Un voyage d’étude sur différents types de construction en Amérique Latine, un échange entre des étudiants et des habitants, une analyse de diverses situations (construction en montagne, sur l’eau, en bois, en roseau tissé, etc), voici comment décrire le projet de Seif et Sarah, tous deux étudiants en architecture, un en Tunisie, l’autre au Pérou.

Large_image_kisskissbankbank_2

Présentation détaillée du projet

« l’architecte est un missionnaire ; nous devons créer une classe d’architectes qui, avant de rechercher un profit, s’occuperont en priorité d’aider les familles à faible revenu à construire leur propre abri. » Hassan Fathy

 

Imaginez des constructions dites alternatives en bois, en terre, en paille.. Eux ont l’idée, nous on possède quelques connaissances techniques, sociales, économiques et politiques. En mélangeant tout cela, on peut améliorer leurs conditions de vie et essayer d’apporter des solutions pour que leurs maisons ne leur tombent pas sur la tête! Le but est de faire découvrir d’autres situations de vie dans un autre continent et de montrer que l’architecture ce n’est pas seulement des gigantesques centres commerciaux à Dubaï, c’est aussi s’occuper des plus démunis et aider ceux qui n’ont pas les connaissances pour se protéger des séismes, des pluies diluviennes etc. On a aussi envie de porter un autre regard sur ces habitats alternatifs qui sont une richesse et une bonne base. Il ne s’agit pas de faire une apologie de l’auto construction mais bien d’aider et de découvrir à notre échelle.

 

Nous souhaitons nous intégrer à la vie des habitants, les comprendre pour mieux les aider. Pour chaque zone d’étude il sera étudié les critères architecturaux, urbanistiques, socio-anthropologiques et sociopolitiques, l’environnement et les services grâce à une grille d’étude. 

 

Nous pensons commencer par le Pérou, à Lima où Sarah vit depuis un an, pour étudier les habitats en périphérie de la ville « les barriadas » comme on dit ici (quartiers d’auto construction implantés suite à de fortes invasions, sur des terrains instables et délaissés des préoccupations gouvernementales), puis voir les fabricants de maisons préfabriquées en bois et les habitats de carton et bois qui s’installent au-dessus des maisons du centre-ville.

 

 

               

 

On descendrait ensuite vers la région d’Ica étudier les constructions du désert, puis vers la région d’Apurimac voir les maisons en adobe (terre, paille et eau), reculées dans les montagnes.  

 


               

 

Ensuite, nous nous dirigerons vers la jungle de Puerto Maldonado voir des constructions en bois sur pilotis en bord de fleuve.

   

 

 

 

Nous souhaitons nous rendre vers Puno au bord du Lac Titicaca voir l’île Uros où tout est construit en totora (plante) pour savoir si ce n’est qu’un attrape-touristes ou si les gens vivent vraiment ainsi, comprendre le type de construction et le mode de vie. Nous nous rendrons également dans les montagnes voir d’autres constructions type quincha (canne de bambou et boue) ou tapial (terre argileuse) et voir comment ils gèrent le froid.

 


               

 

Nous passerons ensuite en Bolivie sur l’Isla del Sol, étudier le type d’habitat sur cette île, voir comment sont gérées les relations avec la ville, etc. Nous essaierons d’étudier un peu La Paz la capitale pour comparer son modèle à celui de Lima, autre capitale.

 


               

 

Nous irons ensuite dans la région de Santa Cruz de la Sierra, observer un projet en terre et bouteille en verre pour comprendre un autre mode de construction et voir comment celui-ci peut être développé, comparer ses avantages et ses inconvénients. Nous aimerions aller jusqu’au Paraguay, prés d’Asunción la capitale, voir un quartier où des personnes ont lutté pour accéder à des matériaux et à des services. 600 personnes les ont obtenus et mettent en place des constructions solidaires.

 

Nous voyagerons et étudierons durant les mois de septembre et octobre et le mois de novembre sera consacré à la mise en forme d’un documentaire et d’un livre. De plus, nous pensons mettre en place une exposition (photographies, textes, enregistrements).

 

 

            

 


Qui suis-je ?

 

Sarah Barrière est une jeune étudiante en architecture de 25 ans. Après une formation en arts plastiques et  l’obtention du diplôme BTS Design d’Espace (architecture d’intérieur, muséographie, scénographie), elle entre à l’école d’architecture de Toulouse puis  choisit d’effectuer un échange international à Lima au Pérou pour découvrir d’autres situations architecturales et apprendre une nouvelle langue. Persuadée que l’architecture peut aider et trouver des solutions pour les personnes nécessiteuses, elle a choisit d’orienter ses études et son futur métier dans cette voie. Elle a notamment créé la délégation toulousaine de l’association Architectes Sans Frontières et effectue actuellement un stage dans l’ONG Desco à Lima dans la section « amélioration de logement et de quartiers ». Un tel voyage d’étude lui permettrait d’approfondir ses connaissances directement sur le terrain et de comprendre tous ces différents modes de vie pour pouvoir réaliser des projets plus adaptés par la suite et transmettre tout ce qu’elle a pu voir. Le but est réellement de partager, à la fois avec les gens rencontrés dans les pays étudiés, mais aussi avec d’autres étudiants et professionnels au Pérou et en France.

 

 

Seif Bourguiba est un jeune étudiant Tunisien en architecture de 23 ans. Après différentes expériences en animations touristiques et en voyages divers, passionné par le dessin et toute forme d'art, la philosophie et ayant beaucoup d'imagination, il décide de suivre des études en architecture a l'ENAU (à Sidi bou said). Plus tard il s’aperçoit qu'il est fait pour cela, mais décide de ne pas en rester là. En effet, il est aussi photographe, acteur, dessinateur, poète, slammer, DJ, et autres.Etant très actif et sociable, il s'adapte à chaque situation, et a pour but de toujours aller vers l'inconnu. Ayant vécu en Tunisie, pays regroupant différentes classes sociales et après quelques expériences dans l'humanitaire, son but est de mettre en pratique ses connaissances en architecture au service des autres et surtout des personnes nécessiteuses pour arriver à créer un lien entre ces différentes personnes, essayer d’équilibrer la société au mieux, et surtout améliorer la vie des personnes en difficulté. Un tel voyage d’étude lui permettra de partager ses connaissances, et de mettre son savoir au service des plus démunis, mais aussi apprendre de ces personnes, et s'inspirer des différentes cultures du monde afin de devenir un meilleur architecte mais surtout une meilleure personne.

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Un voyage d’étude c’est des kilomètres de bus, des kilomètres de pellicules de film pour éditer le documentaire, des photos pour retransmettre tout ce que l’on a observé, quelques repas à prendre, quelques hôtels pour dormir un peu, quelques stylos et feuilles pour écrire et rèflechir à des solutions, quelques impressions pour laisser des photos, des croquis de plans aux gens, etc.. alors pour tout cela votre soutien et aide sera la bienvenue avec grand plaisir et beaucoup de reconnaissance.

 

Nous avons besoin au minimum de 800 euros pour couvrir 200 euros de dèpenses de logements, 200 euros pour la nourriture, 300 euros pour le transport,  100 euros pour les impressions de photos, documents. Les fonds nous permettront aussi et surtout de mettre en place le livre, le documentaire et l’exposition que nous aimerions realiser et vous faire partager !