Quatre comédiens nous livrent la poésie et l'engagement d'Edward Bond à travers une mise en scène originale mêlant la vidéo au théâtre.

Large_affiche

The project

 

 

Nous avons fait le choix de donner gratuitement les trois premières représentations en juin. Vous y êtes évidemment conviés. Dés la rentrée, nous participerons à des festivals étudiants avant de donner une envergure plus professionnelle à notre projet.

 

Pour ce faire nous avons besoin de vous : aidez à financer notre projet !

 

La troupe des Voyageurs Sans Bagages est née en 2008 de l’envie de dix lycéens, élèves en option théâtre au lycée Claude Monet (Paris XIII), de monter une pièce par leurs propres moyens. Depuis, notre goût du théâtre et de la création nous a menés à monter chaque année des projets artistiques, que ce soient des textes classiques comme contemporains. L’année où nous avons quitté le lycée, nous avons pris la décision commune de créer une association car nous envisagions déjà à l’époque un avenir professionnel pour la troupe. Cette décision a été encouragée par le succès des représentations et le soutien de professionnels du théâtre qui ont vu nos créations. L’association « La Troupe : Les Voyageurs Sans Bagages » a donc été créée en 2011 et compte aujourd’hui près de 20 membres actifs âgés de 20 à 30 ans: comédiens, metteurs en scène, régisseurs, costumiers/décorateurs, techniciens vidéo, musiciens, chargés de communication qui travaillent ensemble à la création des spectacles et au développement de l’association. Le mélange des arts et des différents parcours de chacun nous permettent d’inventer ensemble notre propre manière de travailler : nous essayons de faire émerger de notre travail une force de collectif qui nourrit nos réflexions et le passage au plateau.

Ils ont choisi, avec ce projet, de s'immerger dans l'univers captivant d'Edward Bond.

 

 

Le spectacle

 

Cela fait 27 ans que Billy est enfermé. Son seul accès au dehors est l'ouverture du rideau qui lui permet de voir la rue, société déchue et aseptisé. N'ayant jamais vu le jour, Billy se comporte, agit et pense comme un enfant. L’enfant philosophe est clairvoyant sur un monde qu'il ne connaît pas, qui n'a pu le noircir et le pervertir. C'est  la chaise qui fera basculer sa vie et sa quête de devenir un homme sera accompli. L’innocence de l'enfant sera transgressée par la dure loi de la société établie en 2077.   

 

Mise en scène : Clémentine Vignais 

 

Dramaturgie, Assistant à la mise en scène : Clara Normand 

 

Comédiens :

Billy : Raphaël Bocobza

Alice : Romane Finot

Le soldat, L'étrange : Alexis Mavropoulo

La prisonnière, La femme officier : Valentine Bellone

 

Scénographie, costumes : Elsa Muelas 

 

Régie plateau, son, lumière : Paolo Sclar 

 

Vidéo : Sofia Leal

 

Chargées de communication :Lucie Loubaton & Mathilde Bonamy

 

 

 

La note d'intention de mise en scène

 

Bond, qui se dit « citoyen d'un monde encore à faire », ancre historiquement sa pièce en 2077. Selon nous, cette date a son importance puisqu’elle nous laisse une porte ouverte à la création et surtout l'opportunité de transmettre un message d’alerte sur un futur proche très inquiétant.

Pour commencer ce travail nous avons entrepris une lecture analytique de La trame cachée qui nous a permis d’axer la dramaturgie sur les deux problématiques que sont l’Imagination bondienne et la Justice. Ces deux concepts que l’auteur envisage comme indissociables, véhiculent selon nous une sorte de message d’espoir : l’imagination ne peut s’épanouir que dans un monde juste, la barbarie la tue.

C’est pourquoi le personnage de Billy est fondamental et son regard d’enfant-artiste reste celui qu’il faut adopter. Enfermé depuis toujours dans un huis-clos, faisant écho au système totalitaire ; il n’a que la vision d’un monde révélé par la fenêtre, objet frontière, qui donne à voir un univers sombre, aseptisé voire apocalyptique : la réalité d’un avenir proche.

La vidéo donne à voir, concrètement, l’espace intérieur de Billy : c’est donc une porte ouverte à l’imagination créatrice de l’enfant, la matérialisation d’une autre perception de la réalité proposée par le texte.

