Soutenez le futur spectacle "Celles qui veillent", un projet sud-sud-nord où la parole des femmes est centrale. Première étape au Burkina Faso.

Large_imgp0391224-1471988050-1471988072

Présentation détaillée du projet

 

                                                                      CELLES QUI VEILLENT

 

                                                          « Au point de croisement des 4 vents

                                                            Ecoutons les voix de celles qui sont là ! »

 

                                                                         

                                     

 

Qui sommes nous ?

 

Jeunes générations du nord et du sud à la fois acteurs, auteurs, metteurs en scène, porteurs de projet, de structures, nous allions nos forces autour de « Celles qui veillent ». Une création artistique théâtrale issue des trois continents pour les trois continents qui rend compte d’un avenir possible pensé, agi et construit ensemble. Aux confluents des continents se retrouvent la compagnie La Colombe (Burkina Faso), Le Collectif Karda (Belgique), Atelier Soleil (Haïti), Elisabeth Lenoir (France).

 

               

Un point de rencontre

 

Mettre la parole des femmes du Burkina Faso, d’Haïti, de France et de Belgique au centre.

 

En partant du principe que le racisme, le sexisme et les rapports de domination entre catégories sociales et de peuples ne peuvent pas être entièrement éclairés s’ils sont étudiés séparément, comment avoir une vision claire de la société de demain sans se rencontrer ?

 

Mettre en place la création « Celles qui veillent » fait partie d'une prise de conscience générationnelle, seule capable d'entamer les changements nécessaires pour demain. L'objectif du projet est de partager au plus grand nombre la réappropriation artistique d’un récit collectif visionnaire et humaniste.

 

A la base du geste artistique d’abord un processus horizontal et collectif de travail comme socle créatif.

 

Ce questionnement nous le mettons en jeu sur le plateau, nous sondons les paroles et les rêves d’avenir de « Celles » qui sont embarquées sur le même navire de la globalisation bien qu’à des endroits différents de l’échiquier.

 

 

                                                                                    

                                                             Comment?

 

La première étape de création « Celles qui veillent » se passera au Burkina Faso à Ouagadougou, une première phase exploratoire qui nous permettra par la suite d'écrire ensemble la première mouture du texte.

 

Après avoir assisté à la conférence de Monique Ilboudo sur le droit des femmes au Burkina Faso, après nous être mis en contact avec les matières textuelles rassemblées d'Afrique (Thomas Sankara, Chimamanda Ngosi Adichie, Mariama Bâ, Ken Bugul, Fatou Diome etc...), d'Amérique (Yannick Lahens, Angela Davis, Audre Lorde, June Jordan etc...) et d'Europe (Simone de Beauvoir, Thérèse Clerc, Germaine Tillion, Virginie Despentes etc...), il sera demandé aux comédiennes d’imaginer et de provoquer des expériences de vie instantanées dans leur quotidien.

 

Ces expériences serviront d’ancrage à une transposition artistique qui se ponctuera par la suite sur le mode de l’écriture automatique ou sur le mode de l’élaboration d’une courte forme théâtrale improvisée appelée

« veillée ».

 

Ces « veillées » seront ensuite retravaillées et agencées tout au long du processus de création.

Au bout de deux semaines et demi d'intenses répétitions avec les comédiennes se créera une dizaine d'improvisations-veillées de cré-actrices que les porteurs de projet Sarah Blion, Salifou Kientega et Elisabeth Lenoir juxtaposeront, puis malaxeront ensuite pour aboutir à un moment de théâtre qui tournera autour de la figure emblématique de la femme aujourd’hui.

 

 

 

Restitutions publiques

 

Une restitution du résultat (première mouture du texte issu du travail de répétition) lors de trois présentations publics au C.I.T.O Ouagadougou.

 

Ces restitutions viseront à ouvrir et à favoriser le débat avec les associations locales de femmes ainsi que des écoles et permettront de maintenir une interaction avec le public au sens le plus large.

Nous souhaitons provoquer des échanges constructifs et que des liens durables se tissent au travers du projet.

