Collatéral éditions vous présente leur première parution : « Derrière le trou noir », un recueil de nouvelles de Florent Rousset-Farinelli.

Large_bandeau_kisskiss-04

Présentation détaillée du projet

Merci à tous pour votre confiance ainsi que votre participation. N'oublions pas que la somme atteinte est un minimum par rapport au travail qu'il nous reste à fournir, nous invitons les nouveaux KissBankers à lire notre présentation jusqu'au bout... Vous y trouverez les détails du projet  ainsi qu'une "nouvelle nouvelle" et une nouvelle photo de Colin au sommet d'un col...(parce que  vous aimez ça...)

 

 

Collatéral est une jeune structure au statut associatif qui ambitionne de faire connaître de jeunes auteurs qui ont quelque chose à dire sans avoir l’espace pour le faire. Collatéral se propose d’être cet espace donnant à voir une littérature du présent qui soit tout autant le fruit de son époque qu’un regard sur celle-ci. Quelque chose qui nous accroche, quelque chose dans lequel on puisse se reconnaître, une littérature qui parle de ce que les autres cachent et de ce que nous nous cachons à nous-mêmes. Quelque chose qui parle de la vie, d’une vie reconnaissable comme de la vie, pas d’un assemblage de supports publicitaires (ceci n’est pas du marketing dissimulé, c’est une pipe).

 

Logo_construction

 

Travail sur le logo de Thomas Schencker qui a également réalisé le teaser de présentation et la couverture.

 

 

À l’origine du projet il y a Colin Bonnet, jeune éditeur en formation qui a décidé de faire un pari un peu osé et probablement perdu d’avance, celui de l’édition indépendante. La volonté de départ est de créer un espace d’expression sans pour autant perdre de vue l’exigence littéraire et la politique éditoriale fixée. 

 

Untitled-3

 

Colin Bonnet en vélo la suite ! Au sommet du col de l'Izoard.

 

 

Nous ne cherchons pas à faire comme tout le monde, nous n’aspirons pas à la richesse, ni à la gloire, nous voulons simplement le faire parce qu’il ne peut pas en être autrement. En tant qu’éditeur, même embryonnaire, quel plaisir d’essayer de faire connaître quelque chose en lequel on croit, quelque chose qu’on pense être bon, quelque chose de futile et de vain, mais d’en même temps essentiel parce ce qu’il s’y passe quelque chose.

 

Pour la première parution, nous avons décidé de faire appel à un ami, auteur au potentiel énorme, dont nous croyons à la qualité, à la portée et à la puissance des textes : Florent Rousset-Farinelli.

 

Florent est un jeune auteur dont le projet Derrière le trou noir est un travail sur les détails, les rencontres et les manques qui nous maintiennent, la plupart du temps, dans une solution d’indifférence mais qui peuvent aussi par moment, au gré de mélanges plus ou moins hasardeux, nous faire basculer dans l’irréversible.

L’originalité de l’œuvre tient en ce fragile équilibre trouvé par cet auteur de talent entre trivialité et poésie, vulgarité et réalisme, contingence et transcendance.

 

Croyez-moi vous n’avez jamais rien lu de tel !

 

Maïs

 

J’avais acheté cent mille hectares pour quelques dollars par hectare. On y avait fait pousser du maïs, ça avait asséché la rivière. On était remonté en aval, on avait fait un barrage, mais ça n’avait pas très bien marché alors on avait détourné le cours d’une autre rivière.

Et le maïs s’était remis à pousser.

C’était magnifique. Je me revois dans l’avion avec le soleil qui se couchait, j’avais l’impression de survoler des champs d’or et c’était prémonitoire parce que quelques années plus tard, nos chercheurs nous avaient annoncé que nous étions arrivés au bout de la ressource en eau alors j’avais vendu les terres et acheté des lingots...

Deux ans plus tard, les terres ne valaient plus rien et tous les investisseurs se mirent à acheter de l’or.

Mon maïs s’était transformé en or et mon or en argent et avec une partie de la plus-value j’ai pu m’acheter cet immeuble.

Et je sais que tu ne parles pas français ni anglais, que tu ne me comprends pas très bien et que tu trouves étrange que je parle tant avant, parce que tu n’es qu’une débutante, que tu n’as que seize ans.

Mais tu comprendras à la longue qu’il est important voire primordial d’écouter ses clients et que c’est parfois cent pour cent du travail.

Ce qui se vérifiera ce soir car dans mon cas j’ai trop mangé et trop bu.

Et pourtant ta peau caramel, tes jeunes seins et tes fesses seraient comme une récompense.

Mais je ne mérite rien et c’est bien là mon trouble.

Tu ne comprends pas ce que je dis et tu commences le travail.

J’évoque ma jeunesse, le lycée, à toi qui ne vas plus à l’école depuis longtemps. Ton corps est ton capital et ton travail.

Mon sexe dans ta bouche reste mou.

Je ne t’ai pas payée assez chère. Je te laisse faire, je pense à autre chose. À tout ce maïs, à tes parents qui étaient paysans et qui ont perdu leur travail depuis longtemps.

Et c’est pour ça que tu me suces. Parce que tu n’as pas pu aller à l’école.

Et c’est pour ça que je ne bande pas.

Je pourrais faire une crise cardiaque en te baisant, voilà qui serait justice, mais au lieu de ça je vais vivre, et riche, et toi tu resteras pauvre et ton capital va fondre avec tes rides qui vont apparaître et ta chatte de presque vierge sera bientôt un tunnel à la circulation bien dense et personne ne sentira plus rien si bien qu’on ravagera aussi ton fion et ta bouche, jusqu’à la dernière de tes dents.

Et il n’y a pas de morale au bout de tout ça.

J’ai gagné depuis longtemps. Et tu ne sais même pas qui je suis, tu suces un homme, ton bourreau.

En cet instant j’aimerais que tu te venges, que tu m’arraches le sexe, j’aimerais équilibrer nos rapports.

Mais tu n’es que de la chair dont je suis le créateur et à jamais tu resteras, Maïs.

 

 

 

 

 

 

Couv_simulation-06-06-06

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Étant donné qu’être indépendant est souvent synonyme de manque de fonds (sinon à quoi bon être indépendant ? Ne décrochez pas c’est après qu’on parle de thunes…), nous faisons appel à votre porte-monnaie, votre intérêt pour notre travail et/ou votre générosité pour financer notre premier projet éditorial.

 

Nous espérons récolter au moins 1500 euros, somme qui nous est nécessaire pour imprimer 500 exemplaires du recueil. L’argent supplémentaire qui sera récolté sera utilisé sur plusieurs pôles :

 

Rémunérer le travail de l’auteur ;

Rémunérer le travail du graphiste ;

Démarcher certaines structures : librairie, café... ;

Organiser une soirée de lancement ;

Ébaucher un début de trésorerie pour Collatéral.

Thumb_logo
Collatéral éditions

Actuellement étudiant en édition, j'ai décidé de me lancer dans l'édition indépendante afin de pouvoir mener à bien des projets personnels. Je lis depuis des années les textes de Florent qui m'ont toujours fasciné par leur originalité et leur "décalage". Après des études de sociologie, je me suis réorienté dans l'édition et passionné pour la littérature.... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Une petite contribution pour mon vieux frère !
Thumb_default
;)
Thumb_default
Stylé la photo au mont Ventou.