NOUVEL OBJECTIF: 3000$ ! Participez au financement de la production Chienne(s) du Théâtre de l'Affamée !

Large_chiennes-1508625564-1508625585

Présentation détaillée du projet

Soutenez les auteur.e.s d’ici et d’aujourd’hui!

 

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (CTD’A), en collaboration avec la Caisse Desjardins de la Culture, est fier de participer à cette campagne de sociofinancement pour cette pièce qui sera présentée à la Salle Jean-Claude-Germain durant la saison 2017-2018.

 

Les auteur.e.s des pièces sélectionnées ont reçu une formation dispensée par la Caisse Desjardins de la Culture et Nathalie Courville, ambassadrice au Canada de la plateforme KissKissBankBank et spécialiste en communication et en financement du domaine culturel. Suite à cet accompagnement, les créateur.trice.s ont pris en charge la planification et la gestion de leur collecte de fonds. Le partenariat avec la Caisse Desjardins de la Culture bonifiera la campagne de 500 $ dès l’atteinte de l’objectif. En s’associant à ces campagnes, le CTD’A souhaite se positionner comme acteur innovant du milieu en soutenant la créativité de ces artistes. C’est d’ailleurs la première fois qu’une institution théâtrale québécoise donne à ses artistes l’opportunité de recevoir un accompagnement et un soutien financier autour de la création de leurs campagnes de sociofinancement.   En participant à ce projet, vous contribuez et vous soutenez de manière significative la création artistique de ces artistes. En leur nom, merci!

 

Avoir la chienne.

Selon le portail santé du Gouvernement du Québec, les femmes risquent deux fois plus que les hommes d’être atteintes d’un trouble anxieux. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, entre 1990 et 2013, le nombre de personnes souffrant de dépression et/ou d’anxiété a augmenté de près de 50%, passant de 416 millions à 615 millions. Chienne(s) et son écriture s’inscrivent dans cette époque inquiétante et fébrile.

Pourquoi les femmes sont-elles plus sujettes à développer des troubles anxieux? Comment se positionner face à la forte pression de la médicalisation du ressenti? Voilà les questions à l’origine de ces quatre dernières années, où nous avons creusé nos expériences personnelles et celles de nos contemporain.e.s; où nous avons cherché et documenté notre rapport à la peur et à la place que prend l’anxiété dans notre société de performance.

«Vous avez peur de ce que vous allez voir? Vous avez peur d’être interprétée?»

Chienne(s) raconte l’histoire d’une femme qui, voyant le théâtre de sa vie s’effondrer, s’enferme dans son appartement le jour de ses 30 ans. Souffrant d’un profond trouble anxieux, elle cherche à remonter à la genèse de cette peur qui la paralyse. Accompagnée par une mystérieuse jeune femme qui hante ses nuits, elle tente de recoller les morceaux de sa vie pour mettre en lumière sa détresse. Entourée de gens qui semblent avoir de meilleures raisons qu’elle d’avoir peur, elle finit par dresser un portrait sociétal de ce mal qui ronge nos structures et nos fondations. C’est ici qu’entre en jeu le Choeur des pensées fuyantes. À la fois présence poétique, témoin, spectateur et acteur, il est le symbole social d’une anxiété généralisée.

Dans une recherche de nouveaux langages scéniques alliant féminismes, art performatif, sculpture et dispositif choral, Chienne(s) vise à plonger le public dans l'expérience sensible et poétique d’une épreuve anxieuse.

 

EXTRAIT DE LA PIÈCE

 

PROFESSEUR·E

Nous débuterons par une pose d’une minute. À vos crayons tout le monde. (À la Trentenaire.) C’est quand vous voulez.

LA TRENTENAIRE

Donc… Je. J’enlève ma robe de chambre? C’est ça? (Temps.) Juste pour le dire, c’est… C’est juste que. C’est la première fois. Je pensais pas que ça me ferait quelque chose, mais je suis nerveuse finalement. Je pensais que je serais juste fébrile, mais non. On dirait que je trouve ça sec. Sec sec. Même si. Merci pour la lumière. Est-ce que c’est une lumière spéciale? Une lumière comme pour faire pousser des plants de pot ou réchauffer des poussins ou si c’est vraiment une lumière chauffante pour modèle vivante nue? Ou juste une lumière chaude? Ou juste une lumière tout court?

