Aider la Lust Compagnie pour qu'elle puisse réaliser sa nouvelle création intitulée " Catena ".

Large_cat_na_afiche_kiss

Présentation détaillée du projet

20100914-0057Entre danse et théâtre

 

Catena trouve son origine dans l’observation du quotidien de la ville, et plus particulièrement de l’étrange microcosme du métro parisien. Cette scène où se croisent tous les âges, toutes les origines et les catégories sociales, est comme un reflet de la Vie.

 

Initiateur du projet, Sylvain Dufour est passé de l’observation à l’écriture. Son texte, intitulé Caténaire, a fait l’objet d’une première mise en scène adaptée à l’interprétation de 58 lycéens, dans le cadre d’une option théâtre menée par Karine Tanneau (Professeur de lettres au lycée Jean Giraudoux de Châteauroux).

 

Parallèlement, imprégné du texte Centre ville de Dominique Sampiero, des visionnages de Paris de Raymond Depardon et des Ailes du désir  de Wim Venders, l’auteur a mené des expériences d’improvisation théâtrales/dansées dans l’espace public  (Colonnes de Buren au Palais-Royal, jardin des Tuileries, etc...).

 

Au final est née l’envie d’aller plus loin dans l’écriture et la mise en scène de Caténaire, pour aboutir à une création centrée sur la spatialisation du texte avec performers, danseurs et comédiens professionnels…

 

 

Intentions

 

A travers nos petites musiques internes qui rythment nos journées,

A travers ces paysages des villes,

A travers des solos adressés comme des témoignages,

A travers nos pensées, notre monde intérieur,

A travers nos souvenirs enfouis,

A travers nos gestes contenus,

 

Parler de la ville, d’un lieu où nous nous retrouvons, d'un lieu « reflet de Vie » rempli d’existences, de biffures d'existences. Parler de nos solitudes, de nos bulles. De nos petites cases, de nos conventions, de nos chemins tous tracés, de nos circulations, de nos origines. De nos errances et de nos rêves.

 

Des solos, des monologues comme autant de pépites d'humanité disséminées ça et là, dans une partition de mouvements et de marches contraintes.

 

Des voix. Des mots. Des variations. Des répétitions.

Des constructions et déconstruction. Des fragments. Un puzzle. Un espace sans cesse en mouvement.

 

20100914-5308

 

Une architecture au carré

 

Le carré est à la base de l’architecture du spectacle, à l’image de celle des villes antiques. Il est symbolique des quatre grandes périodes d’une vie - l’enfance, la jeunesse, la maturité́, la vieillesse – autour desquelles Catena s’articule.

Dans sa dimension spatiale, la création prend vie sur une scène carrée de 8 mètres sur 8, dans lequel viennent prendre place 24 chaises différentes (comme autant d’individualités ?). La représentation symbolique d’une rame-monde de métro.

 

Les quatre parties sont en lien avec des figures géométriques (le carré, les cercles, puis les sphères et les bulles) , comme un évocation  furtive de l'œuvre du philosophe allemand Peter Sloterdijk et de sa trilogie Sphère, qui traite de notre intériorité et du lien que nous tenons avec l'extérieur...

 

 

Une partition chorégraphique

 

Le spectacle évolue autour de la variation / répétition de phrases chorégraphiques, de gestes quotidiens retravaillés et de leurs distorsions, dans un mouvement dansé constant.

Au cœur du travail chorégraphique, les notions de flux, d’allers et retours répétitifs… Et l’insertion de solos travaillés à partir du vécu de chaque interprète, de leur vie dans la ville, de leur trajet du matin et/ou de leur manière d'être, comme autant d’influences sur leur façon de donner à voir le mouvement.

Les textes et la musique rythment l’interprétation de nombreux tops de départ, d'arrêts, d'actions à mener, de phrases chorégraphiques à entamer.

 

 

Manières de dire et langages des corps

 

Le texte ne se veut pas tout le temps intelligible : il est musique. On l'écoute, on surprend certains mots, chacun en tirera des bribes différentes. C’est un texte plutôt poétique, qui n’a rien de linéaire et qui se veut vecteur d'émotions. L'homme cherche sa liberté dans la jungle des villes... Partir d'un réalisme dans le jeu, pour aller vers une corporalité évocatrice de rêves, ou de cauchemars...

 

Cat_naire_3

Sons et lumières

 

A partir d’une bibliothèque de sons prélevés avec un dictaphone dans le métro parisien, Philippe Jules, créateur sonore, a composé des atmosphères qui complètent les textes et les moments de corps.

