CERISE A L'EAU-DE-VIE est une pièce de théâtre poético-politique questionnant l'envie de vivre au sortir d'un trauma.

Large_kisskiss_ann-k

Présentation détaillée du projet

Publication du texte : Editions Harmattan 2011.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35017&razSqlClone=1

 

Prix du jury du Tarmac de La Villette 2011.

 

 

MISE EN SCENE AU THEATRE DE LA VIE A BRUXELLES DU 18 AU 27 NOVEMBRE 2014.

http://www.theatredelavie.be/

 

 

Une guerre, en Afrique...

Une brigade termine sa manœuvre. Mais les esprits militaires altérés par la guerre dégénèrent et s'entraînent dans le massacre d'un village. Une enfant, seule rescapée, est retrouvée par l’Homme-en-uniforme. Il décide de l'adopter.

En France, ils s'installent dans le Sud. Mais tout les sépare : âge, couleur, langue... Comment communiquer dans ces conditions et réapprendre à vivre ?

Le militaire surnomme l’enfant, souvent perchée dans un cerisier, Cerise.

Là, ils tentent de se reconstruire. Mais les villageois, apeurés, sont hostiles à la venue d’un vieux monsieur ayant adopté une enfant noire, et mettent tout en œuvre pour séparer le fragile duo naissant.

Au travers des épreuves à venir, Cerise se questionne sur le choix de « vivre, ne serait-ce que par vengeance ».

 

 

Le projet de Cerise à l'eau-de-vie est un projet politique car, il soulève d’une part cette question : Comment trouver encore l'énergie et l'envie de vivre au sortir d'une guerre, au sortir de la souffrance, psychologique, et corporelle ? Et qui d’autre part pose le problème de l’accueil des immigrés en zone rurale, en France, à la fin des années 90. En effet, la petite Cerise, africaine, sera confrontée très tôt, dès l’âge de 9 ans à la mort de ses proches. La communication (thème majeur) sera alors pour elle une nouvelle épreuve, dans son rapport à l’Homme-en-uniforme : tout les sépare, l’âge, la culture, le sexe, le langage, la couleur de peau. Alors ils communiquent par regards, et par flairs. Ils soliloquent respectivement. Ce sont leurs pensées qui nous sont livrées, comme une source, trésor fragile. La parole ici est une pensée, reflet d’une action en marche qui est à n’en pas douter le symptôme d’une écriture dramatique.

 

Enfin, Cerise devra affronter la discrimination, le harcèlement, le racisme et ses conséquences en recevant dans sa chair même les coups d’une violence gratuite. La souffrance qu’elle combat est désormais physique et corporelle. Mais elle trouvera en elle des forces insoupçonnées, et tout l'amour nécessaire pour continuer à vivre. La fin du texte relate ce cheminement interne. L’issue est donc, contre toute attente, forte et optimiste.

 

 

R_p_te_mercredi_036Photos_sandrine_029Photos_sandrine_059R_p_te_jeudi_061R_p_te_jeudi_073R_p_te_jeudi_098R_p_te_jeudi_105R_p_te_mercredi_033R_p_te_mercredi_009R_ponse_yves_paccalet_bis_038R_ponse_yves_paccalet_bis_054R_ponse_yves_paccalet_bis_054R_ponse_yves_paccalet_bis_037

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à défrayer les répétitions : transports, repas et catering, hébergements.

 

Notre équipe est constituée de 12 personnes - dont quelques uns doivent être hébergés sur place, n'étant pas tous résidents belges.

 

9 comédiens + 1 musicien + 1 metteure en scène + 1 collaborateur artistique.

 

Thumb_r_ponse_yves_paccalet_bis_034
Aurélie d'Aquitaine

Aurélie Vauthrin-Ledent : Trois mois avant mon bac (Littéraire - Théâtre), j’ai voulu quitter le lycée (Pasteur, Lille). « On » m’a intimé de rester. J’ai eu mon bac. (Promo 1998). J’ai commencé des petits boulots et une école dite d’actorat à Paris. Ce genre d’écoles où on demande aux élèves beaucoup d’argent et où on ne leur donne pas grand-chose... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne chance et... heureux anniversaire!!! Biz
Thumb_default
Donation done!!
Thumb_r_ponse_yves_paccalet_bis_034
Merci à Anne-Catherine Gerbaud pour son aide.