Une réflexion sur les racines communes des religions du monde mêlant conte et danse contemporaine métissée. Spectacle et ateliers pour tous!

Large_cnpds_hand_low

Présentation détaillée du projet

Nous avons atteint notre objectif de collecte et tenons à remercier encore tous nos généreux donateurs ! 

Cependant, le projet a encore besoin de votre soutien... Vous pouvez toujours apporter votre contribution, et recevoir les mêmes contreparties, en faisant un don par virement bancaire sur le compte de l'asbl Transe-en-Danse : 523-0802681-81  

Communication : Don Nos Terres

 

Le spectacle « Ce n’est pas du sable, mais on ne le saura qu’après » rassemble des artistes et une équipe de cultures et de convictions spirituelles différentes, originaires de Belgique, de France, d’Italie, du Burkina Faso, mais aussi d’Haïti, des Pays Bas, de Lybie, du Maroc, du Rwanda et du Congo, autour de recherches artistiques et philosophiques basées sur la pluralité des lectures possibles de l’actualité et de l’Histoire.

Sur base de cette rencontre interculturelle et inter-convictionelle, la création du spectacle mêle conte et danse contemporaine métissée, pour aborder la question des racines communes des différentes formes de spiritualité du monde, en réponse aux conflits inter-religieux.

 

 

 

Le projet comprend 3 volets :

Création

Diffusion internationale

Animation d’ateliers pédagogiques auprès d’un public jeune et/ou défavorisé

 

1/ Une création 

 

HUMANISTE

 

L’objectif de ce projet est de mettre en valeur ce qu’il peut y avoir d’universel dans le rapport à la spiritualité, afin de rappeler à nos mémoires un socle commun d’humanité, au-delà des normes et des dogmes qui peuvent nous enfermer et nous faire construire des murs face à nos voisins.

Nous nous basons sur l’analyse de symboles et de textes religieux, mythiques ou sacrés, tirés non seulement des trois religions du Livre, mais aussi du bouddhisme, de l’hindouisme, du soufisme, des philosophies amérindiennes, celtes, animistes et autres… aussi bien que de récits populaires du monde (contes, mythes et légendes).

 

Img_8465

 

b) INTERCULTURELLE

 

La Cie Transe-en-Danse crée des spectacles sur base d’une démarche très spécifique : Les artistes participant à ses projets sont d’origines culturelles différentes et pratiquent des disciplines artistiques diverses. Ils ne se connaissent pas au départ et c’est leur rencontre, à la fois artistique et culturelle, qui créé chaque nouveau spectacle, donnant lieu à une forme d’expression très métissée, tant dans le fond que dans la forme.

 

L’équipe artistique, technique et administrative rassemble des personnes de 10 nationalités différentes, originaires ou résidant dans chacun des quatre pays partenaires de ce projet (Belgique, France, Italie, Burkina Faso)

 

 

Sans_titre

Sans_titre2

 

2/ Une diffusion INTERNATIONALE

 

Le spectacle « Ce n’est pas du sable, mais on ne le saura qu’après » est lui-même une partie du projet européen de coopération culturelle « NOS TERRES » que la compagnie Transe-en-Danse mène en collaboration avec plusieurs partenaires internationaux :

Le Centre Interculturel Mondinsieme – Reggio Emilia (IT)

La Cie NGamb’Art – Paris (FR)

D’autres partenaires sont associés au projet :

La Cie Ladon  et l’association Face O Sceno – Ouagadougou (BF) La Cie Corp’Art – Bordeaux (FR) L’association Malaki MaKongo – Reggio Emilia (IT) - le CEJI - Bruxelles (BE)

 

Nos_terres

 

Ce projet envisage la production artistique et culturelle comme un moyen privilégié de susciter la rencontre et l’interaction sociale entre les différentes communautés présentes en Europe, pour une meilleure compréhension les unes des autres, et donc une meilleure cohabitation.

Notre partenariat Europe/Afrique découle d’une préoccupation commune autour de la question des préjugés et du dialogue interculturel, et de notre intuition que dans ce domaine, l’art a le pouvoir de toucher le public de manière sensible.

 

La diffusion du spectacle est prévue dans chacun des pays partenaires :

- en Belgique à partir de fin janvier 2014 (à Bruxelles et en Wallonie)

- en Italie en mars 2014 (à Reggio Emilia)

- en France en septembre 2014 (à Bordeaux et peut-être à Paris et en région toulousaine)

- au Burkina Faso courant 2014 (à Ouagadougou et dans les provinces)

 

Ces 4 pays représentent chacun un contexte très différent de relations entre l’Eglise et l’Etat (Chrétienté en Italie, Laïcité en France, « Meltingpot » en Belgique et Islam modéré cohabitant avec Christianisme et Animisme au Burkina Faso). Le rapport à la foi, à la religion et à la spiritualité étant par conséquent très différent dans ces 4 pays, le  dialogue qui naîtra à ce niveau entre les jeunes belges, italiens, français et burkinabés est une richesse inhérente au projet.

