Soutenez notre projet étudiant de film documentaire sur l’accès à l’eau dans un quartier précaire à Ouagadougou (Burkina Faso) !

Large_logo1_620x376px-01-1464867512-1464867524

Présentation détaillée du projet

Notre_film-1464888382

Notre projet est de réaliser un moyen-métrage documentaire sur l’accès à l’eau dans un quartier informel de Ouagadougou (Burkina Faso). Nous nous centrerons sur le quartier de Polesgo qui n’est pas desservi par le réseau d’eau public de la ville.  

 

Le but de ce film est de déconstruire des représentations souvent véhiculées sur une Afrique unique, misérabiliste, dépourvue d’eau (cf Teaser), en montrant notamment la manière dont des populations en situation de précarité mettent en place diverses initiatives et stratégies pour s’adapter et font preuve de résilience, dans un contexte de forte pression sur les ressources en eau.

 

P1010957-1464012896   

 

Jamy-1464888572

En partant du constat des clichés qui circulent souvent quand nous parlons de l’eau en Afrique, nous avons eu l’idée de monter un documentaire sans image ou voix-off dramatiques, mais tout simplement en donnant la parole aux personnes qui vivent dans des zones non desservies par le réseau d’eau public.

 

L’équipe du film a choisi le cas du Burkina Faso, et d’un quartier du Nord de Ouagadougou qui se nomme Polesgo. Nous avons effectué des recherches et rassemblé des informations sur ce quartier grâce à Mme Catherine Baron et Mr Moussa Ouedraogo pour comprendre les conditions d’accès à l’eau, que ce soit via des revendeurs d’eau, par des forages privés ou d’institutions ou en s’approvisionnant dans d’autres quartiers.

 

Pitch-1464888679

Le déroulement d’une journée de cinq habitants dans un quartier précaire (qualifié d’informel ou de « non loti »), de Ouagadougou au Burkina Faso, et mise en lumière de leurs interactions autour de l’eau.

Une fontainière, un revendeur d’eau informel, le propriétaire d’un forage privé, une écolière et un imam vivent dans un quartier privé d’un accès au réseau central de distribution d’eau. Tous sont impliqués dans la gestion de l’eau, dans sa distribution, son partage, ses usages, et ils doivent effectuer des choix dans un environnement contraint. Ces personnages se croisent autour du partage de cette ressource vitale. Que signifie l’eau comme bien commun dans un tel contexte ?

 

 

P1010998-1464013329

 

Calendrier-1464888784

Calendrier_logo-1464890749

Après une phase de recherches sur le terrain et d’écriture du scénario, nous avons prévu de tourner le documentaire début septembre en une dizaine de jours.

 

L’équipe sur place sera composée de deux étudiants en film et multimédia, responsables de la prise d’images et du son, de Mme Catherine Baron, chercheure et enseignante à l’IEP de Toulouse et de deux étudiants de l’IEP, chargés de la logistique et de préparer les interviews.

Nous voulons une équipe qui partage ses savoir-faire pour un film de qualité, autant dans la forme que le contenu.

 

Le tournage sera suivi d’une période de post-production jusque novembre 2016 : le film sera donc prêt à être diffusé fin 2016.

 

Diffusion-1464888882

Le film sera tout d’abord diffusé à Digital Campus et l'IEP de Toulouse, mais aussi dans différentes universités et lycées (Lycée la tour des Dames de Rozay-en-Brie (Marne la Vallée), Université Paris-Est Marne-la-Vallée, via l’association étudiante Marne Lang) et dans la ville jumelée avec Ouagadougou ; Loudun, en partenariat avec la mairie.

 

Notre film sera également proposé à la diffusion de différents festivals dans toute la France en 2016 et 2017: comme le Festival International du Film sur les Droits de l’Homme Midi Pyrénées, le Festival (international) de Film sur l’Environnement à Paris, le Festival des Réclusiennes près de Bordeaux, le Festival Séquence Court-Métrage à Toulouse ou le Festival Lumière d’Afrique à Besançon.

