BODYCOMBAT c'est à la base une pièce de théâtre imaginée, écrite puis adaptée en moyen métrage par la scénariste et réalisatrice Jelena Remetin. Un retour sur les traces d’une enfance et d’une adolescence avortées. L’histoire d’une jeune femme confrontée trop tôt au monde des adultes et qui nous livre un témoignage sur sa relation avec son père, principal auteur de sa jeunesse volée. ... Avec BodyCombat "N’offrez plus les coups, donnez-les !"

Large_profil_picture

Présentation détaillée du projet

 

PITCH

 

Une jeune femme mène un combat brutal contre les fantômes du passé.

C’est grâce au Bodycombat, qui est à la fois un sport physique et un soin psychologique,

qu’elle trouve la force d’affronter son lourd secret familial.

Lors de ce parcours initiatique elle reverra des images et des événements enfouis au plus

profond d’elle même qu’elle essayera de chasser et de vaincre.

 

 

NOTE D’INTENTION

 

« Body Combat, le sport du nouveau millénaire, un nouveau programme qui révolutionne la  fitness, une décharge d’adrénaline à l’état pur et des résultats garantis ! … Body Combat le seul sport qui guérit et votre corps, et votre mental… »

C’est par ces mots que débute BodyCombat, l’histoire d’une enfance et d’une adolescence avortées, l’histoire d’une jeune fille confrontée trop tôt au monde des adultes.

Le récit, soutenu par la voix off du personnage principal, nous permet de suivre un des cours du nouveau programme sportif nommé Body Combat. C’est dans ce cours qu’une jeune femme repense à son père, le principal auteur de sa jeunesse volée, un homme rongé par l’alcoolisme, la misère et par les côtés les plus obscurs de la vie.

« Body Combat » évoque donc la relation entre un père et sa fille.

 

 

L’idée de ce récit m’est venue en pratiquant un sport du combat : « Dans un corps sain demeure un esprit sain »,  je me suis alors demandé quelles sont les personnes qui s’accrochent à cette doctrine… que se passe-t-il dans leurs têtes lorsqu’elles donnent un coup de poing et  qu’elles se battent contre d’autres personnes? Quelles sont leurs histoires, quelles souffrances ont elles traversées dans leur vie, dans leur jeunesse? Jusqu’où peut aller le corps pour soigner l’esprit? Est-il possible de chasser nos ressentiments et affects grâce à un sport de combat?

 

« BodyCombat » se divise en deux parties, deux époques, deux lieux et deux états d’esprits différents qui s’entremêlent tout au long du récit.

Une partie de l’action, les Exercices, se joue dans un espace vide, intemporel. C’est le lieu du combat. Ici le personnage féminin, peut se confronter à son passé, et à la vérité qui se cache  sous toutes les couches de l’oubli.

Toutes les images de cette partie sont épurées: dans ce lieu le corps peut mener un combat contre son ennemi originel.

(NB : Dans cette partie le personnage principal est la jeune fille à l’âge adulte.)

Le décor des Exercices sera dépourvu d’éléments scénographiques, avec un fond neutre. La jeune femme sera interprétée par une danseuse contemporaine et, grâce au montage et à des prises de vues très rapprochées, nous nous focaliserons sur l’aspect physique du combat.

 

 

La deuxième partie de l’action, les Souvenirs, est beaucoup plus complexe. Elle est construite sur des flashbacks en mêlant plusieurs situations vécues par notre protagoniste, quand elle était  jeune fille, qui se sont partiellement effacées ou qui n’ont peut être jamais existé.

La voix de la protagoniste (voix off) se rappelle d’images déjà vues, et accompagne le spectateur dans des lieux chargés de souvenirs ; sa maison, la rue, le parc, la cave, la cuisine, etc. ainsi que dans des scènes qui symbolisent ses différents états émotionnels (ex. une glace écrasée sur une route brulée par un soleil d’été, ou encore sa descente vers des fonds marins où elle découvre sa chambre d’enfance intacte).