PROFESSEUR·E

C’est normal.

LA TRENTENAIRE

Une lumière normale, ok.

PROFESSEUR·E

Non, que vous vous sentiez nerveuse. Mais je vous rassure, tout le monde ici se sent privilégié que vous prêtiez votre nudité à leur formation.

LA TRENTENAIRE

Ah. Ben tant mieux. Tant mieux.

 

LIEN / ENTREVUE RAD (laboratoire de journalisme de Radio-Canada):

https://www.facebook.com/radpointca/videos/199366323923071/?hc_ref=ARS6z7Z5PUBUUbWe9Js8eB-G0un3A8xz-Uh93eJ-lv8MJD_AqvJIsgJ0-B4n3SSNdD8

 

ÉQUIPE DE CRÉATION

 

ALEXANDRE BERGERON / interprète

Bergeron-1508618680

LOUISE CARDINAL / interprète

Cardinal-1508618695

LARISSA CORRIVEAU / interprète

Corriveau-1508618713

NATHALIE DOUMMAR / interprète

Doummar-1508618726

RICHARD FRÉCHETTE / interprète

Fre_chette-1508618738

MARIE-CLAUDE ST-LAURENT / interprète et auteure

Stlaurent-1508618750

ANTOINE BERTHIAUME / son

Berthiaume-1508618763

JOSIANNE DULONG-SAVIGNAC / assistance à la mise en scène et régie

Dulong-savignac-1508618777

PIERRE-OLIVIER HAMEL / directeur technique et de production

Hamel-1508618805

MARIE-NOËLLE KLIS / costumes

Klis-1508618817

MARIE-ÈVE MILOT / auteure et metteure en scène

Milot-1508618837

MARTIN SIROIS / éclairages

Sirois-1508618851

CAROLINE ST-LAURENT, en collaboration avec Andrée-Anne Carrier / installation scénographique

Cstlaurent-1508618877

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

180.

180, c’est le nombre d’heures que passera Josianne, notre assistante à la mise en scène, en salle de répétition.

180 heures, au salaire minimum ( soit 11,25$/h ), ça donne un total de 2025$.

- On est combien dans l’équipe?

- 13.

- Combien…?

- 13.

(Transpiration soudaine.)

Les difficultés financières représentent une des principales sources de stress.

Lorsque le stress persiste et dure, on est 3 fois plus à risque de développer des ulcères et des problèmes digestifs, 44 fois plus à risque de souffrir de migraines, et les risques de crises cardiaques sont augmentés de... 200%.

Stressé·e·s, on est 500 fois plus susceptibles d’être déprimé·e·s et anxieux·ses.

Merci d’aider à diminuer le taux de stress:

- des deux productrices de cette pièce (qui aimeraient dont ben ça pouvoir rémunérer décemment toutes ces personnes talentueuses qui se sont engagées avec elles...)

- de toute une équipe de création qui travaille (à l’administration, à la gestion des budgets, des horaires, à la recherche, la réalisation de maquettes, de plans et de croquis, aux réunions d’équipe, aux répétitions, au texte, au mouvement, à la production du matériel, à la mise en espace, à l’installation, l’accrochage, aux essayages, aux intensités, à l’entrée en salle, aux raccords, au montage, aux enchaînements, à la générale, aux représentations, entre autres, mais surtout, à l’imaginaire de Chienne(s)...)

Vos dons, peu importe où ils se situeront dans l'échelle, seront accueillis avec grande joie!

MERCI MILLE FOIS POUR VOTRE SOUTIEN !

(crédit photo: Christian Blais, Design Gauthier)

Thumb_auteures-1508624089
Le Théâtre de l'Affamée

Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent sont diplômées de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe. Dès leur première rencontre, elles savent qu’elles uniront leurs voies/voix. Écrivant à quatre mains, leur première création voit le jour, Walk-in ou Se marcher dedans, à la salle Intime du Prospero en 2009. En 2011, elles deviennent... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon succès !!!
Thumb_default
Parce que j'ai toute la confiance du monde en votre immense talent! xx
Thumb_default
Belle équipe, beau projet ! J'y serai !