Chaise est une pièce brutale, mais nous la concevons plutôt comme une sonnette d’alarme : nous devons nous efforcer de rester droits, curieux de l’autre, avides d’émotions, autrement dit, humains. Et pourtant, résister à la tentation de la déshumanisation reste paradoxalement ce qu’il y a de plus difficile. C’est bien animés par un sentiment de révolte, mais également de devoir que nous envisageons de monter Chaise. Devoir et fidélité pour ce texte dont nous ne cessons de découvrir la richesse et dont nous aimerions faire percevoir l’autonomie poétique, la force singulière.

Nous cherchons avant tout à donner vie à un texte, une parole qui dévoile l’essentiel. Nous sommes au service d’une idée à défendre et à diffuser. Mais il s’agit aussi d'une expérience théâtrale forte entre plusieurs artistes, car l’engagement personnel et intime de chacun est indispensable pour se confronter à l’exigence de cette force poétique. Outre l’enrichissement artistique, Chaise nous offre une découverte humainement intense.

 

 

La note scénographique

 

            Scan

 

C'est tout d'abord la question de l’enfermement du point de vue de Billy et Alice que nous avons souhaité exploiter à travers la scénographie. Nous avons donc décidé de recréer l’espace concret du huis clos où Billy a grandi. Il nous a semblé évident de créer un espace en profondeur afin que les spectateurs se trouvent face à une seule pièce d’appartement en angle. Les murs de cet appartement seront construits par une structure en bois, recouverte de tulle, matière permettant la projection vidéo ainsi que l'effet en ombre chinoise. Cette scénographie accentue l’idée de l'enfermement tout en incluant le spectateur dans l'univers de Billy par le biais du quatrième mur. Le spectateur est donc immiscé dans ce huis clos avec Billy, témoin de son évolution. Ce procédé « en coin » est appuyé par la vidéo projetée sur l'ensemble des murs du décor, qui donne à voir l'expression de son intériorité. Les dessins de Billy jonchent le sol et apportent de la couleur et de la vie à cet espace épuré et froid : ils incarnent l'imagination créatrice et l'espoir.

La deuxième pièce évoquée dans Chaise est représentée par une armoire, espace réservé à la perception de Billy, dans lequel lui seul peut évoluer et s'y cacher. Cet espace est accessible par une trappe et jamais dévoilé au public. Ainsi, ce dernier peut l'imaginer librement. Nous avons fait le choix de représenter concrètement la rue (la scène de l’abri bus) à travers le regard de Billy. L'espace extérieur est donc visible par l'ouverture du rideau en fond de scène. Parallèlement, Billy ouvre le rideau de la fenêtre et dévoile ainsi en même temps l'espace du dehors. De plus, l’ombre des personnages est projetée sur le mur à jardin. Le rideau, opaque, ne fait que suggérer l'existence de la fenêtre et accentue l'oppression du dehors. Sur le mur à cour, la porte fait exister le dehors et rend sa présence d'autant plus inquiétante. 

 

 

 

Le travail en répétitions

 

 

Pour mener ce travail avec rigueur, j’ai réuni une équipe (qui compte en plus de quatre comédiens, une scénographe, une dramaturge, un régisseur et une réalisatrice vidéo) avec laquelle s’annonce une collaboration étroite. J’attends énormément de ces échanges, de ce partage et de la confrontation également. 

 

576905_10200537822548690_1001342391_n

 

 

 

 

228893_10200537824588741_541536671_n

 

 

 

 

644419_10200513401174246_1205148707_n

 

 

 

 

58840_10200635657874512_1988739710_n

 

 

 

 

544165_10200537827988826_1393804984_n

       Billy

 

 

 

47985_10200513404134320_1126987963_n

       Alice et le Soldat

 

 

 

547705_10200635651114343_178272282_n

       Alice et Billy

 

 

 

529340_10200644097045486_365453170_n    *

       Le Soldat et la Prisonnière

 

 

Why fund it?

      Armoire_hors_pie_ce

 

 

 

Construction du décor – 250€

 

Costumes, maquillage​s, accessoires – 100€  

Location du matériel audiovisuel – 150€

 

Communication – 50€

Thumb_logo_vsb
VSB

La troupe des Voyageurs Sans Bagages est née en 2008 de l’envie de dix lycéens, élèves en option théâtre au lycée Claude Monet (Paris XIII), de monter une pièce par leurs propres moyens. Depuis, notre goût du théâtre et de la création nous a menés à monter chaque année des projets artistiques, que ce soient des textes classiques comme contemporains.... See more

Newest comments

Thumb_default
Un euro de plus pour l'admiration que je vous porte.
Thumb_photo
Bravo les copains!!!! :)
Thumb_default
Bravo, ça a l'air top ce que vous faites ! Bonne continuation !