 

Sans_titre

 

3 / Une pédagogie INTERACTIVE

 

Dans un monde où la perte de repères s’accélère, nous souhaitons en effet aller à la rencontre de publics jeunes ainsi que de publics qui n'ont généralement pas accès à l'Art, pour chercher avec eux, via la pratique artistique, quels sont les repères qui peuvent faire sens pour tout le monde, afin de pacifier les relations, les regards, et promouvoir le dialogue interculturel.

 

Le projet comprend ainsi des ateliers pédagogiques et artistiques de sensibilisation au dialogue interculturel et religieux à destination d’élèves du secondaire/lycées et de publics fragilisés. Le spectacle servira de support d’échange et de réflexion pour ces ateliers, dans chacun des 4 pays.

 

Pour ce volet pédagogique, nous sommes également en partenariat avec le CEJI (Contribution Juive pour une Europe Inclusive) à Bruxelles, qui a mis en place le programme européen de sensibilisation à la diversité des croyances et des valeurs intitulé BELIEFORAMA pour lutter contre toutes les formes de discrimination (islamophobie, antisémitisme, homophobie et autres).

 

Img_5469

 

L’EQUIPE

 

Direction artistique

Coline BILLEN : Conception, Chorégraphie et Interprétation (Belge d’origine slave)

Soumaïla  ZOUNGRANA : Mise en scène (Burkinabé)

 

Ecriture

Harvey SMITH : Professeur de religion, détenteur d’un DEA en Anthropologie (Belge d’origine haïtienne)

 

Dramaturgie

Bart WALTER : Comédien et Clown (Hollandais)

 

Regard Chorégraphique

Delphine MAUREL : Danseuse (Française)

 

Création et interprétation

Natalia VALLEBONA : Danseuse (Italienne)

Dramane OUATTARA : Danseur (Burkinabé)

Oliviero VENDRAMINETTO : Conteur et Musicien (Italien né en Belgique vivant en France)

 

Scénographie

Yssouf YAGUIBOU : Scénographe (Burkinabé)

Céline DE VOS BRINDEAU : Assistante scénographe (Franco-Belge)

Omar SEMATI : Technicien décorateur (Belge d’origine marocaine)

 

Costumes

Erika Forest (Belge)

 

Musique

Grégoire TIRTIAUX : Musicien compositeur (Belge)

 

Photographie

Nizar BREDAN : Architecte et Photographe (Belgo-Lybien)

 

Equipe technique

Grégory DE SCHAETZEN : Directeur technique (Belge)

Charles HOEBANX : Création lumières (Belge)

Sylvain FORMATCHE : Création Lumières (Français)

Raphaël WATELET : Son (Belge)

 

Assistante logistique

Valentina Fanoni (Italienne)

 

Equipe administrative

Fabienne AUDUREAU : Administration et Production (Française)

Maria DEBUISSON : Diffusion (Belgo-Rwandaise)

Francesca PALAZZOTTO : Communication et traductions (Italienne)

 

En Italie 

Nicoletta MANZINI (Italienne)

En France

Kevin KIMBENGUI (Congolais)

 

LA CIE TRANSE-EN-DANSE

 

L’association Transe-en-Danse veut promouvoir le dialogue interculturel et le développement d’une culture de la non-violence et de la citoyenneté active. Elle cherche à sensibiliser le public aux rapports Nord-Sud et au rôle que chacun peut jouer dans l’évolution du monde, en faveur d’un développement durable et d’un monde vivable pour tous. L’association poursuit ces objectifs par l’initiation, la pratique et la création artistique, mais aussi par tous les aspects possibles de l’éducation non formelle, et à travers tous cadres d’échanges interculturels.

 

La compagnie organise des ateliers créatifs et des stages et cours de danse et de conscience corporelle destinés à différents publics, adultes, ados, enfants. Elle anime par ailleurs régulièrement des ateliers auprès de publics fragilisés (jeunes en décrochage scolaire, adolescents de quartiers, primo-arrivants, demandeurs d’asile en centres d’accueil, femmes victimes de violences…)

 

Créée en 2002 et dirigée par Coline Billen, chorégraphe et licenciée en anthropologie, la compagnie Transe-en-Danse a, en termes de création artistique, un total de 9 spectacles à son actif.

 

Où nous rencontrer :

Au bureau : Rue des Tanneurs 77, 1000 Bruxelles

Le 23 mars 2014 à Reggio Emilia, Italie (Action Week Against Racism) et à Aterballetto.it

 

Pour nous suivre sur le net :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Transe-en-Danse/220552017997913

Site web : http://www.transe-en-danse.be

Blog : http://transeendanse.wordpress.com

 

Photos et vidéos sur www.transe-en-danse.be

À quoi servira la collecte ?

