Participez au lancement de L'AVVENTURA, notre compagnie de théâtre professionnelle, et à la création de BILORA de Ruzante, notre spectacle de Commedia dell'arte, afin d'aller à la rencontre du public et de porter le théâtre là où les spectateurs ne s'y attendent pas.

Large_photo_bilora_kisskissbankbank_1

The project

Ce fut avant tout une rencontre incroyable avec un auteur, Angelo Beolco dit Ruzante, et un texte surprenant à la verve fleurie et réjouissante, tellement moderne et datant pourtant du XVIè siècle, qui nous incita à créer une première fois ce spectacle à l’occasion des Journées du Patrimoine en 2007.

L'envie d'aller encore plus loin avec cette pièce ne nous a jamais quitté et, pour la création de notre compagnie de théâtre professionnelle, il était une évidence de monter à nouveau cette farce cruelle avec nos compagnons de Commedia dell'arte : Arlequin, Pantalon, Magnifico, Colombine, Brighella, Balanza… afin que, tous ensemble, nous allions à la rencontre du public où qu’il soit avec une forme légère et divertissante pour l’interpeller.

 

 

L'histoire

 

Fuyant la misère et les ravages d’une Italie en guerre et en proie aux convoitises de l’Empire Ottoman et de toute l’Europe, le paysan Bilora se rend à Venise, un monde pour lui inconnu et mystérieux, avec l’idée de récupérer sa femme qui lui a été enlevée en son absence par un riche marchand ou de monnayer sa perte.

Le marchand, sûr de sa supériorité et donc de son impunité, refuse de la rendre. Sa femme elle-même choisit de rester avec lui pour fuir la misère et la maltraitance que lui promet Bilora…

Face à ce constat, dans un dénouement brutal et unique dans le théâtre comique, Bilora tue le bourgeois. Et la poule aux œufs d’or…

 

 

Dossier_bilora_-_bandeau_1

 

 

Ruzante

 

L’œuvre de Ruzante fut délaissée durant trois siècles jusqu’à la création de Bilora en 1927 à Paris. Ce long purgatoire dû à la marginalisation du dialecte padouan dans lequel il écrivait ses textes, ainsi qu’à la censure de l’époque pour la verdeur de sa langue, trouve aussi une explication dans le contenu même de ses histoires dénonçant l’injustice et une féroce lutte des classes.

En outre, l’émergence de la Commedia dell’arte avec ses canevas simples et efficaces ne laissèrent guère de place au réalisme ruzantien.

Les ravages de la guerre et la disette qui accable ensuite le peuple sont des ressorts importants de son œuvre qui lui permettent de développer ainsi ses thèmes élémentaires : l’appétit sexuel, la faim, la misère, l’instinct de survie, la violence. Mais sa vision du monde qui semble rustique est bien plus riche qu’il n’y paraît : celle d’une communauté opaque et sauvage, mais saine dans sa primitivité naturelle ; illettrée, mais aussi dépositaire d’une langue imagée ; misérable, mais déployant pour survivre une inépuisable énergie. Et ses personnages usent pour cela de toutes les armes de la tromperie, de la violence ou encore de la mythomanie.

Ruzante ne cherche pas à faire du misérabilisme, ni de la complaisance naturaliste ; à travers ces fables, il décrit juste le délabrement matériel et moral de son monde avec une inspiration parfois surréaliste.

 

Photo_bilora_kisskissbankbank_3

 

 

L'hommage de Dario Fo

 

Pour Dario Fo, Ruzante est le véritable père de la Commedia dell’arte. Cet « authentique jongleur à l’intelligence aiguë » a marqué un véritable tournant dans l’histoire du théâtre en inventant une nouvelle façon ironique et divertissante de faire du théâtre :

« Il était un homme de son temps attentif à ce qui se passait autour de lui et toujours prêt à dénoncer sans peur les injustices et l’affrontement entre les exploités et les exploiteurs. Il inventa un langage original, un langage du et pour le théâtre basé sur une diversité de langues, le tout mélangé avec des onomatopées de sa propre invention. C’était un vrai génie de théâtre ! ».

 

Photo_bilora_kisskissbankbank_4

 

 

Note d'intention

 

L’œuvre de Ruzante reste pour nous terriblement moderne grâce notamment à son langage inspiré et imagé, elle trouve ainsi des résonances universelles dans toutes les formes sociétales.

A travers cet hommage à un auteur essentiel de la Renaissance Italienne, nous avons aussi souhaité rendre hommage à Dario Fo, cet admirateur de Ruzante et ce grand maître de la Commedia dell’arte en insérant dans notre spectacle des saynètes croustillantes de son invention ou qu’il nous a inspirées sous forme de lazzi. Il est pour nous la mémoire vivante et en perpétuelle ébullition de la Commedia dell’Arte et il se devait d’être présent parmi nous.

