La Salomé Théâtrale Cie ( assoc loi 1901 : dons déductibles des impôts à la hauteur de 66%) souhaite créer cette comédie cruelle sur le monde de l'édition et les déboires d'un écrivaillon venu harceler dans son bureau une célèbre éditrice. Nous présenterons d'abord des lecture-spectacles à des directeurs de théâtre ainsi qu'à des Villages du Livre.

Large_affiche2

The project

 

Le sujet de la pièce

 

Ce qu'il nous faudrait c'est un éléphant est une comédie grinçante sur le monde de l'édition, sur le désir et les désillusions.

 

Pitch : Une éditrice parisienne, Dorothée Wallace, est retenue contre son gré dans son bureau par Pierre Friquet, un écrivaillon dont le roman a été refusé. Un 3ème personnage, l'Ecrivain, intime de l'éditrice mais en perte de crédibilité littéraire cherche désespérément à la joindre et croisera dans son errance la route de Sophie, l'amoureuse de Pierre Friquet bien décidée à ramener ce dernier à la maison.  

La naissance de la pièce

 

J'ai d'abord pensé au personnage de l'éditrice recevant jour après jour des tonnes de manuscrits tous plus illisibles les uns que les autres et qui se met à désaimer son travail de dénicher un grand écrivain. Comment vit cette éditrice ? Ce qu'elle aime lire ? les regrets, les illusions aussi et puis les compromissions avec les écrivains publiés mais un peu médiocres comme mon personnage de l'écrivain : 

et puis naturellement est venu comme un miroir un de ces auteurs de manuscrits refusés, Pierre Friquet, à l'étroit dans sa vie et qui se met à rêver à tout et à rien, grâce au roman qu'il a réussi à écrire ... mais de là à réussir à le publier ... Est qu'un refus de trop a fait déborder le sac à patience de mon écrivaillon  ?...

 

extrait de la pièce :  Tard le soir, Pierre Friquet débarque dans le bureau de l'éditrice

 

Pierre : J'attendais le moment précis pour entrer dans votre bureau ... très compliqué de sentir si ce moment est arrivé ou pas. Avant ça ne va pas et après ça ne va plus.

Dorothée : Je ne vous ai pas entendu frapper.

Pierre : C’est tout naturel puisque je n’ai pas frappé avec la porte ouverte. Je me tiens là depuis un petit moment, vous êtes tranquille là, seule dans la maison d’édition.

Dorothée : Qui êtes-vous ?

Pierre : Avant d’entrer j’avais une de ces trouilles, j’y vais, j’y vais pas, je vous regardais, je ne vous avais jamais vue d’aussi près et finalement je suis là.

Dorothée : Que puis-je faire pour vous ?

Pierre : J’espère que je ne vous ai pas effrayé.

Dorothée : Mais non, un peu surprise.

Pierre : J’ai failli me dégonfler et faire demi-tour. Enchanté, (il va pour lui serrer la main) Pierre Friquet. (silence) Vous m’avez dit : quand vous passerez à Paris … vous viendrez me voir.

Dorothée : Votre nom ne me dit rien.

Pierre : C’est bien pour ça que je me suis déplacé jusqu’à vous.

Dorothée : Nous n’avons pas de rendez-vous.

Pierre : Je suis venu pour dissiper notre malentendu Madame Wallace.

Dorothée : Je suis confuse.

Pierre : Tant mieux. Je me suis dit, allez, fais un effort, ne reste pas dans ton coin. (Silence) Ces gens ont un coeur comme toi, ils pleurent, ils rient. Pour quelques uns, le coeur est devenu un encombrant dont il faut se débarrasser. Après tout, ces gens-là sont comme toi n’est-ce pas ?

Dorothée : Comme moi ?

Pierre : Je ne me permettrais pas de vous tutoyer. J’aime autant conserver une distance entre vous et moi, la grande éditrice que vous êtes et l’écrivain que je suis. J’ai écrit un roman.

Dorothée : Il a écrit un roman. Bravo.

Pierre : Que vous avez adoré.

Dorothée : Que j’ai adoré ?

 

 

Extrait de « Ce qu’il nous faudrait c’est un éléphant » comédie d’Emmanuelle Florquin

 

Ce qu'Il Nous Faudrait c'est un Eléphant ... Pourquoi ce titre ?

C'est le rêve de mon éditrice, un éléphant dans son bureau. En hommage à l'auteur des Racines du ciel, la Vie devant soi et d'autres chef-d'oeuvres, et à une lettre écrite à l'attention d'un éléphant ... l'image de l'éléphant, symbôle de notre quête de la liberté et du droit à l'existence et qui mieux que la littérature (et ses nombreux éléphants) nous ouvre au monde et nous encourage à nous rebeller et à résister ... mais écoutons plutôt, Ce grand fauve de l'écriture, Romain Gary : "Nous ne nous sommes plus jamais rencontrés et pourtant dans notre existence frustrée, limitée, contrôlée, répertoriée, comprimée, l’écho de votre marche irrésistible, foudroyante, à travers les vastes espaces de l’Afrique, ne cesse de me parvenir et il éveille en moi un besoin confus. Il résonne triomphalement comme la fin de la soumission et de la servitude, comme un écho de cette liberté infinie qui hante notre âme depuis qu’elle fut opprimée pour la première fois. J’espère que vous n’y verrez pas un manque de respect si je vous avoue que votre taille, votre force et votre ardente aspiration à une existence sans entrave vous rendent évidemment tout à fait anachronique".

