Boudu présente

BOUDU

Soutenez Boudu, le nouveau mensuel de société toulousain, plus sérieux qu'il n'en a l'air. En kiosque depuis le 4 novembre 2015.

Large_boudu_com_cartes__glisse__e_s_-1448185746-1448185754

Présentation détaillée du projet

Quelle campagne magnifique !  

 

MERCI !

Notre premier objectif atteint en quelques jours, vous ne vous êtes pas arrêtés là. Semaine après semaine, nous étions éblouis par les nouveaux horizons que vous nous ouvriez. Vous êtes 299 Kissbankers, près de 400 abonnés-fondateurs, la plus belle des communautés de lecteurs.

MERCI

Grâce à vous, la sortie du premier numéro de Boudu s’est accompagnée d'une campagne d’affichage dans les rues de Toulouse. Grâce à vous, le site Boudulemag.com et notre version numérique se sont embellis et développés. L’engouement que vous avez suscité nous a permis d’asseoir notre crédibilité.

MERCI !

Nous allons nous montrer digne de votre confiance. Histoires, personnalités, photographies... chaque mois, nous voulons vous offrir ce qu’il y a de plus beau, méconnu, émouvant. Avec toujours le sourire au coin de la plume !   

 

Boudu est avec vous !

 

 

 

 

 

 

_mg_1080-1444755823

 

Dans le midi toulousain, Boudu est une expression que l'on prononce sans même s'en rendre compte, à tout âge. C'est de la surprise, de l’émotion, de la stupéfaction.

 

LE PROJET

 

Boudu est un nouveau magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, épais de 84 pages, il sera également disponible en version numérique, accompagné d'un site internet.  

 

Il est faux de dire qu’aujourd'hui on ne lit plus. Les lecteurs répondent toujours présent, particulièrement dans la presse magazine, quand l'information n'est pas livrée "brute", sans valeur ajoutée. Boudu a donc fait le choix du contenu.  

 

Mensuel, Boudu mettra l'actualité en perspective au travers d'enquêtes, reportages, récits ou interviews fleuves. Original, BOUDU présentera des parcours et des histoires méconnues, des personnalités et des sujets dont on pensait avoir fait le tour. Dans BOUDU, toutes les histoires ont vocation à être publiées, pour peu qu’elles relèvent de l’aventure humaine.  

 

Chez Boudu, on est sérieux mais décontracté. Ce qui compte c'est le plaisir de la lecture et la connivence avec les lecteurs. C'est davantage qu'un simple magazine que l'on vient chercher : c'est un état d'esprit, un choix de sujets auquel on s'abandonne parce que l'on s'y sent un peu chez soi.     

 

Boudu_cover_identite-1444651253

 

 

QUI SOMMES NOUS ?

 

Presse écrite, photo, édition, web, radio, télé, les quatre associés de Boudu (dont trois se sont rencontrés sur les bancs de l'Ecole de journalisme de Toulouse) ont touché à tout avant de se retrouver, à l’aube de la quarantaine, autour d’une belle idée : écrire le magazine qu’ils voudraient lire à Toulouse. C’est devenu le projet de leur vie. Aujourd’hui, Boudu est une coopérative qui fait travailler huit personnes.

 

Boudu_plaquette_a4_v2_ok-2-1444637074

À quoi servira la collecte ?

VOTRE SOUTIEN NOUS EST ESSENTIEL

 

Parce que notre modèle économique repose en grande partie sur nos ventes, BOUDU a besoin de constituer la plus large communauté de lecteurs possible.

 

-8 000 €, c'est 150 abonnés en formule intégrale : un palier pour démarrer l'aventure. En vous abonnant, vous nous permettez de prendre notre envol et de rester libres. Car, rappelons-le, BOUDU n'est au service d'aucune idéologie ni d'aucun parti politique. Mais nous attendons aussi de vous que vous soyez nos prescripteurs. Nos meilleurs ambassadeurs, c'est vous ! 

 -À 13 000 €, grâce à vous, nous pourrons toucher le grand public par le biais d'une campagne d'affichage dans le Grand Toulouse. (700 € pour l’impression, 11 100 € pour l’afficheur et 2900 € pour notre campagne dans les bureaux de presse).  