 

Le calendrier :

 

Période d'exploration et de répétitions : Du 28 Septembre au 12 Octobre 2016

 

Restitutions publiques :  Le 13, 14 et 15 Octobre 2016 au C.I.T.O

 

Première phase d'écriture : Du 17 Octobre au 23 Octobre 2016

 

Retour à Bruxelles de Liza et Sarah le 24 Octobre 2016

 

 

 

                                                                                   Suites...

 

Nous prévoyons par la suite, une deuxième étape de création en 2017/2018 en Haïti, une phase d'Evolution dans laquelle nous réinjecterons la matière écrite au Burkina Faso et poursuivrons l'aventure avec des comédiennes haïtiennes. Si tout se déroule au mieux, nous irons vers une dernière étape en 2018/2019 en Belgique et une tournée du spectacle fini!

 

                                                   

 

Si vous souhaitez plus d'infos et d'images de notre projet et suivre notre aventure, rendez-vous sur :

 

Courriel : collectif.karda@gmail.com

 

Site : http://collectifkarda.weebly.com/

 

Facebook : https://www.facebook.com/collectif.karda

 

 

À quoi servira la collecte ?

Le budget total de la production de cette première étape de création avoisine les 15 000 euros (logements, repas, transports, location de salle, etc...) or vous vous en doutez, si on fait un crowfounding c'est qu'on ne les a pas atteints. Pour être honnêtes, nous avons réussi à réunir un peu moins de la moitié du budget. Il nous manque actuellement 2 500 euros pour assurer une première étape de qualité et permettre de financer des aspects logistiques importants.

 

C'est là que vous pouvez à votre tour être acteur! Avec vos dons, nous pourrons financer:

 

- La location de la salle de répétition : 500 euros

 

- L'engagement d'un vidéaste/photographe local pendant les représentations : 500 euros

 

- 1 repas chaud par jour pour l'équipe (8 personnes) pendant 17 jours : 400 euros

 

- L'achat de matériel pour les décors et accessoires : 400 euros

 

- Les transports de Sarah et Liza au sein de la ville de Ouagadougou  : 300 euros

 

- La communication autour de l'évènement : 300 euros

 

- De l'eau potable en bouteille pendant 1 mois pour l'équipe: 100 euros

 

 

Si nous avons la chance de dépasser la somme demandée, nous investirons le surplus dans la suite du projet, c'est-à-dire la prochaine étape en Haïti!

 

* A noter que 8% de la collecte sera reversé à KissKissBankBank en cas de réussite.

 

On compte sur vous!

Thumb_karda_logo_cartouche_big_r_duit1-1471997485
Sarah Bli

1. SARAH BLION ET LE COLLECTIF KARDA Comédienne d’origine française diplômée en 2012 de l’ESACT, Conservatoire Royal de Liège, Sarah partage son temps entre la recherche théâtrale et pédagogique autour de la voix et du corps de l'acteur, des ateliers théâtre avec des publics diversifiés et la création de ses propres spectacles. Elle a participé... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_karda_logo_cartouche_big_r_duit1-1471997485
Chers vous, cher toi, chers amis, chers Kisskissbankers, Nous tenons à tous vous remercier du fond du coeur pour votre soutien, grâce à vous on l'a fait! Nous avons pu collecter la somme qui nous manquait pour réaliser cette première étape de projet. Nous allons pouvoir la mener avec plus de sérénité et entreprendre ce que nous avions projeter. Nous allons briller d'autant plus grâce à vous, et vous allez entendre, bientôt, les voix des femmes des 4 vents. Celles qui veillent depuis ici et là-bas. A l'espoir. Merci.
Thumb_default
Bon voyage et belles découvertes ! Nous nous réjouissons de voir le résultat !!! Cheers. Charlotte, Pierre, Juliette, Lucien et Chloé (The Ozers). PS: Pierre a une faveur à demander à Sarah: Aurais-tu les coordonnées de Fatou Diome (que tu cites et dont j'ai adoré 'Le Ventre de l'Atlantique') car je souhaiterais l'inviter à Liège le 3 ou 4 novembre pour le lancement de l' "Observatoire des Migrations Environnementales" (Observatoire Hugo) que je crée avec deux collègues à l'Université de Liège.
Thumb_default
Je vous soutiens à fond! C'est un magnifique projet. Bonne chance à vous et plein de bises à tous.