Aidez à financer la première action de grande envergure en faveur de tous pollinisateurs sauvages !

Large_kisskiss-01-1423818634

Présentation détaillée du projet

Titre1-1423833781

 

L’abeille domestique, celle que l’on élève pour son miel, n’est pas le seul insecte pollinisateur, loin de là. En France, il y en a en fait des milliers d’espèces : mouches, guêpes, abeilles sauvages, bourdons, papillons, scarabées…   

Un Plan national d’actions pour les insectes pollinisateurs sauvages unique en son genre a été confié par le ministère en charge de l’écologie à notre association, spécialisée dans les insectes depuis 1969, l’Office pour les insectes et leur environnement (Opie).  Ce plan d’action est unique car global, et ne se focalisant pas sur une seule espèce, mais sur l’ensemble de nos petits pollinisateurs, dans tous leurs lieux de vie.    

Votre implication va permettre de terminer l’élaboration de ce plan, et de mettre en place des actions concrètes sur tout le territoire national, et dans tous les secteurs d’activités.      

 

Titre2-1423834092

 

La pollinisation n’est pas uniquement réalisée par l’abeille mellifère.

En France métropolitaine, ce sont des milliers d’espèces d’insectes qui l’assurent : plus de 900 abeilles sauvages (dont les bourdons) et des milliers de guêpes, de mouches, de papillons ou encore de scarabées. Il arrive même que des araignées, en chassant les pollinisateurs sur les fleurs, pollinisent à leur tour.   

 

Bandeau_pollinisateurs-1424247928

 

Cette action de pollinisation est totalement liée à la reproduction d’une grande partie des plantes à fleurs. Les fleurs sont des organes sexuels qui ont « co-évolué » avec les insectes pollinisateurs. Et vice-versa.

En France, on estime que 70 à 80% des plantes à fleurs sauvages et 80% des cultures (soit 35% du tonnage que nous mangeons directement) dépendent de ces insectes.    

 

Titre3-1423834466

 

Pollinisation = transport du pollen de fleurs en fleurs. 

Cela peut être le fait du vent (chez les graminées par exemple) ou de l’eau, mais aussi d’animaux. En France métropolitaine, ce sont les insectes qui transportent le pollen des plantes « à fleurs » (sous les tropiques, des chauves-souris ou des oiseaux interviennent aussi par exemple).   

 

Résultat = fécondation de la fleur = développement du fruit protégeant les graines = miam !  

Et qui dit fruit, dit : cerises, pommes, pèches, abricots… et aubergines, courgettes, melons, concombres, tomates, etc., etc. 

Sans oublier toutes les fleurs sauvages qui enjolivent nos prairies et nos campagnes !  

 

La preuve en image : Pollinisation-1420470463

 

 

 

 

Titre4-1423834700

 

Et malheureusement, ce déclin est incontestable, et plus ou moins marqué selon les espèces. Par exemple on considère que 70% des effectifs de papillons de prairie ont disparu en Europe… Les raisons sont multiples mais insuffisamment étudiées. Un faisceau de présomptions conduit à reconnaître que les activités humaines dans leur ensemble, sont responsables de la dégradation des habitats et des ressources alimentaires florales (agriculture intensive, urbanisation, fragmentation des paysages, biocides, désintérêt, ignorance, etc.).  

 

Alors que faire ?  

Il faut agir à l’échelle nationale, tant au niveau de la connaissance que d’actions concrètes en faveur des pollinisateurs sauvages. Pour cela, l’Opie s’est engagé auprès du Ministère en charge de l’écologie comme rédacteur et animateur du Plan national d’actions (PNA) en faveur des pollinisateurs sauvages, à sortir courant 2015.    

 

Titre5-1423834887

 

Les plans nationaux d’actions visent à définir les actions nécessaires à la conservation et à la restauration des espèces les plus menacées. Ces outils de protection de la biodiversité ont été mis en place il y a une quinzaine d’années en France. Ils découlent de notre stratégie nationale en faveur de la biodiversité (SNB). Le loup, l’ours, des libellules et même quelques papillons bénéficient d’un plan. Mais toujours pas les pollinisateurs !  

 

Celui en faveur des pollinisateurs sauvages est original car il ne s’intéresse pas à une seule espèce, ou un seul petit groupe d’espèces, mais bien à un « service » global rendu par les écosystèmes.

