"Apprendre à vivre ensemble" : favoriser des processus de coopération et donner des formations en communication à 1200 collégiens.

Large_image_kisskiss_campagne2-1493838712-1493838726

Présentation détaillée du projet

Ce projet éducatif unique en France, s’inscrit dans une perspective de changement de société, stimulant des processus d’intelligences collectives, générateurs de solutions au « Bien vivre ensemble ».

 

« Le monde est ce que nous en avons fait. S’il est sans pitié aujourd’hui, c’est parce que nous l’avons rendu impitoyable par nos comportements. Nous ne pouvons changer le monde que si nous changeons nous-même et cela commence par notre façon de communiquer. » Gandhi

 

Actuellement, le mal être des adultes dans notre société, parle de deux facteurs associés :  un manque d’estime de soi qui entrave notre capacité à entretenir de bonnes relations avec les autres. Or notre bonheur se construit grâce à cette compétence.

 

« L’école peut favoriser la restauration de notre compétence à se relier aux autres. Si la compétition fait place à des processus de coopération, si l’intelligence se reconnait dans chacun, unique et plurielle à la fois, si la communication s’instaure dans le respect de tous, alors le groupe peut être soutenant, réparateur, source de joie et de confiance, et participer ainsi au développement de chacun, ouvert à la richesse de l’autre.» . Educ’AT

 

Titre_-_origine_du_projet-1493742631

 

J’effectuais des conférences depuis plusieurs années, sur le sujet du harcèlement. Après avoir été invitée à partager mes connaissances par une association de parents d’élèves d’Eure-et- Loir, une opportunité s’est présentée à moi : la possibilité de conduire un travail de prévention sur cette problématique dans deux établissements secondaires. J’ai saisi l’occasion avec enthousiasme, convaincue qu’il faut agir d’une façon durable et constructive avec la communauté éducative. Seule une réflexion collective, associant les élèves, peut aboutir à la mise en place d’actions concrètes sur le « Bien Vivre Ensemble ».

 

Deux collèges d’Eure-et-Loir se sont lancés dans l’aventure en juin 2016 : Albert Sidoisne à Bonneval et Michel Chasles à Epernon.

 

Titre_-_constat-1493744061

 

L’initiative du projet « Bien vivre ensemble » est parti d’un constat concernant l’expression d’une violence grandissante à l’école, tous milieux confondus. Nous pensons que ce constat ne représente que « le haut de l’iceberg », et qu’il faut chercher le sens de ces comportements, avant d’espérer en endiguer la source. Les pratiques d’accompagnement des groupes et de formations ne seront efficaces qu’à partir du moment où l’origine du problème sera connue par tous les acteurs du collège.

 

 L’école n’est que le reflet d’une société en crise qui porte en elle, l’annonce d’un changement radical du « vivre ensemble ». Pour cette raison, nous devons préparer les jeunes à se connecter à eux-mêmes, à leurs ressentis, et aux autres, afin de construire une société plus juste, fondée sur la coopération.

 

A notre échelle, il ne s’agit pas de « changer l’école » ou de faire de ce projet un « objectif idéal à atteindre », mais de partir d’une réalité de terrain et d’en améliorer le quotidien.

 

Titre_-__l_ves-1493744187

 

-  Il donne la parole aux jeunes. Une fois informés sur les origines de la violence, accompagnés à reconnaître leurs émotions pour agir, ils sont encouragés à « inventer » leurs solutions pour améliorer le bien-être de tous. Car comme le disait Antoine de Saint-Exupéry, il est important de rendre « chacun responsable de tous »

 

Eleves-1493836126

 

-  Il stimule le pouvoir du groupe classe afin d'agir positivement sur chacun de ses membres. On sait aujourd’hui, que le simple fait de mettre des élèves ensemble ne crée pas un groupe. Le groupe ravive des peurs archaïques, comme la peur d’être jugé, agressé, rejeté…qui vont être le point de départ à des rivalités et prises de pouvoir dans la classe.

