Le Basango Jazz Festival symbolise tout l’esprit de la culture congolaise au travers d’un événement musical magique et unique.

Large_bjf4

Présentation détaillée du projet

Jazz, la rumba en héritage

 

Après tant d’années, près de 80 ans d’existence et avec des milliers de chansons enregistrées sur divers supports, audio, vidéo et électroniques, la musique congolaise finit par avoir sa propre identité qu’on appelle la rumba congolaise.

Réappropriation de son identité parce que la rumba, cette rumba fécondée par le Congo  a été enfantée par Cuba, une grande partie de l’Amérique du Sud et des Amériques.

Bantous-1963

Les Bantous de la Capitale en 1963 on reconnais de gauche à droite : Debout : PAMELO, (chant) PANDI, (percussion)  BOYIBANDA (chant), MPASSI "Mermans"(guitare solo)

Assis : Nino MALAPET (saxo), TALOULOU Alphonso (basse), ESSOUS, (clarinette) SAMBA "Mascott (guitare acc.), KOUKA Célestin (chant)

 

Stenco-b-3101_verso

 

Le peuple des Congos a toujours été un peuple qui chante et danse. Aussi loin que nous pouvons nous reporter, à cette époque de l’esclavage et de la déportation aux Amériques, ce peuple a chanté et dansé. Il a célébré par la musique vocale ou instrumentale toutes les péripéties de la vie : la naissance et la fécondité, le passage de l’enfance à l’âge adulte, les rites de la puberté, l’amour, la paix, la guerre, la mort, la joie, le chagrin, la douleur, le lien éternel entre les morts et les vivants.

 

L'Afrique est au commencement du jazz

La musique est à n’en point douter le meilleur vecteur qui soit pour sensibiliser et fédérer l’opinion publique, et notamment la jeunesse. C’est dans cette optique qu’a été imaginé le Basango Jazz Festival, avec la volonté d’en faire un événement culturel, artistique et médiatique voué à promouvoir la culture et les traditions musicales africaines.

Bjf4youtub

La quatrième édition du festival se déroulera du 4 au 6 Décembre 2014 à Pointe-Noire. L’événement réunira une pléiade d’artistes internationaux et locaux lors de trois soirées inoubliables. Le Basango Jazz Festival se veut un catalyseur culturel pour le Congo, avant tout destiné à faire rayonner et à promouvoir ses artistes. Le Basango Jazz Festival, c’est d’abord le goût de la découverte et du partage, une fenêtre ouverte sur le monde en direction des publics du Congo et un zoom sur la culture congolaise pour le monde entier.

 

Black_bazar

 BLACK BAZAR est un concept musical initié, produit par l’écrivain Alain Mabanckou, soutenu par le label LUSAFRICA et managé par Caroline Blache. En 2012, le premier album placé sous le signe du retour aux sources de la rumba congolaise reçut un accueil enthousiaste et installa les artistes impliqués dans ce projet comme les «nouveaux maîtres de l’ambiance africaine à Paris». L’album Black Bazar 2ème Round orchestrée par le réalisateur Francky Moulet mixe les sonorités de Kinshasa, Brazzaville, Praia ou Lagos se mêlent au flot des rythmes traditionnels et des résonances qui embrasent les discothèques de la diaspora africaine.

 

Cette année, la programmation musicale prend une nouvelle dimension en accueillant les plus grands représentants de la musique congolaise mais aussi des têtes d’affiche internationales. Pensé comme une passerelle culturelle et temporelle, c’est au travers du jazz que l’on découvre la rumba avec des rythmes où se mêlent, pour notre plus grand bonheur, les musiques traditionnelles africaines et les sonorités venues d’ailleurs comme la Bossa-nova et la Samba, le Meringuée, la Biguine, le Tango, le Mambo, le calypso et tant d’autres.

 

Baloji

Baloji, Congolais né à Lubumbashi, Baloji a grandi à Liège. Son premier album, l’excellent « Hôtel Impala », était une quête d’identité à l’heure de la trentaine. Une quête qu’il poursuit pour son nouvel opus, «Kinshasa succursale », enregistré in situ avec les musiciens du chaudron congolais, les sons uniques de Kin, les guitares toutes en feeling, les rythmiques félines. Sur scène, Baloji s’entoure d’un groupe d’afro-soul-jazz, composé des musiciens congolais de Bruxelles. Dans une dense variété de styles (de la traditionnelle rumba à l’afro-funk nigérian, en passant par le style tradi-moderne, le chaloupé mutuashi, le plus percutant sébéné, l’entraînant soukous…)

