Soutenez l'édition de "Ciseau / Oiseau", mon premier recueil composé de 60 collages de coupures du Monde, sérigraphié par l'Atelier Deux-Mille. Soit 60 poèmes courts qui forment mon journal intime et politique au procédé de lecture labyrinthique inédit. Grâce à vous, ce livre, objet d'art, pourra être produit.

Large_avatar_hervegasser_kkbb_500x368

Présentation détaillée du projet

Je projette d'éditer, avec le support technique de Atelier Deux-Mille - collectif d'artistes sérigraphes -  mon premier livre d'artiste, c'est-à-dire un livre au procédé de création inédit et au tirage limité à 50 exemplaires signés. Un livre pensé comme un objet d'art. Le recueil se présentera sous la forme d'une feuille de papier d'exception format 70x100, sérigraphiée recto-verso, découpée et pliée pour produire une lecture originale et labyrinthique. Il sera présenté dans un coffret exclusif sérigraphié intérieur-extérieur format 14x20cm.
Aujourd'hui, tous les collages, les grilles d'édition et le coffret sont prêts à être sérigraphiés. Ce travail d'édition sera réalisé par Benjamin Stoop. Il ne me manque que l'argent nécessaire à l'achat des fournitures et aux salaires des sérigraphes. J'ai donc besoin de vous pour mettre au bout l'argent nécessaire à l'édition de mon premier recueil.

En échange de vos participations vous pourrez recevoir un des 50 exemplaires de  "Ciseau / Oiseau" édités grâce à vous et d'autres de mes travaux!

Mise en images et conception du recueil Benjamin Stoop: www.c8i10.com
Sérigraphie Atelier Deux-Mille: www.deux-mille.com

Retrouvez d'autres "Coupures du Monde" sur welovewords.com



Qui suis-je ?

Dix ans que je lis Le Monde. En écrivant cette présentation, je me rends compte que c’est la seule chose qui fut durable. Dix-sept déménagements, des CDD, des voyages initiatiques, des études, des histoires d’amour… Mais pas un jour ou presque sans passer par le kiosque.
Je ne le lis pas comme « la prière du matin de l’homme moderne », selon le mot de Hegel, mais comme un divertissement. Les informations me font passer le temps et me plaisent, mais ne me concernent jamais. Je n’ai qu’un intérêt théorique à ce dont il est question dans le journal.     
Une conjonction d’évènements intimes me fit perdre quelques temps l’écrit, la parole directe et une partie du sens commun. Le Monde m’apparut soudain comme un fatras illisible et insupportable. J’eus honte d’avoir été si déférent à son égard et si plein d’illusions. Je fus envahi de colère contre moi-même.
C’est là que je sortis les ciseaux et la colle. Passé le plaisir enfantin du découpage, j’eus le sentiment de redécouvrir une langue morte : celle que j’avais longtemps parlé, qui me faisait rire et que j’avais oubliée. Je redécouvris ses aspects ludiques, heureux, exaltants. Je redécouvris sa malléabilité et sa capacité à évoquer les choses précisément, sans être morbide ni naïve.
J'aime à penser que ces coupures du Monde sont mon journal intime et politique. J’ai lu que Herta Müller écrit en Allemand, mais colle en Roumain : sa langue maternelle.

 

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo et bon voyage à l'auteur, aux imprimeurs, et à tous ceux qui s'engagent dans l'aventure de ce livre de qualité !
Thumb_co_gueule
j'aime beaucoup ce que vous faites
Thumb_stringio
Voila donc mon soutien, enthousiaste: avec hate de lire/voir! Amities, Alex Dickow