389665042-1493580577

 

Nicola Lazzaro: formé à l'atelier Rudra Béjart Lausanne, il entre au Balletto del Sud puis est invité à joindre la compagnie du Palais d'hiver de Saint Petersbourg en tant que soliste. Il dans eau sein de la compagnie François Mauduit depuis sa création en 2009.

 

 

11038404_10205536629322393_157727605519207844_n-1493580596

 

Géraldine Lucas: formée à l'école de danse Chantal Ruault, elle est engagée directement en tant que soliste au Palais d'hiver de Saint Petersbourg puis rejoint la compagnie François Mauduit en 2009.

 

 

10380282_10205497707030017_1414765379798076096_n-1493580617

 

Vittoria Pellegrino: Vittoria suit sa formation de danse à l'école de danse de la Scala de Milan, puis intègre ensuite son corps de ballet. Elle se produira avec le Balletto del Sud et le Palais d'hiver de Saint Petersbourg également.

 

 

941935_10201503515098907_546720851_n-1493580637

 

Anaïs Suchet: après plusieurs représentations au sein du ballet du Palais d"hiver de Saint Petersbourg, Anaïs est engagée au sein de la compagnie François Mauduit en 2015.

 

 

Chorégraphes

 

 

Fb_img_1484981407652-1493580719

 

Gerome Cristina

 

Formé au centre de danse EPSE Danse de Montpellier, Gerome est professeur de danse Modern Jazz diplômé d’état. Il enseigne actuellement à l’école « Danse en Corps » et au centre de danse « Arte Danza » à Orange, où il y transmet des cours réguliers aux classes préparatoires et forme les danseurs à divers concours ainsi qu’aux préparations d’examens et entrées en écoles de formation et conservatoires supérieurs. Il est également professeur invité au Centre des Arts vivants à Paris ainsi que dans de nombreux stages en France. Le travail de Gerome est basé autour d’un univers fluide et dynamique. Il construit sa gestuelle en insistant sur les sensations corporelles et le rapport entre l’esprit et le corps, pour créer un mouvement libre sans négliger l’exigence technique de sa discipline. Influencé par la danse moderne et contemporaine, Gerome joue avec les frontières de ces différents univers pour créer une danse métissée et variée.

 

 

Francois-mauduit-1493580759

 

François Mauduit

 

François intègre l’école de danse de Karine Hubert puis celle de Chantal Ruault. Il obtient la médaille d’Or au concours international de Caen en 1998. Il rentre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, et gagne la médaille d’Or au concours international de Biarritz. Il se joint à l’école de danse de l’Opéra de Paris alors dirigée par Claude Bessy, où il y interprète le rôle de Colas dans la « Fille mal gardée ».

Il danse à l’Opéra de Florence puis de Bordeaux, les ballets « Coppélia » de Charles Jude, « le Fils Prodigue » de Balanchine, « Parade » et « Tricorne » de Léonide Massine. Invité personnellement à rejoindre la compagnie par Maurice Béjart, il intègre ensuite le Béjart Ballet Lausanne en tant que soliste. Il y dansera les œuvres les plus connues du chorégraphe. Il crée en 2006 la Compagnie Chorégraphique François Mauduit qui connaît spontanément un succès national important. On l’invite à chorégraphier pour des cérémonies commémoratives comme l’anniversaire hommage à Rudolf Noureev au Mémorial de Caen ou encore pour des personnalités telles que Simone Veil ou Line Renaud. Il crée à Caen « La semaine pour la danse » qui obtient un rapide succès.

François reçoit en 2010 le prix Positano « Léonide Massine » pour sa carrière de danseur et pour l’image de la danse que ses pièces et sa compagnie véhiculent. Parallèlement, il est régulièrement invité à danser aux cotés de danseurs de l’Opéra de Paris et à donner des stages en France comme récemment au Conservatoire Supérieur de Lyon. En février 2014, il lance la première édition du Concours International de Danse Classique « Nijinsky » à Deauville.

 

 

Roland_petit-1493580844

 

Roland Petit :

 

Formé à l’école du ballet de l’Opéra de Paris auprès de Gustave Ricaux et Serge Lifar, il entre dans le corps de balet de l’Opéra puis fonde les ballets de Champs Elysées en 1945 et les Ballets de Paris en 1948, au théâtre Marigny, avec Zizi Jeanmaire comme danseuse étoile, qui deviendra son épouse par la suite.

Il collabore avec Serge Gainsbourg, Yves Saint Laurent et César, et participe à plusieurs films français et américains dont il signe les chorégraphies. Il revient à l’Opéra de Paris en 1965 pour y créer Notre Dame de Paris, qui connaît un succès sans précédent. Il produit par la suite des ballets pour les plus grands théâtres de France, d’Italie, d’Allemagne et de Grande-Bretagne, Canda et Cuba.

En 1972, il fonde avec la pièce Pink Floyd Ballet le Ballet national de Marseille, qu’il dirigera pendant 26 ans.