En avril dernier, nous avons vu notre projet retenu par le Programme de Coopération Culturelle (1.2.1) de l’Union Européenne. C’est pour nous un honneur et une grande fierté, mais aussi un très gros défi financier. Car la Commission Européenne nous accorde un financement paritaire de 50% des coûts totaux de notre projet, c’est à dire que ce soutien est conditionné par notre obtention, par ailleurs, de l’autre moitié du budget total.

 

Par conséquent, chaque euro collecté grâce à vous sera d’autant plus précieux qu’il vaudra en fait double !

 

C'est pourquoi nous faisons appel à vous afin de soutenir ce projet porté par des jeunes pour des jeunes, et avec lui une certaine forme de spectacle, engagé, citoyen et solidaire.  Le soutien privé représente pour nous un apport financier indispensable, qui emmènera notre projet au-delà de cette reconnaissance officielle, et  nous permettra de partager cette expérience avec vous !

 

Le projet total (sur 18 mois et 4 pays) présente un budget total de 150 000 euros, dont la moitié nous est acquise si nous trouvons ailleurs l’autre moitié.

Si les 7 500 euros que nous fixons ici comme objectif de collecte sont atteints, en tenant compte du financement paritaire européen, c’est 10% du budget global qui sera en fait acquis (soit 15 000€) !!!

 

Cette part, qui peut entre autres être la vôtre, nous garantira la possibilité de créer le spectacle qui est la base de tout le développement pédagogique du projet. Si le spectacle existe, le reste (ateliers de sensibilisation au dialogue interculturel en Belgique, en France, en Italie et au Burkina Faso) pourra suivre, même à plus petite échelle.

 

Nous souhaitons ainsi utiliser les fonds collectés pour nous aider à financer

                                            

Les derniers frais de production : 2 000 euros

Matériel technique et scénographique, transport du matériel/décor, enregistrement musical

 

Une petite contribution aux nombreux salaires/défraiements des artistes, scénographes, régisseurs et administrateurs qui travaillent sur le projet depuis septembre 2013 : 3500 euros

Un tel projet ne peut se faire sans l’investissement humain des artistes professionnels, des administrateurs et des techniciens, qui ne comptent pas leur temps et se donnent corps et âme depuis la conception du projet. Cette équipe (20 personnes) est  indispensable à l’existence de ce projet, et il s’agit d’une activité professionnelle exigeante, qui appelle une reconnaissance dont ils doivent pouvoir vivre.

 

De nouveaux ateliers pédagogiques dans les écoles secondaires en Belgique : 2 000 euros

Les ateliers, échanges internationaux et formation à l’interculturel que le projet permet auprès des jeunes et publics des différents pays concernés éveille un grand intérêt auprès des écoles, qui sont souvent fort intéressées mais déclinent l’aventure à regret, limitées par le budget qu’implique l’accueil de ces activités. Grâce à votre soutien financier, nous pourrons nous permettre de demander une participation moindre aux écoles pour couvrir le matériel et l’impression des supports pédagogiques, les transports de l’équipe, et ainsi rencontrer beaucoup plus de publics.

 

Si nous avons la chance de dépasser notre objectif de collecte de 7 500 euros, les possibilités d’ateliers pédagogiques avec les jeunes seront décuplées, et avec elles l’impact même du projet.

Ainsi, nos efforts collectifs permettront aux publics et aux jeunes de 4 pays de se rencontrer, rire, réfléchir et dialoguer autour d’une création artistique professionnelle sur la question de l’universalité du rapport à la foi et à la spiritualité, accessible aux publics même défavorisés.

 

Chaque euro compte, n’ayez pas peur d’être modeste !

Ce que vous ferez sera déjà beaucoup.

 

Sans_titre3

 

Thumb_389773_10151281339420388_1119487398_n
Transe-en-Danse

Créée en 2002 par Coline Billen, la démarche socio-artistique de la compagnie Transe-en-Danse est basée sur la rencontre. A la fois artistique et culturelle, celle-ci donne lieu à une forme d’expression très métissée, tant dans le fond que dans la forme. Co-fondée en 2008, l’association Transe-en-Danse a pour but de promouvoir le dialogue... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Nos amitiés et nos encouragements à Fabienne Audureau !
Thumb_default
Salut Coline! Super chouette projet dis donc, j'espère que vous aurez la somme qu'il vous faut. Je croise les doigts! Bisettes, Catherine
Thumb_default
Bravo Colline, ça m'a l'air génial ton projet. Tu vas y arriver ! Je t'embrasse. Gille