 

 

Cache-1464888984

12311320_10207755247616436_7410801939398796002_n-1464013788

 

Manon, Kim, Alice, Manon, Aliénor, Hugo, Juliette et Marie : des étudiants du Master Coopération Internationale et Développement de Sciences Po Toulouse sont les porteurs du projet. Passionnés par la solidarité internationale et souvent occupés à sillonner le globe, nos spécialités sont les mauvais jeux de mots et les réunions de travail raclette. Pour le projet “C’est pas sourcier”, nous sommes en charge des recherches de terrain, de l’écriture du scénario, de l’organisation du voyage et son financement, et la préparation des interviews.

 

Mathias, Martin, Max, Marlene et Guillaume : des élèves de l’école multimédia Digital Campus, qui mettent à disposition leur créativité et leur technique pour obtenir les plus belles images possibles. Parmi ces étudiants se cachent des artistes débridés, des caméramen tout terrain, et des talents de dessinateur et de post-production qui ont rendu le teaser de notre documentaire possible.

 

Christophe Marange : professeur référent du Master Experts en stratégie de communication digital, il est aussi à l’origine du projet.

 

Catherine Baron: professeure à l’IEP de Toulouse et chercheuse spécialisée dans l’aménagement du territoire et la gestion de l’eau en Afrique, elle est une source inépuisable d’informations (sans mauvais jeu de mots) sur Ouagadougou et Polesgo.

 

Moussa Ouedraogo : Enquêteur pour l'Institut de Suivi de la Population (ISSP) du Burkina dans le quartier de Polesgo, il organise l’arrivée de l’équipe de tournage et les rencontres avec les habitants.

 

Partenaires-1464889084

L'Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Toulouse

Digital Campus

Lorenz Bäumer (maison de joaillerie)

Midi-Pyrénées Coopdev (retrouvez notre teaser sur leur site)

 

Et vous !

À quoi servira la collecte ?

Jusqu’à maintenant, la participation de nos écoles et des entreprises qui se sont associées à notre aventure nous ont permis d’acquérir la somme de 4.500 euros. Pour envoyer une équipe complète tourner notre film, il nous manque encore des fonds.

 

Cette collecte a donc pour but de financer le tournage : entre les billets d’avions, les frais quotidiens, la rémunération des acteurs et enquêteurs locaux, nous devons parvenir à réunir 11.500 euros pour pouvoir mener notre projet à son terme. Si grâce à vous, nous réussissons à récolter plus que prévu, nous pourrons emmener dans nos valises un membre supplémentaire de notre équipe pour partager cette aventure !

 

 

 

Budget_photo-1464019643

 

Grâce à vous, nous pourrions compléter notre budget, nous envoler pour le Burkina Faso et mener à bien ce projet !

 

 

P1010964-1464013181

 

 

En_plus-1464889188

Depuis des semaines, toute l’équipe débat du meilleur nom pour notre film. Nous trouvant dans l’impossibilité de résoudre le problème du titre, nous nous tournons vers vous : quel titre vous fait le plus rêver ? Envoyez-nous un message via la plateforme, nous vous tiendrons informés du résultat. Nous sommes aussi ouverts à toutes les suggestions !

 

- Ça ne coule pas de source

- C’est pas sourcier

- Eaux calmes

- Eaux reliées

- Eau-delà

- L’eau déviée

- L’eux dans l’eau

- Les eaux liées

- Ouagaglouglou

- Quartier bleu au Burkina

- Une autre idée de génie ? On vous écoute...

 

Merci !

 

Retrouvez-nous aussi sur Facebook, sur notre page : “C’est pas sourcier” !

 

Thumb_logo1_200x200px-01-1464781860
C'est pas sourcier

Un groupe d'étudiants de Digital Campus et de Sciences Po Toulouse rassemblent leurs talents pour créer un film documentaire sur l'accès à l'eau au Burkina Faso. Nous sommes une équipe passionnée par les questions de développement international et qui veut faire partager cette passion. Donc franchement on est sympas comme tout. Bisous.

Derniers commentaires

Thumb_default
Keep going guys! Dunvel
Thumb_default
Gros bisous Alice. A à la lecture du pitch, ça promet d'être top. J'espère que vous pourrez faire tout ce que vous voulez et même en mieux !
Thumb_default
J'aime beaucoup les titres "eaux-dela" et "ca ne coule pas de source", Bon courage pour votre projet !