Raconter une tragédie sociale à travers un projet exceptionnel. Montrer comment combattre un fléau national grâce à une passion qui fait la fierté du pays, la course à pied. Filmer et suivre des aveugles et mal-voyants qui expliqueront leur vie dans le noir, là où aucune structure ou presque ne les aide à surmonter leur handicap. Nous montrerons comment ONG, médecins, entraîneurs et coureurs d'exception se mobilisent pour la cause, en organisant, en participant à une course grandiose, sur les hauts plateaux mythiques de Gheralta. Vos contributions nous permettront de partir dix jours, fin février, pour réaliser ce projet. Merci !

Large_photo

Présentation détaillée du projet

Notre objectif est atteint, merci à tous. Ce buget nous permettra de partir réaliser ce documentaire. Nous avons néanmoins besoin de plus d'argent pour assurer la post production et le développement, alors n'hésitez pas à faire un don ou à diffuser le projet. Plus il y a d'argent, meilleur sera notre documentaire.

 

 

Blind runners : description

 

Blind runners est un projet de webdocumentaire dont l'ambition est de suivre pendant dix jours les acteurs du projet Accelerate Ethiopia. Le but de cette opération, initiée par l'ONG Himalayan cataract project, est de prodiguer des soins et de réaliser un millier d'opérations qui permettront aux aveugles et aux mal-voyants de recouvrer la vue.

 

Les fonds seront réunis grâce à une course, un semi-marathon organisé sur les hauts plateaux de Gheralta, auquel participeront des vedettes telles que Gebre Gebremariam, vainqueur du marathon de New York, Verknesh Kidane, championne du monde de Cross country et Scott Jurek, champion d'Ultramarathon. La légende de la course à pied Haile Gebreselassie sera également présente, le temps d'un entraînement. À ces grands champions, stars en leur pays, s'ajouteront une centaine de coureurs éthiopiens de haut niveau. Ensemble, ils parcourront les paysages de pierre de grès, des champs en terrasse et d’anciennes églises creusées dans le roc. Ils s’affronteront pour remporter cette course mythique, tracée au coeur du pays, berceau de l’humanité.

 

 

 

Gebremariam

 

 

 

Un fléau évitable

 

 

L'Éthiopie, pays de 90 millions d'habitants, compte 1,2 million de personnes aveugles, 2,8 millions de personnes atteintes de basse vision, et 9 millions d’enfants âgés de 1 à 9 ans sont atteints de trachome actif, une maladie infectieuse causant la cécité. Les principales causes de la cécité en Ethiopie sont la cataracte (49,9%), l’opacité cornéenne trachomateuse (11,5%), l’erreur de réfraction (7,8%), les maladies de la cornée (7,8%), et le glaucome (5,2%).

 

Selon les médecins, 80% de la cécité du pays est évitable. Le manque d'hygiène, l'alimentation et l'absence de structure et d'ophtalmologues (un seul pour un million d'habitants) expliquent que ce mal soit si endémique. Outre les souffrances physiques et humaines que cela engendre, ce handicap exclut, empêche de travailler et constitue, pour de nombreuses communautés, un naufrage socio-économique.

 

 

 

Aveugle

 

 

 

La course à pied, un vecteur d'intégration

 

 

Comme les gamins des favelas de Rio tapent le ballon en rêvant de Pelé, les enfants des faubourgs d'Addis Abeba courent pour ressembler à Gebreselassie. Sans cesse, sur l'immense place de Meskel Square, des milliers de jeunes s'entraînent. Les meilleurs intègreront les centres d'entraînement d'élite et représenteront la plus grande nation de coureurs lors des compétitions mondiales. Mais plus qu'un ascenseur social, la course est une tradition. Moyen de locomotion unique pour nombre de villageois qu'aucune route ne transporte, ils parcourent les pistes dès leur plus jeune âge. En courant, parce que marcher prendrait trop de temps. À plus de 2 000 mètres d'altitude, là se forge leur aptitude unique à la course de fond. Un don naturel que chacun travaille par nécessité.  

 

Collecter des fonds pour lutter contre un fléau national, grâce au sport national, quoi de plus symbolique ?

 

 

Coureur_meskel

 

 

L'expédition

 

Le 23 février, nous embarquerons avec la "caravane". Départ d'Addis Abeba, la capitale, en direction des montagnes de Gheralata. 900 km de périple, pendant lequel nous ferons plusieurs étapes.

 

D'abord à Dessie, puis à Woldiya, où pendant trois jours les médecins de l'Himalayan Cataract Project enchaîneront les opérations des yeux, pour guérir les aveugles et mal-voyants. Le choix de ce lieu n'est pas anodin : c'est l'un des endroits où l'on trouve le plus de cécité bilatérale (les deux yeux sont touchés).