Quand elle essaye de se remémorer l’image de ses parents, elle ne voit jamais leurs visages, leurs mimiques ou expressions. Elle porte un regard distant et ne veut pas accepter une vérité, pourtant évidente: celle qu’elle n’a été qu’un poids pour ses parents. Des gens identiques à des troncs d’arbres, ne s’exprimant qu’avec leurs bras, leurs mains, sans utiliser ni cerveau ni émotions. C’est ainsi qu’ils seront représentés en images, c’est-à-dire que ces deux personnages se retrouveront principalement au centre des cadres et que leurs visages échapperont à la camera. L’impression finale voulue est que ce sont leurs mains qui parlent, qui s’expriment, et qu’enfin elles seules existent dans cette relation enfant/parents.

(NB : Dans cette partie le personnage principal est une fillette d’une douzaine d’années.)

 

 

Les Souvenirs sont divisés en plusieurs chapitres, chacun annoncé par des Exercices du cours « Body Combat ».

A certains moments un personnage féminin apparaît. Tel un fantôme, elle flotte dans les différentes scènes cruciales de l’histoire. Elle représente une fée, une sirène, un ange et même la mort ; sa présence et ses longs cheveux flottant dans l’air tout en s’entremêlant apportent une image fragile et sensible dans les différents passages du récit. Les images de ce personnage seront filmées sous l’eau et seront incrustées dans les scènes de l’action.

Presque toute la partie Souvenirs se déroulera dans une maison minable, avec un décor sobre, située au bord de la périphérie d’une grande ville. On parcourra également les autres lieux de l’enfance de la jeune femme cités dans son récit (parc, cave, rues, supérette, etc.).

L’ambiance générale sera morne et obscure afin d’accentuer le sentiment d’étouffement, de  mal être que porte la protagoniste.

 

 

Le film entier se fera sous une forme narrative (Voix Off). La musique et les sons joueront un rôle très important dans la transcription des diverses émotions et dans l’intensité de l’action.

Le montage prendra le temps de laisser parler les images et sera adapté au rythme de la voix off. Une partie du film (exactement la dernière séquence, n°45) sera traitée en animation 2D ou 3D afin de montrer la mort du père à travers les dessins de la fillette, cela dans le but d’accentuer ce moment crucial tout en restant en accord avec la sensibilité de l’enfant.

Au début comme à la fin du récit, on retrouvera le spot publicitaire de ce nouveau sport qu’est le Body Combat. Cette publicité, sous la forme d’un petit film dans l’esprit des années 60,  nous montrera l’image d’un homme parfait, modèle: une sorte d’idéal sur terre. Ce coach sportif aura une diction et un physique irréprochables et nous présentera des participants avant et après leur passage par le Body Combat.

La durée de ce court métrage sera équivalente à celle d’un cours de sport.

Cela sera-t-il suffisant pour que les flashbacks et les souvenirs provoqués par la pratique du « Body Combat » soient détruits à jamais… ou les plaies psychologiques de notre protagoniste, déjà profondes, ne seront elles qu’accentuées ?… Ca reste à voir !

 

 

 

 

 

 

A PROPOS DE LA RÉALISATRICE        

 

                                                                                                                 

 

  Peintre, photographe, scénariste, auteur, cela fait maintenant 3 ans que Jelena s'est lancée dans la réalisation audiovisuelle et cinématographique. Entre les courts métrages, les clips et l'élaboration d'émissions, cette réalisatrice sait s'entourer d'une équipe motivée et talentueuse en accord avec son univers riche et diversifié, et parvient toujours à concrétiser ses projets.

 

 

               

 

SITE WEB :

                                                          www.yelena-remetin.fr

 

Thumb_29930_396028921143_771411143_4144109_3731047_n
JELENA REMETIN

Painter, photographer, screenwriter/author and director, Jelena Rementin has been working in the audio-visual and cinematographic arts for the past three years. Surrounding herself with a motivated and talented team who enhance her rich and diversified universe, she is a director who always manages to materialise her projects. Her video clip "I Know"... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
BRAVO!!!!
Thumb_default
D'abord la référence aux "chaussons rouges" (l'un de mes films de chevet) à travers la photo, puis cette autre photo "ophélienne", je sais pas ce que c'est que ce film mais vous avez vraiment réussi à me convaincre ! ma participation sera modique, mais pleine d'encouragements. Très curieux et impatient de voir ça... !
Thumb_default
Good luck!