Aidez nous à financer la création de notre pièce de théâtre " Ce que femme veut ! "

Large_capture_d_e_cran_2017-02-23_a__10.37.56-1487842694-1487842701

Présentation détaillée du projet

 

 

 

 

 

Après deux ans d’écriture nous sommes heureux de vous présenter notre bébé :     

 

Cqfvdec1-1487018702

 

RESUME DE LA PIECE :

 

Zoé et Thomas, un couple de trentenaire, n’arrive pas à avoir d’enfant malgré de nombreuses tentatives médicalement assistées. Trois jours avant Noël, Thomas, journaliste reporter, part au Canada

pour couvrir un reportage. Mais à cause d’une météo défavorable, il va se retrouver coincé à l’aéroport. Zoé décide donc d’organiser un dîner de Noël avec ses quelques amis disponibles, mais au matin du vingt cinq décembre les évènements vont prendre une tournure innatendue !

 

 

 

NOTE D'INTENTION :

 

La pièce traite du droit à l’enfant et de la légitimité d’être parent. Une question qui m’importe depuis mon plus jeune âge, ayant passé une partie de mon adolescence dans un foyer de la DDASS, un environnement où la question était inhérente à mon quotidien. En effet, 90% des enfants placés, moi inclus, l’étaient pour des raisons attenantes à leur environnement familial et aux répercussions sur leur développement. Cette question m’a également accompagné durant ma vie d’adulte, à la fois en tant que témoin ou conseiller. Au regard de mes amis en âge d’être parents, j’ai toujours fait preuve de prudence quant à la nécessité d’avoir un enfant, et le constat fut identique dans ma vie sentimentale ! Cela vient sûrement, de ma condition d’enfant issu de parents divorcés, « comme tout le monde » dirait Zoé, le personnage de ce que femme veut ! Mais, aussi selon moi, parce que le bien-être de l’enfant est une priorité qui implique une vraie responsabilité parentale consciente pour permettre à l’enfant de grandir dans un univers harmonieux.

Sous un autre angle, la question s’est à nouveau posée, en suivant le trajet d’un couple d’amis hétérosexuel qui en dépit de nombreuses tentatives de PMA (procréation médicalement assistée) n’arrivait pas à avoir d’enfant. L’implication, la ténacité et la volonté farouche dont ils faisaient preuve, face à l'injustice naturelle dont ils étaient victimes, en plus de compatir à leur déception et à leur tristesse, suscitaient en moi l’envie insensée de trouver une solution ! C’est à ce moment que naquit l’idée du triangle amoureux tel qu’il est écrit dans la pièce, comme une sorte d’élan romantique ou de résistance onirique face à la dure réalité.

 

Enfin en 2013, à propos du mariage pour tous, et à travers la problématique liée à la PMA, se posa sur la place publique la question d’une nouvelle forme de parentalité. J’entendais les opposants soutenir violemment un schéma parental idéal mais obsolète composé d’un papa et d’une maman, mais niant la réalité de nos sociétés et ainsi toutes les familles monoparentales ou recomposées. Ressurgis alors à ma pensée, ce proverbe africain que je tiens pour seule vérité universelle en la matière : « Il faut un village pour élever un enfant. ». Cette sage pensée balayait à elle seule tout dictat social et sexuel ! Ce fut l’étincelle qui déclencha la nécessité de raconter cette histoire. J’ai donc proposé à Quentin Pradelle, rencontré plusieurs années auparavant lors d’un tournage où nous étions acteurs, de collaborer à l’écriture. La pièce s’inscrit dans la lignée du théâtre contemporain, centrée sur la condition humaine et au service du réel.

Bien que le sujet soit sérieux voire grave, il est traité sur le ton de la comédie, à l’endroit où le tragique côtoie le comique et où le superficiel peut se mêler au sensible.

L’ambition de la pièce n’est en aucun cas de résoudre ou de répondre à la problématique, mais d’envisager la singularité de chaque cas et d’évaluer le champ des possibles.

