A la rentrée 2013, nous lancerons le pure player féminin de la génération Y

Large_test-2

Présentation détaillée du projet

Panocheekkkbb

 

A l’origine, il y a une idée qui respire l’utopie : créer le féminin idéal de la génération Y. Cette idée  a germé un soir de 2012, alors que nous sortions de chez Be, notre employeur de l’époque. Malgré notre intérêt pour la presse féminine, qui nous avait menées jusqu’à cette rédaction, nous nous sentions alors enfermées dans une certaine vision de la femme qui nous semblait de plus en plus en décalage avec notre propre quotidien de trentenaires et pré-trentenaires. Myriam Levain et Julia Tissier venaient de publier le livre La Génération Y par elle-même et il nous a paru évident qu’il fallait créer un média pour les femmes de cette génération, qui se reconnaissent de moins en moins dans les titres existants, dont très peu se trouvent sur le Web.

 

Avec Cheek Magazine, nous faisons le pari d'allier le fond et la forme : nous l'avons pensé comme un site d’information multimédia dont le contenu et l’esthétique n’auront rien à envier à la presse magazine. Pure player féminin axé sur la pop culture et la société, il traitera avec un ton engagé, parfois impertinent, des sujets concernant les femmes de notre âge. Outre ces deux axes, les autres points forts de Cheek Magazine seront la culture web, les portraits et une chronique hebdo relatant le quotidien d'une jeune femme de la génération Y.

 

Sans déclinaison papier, Cheek Magazine, à lire sur ordinateur, smartphone ou tablette, sera 100% Web. Pour la jeune génération, l’info se trouve en priorité sur Internet.

 

 

Photogroupekkbb

 

 

Il y a d’abord Faustine Kopiejwski (@FaustFaustFaust), qui a fait ses armes dans la presse musicale (Magic RPM) et a joué de la batterie dans des groupes de filles avant de rejoindre le féminin Be en tant qu'adjointe à la chef de rubrique culture. Elle a parlé hard rock avec Lady Gaga, pris l'avion avec Rihanna, dîné en Norvège avec Phoenix et bu un verre d'eau avec Robert Pattinson. Elle est fondamentalement contre le name-dropping et le personal branding.

 

Il y a aussi Myriam Levain (@MyriamLevain), qui a déjà fait le grand écart journalistique en commençant dans les rédactions locales du Parisien avant de travailler pour Elle, puis pour Be au service société. En plus d’être une shakirologue avertie, elle a fait de l’Amérique latine une obsession journalistique (Dilma Rousseff n’a plus aucun secret pour elle) et adore dénicher les NKM et Najat Vallaud-Belkacem de demain.

 

Enfin, il y a Julia Tissier (@JuliaTissier), qui après avoir passé plus de deux ans à Libération, a travaillé elle aussi au service société de Be. Outre son attrait journalistique pour les faits divers un peu louches, les sujets sexe et son addiction aux réseaux sociaux, elle est capable de changer dix fois un mot dans un papier : pas de chance pour ceux qui écrivent dans les rubriques portrait, mode ou société, dont elle s'occupe. 

 

En 2012, Myriam Levain et Julia Tissier ont par ailleurs co-signé le livre La Génération Y par elle-même aux éditions François Bourin.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Nous avons estimé nos besoins à 10 000 €. Cette somme servira à financer notre lancement, et plus précisément :

 

- La conception et le développement du site

 

- L'élaboration d'une charte graphique

 

Nous avons choisi de confier ces deux missions à une agence afin de proposer un site à la hauteur de nos attentes (et des vôtres).

 

 

Cheekyourbootykkbb

 

 

Thumb_logo
Cheek

Le pure player féminin de la génération Y

Derniers commentaires

Thumb_default
Done !
Thumb_default
Longue vie à Cheek!
Thumb_default
Just in time ! Better late than never… Bonne chance, chics chicks.