Quant à la lumière, elle est insérée dans la partition chorégraphique. Dans certaines partitions la lumière est notifiée. Elle est indissociable et a un vrai sens dramaturgique : ce que l'on montre, quelle lumière on met sur les choses qui nous entourent, sur qui nous la mettons… 

 

 

 

L’équipe et présentations 

 

Metteur en scène - Chorégraphe et Scénographe : Sylvain Dufour

Metteur en scène-chorégraphe-scénographe de la Lust Compagnie , il mène un travail de création  danse-théâtre avec  des professionnels et l’option théâtre du lycée Jean Giraudoux  au sein de la Scène nationale de Châteauroux depuis 2007

Il est scénographe et interprète pour la Compagnie Un soir Ailleurs - Claire le Michel depuis 2009 ; Assistant à la mise en scène, scénographe et interprète Pour Jérôme Marin.

Il est maquilleur et interprète pour Aurélien richard (Compagnie Liminal) et pour Pierre Cottreau et geisha Fontaine...

 

Performers :

 

Christine Caradec est artiste chorégraphique.

Après avoir obtenu une maîtrise de danse à la Sorbonne, un Diplôme de perfectionnement en notation Laban au CNSMDP et être lauréate du concours de Professeur d’Enseignement Artistique en danse contemporaine, son parcours sera pluriel : enseignement, créations, travail d’interprète et notation. 

Elle travaille avec Aurélien Richard depuis 2005, développe avec lui un travail de recherche sur l’utilisation de la notation Laban dans le processus  de création chorégraphique et est à ses côtés en tant qu’interprète, assistante et notatrice pour Hoketus, Limen, Liminal, Noces/Quatuor créé à DanzFabrik en mars 2013 et Interférences créé pour Extensions à Toulouse en juin 2013.

 

Edouard Pelleray est artiste chorégraphique

Originaire de Nantes, Edouard Pelleray fait ses études chorégraphiques au

CNSMD de Lyon et à la Korean National University of Arts à Séoul. 

En 2006, il obtient son Diplôme d’Etat en danse contemporaine, puis prend

part à divers projets avec notamment les chorégraphes Yan Raballand (Cie

Contrepoint), Dominique Brun, Noëlle Simonet/Jean-Marc Piquemal (Cie

Labkine), et Béatrice Massin pour la Cie Fêtes Galantes.Sa collaboration

avec Joanne Leighton continue notamment en 2010 pour la reprise de

Display/Copy Only, pour le projet Made in...Série et la création d’un nouveau

Modulable. Il participe également en 2012 à sa nouvelle pièce Exquisite

Corpse. En 2013, il poursuit sa dernière année d'études en Labanotation,tout

en participant à la création Noces/Quatuor d'Aurélien Richard/Cie Liminal.

2014 annonce sa participation à la reconstitution du Sacre du Printemps

de Vaslal Fomitch Nijinski, dirigée par Dominique Brun.

 

Camille Cau est artiste chorégraphique

Originaire de Montpellier, Camille étudie les beaux arts parallèlement à la danse à Montpellier. Elle remporte le 1erPRIX National et le 2éme PRIX Européen style “Contemporain” au concours de la Confédération Nationale de la Danse, style “Contemporain”2000 et 1er PRIX National Montluçon 1998 .

Sa formation l'emmène à l'école "Epse danse" à Montpellier puis à cannes chez Rosella Higthower, elle détient son diplôme EAT section jazz et contemporain en 2001, elle continue de se former au RIDC avant de rejoindre l'école Alvin Ailey New York. EN 2008,Camille a son diplôme d'état de professeur de danse.

Elle mène un travail personnel mais danse également pour Alban Richard, David Drouart, Jean-Claude Gallotta et Virginie Mirbeau...

 

Fanny Brancourt est artiste chorégraphique.

Fanny commence son parcours de danseuse de manière autodidacte à Rennes, il s' enrichit de différents univers d’artistes tels que Catherine Diverres, Fabienne Compet, Loïc Touzé, Nicole Ponzio, Pierre Doussaint, Martine Harmel, Angels Margarit… A l’âge de vingt ans, elle rencontre Morgane Rey et la compagnie Erébé Kouliballets et découvre une gestuelle métissée d’inspiration africaine. 

Arrivée à Paris il y a une dizaine d'années, elle continue de se former en danse contemporaine, en danse afro-contemporaine ainsi qu'en improvisation.

Le désir de lier le travail corporel au verbe s'est  alors manifesté et concrétisé par la rencontre avec Martine Harmel autour de la

danse-théâtre et le travail du metteur en scène Valéry Forestier.