Nous avons effectué de nombreuses recherches, tant d’un point de vue médical que scientifiques, pourtant notre point d’orgue fut de ne jamais être dans l’explicative, dans le commentaire médical ou même dans les faits journalistiques (par exemple : Un tiers des couples infertiles se séparent ! .... ) mais plutôt, de suivre le fil de ce qui semble être un mal générationnel dans une histoire d'amour unique et inédite.

 

La pièce est une comédie, la mise en scène s’attache au jeu des comédiens pour comprendre les personnages. Je défends un jeu ancré dans une réalité de ton et de propos. L’intrigue est basée sur ce que les personnages traversent comme sentiments et émotions qui les poussent à agir, graves par moments, cocasses voire frôlant le ridicule à d’autres. La vie. Chaque élément de mise en scène, costumes, lumières, décors, création musicale sera au service d’un réalisme sincère, nous travaillons avant tout à permettre la catharsis. J’intègre ainsi des codes plutôt cinématographiques que théâtraux, liés directement à mon inspiration et à mes références. Elles vont de Pagnol avec la trilogie marseillaise (Marius, Fanny, César) à Woody Allen (Manhattan, Café Society) en passant par le travail de Judd Apatow (En cloque, mode d’emploi) avec une affection particulière pour l’atmosphère des comédies romantiques des années 90 telles que She’s the one d’Edward Burn, Love etc. de Marion Vernoux, Frankie & Johnny de Gary Marshall.

Notre objectif premier est avant tout de distraire, au mieux de donner à réfléchir, et pourquoi pas de faire réagir ! C’est une œuvre dite « feel good », teintée d’un optimisme assumé avec laquelle nous espérons véhiculer aussi un message de tolérance.

 

Frank Messica

 

L'EQUIPE

 

Voici not’tribu:

 

Annabelle Hettmann - Zoé

 

Annabelle Hettmann est danseuse classique de formation, notamment à l'école de danse de l'Opéra de Paris Elle commence sa carrière au cinéma comme doublure lumière de Kirsten Dunst dans Marie-Antoinette de Sofia Coppola puis tourne des seconds rôles dans les films de Christophe Honoré. En 2010, elle tient le rôle principal du Le Sentiment de la chair de Roberto Garzelli pour lequel elle est prénommée au César du meilleur espoir féminin en 2011. Elle a également travaillé sous la direction d'Alain Berliner, Bernard Stora et Eric Woreth pour la télévision et sous la direction de Thierry de Peretti au théâtre.  

Image1-1486836957

 

Frank Messica - Thomas

 

En 1995 parallèlement à ses cours au lycée, il débute son apprentissage artistique par la musique, et plus précisément par le chant. Un an avant le bac il intègre une école de spectacle pluridisciplinaire (chant, danse, écriture) et participe également à différents projets professionnels. En 2000, il se tourne vers le théâtre au sein de divers ateliers et cours d’abord en France à Method acting, où il découvre la méthode de l’acteur selon Constantin Stanislavski,  Michael Tchekhov ainsi que différents stages et ateliers. Fasciné par « la méthode » il part en Biélorussie (à l’Académie des arts de Minsk), ainsi qu’à New York (au Herbert Bergoff Studio). A son retour il officie en tant que coach d’acteurs. Il découvre également la construction d’un scénarii au travers d’ateliers. Il collabore à l’écriture d’un court-métrage « Goodbye Mélodie » produit par France 2 dans le cadre du format « Histoire courtes » et développe seul ou accompagné, différents scénarios tel que des programmes courts pour la télé, un projet de long-métrage et plusieurs courts-métrages. Il joue dans différents projets au théâtre tel que Esperadoras de Marko Castillo, Art de Yasmina Reza ... Quelques participations à la télé notamment dans des téléfilms (Le fil d’Ariane de Marion Lainé sur Arte) et séries ( Braquo, Scènes de ménage) Egalement des rôles dans des films indépendant tel que Claps your hands de D.Bichon et 27m2 carré de G.Cserhati et F. Lartigues (meilleur film à l’European best Indépendant Film Festival en 2011 et au Los Angeles Movie Awards 2011)