 

Hd

Konono N°1. Sur scène, ce groupe issu des faubourgs de Kinshasa, nous lessive des pieds à la tête. Mingiedi Mawangu, le fondateur (aujourd’hui âgé de plus de 80 ans) et ses jeunes amis dont son fils Augustin sont à même avec leurs seuls pouces, de rivaliser avec les plus grands producteurs de la sphère techno pour l’énergie que libèrent leurs compositions. Le Konono N°1 a refait parler de lui au

début du nouveau millénaire avec Lubuaku, un album paru sur le label belge Crammed Discs via sa collection Congotronics. A découvrir d’urgence sur scène !

 

Tradimodern_gal2

Mantsiémé. Nous plongeons dans une ambiance à la fois archaïque et moderne qui évoque aussi bien les mystérieux écarts pentatoniques de la musique pygmée que les répétitions de notes vertigineuses pratiquées par certains musiciens contemporains. Mantsième est le pluriel de cornes et la principale particularité de leur musique provient de l’emploi de défenses d’éléphants de cinq tailles différentes,

qui produisent chacune une note au rôle spécifique. Même si l’on devine que ces profondes sonorités les enivrent, danseurs et souffleurs, batteurs et griots, vêtus de tissus tressés dans du raphia, se meuvent avec noblesse et dignité.

 

526x297-oiu

FB STARS. La musique traditionnelle congolaise reste une source d’inspiration fondamentale pour les huit musiciens des FB Stars, qui ont choisi de juxtaposer leur musique aux notes reggae, zouk et hip-hop. Depuis 1998, ce groupe composé en grande majorité des membres de la «famille Batola» se fait connaître à travers des prestations diverses sur les scènes des bars de Brazzaville et dans le cadre de festivals locaux. Le premier album Identité vraie est à découvrir.

 

Gal-2388249

Evénement à multiples facettes, le Basango Jazz Festival est synonyme d’interactions et célèbre le dialogue. Au-delà de la myriade d’artistes se produisant sur scène, c’est tout un village culturel qui voit le jour à chaque édition. Ateliers artistiques, rencontres quotidiennes avec les artistes, workshops, expositions, projection de film, tout a pour finalité de provoquer l’émerveillement, de susciter des vocations, de favoriser les échanges et de véhiculer la culture, en célébrant la musique sous toutes ses formes, qu’elles soient traditionnelles, modernes, mais surtout métissées.

 

La Fondation Basango

Depuis cinq ans, Basango Point Culturel s’est hissé au rang d’acteur majeur de la vie culturelle pontenégrine, tout en se développant en véritable fondation, à savoir une structure géré professionnellement et viable économiquement.

Gal-2314605

Basango a gagné en visibilité sur le marché et attire une clientèle chaque jour plus nombreux.

Son ambition aujourd’hui ? Accompagner un plus grand nombre de pontenégrins dans la découverte de leur culture et la démocratiser pour le plus grand nombre. Par conséquent, l’objectif majeur des fondateurs de Basango est de pérenniser le bon fonctionnement du lieu, à travers des investissements indispensables pour appuyer le développement d’activités.

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira en grande majorité pour le transport aérien des artistes venant d'Europe et d'Afrique.

Notre budget transport se découpe comme suit :

 

BALOJI 

Bruxelles / Pointe-Noire / Bruxelles : 1 220 € x 7 = 8 540 €

 

KONONO N°1

Kishasa / Pointe-Noire / Kinshasa : 275 € x 6 = 1 650 €

 

Jacques Martial ( Ingénieur son)

Abidjan / Pointe-Noire / Abidjan : 915 €

 

MANTSIEME

Brazzaville / Pointe-Noire / Brazzaville : 122 x 11 = 1 342 €

 

FB STAR

Brazzaville / Pointe-Noire / Brazzaville : 122 x 6 = 732 €

 

TOTAL : 13 179 €

 

Img_4985

Thumb_will
Wilfrid

Wilfrid Massamba Directeur artistique du festival, Co-fondateur de la Fondation Basango à Pointe-Noire, Congo. Cinéaste, producteur. En 2003, il réalise le documentaire «Brève rencontre à Brazza» qui a été sélectionné au festival de Montecatini-Terme. Il a travaillé comme réalisateur monteur sur différent projets en Colombie, au Kosovo, en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne initiative, je vous souhaite plein de réussite avec ce nouveau mode de collecte et que le festival de cette année soit encore une belle réussite Florence