 

Ateliers_2-1493836414

 

-  Il enseigne aux élèves comme aux adultes la connaissance des émotions, et des lois régissant la dynamique d’un groupe, (savoirs qui ne font pas partie de la formation des enseignants, ni des élèves). Les peurs présentes, souvent inconsciemment en chacun, se transforment si elles sont niées, en des comportements de protection qui vont pour certains élèves entraver leur capacité d’apprendre. Par exemple, les rôles adoptés de : stupides, agités, provocateurs, harceleurs, ne traduisent la plupart du temps, que l’expression d’une peur qui ne s’exprime pas. L’insécurité s’installe et génère des comportements de protection qui bloque la capacité de penser par soi-même, le raisonnement logique et la mémoire.

 

 

Ateliers_3-1493836451

 

Titre_objectifs-1496140196

 

-       Instaurer un climat de sécurité pour chacun, permettant d’être en capacité d’apprendre sans peur.

« Imaginons une classe où les élèves auraient le droit d'apparaître pour ce qu’ils sont, vulnérables, capables de se tromper, de ne pas savoir…sans peur du jugement »

 

-       Créer dans chaque classe, des espaces de parole ou les élèves pourront exprimer leurs ressentis et apprendre à gérer les conflits inévitables dès qu’un groupe se constitue.

 

-       Apprendre à coopérer, créer ensemble, se soutenir dans les difficultés

 

Ateliers-1493745107

 

Moyens utilisés :

 

-      Des actions de formations en communication, en développement personnel et en gestion des conflits sont proposées dans chaque classe afin de donner aux élèves, individuellement et collectivement, les moyens de reprendre du pouvoir sur leur vie en sortant de la peur et de l’’impuissance.

 

-       Des actions pour apprendre à coopérer, créer ensemble, savoir se soutenir …

 

Titre-premiers_resultats-1493744497

 

Le projet a démarré par une évaluation du climat scolaire dans les deux établissements engagés dans le projet. Le constat a rejoint la moyenne nationale concernant les indices exprimés : 10% des élèves avaient déjà été harcelés à l’école.

Après 9 mois de mise en place du projet, les élèves et les adultes (enseignants et vie scolaire) font état d’une amélioration du climat dans le collège.

 

Resultats-1496141752

 

Titre_-_perspectives-1496141822

 

Le projet se poursuivra pendant deux années supplémentaire au collège d’Epernon, à partir de septembre 2017. Nous souhaitons en effet, concentrer nos moyens et notre énergie afin de développer une démarche concrète, susceptible d’être communiquée à d’autres établissements qui en feraient la demande.

La création d’une évaluation quantitative prenant comme indicateur les violences observées (bagarres, insultes, dévalorisation, harcèlement, cris…) sera mise en place chaque année, pour tous les élèves et enseignants, afin d’en estimer l’impact.

 

Titre_-_partenaires-1493755461

 

Nous sommes très heureux de compter L’Unesco, l’Education Nationale, les fédérations de parents d’élèves rattachées au collège d’Epernon comme partenaires, Olivier Clerc, écrivain, à l’origine de la diffusion «Les accords toltèques », en tant que parrain du projet et Claire Hébert-Suffrin, fondatrice des « réseaux d’échanges réciproques de savoirs », comme marraine du projet.

 

Equipe_3-1496144771

 

 

Marie- Pierre Lescure, fondatrice de l’association « Educ’AT » et directrice pédagogue :

Professeur pendant 15 ans, elle a complété son cursus en sciences humaines par une formation en analyse transactionnelle, dans le champ de l'éducation et le champ clinique. Elle exerce à ce jour comme psychopédagogue dans des structures telle que "la réussite éducative" à Bonneuil sur marne, des associations de parents d'élèves, et au sein du milieu scolaire. Son axe de travail se concentre sur l'éradication de toutes les formes de violences ainsi que la déprogrammation des conditionnements entravant le développement des jeunes. Auteur d'un livre sur les peurs dans l'éducation à l'intention des parents " Pour une éducation apaisée" à paraître en juin 2017 aux éditions "chronique sociale"

 

Claire Hérber-Suffrin, marraine de ce projet

Claire a exercé comme institutrice, maître-formateur d’enseignants et formatrice d’adultes et est la cofondatrice, avec son mari Marc, des Réseaux d’échanges réciproques de savoirs® développés sur de nombreux territoires en France et à l'étranger. Elle contribue à animer, depuis plus de 40 ans, leur développement, de la formation à leur pratique, des recherches, de la communication, des événements...  Elle a pu mesurer ainsi l’importance de la réciprocité, de la reconnaissance mutuelle et de la confiance, de la coopération et de la créativité collective... pour développer son pouvoir, pour apprendre et se former, pour construire du bien vivre ensemble.