 

 

La pièce a été lue à Uzès ainsi qu'à Paris à la Bibliothèque de France.

 

Voici ce qu'en dit un lecteur professionnel de la SACD (Fondation Beaumarchais):

 

"C'est la confrontation entre l'auteur non publié et la grande éditrice qui donne le la. Il y a quelque chose de dangereux qui s'inscrit d'emblée dans le rapport, une sorte de sauvagerie offensive. On aime bien aussi le rythme qu'elle impose à sa pièce, avec retours en arrière et cuts secs à la fin de chaque scène comme un coup de ciseaux. L'écriture et les dialogues sont très bien maîtrisés, originaux, saignants à souhait, ce petit monde brillamment évoqué."

 

 

Si mon projet vous séduit et pour découvrir encore plus d'infos :

 

Lisez-donc le journal Salomé, "work in progress" de cette création.

Les précédents journaux et ceux qui apparaissent de façon aléatoire sont à suivre sur www.calameo.com en recherchant sous Salomé Théâtrale Cie.

 

 

Outil ludique et illustré,  oui de dramaturgie de la ièce, on y trouve (entre autres):

 

L'édito : autour de la figure imaginaire de l'éléphant. Il chemine librement et rencontre sur sa route des situations absurdes inspirées de l'actualité internationale ou politique. Cet édito est un hommage loufoque à Romain Gary, éléphant lui-même, Le feuilleton des personnages : que font-ils hors scène ? que pensent-ils ? car les personnages ont aussi une vie hors scène, on s'évade ou pas avec eux, L'interview d'un des acteurs du projet : vraie et fausse, imaginaire et réelle, elle offre juste au lecteur une impression amusée de l'avancée du spectacle vue des coulisses. Causeries de l'auteur & conséquences : vue d'un pas de côté. Ddes extraits de la pièce : chaque mois une scène différente !

 

 

 

Qui suis-je ?

La Salomé Théâtrale Cie    

Ecriture et jeu : Emmanuelle Florquin  

 

Je suis née à Paris à mi-chemin entre l'Irlande et la Kabylie mais ma vraie patrie j'y accède par les mots qui me font aller où je veux.

Avant des études de théâtre à Paris III où j'obtiens une licence d'études théâtrales, je fais plein de petits boulots et je suis les cours de théâtre avec Françoise Kanel (Comédie française) au conservatoire de Paris et avec Jacqueline Duc au Centre du Marais. Je travaille (je fais semblant...) la journée et je joue (très sérieusement) le soir avec des troupes de théâtre semi-professionnelles pour lesquelles j'écris plusieurs pièces dont 'N'agraphe pas ton cas' qui sera sélectionnée dans plusieurs festivals.

 

Notre compagnie de théâtre 'Salomé' voit le jour avec la comédie que j'écris et joue 'Salomé & Pénélope' (1997 à 1999), qui met en scène deux femmes que tout sépare ; elle reçoit un très bon accueil puisqu'elle sera jouée plus de cinquante fois au Bouffon Théâtre, au Théâtre des Songes, et dans le Gard à l'occasion d'une tournée où la compagnie s'installe et reprend 'Salomé & Pénélope' une dizaine de fois dans un garage. J'aime particulièrement les lieux à transformer, le théâtre 'ni dans la rue, ni sur scène'.. J'écris ensuite "Tous en 1ère Classe", une comédie à 9 personnages dans un train en panne face à un champ de betteraves, dont nous donnons des lectures en Bourgogne et dans le Gard.

Ma dernière pièce est 'Ce qu'il nous faudrait c'est un éléphant' que je souhaite voir montée.

 

 

 

Administration, Illustrations & contact : Luc Florquin (tél. :0761192875)  

 

Mise en scène et jeu : Olivier Costa

Metteur en scène, comédien (Ecole du Théâtre d'Ombre et Conservatoire supérieur d'Art dramatique de Paris) et auteur au sein de la compagnie de théâtre Le Praticable (une vingtaine de spectacles en 15 ans), il est prêt à participer à notre folle aventure avec toute son énergie de créateur.

Dramaturgie  Emmanuelle Florquin

licence de théâtre à Paris3

Comédienne : Clarisse Buret

Ecole du Louvre, comédienne, conteuse, illustratrice au sein de la compagnie du Praticable.

Comédien : Olivier Scarbonchi

Comédien de théâtre, cinéma et télévision, il est aussi metteur en scène. Il apprend son métier à l'Atelier International de théâtre Blanche Salant et à l'Ecole Florent et obtient en parallèle une maîtrise et un DEA en Art théâtral.

 

Pour encourager les kissbankers, une dernière illustration :  

 

 

 

 

Why fund it?

- Répétitions : 1500 euros

- Communication (affiches et flyers) : 500 euros

- Déplacements & défraiement : 1000 euros

- Décors : 500 euros

Newest comments

Thumb_nouchka_et_moi
Un grand merci au mystérieux Cyrano Qui êtes-vous ? Je ne sais mais nous avons hâte de vous rencontrer Kiss
Thumb_nouchka_et_moi
Un grand merci à toute la bande qui fait avancer ce beau projet et bientôt des nouvelles toute encourageantes pour la semaine prochaine, j'espère ! Kisskiss pour les bankers et cash-cash plutôt que cache-cache ! Kisses, Emma
Thumb_bricki-1446549964
Cela fait partie du cadeau anniversaire d'Emmanuelle ! :) donc c'est toute la bande qui est mécène ! :)