Photo26_26-1487018858

 

Quentin Pradelle - Vincent

 

Né à Paris après un baccalauréat, il entame des études de MIAS à l'université Pierre et Marie Curie. Il commence le cours Florent avec B.Guibert, N.Lormeau de la Comédie-Française. Tout en passant sa licence des arts du spectacle option théâtre à la Sorbonne Nouvelle. Il joue dans "Tout est bien qui finit bien" de W.Shakespeare et "Occupe toi d'Amélie" de G.Feydeau mise en scène de J.Lavergne, "L'amant" de H.Pinter mise en scène de B.Van Overvelt, "Roberto Zucco" de BM.Koltes mise en scène de J.P Malric. En 2009 il part aux Etats-Unis, pour y intégrer l'école de Herbert Bergoff et Uta Hagen STUDIO à New York. En parallèle, il rencontre Louise Lasser. Elle deviendra son coach de la technique de Sandford Meisner pendant 4 ans. Il joue "Les trois soeurs" de A.Tchekhov mise en scène de A.Burago, "Playgrounded" mise en scène d’I.Yemialyavnava au HB Playwrights Foundation Theater et au Manhattan Repertory Theater (New-York) En 2013, à son retour en France, il fait partie jusqu'a aujourd'hui du collectif "GK collective" et travaille à l'élaboration de cette nouvelle forme de théatre pour un seul spectateur. En 2016 il joue notamment dans Urgence et Proust. Il tourne par ailleurs dans "La force de l'âge" de Q.Lecocq meilleur court métrage français au Paris arts movie awards, "Une journée à Varsovie" de K.Bouvyee produit par le GREC, "Not now" de M.Aristidou. (Best Directing Award at the International Short Film Festival of Cyprus).

De 2013 à aujourd'hui, Il crée un atelier participatif basé sur la technique de Sanford Meisner. En 2014 avec son ami comédien Frank Messica rencontré sur le tournage de 27m2 long métrage de G.Cserhati & F.Lartigue en 2011 (Winners of the European best Independent Film Festival et 1st Place Winners at the Los Angeles Movie Awards) ils décident d'écrire une pièce de théâtre. Leur collaboration aboutira à "Ce que femme veut".

 

Cam_3633quentinf-1486837000

 

Le troisième œil: Séverine Lathuillière (directrice artistique)

 

De formation universitaire (Doctorat Lettres Modernes/Arts du Spectacle-Paris X) Séverine Lathuillière Pinkasfeld a un parcours transversal complet. Réalisatrice et Productrice pendant dix ans pour les Ateliers de Création de Radio France : Pablo Casals, Vinylmania, Nos Bandes Originales, Bol d’air - 3 minutes pour la planète, Le petit journal de MAI 68… diffusés sur France Inter, France Culture, France Musique, France Bleu. Parallèlement, elle met en scène différents spectacles où elle mêle théâtre et cinéma. Elle poursuit également un travail de vidéaste qui s’expose dans différents lieux d’art contemporain. L’hybridation des techniques est la base de son travail artistique. En 2009, Séverine Lathuillière et Philippe Aigle fondent NAIA Productions.

 

Photo_severine_lathuilliere-1487151689

 

 

Les couz’ : Fabienne Bénisti (décoratrice), Karine Moine (graphiste )

 

 

Capture_d_e_cran_2017-02-13_a__22.25.04-1487021319

 

          Capture_d_e_cran_2017-02-13_a__22.55.14-1487022986

 

Le patriarche: Michel Détré (illustrateur)

 

Capture_d_e_cran_2017-02-13_a__22.22.02-1487021344

 

Le sorcier : Yan Volsy (sound designer)

 

Capture_d_e_cran_2017-02-13_a__22.24.36-1487021362

 

Et d’autres autochtones qui sont venus ajoutés leur grain de sel, que vous découvrirez sous peu …

 

 

OU ?

