Êtes-vous prêts à publier avec nous le carnet d'exil de notre ami afghan ? Les terminales bac pro Aquaculture de l'ISETA en Haute-Savoie.

Large_carnet_d_exil-1474288204-1474288211

Présentation détaillée du projet

Nous sommes 15 élèves en bac pro aquaculture à l'ISETA, un lycée agricole privé dans les Alpes, tous passionnés de pêche, d'aquariologie, de sport, et de sorties entre amis.

 

    Img_3966-1474444664

 

En janvier 2015, notre prof, Aline Nevez, nous propose d'inviter en classe Khairollah, un jeune afghan du même âge que nous, exilé de son pays.

 

                                                           Img_8266-1474444984

Nous acceptons et son histoire nous coupe le souffle... Comment est-ce possible de quitter son pays à pied, seul, à l'âge de 11 ans seulement ? Être orphelin, si jeune, qu'est ce que cela suppose ? Comment supporter de laisser derrière soi un petit frère pour se lancer sur la dangereuse route de l'exil ? Comment est-ce possible d'y survivre en tant qu'enfant, de traverser la mer sans savoir nager ? Impossible pour nous de rester les bras croisés ! Nous aussi, nous avons des petits frères et de s'imaginer le sien, resté seul entouré de toute cette violence... cette idée nous est insupportable!

Khairollah est un miraculé, à sa place nous n'aurions peut-être jamais pu faire ce qu'il a fait.

Nous voulons écrire son histoire, oui, écrire !!  On n'est pas accros aux livres, en général, mais il y a urgence, on va s'organiser, l'interviewer, il faut l'aider !

 

La prof est surprise, elle sourit, nous fait voter, puis accepte... c'est parti !

 

    Khairollah_-_karl_joseph-25-1474530040

    Vincent VIARD, qui a accueilli Khairollah en apprentissage à l'ISETA en octobre 2014

 

 

DEBUT DU PROJET : ON SE JETTE TOUS A L'EAU

                                                                                 

6 heures d'interviews enregistrées le soir après les cours

Touchés par l'expérience de migration de Khairollah à l’âge de 11 ans, les élèves de bac pro proposent spontanément à leur enseignante de l’aider à travers l’écriture d’un livre sur son parcours d’exil. Le projet semble ambitieux, mais l’enseignante accepte de les soutenir et ils se lancent alors dans des interviews enregistrées. L’actualité a involontairement rattrapé le projet et les a renforcés dans leur envie d’écrire ensemble.

 

   Khairollah_-_karl_joseph-5-1474528582

  Résidence d'écriture: les élèves retranscrivent les interviews enregistrées pendant l'année scolaire

 

Les élèves invitent l'écrivain du "Touareg des Neiges"

Nabil Louaar, écrivain engagé et sensible, sera, par la suite, invité pour apporter son appui mais aussi pour faire émerger une réflexion sur les représentations lors d’ateliers d’écriture. L’objectif étant de réaliser un livre mêlant écriture, dessin, photo et cartographie, susceptible de servir de support pédagogique pour parler d’émigration à d’autres jeunes.

 

       Khairollah_-_karl_joseph-9-1474446027

       Nabil Louaar, en séance de travail avec les élèves

 

 

                                       Khairollah_-_karl_joseph-8-1474446056                                                     

 

En mai 2016, Aline Nevez choisit la Métralière comme résidence d’écriture au plateau des Glières, haut-lieu symbolique d’histoire de la résistance ! La Fédération des Oeuvres Laïques s’est associée au projet, en mettant à disposition du groupe ses locaux. Une belle immersion dans un site magnifique, loin de la civilisation, pour se plonger au cœur du projet et finaliser l’écriture du récit. Et un beau coup de projecteur sur l’évènement puisque des journalistes étaient présents : Laetitia Gaudin Lepuil, Karl Joseph et Anne Jochum. Un article est paru sur le magazine La Chronique d'Amnesty international et un documentaire est en cours de réalisation.