 

Un hommage malgré tout irrespectueux puisque Ruzante jouait sans masques, mais cette fable moderne nous a semblé avoir des répercussions plus importantes avec l’utilisation de masques. Ils permettent en effet de proposer différents niveaux de lecture d’une même œuvre et une palette de jeu qui va du rire aux larmes ; d’avoir cette approche clownesque qui édulcore certaines expressions, les distancie, tout en conservant intacte la puissance du texte de Ruzante et la richesse de ses personnages hauts en couleurs et attachants, vils et lâches, perdus dans un monde qui ne leur appartient déjà plus.

 

Un hommage enfin à une forme théâtrale revenant certes sur le devant de la scène, mais qui demeure insaisissable puisqu’il n’en reste que peu de traces : la Commedia dell’arte !

Avec tout le rituel qu’elle comporte et sa part de mystères principalement liés aux masques. De plus, elle offre une plus grande liberté d’interprétation, une richesse de jeu, ce qui nous permet de lier la farce, le clown et l’improvisation.

 

Nous voulons retrouver cet esprit des troupes itinérantes, de ces saltimbanques qui investissaient les places des villages pour y proposer un divertissement avec quelques tréteaux et trois fois rien comme accessoires et décors, juste leur passion du théâtre et leur envie de la faire partager.

 

Photo_bilora_kisskissbankbank_2

 

 

Qui sommes-nous ?

 

Des saltimbanques dans l'âme qui se sont réunis autour d'Ysabel pour une expérience de théâtre qui a pris de plus en plus de place dans nos vies et nous a poussés à aller toujours plus loin dans la découverte du théâtre et de nous-mêmes.

Grâce à sa méthode et à son travail pluridisciplinaire basés sur le clown, le mime, les masques, nous avons acquis une technique et une assurance qui nous ont permis de créer des spectacles divers dont le dernier en date était un thriller à partir des textes de Raymond Devos sur une musique des Pink Floyd.

 

Nous voulons désormais franchir un nouveau palier en créant cette compagnie de théâtre professionnelle, nous y sommes prêts et nous comptons sur vous pour nous y aider.

 

Formée par Serge Erich et Jean-louis Martin-Barbaz, Daniel Mesguisch et Saskia Cohen-Tanugi, Ysabel Clauzard a aussi bien joué Shakespeare que Marivaux, Strindberg que Claudel, ou encore Fassbinder et Kafka.

Après avoir été dans la lumière pendant près de dix ans, elle a souhaité transmettre son savoir aux plus jeunes, mais aussi aux moins jeunes, dans les écoles et des ateliers pour leur permettre d'acquérir des outils pour s'épanouir dans leur vie, mais aussi comme cela est arrivé pour certains, devenir comédiens professionnels.

 

La création de la Compagnie L'Avventura est née d'une nouvelle envie de transmettre. Cette fois auprès du public, pour donner aux spectateurs le goût du théâtre et d'un art éphémère qui sait transporter les sentiments et laisser durablement des traces en chacun de nous.

 

Why fund it?

Les répétitions pour ce spectacle qui sera créé en mars 2013 à Gouvieux ont déjà commencé et cette collecte doit nous permettre de boucler le budget de création du spectacle, à savoir :

 

- 1 600 € pour les costumes,

- 900 € pour les décors avec la construction d'une estrade dans le pur style de la Commedia dell'arte.

 

De cette façon et de manière totalement autonome, nous pourrons partir sur les routes à la rencontre du public dans la pure tradition de la Commedia dell'arte et proposer notre spectacle n'importe où, aussi bien en salle qu'en rue.

 

Commedia

                     Canaletto - La Commedia dell'arte en Place San Marco

 

 

Si vos dons dépassent le montant demandé, ils serviront alors à acquérir de nouveaux masques pour 500 €, à financer la communication du spectacle pour 600 € et la création lumière du spectacle par un régisseur reconnu et… pour tout le reste… un voyage à Venise pour jouer sur la Place Saint-Marc !

 

 

La Compagnie L'Avventura étant une entité de l'association Utopia reconnue d'intérêt général, nous sommes habilités à vous remettre des reçus fiscaux pour vos dons déductibles à 66 % de vos impôts.

 

Thumb_logo_cie_l_avventura
Compagnie L'Avventura

La Compagnie L’Avventura est née de l’envie d’aller plus loin. D’un groupe de comédiens issus des ateliers de théâtre dirigés par Ysabel Clauzard, comédienne professionnelle, nous avons créé une troupe, unie dans le même objectif de divertir, de s’interroger sur la société et de s'inscrire dans la pluridisciplinarité du théâtre actuel. La création... See more

Newest comments

Thumb_default
J'ai raté la représentation précédente de ce spectacle, je viendrai donc avec plaisir voir la prochaine! Bon courage pour cette étape!
Thumb_default
Hâte de voir la prochaine pièce ... et plus tard de venir vous voir jouer place Saint-Marc à Venise !
Thumb_default
Drôle d'histoire...je suis bien curieuse de voir ce que ça va donner : à Gouvieux ou sur la route !!