Auteur de plus de 50 créations abordant tous les genres, il chorégraphie pour une pléiade de grands danseurs internationaux. Il refuse les effets techniques gratuits, ne cesse de renouveler son style et son langage et est passé maître dans l’art du pas de deux et du ballet narratif, et réussit aussi dans l’abstraction.

Le jeune homme et la mort créé en 1946 sur un livret de Jean Cocteau est considéré comme son chef d’œuvre absolu et son travail le plus connu, la chorégraphie et les costumes étant d’une étonnante modernité.

 

 

Organisation, porteurs de projets :

 

 

 

Brigitte_lipari-1493580952

 

Brigitte Lipari

 

Brigitte se forme au Centre de Danse Rosella Hightower de Cannes et à l’école de Danse de l’Opéra de Marseille. Elle intègre la compagnie du Ballet de l’Opéra de Marseille alors sous la direction de Pedro Consuegra. Elle y dansera le répertoire classique et contemporain et notamment les œuvres du célèbre chorégraphe Roland Petit. Elle est invitée à danser au sein des Ballets de Toulouse avec Louis Orlandi et Adolfo Andrade, puis intègre le Ballet du Théâtre de Rouen sous la direction de Béatrice Mosena et de Juan Guiliano. Après quelques années elle continue sa carrière au sein du Ballet de l’Opéra d’Avignon avec Jacques Favre et Christian Taulelle. Brigitte est sollicité à danser pour des créations de chorégraphes indépendants tels que François Guilbart, Daniel Bouche, Christian Uboldi et Georges Golovine. Elle se produit également avec la compagnie Yann Alexandre.

Elle se forme ensuite à l’enseignement et obtient le diplôme d’Etat de Professeur de Danse, puis diffusera son enseignement et sa passion dans la France entière notamment au Centre International de Cannes, et en tant que professeur invité au Conservatoire de La Roche sur Yon.

Elle fonde le centre de danse « Danse en Corps » en Arles, dont elle est la directrice artistique depuis 1984, et également directrice générale du Royaume de Provence. Brigitte continue de donner des stages dans toute la France, et sollicite des professeurs internationaux venus des meilleures compagnies lors de l’organisation de stages et de festivals de danse.

 

 

Maxime_quiroga-1493581029

 

Maxime Quiroga

 

Formé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de danse de Paris, Maxime rejoint rapidement l’école John Cranko Schule en Allemagne pour suivre un enseignement russe. Durant sa formation il gagne de nombreuses récompenses lors de concours internationaux : Grand Prix du Chausson d’Or, Grand Prix du Concours d’Aix-en-Provence et Prix du Roi Gabriel de Bruxelles. Il intègre ensuite le Ballet de Stuttgart où il y dansera pendant un an. Durant cette période il remporte plusieurs prix lors de compétitions, notamment le Grand Prix à l’International Ballet Competition d’Istanbul, et un prix pour la chorégraphie lors de la célèbre compétition à Varna en Bulgarie. Il rentre au Royal Ballet des Flandres puis est rapidement invité à danser avec le Wiener Staatsballett en Autriche. Là, il y dansera des rôles des oeuvres classiques les plus connues, puis chorégraphiera ses premières pièces. Il est invité au Cape Town City Ballet pour les ballets "Giselle" et "Le Lac des Cygnes", et se produit également dans des représentations pour des galas à Paris, Pologne, Allemagne, Cape Town, Kazan et New York.

En 2012, il entreprend de suivre une formation pédagogique et se dirige vers la transmission et l’enseignement. Professeur de danse classique au CRR d’Amiens pendant un an, il rejoindra ensuite le Sud de la France où il enchaîne cours, répétitions et périodes de créations pour les jeunes.

En 2016, il remporte le 3ème prix pour sa chorégraphie lors de la compétition Valentina Kozlova à New York. Il est invité par la suite à être jury lors de concours, comme le Concours de Mazan, le Concours de danse d’Aubagne ou le Art Bridge Competition à Tokyo.

 

Médias : articles de presse :

 

 

 

Fb_img_1484780908023-1493583774

 

Journal OUEST-France (Septembre 2013) :

Les musiques, bien choisies, prennent aux tripes, que ce soit les textes inspirés de Brel et Barbara ou les airs les plus connus de Tchaïkovski et Wagner. Il y en a pour tous les goûts : du caractère, de l’amour, de la naïveté, de l’énergie, de la douceur pour, au final, un spectacle réussi avec parfois des scènes spectaculaires. Petite surprise du chef, le duo classique/break comptant l’histoire de Carmen, duo qui peut paraître risqué. Mais non ! Une belle sensibilité artistique du danseur Tanguy Lemeray qui impressionne de finesse sur la musique de Tchaïkovski, on en redemande. Le public est attentif et ravi. Le tout interprété sous le regard bienveillant de l’invité d’honneur, Gilbert Mayer, premier danseur de l’Opéra de Paris, ancien professeur des petits rats, à qui François Mauduit rend hommage à la clôture. Chapeau à la danseuse Chloé Toubalhem qui, malgré une cheville tordue en première partie de spectacle, revient tout sourire pour interpréter avec brio la poupée qui s’éveille...