 

Virginie Baudouin est artiste dramatique.

Comédienne diplômée des Cours Florent, elle obtient le Prix Jacques de la meilleure interprétation de groupe pour "Au fond du bois" d'Eric de Volder. Par la suite, elle se sensibilise à la mise en scène au Conservatoire régional d'art dramatique de Bourg-la-Reine et obtient son Certificat d'étude théâtral en 2009.

 

Création lumière : Niko Lamatière est créateur et régisseur lumière. 

Son parcours oscille entre éclairage de spectacles de danse, théâtre et concerts.

Il a travaillé pour la scène nationale de Châteauroux puis pour des compagnies comme la Bolita , Le Rêveur du Temps fou… Il rejoint des structures qui l'amènent à travailler pour les concerts de Thomas Fersen, Arthur H,  ou même Babx….

 

Création sonore : Benoist Bouvot est musicien et compositeur.

Il commence par délaisser le violon dès son plus jeune âge. Après un léger tâtonnement il se tourne vers la guitare. Instrumentiste aux côtés de nombreux improvisateurs et musiciens de la musique dite contemporaine ou rock, il croise Didier Aschour, Kristof  K Roll, Rys Chattam… Il rencontre aussi la composition au travers de diverses formations avec lesquelles il édite quelques disques ("Les fourmis meurent aussi", "Fonetik", "Prosodie").

En 2005 il se met à écrire des musiques de scène pour le théâtre en rencontrant Alain Béhar et le documentaire avec Virgile Loyer et Damien Mac Donald ou la danse, et travaillera notamment avec Eric Ouzelot, Viviane De Muynck, Catherine Boskowitz, Denis Lavant, Dieudonné Niagouna, Christophe Haleb…

Il partage aujourd’hui son temps entre l’écriture pour la scène et des collaborations musicales dans de nombreux styles.

 

Recherche sonore : Philippe Jules

 

   

coproduction :

Coproduction Equinoxe, scène nationale de Châteauroux.

 

 

soutien et périodes de travail :

Prêts de studios :

Le Centre National de la Danse (durant 2013 et 2014)

L'éco-quartier de la Ville d'Uzerche (automne 2013)

Le Prisme (mai 2014)

La Briqueterie - Centre de développement chorégraphique du val de Marne (Fin juin et début juillet 2014)

La Ménagerie de verre (octobre 2014)  

La Scène nationale d'Orléans (octobre et novembre 2014)

Emmetrop friche culturelle de Bourge. 

 

Les dates :

 

- Première le 6 et deuxième le 7 novembre 2014 à la Scène Nationale d'Orléans

- reprise à l'été 2015 au Domaine de Sédière

- une date saison 2015-2016, à Equinoxe Scène Nationale de Châteauroux.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Votre aide nous a permis de récolter 5000 euros !

Nous vous en remercions vivement !

 

Il nous manque en réalité environ 15000 euros donc n'hésitez pas à continuer à donner...

 

A partir de maintenant, votre aide nous permettra :

- de faire déjeuner les artistes pour certaines résidences (nous sommes entre 6 et 9)

- de louer des camions pour transporter la scénographie,

- d'acheter des accessoires et du maquillage / élément de costumes spécifiques

- d'acheter des matières premières de la scénographie

- de communiquer autour du projet 

 

 

Votre aide nous a permis 

- l'achat et/ou la confection de costumes (environ 2000 euros)

- construction de la scénographie (environ 2000 euros)

- achat d'un micro HF (environ 1000 euros)

 

 

Corrig__saut

Thumb_img_4230
sylvain dufour

Sylvain Dufour : Metteur en scène-chorégraphe-scénographe de la Lust Compagnie , il mène un travail de création danse-théâtre avec l’option théâtre du lycée jean Giraudoux (textes de Eugène Durif, Xavier Durringer, Denise Bonal…) au sein de la Scène nationale de Châteauroux. Par cette même compagnie il met en scène Promenade de Noelle Renaude, et... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
bon courage à toi Sylvain et à toute l'équipe qui te suit dans ce projet, j'y participe un peu financièrement bien entendu, dans l'espoir que tu aboutisses à ce projet d'envergure, bises à toi de nous 4 dans l'hérault
Thumb_default
Voilà un dernier coup de main pour ton beau projet de création on y croit et on aimerait voir cela à Sédières amitiés Théo
Thumb_default
Et voilà mon Syl j'ajoute quelques plumes à tes ailes... Tendresse. Anne-So