 

    Img_3706-1474529529

    La Métralière, centre d'accueil de la FOL pour les jeunes au Plateau des Glières

Img_3695-1475094325

  Nabil Louaar (écrivain invité), Charbanou (médecin iranienne, famille d'accueil), Aline Nevez (enseignante à l'initiative du projet), Sébastien Cisilkiewick (enseignant)

 

La classe, avec l’aide de leur professeur et de l’écrivain Nabil Louaar, est en train de finaliser le manuscrit avant de se lancer dans la publication de l’ouvrage après 2 ans de travail. Le soutien des kisskissbankers les aidera à aller au bout de leur projet et éditer d’avantage d’exemplaires.

 

 

En exclusivité, les élèves vous livrent un extrait du livre. Un texte brut, comme cet exil, une écriture humble mais franche, reflet d'un dialogue de coeur à coeur, entre des ados d'ici et un ado d'ailleurs...

« Tous les soirs, prendre l’argent. Pas beaucoup d’argent. Prendre un peu, pour pas mourir, acheter le billet pour partir de chez moi. Je suis arrivé à la gare, le passeur m'a dit « t'es où ? ». On doit se cacher, courir, parce que la police  est devant l’entrée du parking. Un 4x4 est arrivé, le passeur a peur. Je veux pas monter dans le 4x4, il sort un couteau, il me frappe, pas de place dans le 4x4. Je monte, il faut que je tire fort sur la poignée, sinon le coffre s’ouvre et on tombe… On arrive à la frontière, la police nous tourne autour. Elle a arrêté la voiture. Des gens avec des diplômes de docteur sont avec moi. La police s'en fiche, elle les tue; on repart à 23h. J'ai cru que la voiture allait tomber dans le ravin, mais ils ont l’habitude de conduire comme des fous sur ces routes défoncées. Une fois à la frontière, la police veille. On attend le soir. Quand je marche, il y a du vent, du soleil très chaud, le sable monte sur mon visage... »

Khairollah avec Ben, Michel, et Marius

 

Écoutez un extrait d'une séance de travail des élèves et de Khairollah

 

 

Leur souhait le plus profond est de soutenir Khairollah avec ce livre, mais aussi d’aider son jeune frère resté seul au pays. Pour Khairollah, c’est aussi lui permettre de tourner la page, se tourner vers l’avenir.

 

C’est un jeune courageux, souriant et d'une grande douceur, habité par un immense désir de vivre. Il a appris le français rapidement et vient tout juste de décrocher son diplôme de CAP « maintenance des bâtiments » ainsi qu’un emploi en cdi!

 

 

 

UN GRAND MERCI !

 

La classe de Terminale Bac pro Aquaculture

Aline Nevez, Enseignante en Éducation socio-culturelle et anglais

et Angèle Facy, coordinatrice Coopération internationale

 

© Photographies Karl Joseph et Aline Nevez

 

Projet soutenu par la Région Rhône-Alpes et le réseau EADRSI Education Au Développement Rural et à la Solidarité Internationale de l'enseignement agricole privé

 

À quoi servira la collecte ?

Grâce à vous, la collecte nous servira à imprimer 1000 exemplaires du livre afin de diffuser autour de nous un message d'espoir et de solidarité.

 

Les 3000€ correspondent au devis de notre imprimeur.

L'écriture, les illustrations et la mise en page sont effectuées par le service communication de l'Iseta.

 

Kisskissbankers, si vous nous aidez à dépasser l’objectif financier initial, nous aimerions réaliser un documentaire vidéo de 10-15min.

 

UN TRES GRAND MERCI A TOUS!!!

 

 

Thumb_avatar-1474537312
ISETA74

Les élèves de Bac pro Aquaculture étudient en Haute-Savoie au sein de l'ISETA, Institut des Sciences de l'Environnement des Territoires d'Annecy. Nous sommes à la fois collège, lycée et école supérieure, proposant des formations spécialisées dans les métiers liés à la nature et au territoire (eau, paysage, forêt, aquaculture, aménagement, service en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonjour, sauf erreur de ma part, je n'ai pas reçu de vos nouvelles depuis le versement de ma contribution. Je suis très heureux que vous ayez atteint et dépassé votre objectif. Dans l'attente, Bien cordialement
Thumb_default
Bravo à vous tous de ce beau projet.
Thumb_default
Félicitations pour cet exemple de solidarité et fraternité. Cordialement Arthur Porto