Aidez Beurkmagazine à financer son exposition au Grand Salon d'Art de la Bellevilloise.

Large_kisskiss-1506970903-1506970908

Présentation détaillée du projet

 

Quand image et saucisse font bon ménage ça donne Beurkmagazine. Un brin moqueur, Beurkmagazine photographie la vie de tous les jours à travers des métaphores aussi poétiques que dérangeantes. Pour eux, la société c’est « Beurk » dans un univers pop. 

 

Kisskiss7-1506970048

 

Tout a commencé par une blague.

 

C’était un de ces longs matins d’hiver où la lune ne voulait pas quitter la couverture. Il faisait sombre dans ce petit appartement. Deux jeunes gens, de sexe opposé, venaient tout juste d’entrer dans le monde du travail. Et ce matin-là, ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’ils allaient trouver en ce mois de février la première page de leur aventure... qui ne connaîtrait aucune dernière page.

 

Mais où ai-je la tête, commençons par le début, faisons d’abord les présentations. La première, petite et pleines d’idées, ne demande qu’à suivre la corde pour se les extirper du crâne. Le second, grand et mystérieux, peu bavard la première heure ne pourra finalement pas s’arrêter de s’écouter parler.

 

À première vue désinvolte, leur première rencontre était la pierre angulaire de deux esprits forts mais ouverts. Entre ces deux-là beaucoup de choses à en dire, mais eux n’ont pas eu besoin d’en parler. C'était une somme évidente de points positifs que de travailler ensemble, complémentaires plutôt que similaires.

 

Au-delà de leur bulle, ils sont amenés à travailler ensemble dans les agences de communication à Paris. C’est dans ce milieu qu’ils doivent jongler entre premières idées, idées construites et constructives, idées préconçues et idées inconcevables. Bref, tout ceci, tous les jours, 365 jours par an (la réflexion n’a pas d’horaire). Et si … et si dans le creux de leur tête, sans jamais que l’un d’entre eux n'ose le dire à l’autre ni à soi-même, ils rêvaient un jour d’une liberté totale. D’une idée qui serait libre, sans que personne n’intervienne. D’une idée sans contrainte...

 

La vie défile, la tumeur qui mêle déception et envie grossie. Charrette sur charrette, le calendrier s’avance et s’arrête sur ce doux matin d’hiver. C'est quand la lune décida enfin d’aller voir ailleurs, que nos deux compères rincés de ne jamais pouvoir s’exprimer, lancent deux trois blagues d’affilées aussitôt prises au sérieux. S’écarter des barrières de la publicité pour s’exprimer. L'un a juste balancé « photo » pour que l’autre l’attrape en disant « banco ». Comme si les liens qui entouraient leurs mains s’étaient soudainement desserrés, comme si tout ce qu’ils avaient vécu à travers le monde du travail, s’évanouissaient devant leurs sourires narquois et le pétillant de leurs yeux. 

 

Kisskiss8-1506970333

 

C’est d’ailleurs dans cette veine que les photographies ont été réalisées. On retrouve une dualité entre leurs parcours professionnels et leurs photographies. Ils disent « Beurk » mais soignent efficacement le rendu de leurs clichés. Qu’il s’agisse d’aliments nobles, ou d’aliments premier prix, l’image est traitée avec le même respect. Ces photographes chirurgiens s'amusent à rendre un éternel hommage à la publicité et à la société sous un œil averti. 

 

La première photo est symbolique car elle sacralise l'inconscient en image. Il s'agit de celle du dernier repas d’un condamné à mort. Nos deux photographes ne savaient pas qu’en réalité, ils allaient prendre en photo la caricature de leurs efforts créatifs pour le balancer dans le couloir de la mort. C’est pourquoi, de cette métaphore, on en retire deux choses assez distinctes. D’une part la prise de vue de haut, qui est en corrélation directe avec la montée de l’esprit, mais, toujours en restant pied à terre, s'ajoute à cela le dégoût et l’envie d’en finir avec cette ancienne façon de penser. 

 

Kisskiss6-1506969920

À quoi servira la collecte ?

Nous avons postulé au Grand Salon d'Art Abordable de la Bellevilloise en Mai 2017. Le 1er octobre 2017, nous avons eu le plaisir de voir notre candidature retenue. 

 

Cette collecte nous permettrait de financer une partie de l'exposition, qui aura lieu du 27 au 29 octobre 2017 :

 

- 788 € le stand, un linéaire de 6m, et 4m2 au sol.

 

Si le financement dépasse nos espérances, cela nous donnerait un petit coup de pouce pour :

 

- 400 € les impressions des deux grands formats (dibon+plexiglas)

- 175 € les impressions de 8 photos aux différents formats

- 65 € les passe - partout catégorie B

(Pauline Baert percevra l'intégralité de la collecte)

 

 

Saucissement, 

Pauline B & Nicolas G

Thumb_kisskiss3-1506768188
beurkmagazine

Nous sommes tous les deux montés à Paris il y a quelques années. Après avoir gagné notre vie en CDI on a décidé de gagner notre vie avec la photographie. www.beurkmagazine.com Pauline & Nicolas

Derniers commentaires

Thumb_default
BEURK !!!
Thumb_default
Miam!