 

 

Capture_d_e_cran_2017-02-11_a__19.47.21-1486838920

 

 

 

 

208, rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS

Tél. : 01 42 89 17 32

www.ebeaujon.org/   https://goo.gl/maps/8wnyVCfBAy62

 

Métro : Courcelles (ligne 2), Georges V (ligne 1), Ternes (ligne 2), Saint-Philippe-du-Roule (ligne 9)

RER : Charles-de-Gaulle Etoile (RER A, ligne 1, ligne 2, ligne 6)

Bus : Friedland-Haussman (Bus 22, 43, 52, 83, 93, N23, N154)

 

QUAND?

 

Les 28, 30 et 31 mars 2017

 

 

À quoi servira la collecte ?

Nous faisons appel à vous pour collecter un montant minimum de 4500 € ; si vous nous aidez, nous pourrons créer le spectacle de nos rêves et séduire une production pour continuer l’aventure.

 

Lancer un projet comme celui-ci demande une certaine liberté financière et nous nous engageons à investir chaque centime pour rendre le spectacle encore plus stupéfiant et créatif !

 

Grâce à vous, nous allons pouvoir financer la création du spectacle et ses 3 représentations à l'espace Beaujon les 28, 30 et 31 mars 2017 à 20H30

 

Si nous avons la chance de collecter plus que l’objectif , cela nous permettra d'aller fouler les planches d'Avignon et la pièce pourra être programmée plus longtemps et dans de meilleures conditions au 4 coins de la France.

 

Les fonds seront collectés sur le compte personnel de Frank Messica.

 

 

Voici un détails des dépenses:

 

2520 euros pour la création (Location de salles de répétition, création des décors escamotables et modulables, accessoires, costumes, salaire du regisseur son et pour la création des lumière)

 

1260 euros : Frais de communication promotion de la pièce auprès du public et des professionnels

 

360 euros : Affiches, Flyers et communication presse

 

360 euros frais de commission (5% à KissKissbankbank et 3% de frais bancaires).

 

Camembertvect-1486587566

 

 

Calendrier prévisionnel de la compagnie les Magnolias :  

 

Février :

- Lancement du KissKiss Bank Bank

- Création de l'affiche et des Flyers

- Montage d'un teaser de la pièce

- Début des répétitions 

- Création des décors

- Activation de la promotion de la pièce

 

Mars :

- Finalisation des costumes

- Finalisation de la création musicale

- Dernières répétitions et couturière

- Finalisation de la scénographie

 

- Première version de la pièce présentée au public

 

 

A PROPOS DES CONTREPARTIES :

DÉLAI/DISPONIBILITÉ ET CONDITIONS DE REMISE DES CONTREPARTIES

+ RÉSERVATION THÉÂTRE  (important)

 

Chers amis futurs kiss kiss bankers ! Sachez que les contreparties sont toutes en disponibilité illimitées, à l’exception des cours de Yoga (Hatha Yoga: les 10 premiers à s’offrir cette contrepartie seront les plus chanceux et 5 pour le Bikram Yoga) !

En ce qui concerne la façon dont vous seront remises les contreparties, c’est très simple : Pour les personnes qui viennent voir la pièce, vous les recevrez en mains propres, le soir de votre venue. Pour les personnes qui ne pourront pas se déplacer et que nous ne pourrons pas voir par la suite, pour des problèmes d’emploi du temps ou parce qu’elles habitent en dehors de Paris, merci de me communiquer vos coordonnées postales.

 

En ce qui concerne la réservation des places obtenues, via les contreparties : comme la jauge du théâtre est de 90 places et que nous jouons 3 soirs, il est impératif que vous réserviez au plus vite vos places avec nous : quentinpradelle@gmail.com

 

 

 

Thumb_capture_d_e_cran_2017-02-08_a__17.31.04-1487025490
KO

La Compagnie Les Magnolias est une jeune structure professionnelle, fondée en 2016.

Derniers commentaires

Thumb_default
Je t'embrasse Franck !! Anne
Thumb_default
Loin des yeux pas du coeur! Bisous de Shanghai et bonne représentation mon Quentou
Thumb_default
☆☆☆☆☆