-À 18 000 €, vous nous permettez de développer notre offre numérique, six mois plus tôt que prévu. Un site internet soigné (coût moyen d'un développeur/intégrateur : 450 € par jour) et une version digitale améliorée pour une belle expérience de lecture (lecture guidée et enrichissements en post-prod, via notre éditeur Aquafadas).  

-À 25 000 €, vous rajeunissez notre studio photo. Les vieux boitiers pourront partir à la retraite (environ 5000 €), deux nouveaux objectifs arriveront (2000 €) et nous nous doterons d’un studio portable, pour immortaliser partout, par tous les temps (2000 €).  

-À 30 000 €, vous nous permettez de transformer un CDD en CDI et d’anticiper le remboursement d’un de nos emprunts.  

 

 

L'ÉQUIPE

 

Equipe_boudu_72_dpi-1445501043

 

Sébastien Vaissière, 38 ans, associé/rédacteur/boîte à idées, serait l'intello de Boudu si d'aventures on en cherchait un. Il alterne avec bonheur les genres : presse (Toulouse Mag), édition (fondation de PAN - la revue de l'esprit paysan), communication etc.

 

Nausicaa Bulteau, responsable de diffusion/et de beaucoup d'autres choses, est notre soleil pour les rayons des marchands de journaux. Grâce à elle, Boudu va se distinguer.

 

Marc Brunel, 51 ans, responsable de la commercialisation/pas comme les autres, a l'art de la séduction. Il a longtemps compté dans les rangs de TLT. Son secret, très Boudu, c'est la gentillesse.

 

Jean Couderc, 38 ans, fondateur/rédac-chef/gérant, a travaillé pendant 15 ans dans la presse magazine à Toulouse et à Paris (Toulouse Mag, Objectif News, Touléco, l'Argus des Commerces, l'Express). Plus qu'un chef, il est l'animateur de l'équipe.

 

Ledmia Bennama, chargée de commercialisation/qui a du pain sur la planche, est notre petite dernière. Si prometteuse que beaucoup nous l'envient. 

 

Philippe Salvador, 38 ans, associé/rédacteur/sait tout faire, est celui qu'on appelle quand la situation est désespérée. Avant, il faisait de la radio et de la télé (BFM Business, BFMTV), ce qui peut toujours servir.

 

Matthieu Sartre, 38 ans, fondateur/rédac-chef photo/, a aussi un bel emploi du temps. En plus de l'image, il s'occupe de l'administratif, de l'informatique etc. Ses objectifs ont trainé partout (Sud Ouest, Toulouse Mag, M, Géo, Néon, Le Parisien) et ses webdoc sont excellents (https://lc.cx/Z9yr).

 

Et bien sûr...

 

Raquel Munoz, directrice artistique/maquettiste/designer, est celle qui rend tout possible. Ses doigts de fée andalouse révèlent la nature des choses. Elle a aussi de solides notions en communication et publicité. Elle vit à Paris.

 

 

 

 

Thumb_avatar-1444636908
Boudu

Le magazine BOUDU est publié par les Éditions Trente&Un, coopérative de loi 78 créée par quatre journalistes en juillet 2015.

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Suis-je abonné(e) à partir du premier numéro ?

Oui, mais la collecte se terminant le 22 novembre, il vous faudra attendre pour l’avoir dans votre boîte aux lettres ou votre kiosque numérique. Les plus impatients pourront aller l’acheter, car les kiosquiers sont nos amis. Ça ne calera pas mieux, mais ça se lira très bien.

+ Que faire si j'ai plusieurs abonnements à des adresses différentes ?

Surtout ne pas paniquer et attendre que Nausicaa, notre responsable de diffusion, vous contacte par mail.

+ Boudu est-il écrit en Français ?

Oui. Les observateurs auront remarqué un étrange dialecte sur la photo de notre couverture : c’est du Lorem Ipsum, du faux texte pour ne pas dévoiler le contenu du magazine avant l’heure.

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo pour ce projet ! Le meilleur pour Boudu !!!! Francis et Colette
Thumb_default
Longue vie à Boudu!
Thumb_default
Très séduite par votre N°1 (Contenu, Format...) ... j'attends avec impatience le N° 2...