Un triptyque, un colt 38, un colis du Louvre : le début d'un choix difficile...

Large_basta_-_vignette_kisskiss_ld-1424185215

Présentation détaillée du projet

Synopsis

 

C'est avec un vieux Colt 38 au bout de son bras que Gérard regarde encore une fois sa dernière oeuvre : un triptyque inachevé dont la dernière partie est encore vierge de toute peinture. Mais cette fois, Gérard regarde son travail différemment. Maintenant, il sait ! Le tableau ne sera complet que lorsqu'il sera signé… en projetant sa cervelle dessus ! Quel pied de nez à ce monde qu'il ne comprend vraiment plus. Mais on sonne à la porte ! Gérard peste : c'est le facteur qui lui apporte un colis. Un recommandé, émanant du Louvre, et qui doit lui être remis d'urgence. Gérard hésite, mais sa curiosité l'emporte… Que peut bien contenir ce mystérieux colis ? La surprise qui attend alors le peintre est très loin de tout ce qu'il aurait pu imaginer ! Et Gérard Kaslovsky, peintre célèbre, surnommé "l'ermite aux mille couleurs", devra peut-être envisager de signer son oeuvre d'une tout autre manière…  

 

 

 

Le comédien principal : Gérard Vivane

 

Capture_d__cran_2015-02-24___15.17.25-1424787477

 

Gérard Vivane est sans nul doute l'un de nos plus grands acteurs belges. Il enchante d'ailleurs encore toutes les scènes belges du haut de ses 84 ans ! Excusez du peu ! 

 

Et pourtant, la passion du jeu ne frappa pas immédiatement à sa porte. 

Gérard commence sa vie professionnelle par de petits boulots, dont un qui le mena dans un studio de dessins animés. Il devint ensuite sous-titreur puis perchman au cinéma où il finit par devenir comédien. La passion commençait !

 

Il se forma alors avec des cours de diction et arriva ainsi tout naturellement au Théâtre National. Ce fut ensuite le début des grandes tournées internationales avec le Rideau de Bruxelles : l’Amérique du Sud, l’URSS, ...

 

Fort de ses succès à répétition, Gérard commença alors une carrière de professeur d'Art Dramatique à l’Institut des Arts de Diffusions (IAD); carrière qu'il pratiqua en parallèle à ses nombreux rôles sur les scènes belges. Il fut donc aussi le mentor de nombreuses générations d'acteurs.

 

Gérard réalisa également des mises en scène dont la plus célèbre est sans nul doute "Le siège d’Ostende"  de Ghelderode, spectacle réalisé et joué avec quarante pantins.

 

Gérard est actuellement à l'affiche du spectacle "Les Bas-Fonds" de Maxime Gorki au Théâtre des Martyrs à Bruxelles.

 

C'est un grand honneur pour nous de le compter dans ce projet !

 

Note d'intention de l'auteur

 

Dans votre vie, avez-vous dû déjà faire un choix ? Je ne vous parle pas ici de choisir dans quoi vous allez tremper votre tartine le matin.

Non, je vous parle d'un vrai choix : celui qui va influencer tout le reste de votre vie, celui qui va impliquer des changements, des pertes inéluctables ou des gains espérés.

Ou pas !

Nous serons tous d'accord : c'est rarement facile ! Et pourtant, nous sommes tous, un jour ou l'autre, confronter à ce genre de choix. Et osons le dire : NOUS N'AVONS PAS ÉTÉ PRÉPARÉS À CELA !!!

 

Comment faire le choix ? Sur base de quels critères ? Que voulons-nous vraiment ? Comme solution, dans ces cas-là ?

La seule méthode que nous possédions est celle du "Système D" ; D comme "Démerde-toi". Non, vraiment, ce n'est pas facile…

 

C'est pourtant à ce genre de problème que va être confronté mon personnage, Gérard Kaslowsky, peintre célèbre à qui la vie a tout offert. Tout ? Peut-être pas… Car sa décision est prise : seule la mort lui semble être la solution à sa vie finissante.

 

Mais l'arrivée du facteur et de son colis va irrémédiablement le mettre devant un choix : laisser tomber ou rallumer la flamme. Choisir entre l'illusion et la lucidité. Bref, comment orienter sa vie quand on s'est perdu dans ses propres problèmes ?

 

C'est parce que j'ai connu ces choix difficiles, parfois même douloureux, que j'ai été amené à me poser ces questions. Mais au-delà de cela, j'ai surtout constaté à quel point nous ne savons pas comment aborder ces virages difficiles !

C'est précisément là que repose l'origine de ce film.

Bien sûr, je n'ai pas la prétention de livrer les secrets du monde, mais simplement de proposer ma vision face à cette question que l'existence nous réclame : monter dans le train de la vie ou le prendre en pleine figure ?

 

Et pour celui qui n'a pas de boussole, le choix n'est pas simple.