 

Le voyage se poursuivra, passant par Mekele, pour atteindre les montagnes de Gheralta. C'est là que le semi-marathon se déroulera. Au court de ce périple, nous interrogerons longuement Gebre Gebremariam, sur les raisons de son engagement, sa perception du problème de la cécité et l'espoir qu'il a que son sport puisse contribuer à résoudre ce mal endémique. Job Heintz, le responsable de la mission Himalayan cataract project, nous expliquera son action et celle de son ONG. Ensemble, nous reviendrons sur la genèse du projet, ses résultats, et l'importance que revêtent de telles initiatives. Un entraîneur d'un centre de course à pied interviendra également dans notre documentaire. Il s'agira d'expliquer l'importance de la course à pied dans le pays en général, dans ce projet en particulier. Le coureur aveugle sera au centre de notre webdocumentaire. En véritable fil rouge, il racontera les sensations qu'il ressent en courant. Son guide/entraîneur interviendra également.

 

 

Capture_d_e_cran_2012-12-26_a__13.22.45

 

 

Allez voir la carte intéractive

À quoi servira la collecte ?

Notre objectif est triple : raconter des vies de galère dans un contexte socio-économique ardu ; faire oeuvre de pédagogie, en expliquant ces maladies, leurs causes, leurs solutions telles qu'elles peuvent - ou pourraient - exister  ; rendre compte d'une atmosphère unique - des centaines de personnes nouvellement opérées recouvreront probablement la vue durant notre séjour. Une effervescence exceptionnelle aura lieu autour de cette course qui mettra la population en ébullition. Voilà pourquoi nous croyons qu'il est utile de traiter ce sujet sous une forme multimédia.

 

 

Gheralta

 

 

Ce webdocumentaire durera entre 30 et 40 minutes. Pas de voix off, seulement les acteurs qui rendent compte de leur réalité. La vidéo sera au coeur du projet : les entretiens seront filmés et rendus tels quels, entrecoupés de photos illustrant le propos. La photo aura également un rôle esthétique : elle seule pourra rendre compte de la beauté du cadre de la course. Le son sera employé non seulement par dessus la photo (diaporama sonore), mais également seul, où il permettra de retranscrire l'univers des aveugles.  

 

L'écrit enfin, qui est pour nous primordial. De courtes explications sur des images, des légendes de photo. Puis des articles, tout simplement,, qui permettront à l'internaute de mieux comprendre l'aspect technique, médical et statistique de la question. Les trois jours d'opération à eux seuls feront l'objet de nombreux bonus, tout comme la course, que nous comptons suivre de bout en bout. Armé d'une Go Pro, l'un de nous chaussera ses baskets pour aller affronter les as de la piste. Voilà pourquoi aujourd'hui, nous estimons devoir vous demander 1650 euros, sans lesquels ce projet ne pourra voir le jour. Certains contacs avec des médias nous permettent d'envisager des coûts de développement moindre, et notre école pourra nous prêter tout le matériel. De plus, nous pouvons bénficier d'un avoir de 500 euros pour le voyage.

 

Voici donc la répartition de nos dépenses :

 

550 euros pour un billet d'avion AR

400 euros de frais de location de voiture et chauffeur (la conduite nous y est interdite)

200 euros de frais de logement

500 euros de frais de développement (pour compléter nos aides ou pallier une défaillance d'un éventuel soutien).

 

Vous le constatez, ce budget comporte le strict minimum. Il est extrêmement serré. Ainsi, si votre générosité dépassait nos ambitions, l'argent supplémentaire servirait à financer les dépenses supplémentaires, qui ne manqueront probalement pas de se présenter.

 

Voilà. Ce sujet, à mi-chemin entre les thématiques sociales, médicales et sportives, nous tient à coeur. Soyez sûr que nous y mettrons toute notre énergie si l'argent venait à être réuni.

 

Quelle que soit l'issue de cette collecte : merci.

 

 

 

Daphnée Breytenbach

 

 

Capture_d_e_cran_2013-01-03_a__15.16.54

 

 

Etre journaliste pour raconter, retranscrire, faire voir. Mais surtout, être une journaliste à travers l'image : telle est mon ambition et la raison pour laquelle la forme du web-documentaire me plaît tout particulièrement. Traiter d'un tel sujet en Ethiopie n'est, pour moi, pas anodin : une partie de mes racines se trouve dans ce pays que je connais et que j'admire. Y retourner pour faire du journalisme ne serait autre chose qu'un rêve qui se réalise.

 

 

Julien Mucchielli (@JMucchielli)

 

 

Identit__2

 

 

Ma vocation est l'écrit, mais mon ambition est le multimedia. Le documentaire représente l'une de mes expressions favorites du journalisme tel que je l'aime. Grand amateur du genre. J'aime et je pratique de course à pied, que les Éthiopiens ont érigé en mode de vie.  Aborder ce sujet à travers une grande cause sociale et sociétale, dans mon premier docu, est pour moi une chance que j'honorerai avec plaisir et rigueur.  

Thumb_4862597-vector-concours-de-dessin-sur-la-course-silhouettes-sur-fond-blanc-enregistre-dans-l-39-eps
Breyt Muc Company

Nous sommes deux étudiants en deuxième année au Centre de Formation des journalistes. Blind runners est notre premier webdocumentaire.

Derniers commentaires

Thumb_default
I'm Chevallier Louis et I approve this project. Je soutiens selon mes moyens. Bon courage.
Thumb_image-1433140512
best of luck ! Mary
Thumb_default
Faites nous rêver.