 

Fb_img_1484931432991-1493581420

 

 

Journal Internet DANSOMANIE (Octobre 2013)

Très joli spectacle devant une salle comble. Les tableaux se succèdent sans une once d'ennui même si tout n'est pas de la même facture. L'argument n'a plus guère d'importance, place à la danse et il n'y a rien à dire, ces danseurs-là sont d'un très bon niveau ! Le public a énormément apprécié ! Pour ma part j'ai frissonné devant la chorégraphie de la symphonie n°5, magnifique et brillamment dansée, interprétée dans le pas de deux par deux très beaux danseurs Claire Teisseyre et Neven Ritmanic. A l'entracte, le public était sous le charme. Quel danseur aussi que François Mauduit lui-même : élégant et fougueux à la fois, une belle technique qui lui permet une interprétation entière et sans concession.

 

Fb_img_1484780924382-1493583847

 

Fb_img_1484780845845-1493583859

 

Assets

 

La billetterie est déjà ouverte !!!

 

Rendez vous aux points de vente habituels :

 

(cliquez pour ouvrir les pages web)

 

Office de Tourisme de la ville d'Arles

 

Fnacspectacles

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte... et après ?

 

Nous estimons un montant de 3500 euros pour finaliser le budget total du Ballet Gala et permettre aux artistes invités de voyager, de séjourner, et d’être rémunérés selon les normes des conventions collectives du spectacle.

 

Nous avons basé ce chiffre en complément d’un apport personnel des structures participatives au projet. Ce montant ne couvrira pas la totalité du budget, mais servira à finaliser la sécurité et la faisabilité financière globale d’un tel événement. Aucune subvention de l’état ni de la région ni de la ville pour cet événement. C’est pour cette raison que nous nous permettons de faire appel à une plateforme de financement participatif.

Nous espérons également que de cette manière un plus large public passionné pourra ainsi être touché.

 

L'ensemble de la collecte sera récolté par Maxime Quiroga, initiateur et organisateur du projet, et également directeur artistique.

 

Les fonds seront ensuite répartis aux artistes invités afin de leur assurer des cachets décents selon les conventions collectives des spectacles, et aux structures d'accueil pour l'hébergement et la restauration, afin de pouvoir assurer un budget neutre. Le but de cette campagne est avant tout de ne pas être en négatif !

 

Visuela4-web2-1493820686

 

Des projets des projets... !!!

 

Dans le cas où nous récoltons plus d'argent que le montant indiqué :

 

Nous avons plusieurs options :

 

-La fin de la collecte se terminant environ un mois avant la date du spectacle, nous espérons réunir durant le mois de juin un ensemble de danseurs professionnels sur Berlin, ville fertile pour la danse contemporaine, et organiser une session de création avec un chorégraphe étranger. Une pièce nouvelle serait ainsi créée pour l'occasion du Ballet Gala et ce serait l'opportunité d'inviter une personnalité reconnue dans le monde de la danse contemporaine à créer spécialement pour nous. Cela permettrait aussi d'augmenter l'effectif des danseurs de la soirée à 40 sur scène. Cela rendrait cette soirée vraiment époustouflante !

 

-Nous envisageons de mettre les fonds supplémentaires collectés de côté dans l'idée de réitérer cet événement sur l'année 2018 ! Dans l'espoir d'obtenir une aide de la part de sponsors de la région, ou du gouvernement, nous espérons que l'ensemble de ces fonds soit même suffisamment important pour entreprendre un véritable festival de danse ! C'est à dire : élargir et étaler l'événement sur deux ou trois soirées et offrir ainsi au public un éventail artistique d'une qualité et d'une diversité à la hauteur de nos ambitions !

 

-Une alternative qui suit l'idée précédente : les fonds supplémentaires serviraient à permettre de nouvelles créations par des artistes internationaux, ou l'invitation de pièces du répertoire dansées par des artistes de qualité et "free lance", qui seraient réunis pour l'occasion... Nous pensons à des grands noms de la danse comme "Irji Kylian, Christian Spück, Alexander Ekmann, Itzik Galili, Goyo Montero etc.."

 

 

 

14484778_10209819709036709_7234008036654010735_n-1493581470

Thumb_551479_10154955042270082_7323944662649166133_n-1432569705
Maxq

De formation classique (CNSM de Paris et John Cranko Schule), Maxime Quiroga commence sa carrière au ballet de Stuttgart, puis rejoint le Royal Ballet des Flandres où il se produit dans le répertoire à la fois classique, néo-classique et moderne de la compagnie (Forsythe, Kylian, Dawson...). Il commence à y danser des rôles solistes dans des pièces du... Voir la suite