Titulaire d’un doctorat en psychosociologie des groupes en éducation et en formation, elle est auteur, co-auteur et coordinatrice d’ouvrages concernant cette démarche ainsi que des questions pédagogiques et citoyennes.

 

Olivier Clerc, parrain de ce projet

Détenteur d’un master de traduction de l’université d’Angers, spécialiste du pardon et du développement personnel, Olivier Clerc est l’auteur de seize livres, dont La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite, best-seller international, ou le récent Peut-on tout pardonner ? Il a eu la joie de publier et traduire de nombreux auteurs tels que Marshal Rosenberg (CNV), Charles Rojzman (Thérapie sociale) ou en encore don Miguel Ruiz (Les quatre accords toltèques), auprès desquels il en a profité à chaque fois pour se former à leurs approches. Il anime des ateliers Don du Pardon dans plusieurs pays francophones et anglophones. Depuis 2012, il a formé 200 personnes à animer des Cercles de Pardon autonomes : il en existe désormais près d’une centaine d’actifs.

 

 

 

« Le monde est ce que nous en avons fait. S’il est sans pitié aujourd’hui, c’est parce que nous l’avons rendu impitoyable par nos comportements. Nous ne pouvons changer le monde que si nous changeons nous même et cela commence par notre façon de communiquer. » Gandhi

À quoi servira la collecte ?

La collecte d'Educ'AT servira à développer notre démarche au collège Michel Chasles ( Epernon). La communauté scolaire, les parents et les élèves ont en effet exprimé un engagement enthousiaste, favorable à l’expérimentation. Les actions menées seront plurielles :

 

Des formations : sur les besoins fondamentaux des êtres humains, la connaissance des émotions et leur gestion, la communication non violente, l’apprentissage de techniques de résolution des conflits.

 

Des conférences mensuelles : animées par des experts, visant à informer les élèves, leurs parents et leurs professeurs sur des sujets en lien avec le projet.

 

Des dispositifs favorisant le collectif et la coopération : comme le travail initié depuis janvier 2017, autour d’un « mythe d’espoir » avec des comédiens professionnels, visant la réalisation d’un spectacle qui se produira en juin 2017. La création d’un réseau d’échange de savoirs qui a déjà débuté au collège d’Epernon.

 

Des séances de supervision des élèves et professeurs du projet permettant le développement des actions en conscience pour chacun des acteurs.

 

La réalisation d’un documentaire, d’un livre en co-écriture, de fiches techniques sur les deux années d’expérimentation qui en retraceront le cheminement et les résultats, afin de favoriser l’essaimage de ce dispositif.

 

Pour conclure :

 

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » (Mandela)

 

Nous pensons que l’école est le lieu privilégié pour développer ce dispositif.

Grâce à ce projet, notre volonté est de permettre aux jeunes adolescents de

 

Se dégager des peurs qui les paralysent,

 

- Sortir du cadre obsolète qui les enferme dans des représentations génératrices de violence et d’exclusion,

 

Se libérer des conditionnements qui les empêchent de penser par eux-mêmes et d’adopter un mode de vie qui ne leur correspond pas…

 

Ce projet veut redonner confiance à notre jeunesse. Il sera pour la ville, la région, le territoire, l’illustration qu’une société plus juste et plus humaine peut exister 

 

Image_de_fin_eleves_small-1496142273

 

 

 

       

Thumb__educ_atvalide_carr_-1492161410
Educ'AT

Créée en 1998, l'association « Educ’AT » réunit en son sein des jeunes et des adultes, orientés vers un idéal commun. Elle vise l'acquisition de capacités d'autonomie, de citoyenneté et de solidarité de ses membres, unis par des valeurs de respect et d’engagement. La santé et l’éducation sont les domaines d'action privilégiée de l'association. Pour... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Merci Marie-Pierre pour ce beau projet !
Thumb_default
Très beau projet, bravo!
Thumb_default
très joli projet pour nos jeunes.