 

Mais je compte profiter également de ce film pour battre en brèche une idée fausse que la préparation de ce film m'a révélée. Car il faut oser le dire haut et fort : IL EST FAUX de croire que l'on naît suicidaire !!! Par contre, il est vrai qu'on peut le devenir. Et c'est très loin d'être de l'ordre de la nuance. En effet, le suicide n'est pas un destin, mais bien le résultat d'un choix. Eh oui, on y revient ! Le suicidaire, ne trouvant pas de solution aux problèmes par lesquels il voit sa vie, décide que la seule solution est la fuite sans retour. L'intérêt de cela est évident : si le suicide est le résultat d'un choix, on peut donc proposer des alternatives que pourra envisager la personne… à condition qu'il ait conscience de tout ce qui précède.

 

Cette raison à elle seule ne vaut-elle pas un film ?... J'espère que, vous aussi, vous serez convaincus de l'importance et de l'urgence de ce film, car les chiffres sont malheureusement sans appel : les taux de suicide chez les personnes âgées sont les plus hauts, tous âges confondus ! Et chaque euro collecté nous rapprochera de cet objectif.

 

Prévenir c'est DÉJÀ guérir.

 

Merci de votre attention.

 

 

Le second rôle: le Triptyque

 

L'oeuvre qui fait face à Gérard est son seul interlocuteur depuis qu'il y a posé le premier coup de peinture, il y a de cela quelques semaines...

Sur ces trois toiles, il a projeté tous les questionnements de sa vie, et, face au dernier morceau de toile vierge, se pose une question: la continuer ou la finir ?

 

Malgré sa longue expérience, Gérard Vivane n'est pas peintre, c'est pourquoi nous avons fait appel à un professionnel: Robin Pourbaix, (http://robin-pourbaix.com/site0/index.html) Artiste Plasticien alliant peinture, photo et vidéo lors de ses expositions et directeur de l'Académie des Beaux Arts de Saint Gilles.

 

 

Triptyque dans son état actuel... En attente des coups de pinceaux de Robin Pourbaix... 

 

137175058210-1424796487

 

Nous comptons filmer le peintre au fur et à mesure des jours... Afin que vous suiviez la réalisation de la toile...

 

TADAMMMMMM !

 

 

L'atelier :

 

Lors d'un tournage, le choix du lieu de tournage et le travail de l'équipe déco et accessoires sont essentiels à la crédibilité du film.

Pour retranscrire l'ambiance d'un atelier de peinture, nous avons choisi de tourner dans un vrai atelier plutôt que d'essayer de reproduire artificiellement l'atmosphère toute particulière à ce lieux.

 

Nous aurons donc le plaisir de tourner dans l'atelier de Florimond DUFOOR (http://florimond-dufoor.com/)  dont voici quelques photos.

 

 

 

8a3q0r7dgptqqw9ptwlmrwq2wwky3gnozi5fyhks3qa-1424795063

 

X7yfhzkeochcbingk_nyky-p9k3j5n3ahvu_7es7k-4-1424795083

À quoi servira la collecte ?

10 000 euros c'est beaucoup d'argent… Pour tourner un court-métrage, il faut du matériel, mais également une équipe, qui même payée au minimum, demande un certain budget.

 

Ce tournage requiert également pas mal de machinerie, des plans particuliers.

 

Ensuite le triptyque demande du travail. Cette peinture est un acteur à part entière.

Les fournitures sont nombreuses et le peintre, Robin Pourbaix, Directeur de l'Académie des Beaux-Arts de Saint Gilles, y consacrera des semaines...

 

Et puis il y a aussi les décors, les accessoires, le maquillage, les vêtements.

 

Une grande partie du budget sera consacré à la pré-production et à la  la post-production.

Cette dernière est essentielle, car la majorité du film est en noir et blanc avec des apparitions de couleurs, ce qui demande un énorme investissement en post-production.

 

Par ailleurs, le lieu du tournage impose un financement particulier puisque l'artiste ne peut occuper son espace pendant plusieurs jours.

 

N'oublions pas la musique et les sons.

 

Et enfin... Il faut nourrir l'équipe, sans ça …. C'est une catastrophe ! :D

 

Et si par bonheur, nous dépassons les 10 000 euros, cela nous permettra d'affiner encore la composition de l'équipe technique, de peaufiner, par exemple, le son… Ou encore de mettre plus de moyens dans la promotion de notre film….. Ce serait …. magique.

 

Thumb_550566_4665101275298_843054211_n-1423586615
Topcare Prod

Mon parcours ne vous chantera pas une litanie de films déjà produits. Mais ce que ne vous dira aucun curriculum vitae, c'est cette passion pour le cinéma qui est en moi depuis tant d'années ! Mon expérience est petite en production, mais énorme en apprentissage ! Le cinéma est ma vie et j'arrive à la production par le chemin de l'école buissonnière… mais... Voir la suite