 

Ce PNA s’articule autour de trois grands axes :

1)    Mieux connaitre les pollinisateurs sauvages,

2)    Mieux les faire connaitre,

3)    Mieux faire prendre en compte cette biodiversité indispensable. 

 

Vingt fiches actions sont proposées pour atteindre les objectifs fixés dans chacun de ces axes.

Quelques exemples :  

 

- Diminuer l’usage des produits phytosanitaires, ou biocides, affectant les pollinisateurs sauvages (Axe 3) Fiche 13). Il est avéré que l'utilisation de ces produits est un des facteurs ayant un impact extrêmement important sur les populations d'insectes pollinisateurs. Il serait vain d'agir sur les autres facteurs (destruction des habitats, diminution de la ressource florale...) sans agir sur celui-ci ! 

 

- Evaluer les risques d'extinction des insectes pollinisateurs sauvages (Axe 1) Fiche 5). Sans une évaluation sérieuse de ces risques, impossible de prioriser les actions à mener !  

 

- Augmenter la ressource florale, en superficie et en qualité, pour les insectes pollinisateurs sauvages (Axe 3) Fiche 14). C'est un enjeu fondamental ! Sans une ressource en fleurs sauvages diversifiée, impossible de préserver la diversité des pollinisateurs...   

 

Tout cela, entre autres, et l’agriculture est bien sûr au cœur de ce Plan ! 

Nous nous appliquons bien sûr à ce que ce PNA soit cohérent et lié au Plan de développement durable de l'apiculture, mené par le Ministère en charge de l'agriculture.   

 

Titre6-1423835138

 

Malgré toute cette dynamique, les financements manquent pour soutenir ce plan. En effet, dans un contexte économique compliqué, les subventions aux associations sont réduites, voire supprimées, y compris pour des actions d’intérêt général aussi importantes que celle-ci.    

C'est la première fois qu'une réflexion globale est menée à cette échelle, c'est donc une occasion unique de s'engager concrètement sur l'ensemble du territoire, en faveur de ces animaux qui nous rendent des services irremplaçables ! 

 

C’est aussi une occasion unique de tout simplement sauvegarder leur diversité et leur présence dans nos paysages…     

Composition1-1421330256

Diversité des insectes et araignées observés pendant trois jours sur un massif de scabieuses à Aix-en-Provence, par Prisca, dans le cadre du programme de sciences participatives Spipoll (Suivi photographique des insectes pollinisateurs).

 

 

Cette campagne est réalisée avec le soutien des éditeurs "nature" proches de tous les pollinisateurs ! Merci à Delachaux et Niestlé et La Salamandre.

 

Partenaires-1424186657

À quoi servira la collecte ?

L'essentiel de la collecte est destiné à financer notre expertise sur les pollinisateur sauvages.

Cette expertise se répartit de la façon suivante : recueil des données naturalistes et des publications scientifiques, validation et évaluation de ces données, rédaction de fiches de synthèse prévues dans le cadre du PNA, coordination de la rédaction... 

 

Sans ce travail d'experts, un tel plan d'action ne pourrait voir le jour, son élaboration étant indispensable à la mise en place d'actions nationales, cohérentes et efficaces en faveur de tous pollinisateurs sauvages.  

 

Titre7-1423835334

 

Cerise sur le gâteau (et sans les insectes... plus de cerise !), en nous soutenant, vous pourrez déduire une partie de votre don de vos impôts car l'Opie est une association d'intérêt général.

Vous pouvez par conséquent déduire 66% de votre don de vos impôts sur le revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable. 

Par exemple, vous donnez 100 euros pour soutenir le projet, vous pouvez déduire 66 euros de vos impôts, cela ne vous coûtera donc au final que 34 euros !

 

 

Thumb_28785_114784471887687_7409129_n-1418223186
Opie_insectes

Une association de protection de la nature et d’éducation à l’environnement spécialisée sur les insectes. Depuis 1969, nous menons des actions nationales pour faire connaitre et protéger ces animaux, et assurer une meilleure prise en compte de leur diversité dans les politiques publiques et auprès de tous les publics.

Derniers commentaires

Thumb_default
De la part de Nicolas Moulin (entomo) pour mon neveu Jérémie Hubert, passionné ! et bravo !
Thumb_default
Bon courage ! Merci pour nos bestioles ailées.
Thumb_default
Votre projet est une étape importante. La question est de savoir s'il sera suivi d'effets par le gouvernement présent et à venir.